Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2018

MA RENCONTRE AVEC JACQUES BREL

Ma rencontre avec Jacques BREL, chanteur compositeur

par Ranky

 BIO EXPRESS

1878840123.jpegJacques BREL, compositeur, poète, chanteur, acteur, est né à Schaerbeek, commune bruxelloise, le 8 avril 1929. Dès l'enfance il se passionne pour la langue française et compose des poèmes alors qu'il n'a pas encore 15 ans. A16 ans il écrit plusieurs pièces de théâtre qu'il interprète avec des camarades. Son père, propriétaire d'une cartonnerie, l'engage dans le service commercial  car il s'inquiète de l'esprit "révasseur" de son gamin. Jacques s'ennuie. Pas plus qu'il ne s'était intéressé aux études scolaires, il ne s'intéresse à ce travail. Il songe quelque temps à devenir éleveur de poules ou pourquoi pas cordonnier et peut-être même chanteur, ce qui lui plairait bien aussi.

Ne connaissant rien à la musique et sans jamais avoir apprit le solfège il se met à composer des mélodies sur le piano de ses parents et à écrire des textes de chansons qu'il interprète  lors de repas familiaux au grand désespoir de son père qui veut à toute fin voir son rejeton abandonner le projet de devenir artiste. Mais Jacques persiste et réussi à se faire engager de temps à autres dans quelques cabarets.

En 1953 il se met en tête de réaliser un disque qu'il envoie à Jacques Canetti, homme d'affaire et producteur de musique connu pour avoir aidé de nombreux artistes à se lancer : Charles Aznavour, Edith Piaf, Charles Trenet, Georges Brassens, Jacques Higelin, Jeanne Moreau, Serge Reggiani... C'est donc Jacques Canetti qui lance Jacques BREL en 1954 en lui faisant enregistrer son premier album et en le faisant passer dans le cabaret qu'il dirige, "Les trois Baudet".

Le public ignore combien Jacques BREL à "galéré" pendant des années et des années avant d'être propulsé sur les plus prestigieuses scènes. Une  notoriété incroyable submerge le monde. Elle est due à sa force de travail. Il enchainera des tournées épuisantes, assurant quelquefois près de 400 récitals certaines années qui, tout le monde le sait, comportent 365 jours !!

Jacques BREL meurt d'une embolie pulmonaire le 9 octobre 1978 (il y a donc exactement 40 ans !) à l'hôpital Avicenne de Bobigny. Il n'avait que 49 ans. Il repose au cimetière d'Atuona aux îles Marquises, non loin de la tombe de Paul Gauguin.

 

MA RENCONTRE
Base aérienne de Cambrai-Épinoy. Je termine mon régiment que j’agrémente chaque fois que possible, quand je ne suis pas à l’ombre des cachots militaires, par une permission.
Ce vendredi est pluvieux, glacé, et je progresse en faisant de l’auto-stop sur la route déserte qui mène d’Épinoy à Cambrai où je dois prendre le train.
Enfin, une voiture s’arrête dans un bruit de ferraille, une 2 CV au bord de la retraite. Indifférent à la pluie qui redouble, un homme dégingandé sort du véhicule pour ouvrir la portière côté passager.
Monte, mon gars.
La voiture redémarre. Le moteur ronronne depuis dix minutes lorsque la voiture tousse deux ou trois fois et s’arrête.
C’est rien, fait le conducteur. C’est le carbu.

Il ouvre le capot, bidouille dessous et on repart. La pluie cesse subitement de tomber. Alors, le conducteur entame la conversation.
Alors, comme ça, tu es aviateur ? Tu pilotes ?
Mais, volubile, le conducteur n’attend pas les réponses et enchaîne :
Moi, j’aimerais bien piloter un avion, mais j’ai pas les moyens, plus tard peut-être, quand je serai riche. L’armée, tu vas en faire ton métier, non sans doute ? Moi je voudrais faire des chansons, mais avec la gueule que j’ai c’est pas facile d'en faire un métier. En ce moment, je suis représentant, et en fin de semaine des amis m’emploient comme barman, enfin je fais un peu de tout. Et toi que vas-tu faire ?
Je n’ai pas le temps de répondre que boum-boum ploc-ploc-ploc.
On a crevé, dit en riant le conducteur.
Je riais aussi tout en me demandant si nous allions arriver à Paris avant la fin de la permission. Changement de roue dans un calme impressionnant et une bonne humeur sous-jacente, témoin le sourire fendu jusqu’aux oreilles du mécano improvisé.
Oui, alors, que vas-tu faire, après le service militaire ?
— Je fais le magicien, j’aimerais devenir professionnel.
— T’as raison. Toi tu peux. Je le sais. Je le vois. Tu verras. Moi, chanter, je ne pourrais pas. En plus, avec mon nom, c’est râpé, grillé, carbonisé : je m’appelle « Brel » et dans le Nord-Pas-de-Calais, tu le sais, on dit « Con comme une brêle » Ha ! Ha ! Ha ! Pour l’heure, la représentation, ça marche. Ça m’emmerde, mais ça marche ! Je vends du carton. Je vais peut-être élever des poules. J’aime bien les poules. Ah ! si, je chante, un peu, à Montmartre, mais les gens s’en foutent, ils bouffent.
Aux portes de Paris, nous primes deux cafés, puis nous séparèrent sur une chaleureuse poignée de main.
Le grand bavard d’automobiliste avait pour nom Jacques Brel. À l’époque, il donnait un coup de main dans un cabaret de Montmartre.
Le petit aviateur deviendra Ranky.

3235222531.2.jpg

 

 

BIBLIOGRAPHIE

L'oeuvre de Jacques Brel est considérable et il est pratiquement impossible de citer la totalité de ses créations. J'invite mes lecteurs à se rendre sur ses biographies, Wikipédia par exemple....

Prochain article : ma rencontre avec Belline, voyant par Jacques Mandorla

MA RENCONTRE AVEC COLUCHE

RENCONTRES EXTRA-ORDINAIRES

Cette série d'articles vous est proposée par les deux créateurs de ce blog Paranormal : Ranky et Jacques Mandorla. Tous deux ont eu la chance, au cours de leur carrière respective, de rencontrer des personnages hors du commun.

Ma rencontre avec Coluche, comique inclassable par Jacques Mandorla

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

 

BIO EXPRESS

Michel Gérard Joseph Colucci est né le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris. Son père est peintre en bâtiment et sa mère fleuriste. Il obtient son certificat d'études en 1958 mais niera toujours l'avoir obtenu... malgré les preuves fournies par sa mère ! Il sèche souvent l'école pour traîner avec une bande à Montrouge... et se fait même arrêter pour des bagarres et un vol de sac à main sur la voie publique !

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

La photo anthropométrique de Michel Colucci figure dans les archives de la Police. Elle a été prise le 22 août 1953 : il n'a pas encore 9 ans !


Michel Colucci fait plein de petits boulots où il ne reste pas longtemps : télégraphiste, céramiste, garçon de café, livreur, apprenti-photographe, assistant-préparateur en pharmacie, aide-pompiste, assistant de marchand de fruits et légumes, fleuriste... En 1969, à 25 ans, sa destinée va changer : il rejoint la troupe de Romain Bouteille, qui vient de créer un café-théâtre nommé « Le Café de la Gare ». Mais Coluche n'y restera pas longtemps : il se fera virer l'année suivante pour son comportement trop agressif et trop individualiste.

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

La troupe du « Café de la Gare » - De haut en bas et de gauche à droite : Coluche, Romain Bouteille, Rufus, Patrick Dewaere et Sotha (ex-compagne de Romain Bouteille, puis première épouse de Patrick Dewaere).


Fin 1971, Michel Colucci crée son propre café-théâtre : « Au vrai chic parisien ». En 1984, il obtient la consécration avec un César du meilleur acteur pour son rôle dans le film de Claude Berri « Tchao Pantin ». En 1985, il crée « Les Restos du coeur » justifiant sa démarche de la façon suivante : « Je ne suis pas un nouveau riche, je suis un ancien pauvre ». Le 19 juin 1986, au volant de sa moto, il percute un camion et meurt sur le coup à Opio (Alpes-Maritimes).

 

MA RENCONTRE

Depuis l'année 1968 et mon arrivée à Paris pour mon cursus à l'ESCP (École Supérieure de Commerce de Paris), je réside à la Cité internationale des étudiants dans le 14e arrondissement de Paris. Je fréquente assidument les cafés-théâtres de la capitale et cela me donne alors l'idée de créer une petite troupe (chanteurs, transformistes,...) qui passe dans différents pavillons de cette Cité universitaire. Dans cette troupe, je fais des numéros de mime.

Un jour de 1973, en fin d'après-midi, je me promène dans le quartier Montparnasse avec l'espoir de discuter avec des comédiens de café-théâtres et pour mieux connaître les ficelles du métier. C'est dans l'impasse d'Odessa (aujourd'hui elle n'existe plus : un parking a été construit à la place) que j'ai fait une rencontre extra-ordinaire. Au n°16 de l'impasse, j'avais vu les premières pièces de Romain Bouteille dans son « Café de la Gare ». Mais ce jour-là, surprise : le « Café de la Gare » a disparu, remplacé par une nouvelle salle, nommée « Au vrai chic parisien ». Une troupe inconnue présente un spectacle intitulé « Ginette Lacaze 1960 » et sous-titré « Chronique des moeurs chantée », une sorte d'hommage à la comédie musicale et aux yéyés. Je m'achète un billet... et je me retrouve avec une dizaine d'autres spectateurs seulement ! Maigre public alors que le spectacle était vraiment bien ficelé et très vivant. Sur scène, il y a des musiciens de qualité, dirigés par Xavier, le fils de l'acteur Jean-Marc Thibaud : ce groupe de musiciens sera célèbre, des années plus tard, sous le nom d'Orchestre du Splendid !


Un mec avec une salopette zébrée

Le lendemain, en fin d'après-midi, je retourne sur place pour tenter de discuter avec les comédiens. Quand j'arrive devant le café-théâtre, il n' y a qu'un seul acteur de la pièce, celui qui joue le rôle d'un rocker appelé Bobby : c'est lui qui, à mon avis, possède le talent comique le plus affirmé de toute la troupe. De son vrai nom Michel Colucci, il se fait appeler « Coluche » : il n'est pas habillé en rocker, comme dans le spectacle, mais il est engoncé dans une salopette zébrée verticalement et porte, sur le nez, de petites lunettes métalliques rondes. Il a créé et mis en scène la pièce, alors que Xavier Thibaud a écrit la musique.

On papote, on parle de nos origines italiennes communes. Je lui demande si la pièce « Ginette Lacaze 1960 » lui permet de bien vivre. Il me répond que c'est la galère, que 50% de la faible recette sont prises par la propriétaire de la salle et que les autres 50% sont donnés à part égale aux acteurs de la pièce. Pour me le prouver, il me montre un petit carnet dans lequel il tient lui-même les comptes au jour le jour !

De son côté, Michel me demande ce que je fais dans la vie : je lui dit que je suis publicitaire. « Ah, j'aimerais bien que tu me fasses faire de la publicité ! Ça rapporte du pognon, ça ! ». Je lui promets d'y penser. En attendant, je lui dit que je viendrai voir, à nouveau, sa pièce le lendemain soir. « Appelle-moi à l'entrée, je te ferai rentrer à l'oeil ! ».


Paul Lederman fait signer un contrat à Coluche

Le lendemain, je retourne « Au vrai chic parisien » avec une bonne amie, Anne-Marie Sargueil. Elle trouve le spectacle si génial qu'elle me dit qu'elle va en parler à l'un de ses amis qui est dans le « show-business ». Elle m'apprendra, quelques jours plus tard, qu'elle est venue avec cet ami, tous deux accompagnés par un producteur : Paul Lederman ! Celui-ci avait été, entre autres, le manager de Claude François, Mike Brant, Thierry le Luron et le sera, plus tard, du trio des Inconnus. Mon amie Anne-Marie me révélera aussi que Paul Lederman, qui est connu pour détecter les artistes ayant un très fort potentiel de réussite, s'est rendu dans les coulisses, le soir-même à la fin du spectacle, pour convaincre Coluche de signer un contrat avec lui ! Ce qui a été fait.

Coluche et la publicité Francorusse

Un jour de l'hiver 1973, après avoir été relancé plusieurs fois par Michel, j'ai enfin l'opportunité de lui proposer un « cachet » publicitaire. L'un de mes clients, la société d'entremets Francorusse (connue pour son célèbre slogan « Un entremets Francorusse au dessert, c'est un régal que l'on sert » ) lance un nouveau produit.

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

Publicité (à l'époque on parlait de « réclame ») pour Francorusse, avec son célèbre slogan : « Un entremets Francorusse au dessert, c'est un régal que l'on sert ».


Il s'agit d'organiser une tournée de présentation du nouveau produit Francorusse auprès des directeurs de supermarchés et d'hypermarchés dans toute la France. J'ai une idée : je propose au responsable Marketing de Francorusse de remplacer l'habituelle conférence avec projection d'informations sur écran à l'aide de transparents (le logiciel PowerPoint n'existait pas encore à l'époque !) par une petite pièce de théâtre avec un maître d'école, vêtu d'une blouse grise, qui présenterait au tableau noir tous les éléments caractéristiques du nouveau dessert. Et pour le rôle d'instituteur, je propose Michel, encore très peu connu. Le responsable de Francorusse trouve l'idée intéressante et veut rencontrer le comédien. Michel est aux anges et la rémunération pour le rôle est très alléchante.

On organise donc une réunion dans mon agence de publicité, située rue des Francs-Bourgeois dans le Marais. Michel arrive en Solex : dans la cour de l'immeuble, je lui dis d'être relax et de ne pas faire de provocation devant le responsable de chez Francorusse qui est un « mec en costard-cravate », sérieux et fier de son nouveau produit. La rencontre se passe très bien : Michel joue à l'instituteur, argumente devant le tableau noir et fait rire l'auditoire. Jusqu'à la conclusion pour laquelle il s'enflamme et proclame : « À la fin, je propose de prendre tous les produits que j'ai présentés pour les balancer dans le groupe de commerçants : ce sera une véritable bataille de boules de neige ! On va se fendre la gueule ! ».

Je raccompagne Michel qui repart sur son Solex, après lui avoir dit : « Mais pourquoi as-tu déliré lors de la conclusion ? ». Il me répond : « Ils avaient l'air trop sérieux : j'ai voulu détendre l'atmosphère ! ». Puis je retourne dans la réunion. Mon client est outré : on a osé plaisanter avec son produit. Pire, le dévaloriser : c'est inadmissible ! On a donc fait la tournée de conférences avec la projection de transparents : classique et sans originalité.

Mais Michel ne m'en porte pas grief. La preuve, il me rappelle un jour pour me parler... de soucoupes volantes !


Coluche et les OVNI de Germigny-des-Prés

Un matin de septembre 1975, Michel m'appelle pour me demander : « Jacques, tu t'intéresses toujours à ces conneries de soucoupes volantes ? ». Je lui avais, en effet, évoqué un jour que j'étais enquêteur officiel pour un petit magazine, intitulé « Lumières dans la nuit » (la revue m'avait attribué le « matricule » d'enquêteur n°2338. À mon avis, ça devait plutôt être mon numéro d'abonné !) et que je cherchais des cas d'observations en France sur lesquels pouvoir faire une investigation journalistique. Je réponds donc à Michel : « Oui, je m'intéresse toujours au sujet ». Il me rétorque : « Alors, je vais te brancher sur un cas important. Ma prof de piano, France Olivia, a assisté cet été à de drôles de phénomènes dans le ciel. Appelle-la de ma part ».

À l'époque, on parlait de « soucoupes volantes » ou de MOC (« Mystérieux Objets Célestes ». L'appellation OVNI (« Objet Volant Non Identifié » interviendra plus tard, copiée sur l'expression anglo-saxonne UFO (« Unidentified Flying Object »).

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

Michel me communique le numéro de téléphone de France Olivia, sa prof de piano : elle accepte gentiment de me rencontrer chez elle, courant janvier 1976. Au cours d'un sympathique entretien, elle m'apprend qu'elle a organisé en août 1975 des concerts de musique dans l'église de Germigny-des-Prés (l'une des plus anciennes églises de France, rare exemple du style architectural carolingien), un village du Loiret de 700 habitants situé à 27 km d'Orléans. France Olivia me précise : « Pendant 17 soirs d'affilée, on a vu deux objets à environ 500 mètres du sol : le premier objet de couleur rose se plaçait au-dessus du village de Saint-Martin d'Abbat et le second, de couleur jaune-blanc très lumineux, stationnait au-dessus de l'église de Germigny-des-Prés. Ils avaient tous les deux la forme d'un chapeau de curé avec un faisceau lumineux jaillissant du dessus » (voir ci-après les dessins que j'ai réalisés d'après son témoignage). Le mois suivant cet entretien, je me suis rendu sur place pendant 3 jours afin de rencontrer d'éventuels témoins du phénomène : j'ai pu en trouver 5 (dont le facteur du village) : tous m'ont décrit le même phénomène répétitif qui a duré 17 soirées.

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

Coluche me pousse à faire du café-théâtre

En 1970, tout frais sorti diplômé de l'École Supérieure de Commerce de Paris, j'ai eu la chance et l'honneur d'être recruté par la célèbre agence de publicité Publicis, fondée par Marcel Bleustein-Blanchet et située tout en haut des Champs Élysées, au-dessus du Drugstore. C'est dans cette agence que je rencontre Marie-José Gélamur et Claude Moreau, deux amis passionnés de spectacle.

Michel me disait souvent : « Tu devrais te lancer dans le café-théâtre : c'est sympa ! ». Encore fallait-il trouver quoi faire sur scène et avec qui. La réponse viendra dans le courant de l'année 1976 : avec Marie-José Gélamur et Claude Moreau, on décide de monter un spectacle sur le concept de « Magie-Comédie », c'est-à-dire des sketches liés entre eux par des tours de magie. Claude était le magicien (il pratiquait cet art depuis des années, en très bon amateur), Marie-José jouait la partenaire du magicien et moi Groucho Marx ! J'avais trouvé un titre « Les tribulations d'un pékin à Paris », honteusement « inspiré » de celui d'un film de Philippe de Broca : « Les tribulations d'un Chinois en Chine », sorti en 1965 avec Jean-Paul Belmondo en vedette !

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

Notre trio du café d'Edgar dans la pièce de « Magie-Comédie » intitulée « Les tribulations d'un pékin à Paris » : Marie-José Gélamur, Claude Moreau le magicien et moi en Groucho Marx !


Claude Moreau réussit à nous faire engager pour deux mois au Café d'Edgar, café-théâtre situé rue Edgar Quinet dans le XIVe arrondissement de Paris... non loin du "Vrai chic parisien" de Michel ! Nous avons été placés dans la plus petite des deux salles, la grande salle présentant un « one woman-show » de Dominique Lavanant, une vrai star à l'époque : elle y jouait le rôle d'une « aubergine » qui raconte sa pénible vie de contractuelle.

rencontre extra-ordinaire,Coluche,café-théâtre,café de la gare,vraic chic parisien,gélamur,moreau,mandorla

Le « one-woman show », avec Dominique Lavanant en aubergine, faisait un véritable tabac au Café d'Edgar.

Notre contrat était clair : on devait impérativement jouer s'il y avait 5 spectateurs ou plus. Les débuts de semaine, quelques minutes avant le début de notre spectacle (22h30), on avait 2 ou 3 spectateurs. On s'apprêtait donc à rentrer chez nous. Puis, soudainement, notre salle de 50 places se remplissait... comme par miracle ! On a compris assez vite ce qui se passait : Dominique Lavanant faisant salle comble, une partie des personnes refoulées à l'entrée se disaient : « Où peut-on encore voir un spectacle à cette heure-ci ? ». Résultat : des gens entraient dans notre petite salle et assistaient à notre « Magie-Comédie » ! Notre orgueil en a pris un coup : les spectateurs ne venaient pas pour nous ! Par chance, quelques jours plus tard, Le Nouvel Obs et Le Figaro nous avaient sélectionnés dans les spectacles à voir, ce qui nous a rabattu du monde... et remonté le moral ! Une très belle expérience... mais heureusement que nous étions tous les trois salariés car il nous aurait été impossible de vivre professionnellement du spectacle !

Quand je pense à ma rencontre extra-ordinaire avec Michel, je me dis que, sans lui, je n'aurais peut-être jamais eu la formidable chance de monter sur la scène d'un café-théâtre !

 

Prochain article : Ma rencontre avec Jacques Brel, chanteur compositeur par Ranky

10/10/2018

VIENT DE PARAÎTRE

515xw3hKGyL.jpgLE BÂTON ET LE CHAT A NEUF QUEUES

le dernier roman de François RANKY

 disponible dès maintenant en deux versions :

Version 1

Sur votre tablette KINDLE au prix de 3€99

                        

 

                                         Version 2 

Sur Amazon, la Fnac et dans toutes les librairies, le livre papier broché au prix de 13€70

(Note : les libraires n'ayant pas l'ouvrage en stock peuvent le commander en leur donnant le titre, l'auteur et le N° ISBN)

Livre broché, format 21x14 cm

Genre : Roman

Auteur : François RANKY

Nombre de pages : 160

N° ISBN : 978-29549658-1-9

Prix : 13€70

       Vous pouvez aussi le commander directement chez l'auteur           

1) Établissez un chèque ou un mandat de 13€70  à l’ordre de Ranky.
2) Adressez votre courrier à :
Secrétariat de Ranky 29, rue Paul Vaillant-Couturier 94380 Bonneuil-sur-Marne.
3) Vous recevrez votre exemplaire (dédicacé sur demande) par retour du courrier.

PROMO : à l'occasion de la sortie de ce livre le port et l'emballage vous sont offerts jusqu'au 30 septembre 2018.

C'est donc 13€70 tout compris !

ATTENTION, CHER LECTEUR, VOUS ÊTES AUSSI CONCERNÉ : DANS CE LIVRE, RANKY TIRE DANS TOUS LES COINS !             RANKY AU CHAPEAU  ET REVOLVER4.jpg

NOTE DE L'ÉDITEUR

Le héros du roman, Nestor Burlat, qui a reçu de sa mère, pour seul héritage, deux objets virtuels : un bâton qui devait lui permettre de le soutenir durant son voyage à travers la vie, de se défendre contre le mauvais sort et les mauvais hommes, et un chat à neuf queues, un instrument de torture pouvant être utilisé pour s’habituer aux douleurs physiques et morales, sinon à les vaincre, est plongé depuis sa naissance dans les affres d’un parcours initiatique douloureux.
Enfant classé autiste, adolescent réfugié volontaire dans la surdité et l’observation muette de ses congénères, Nestor adulte entreprend une suite incroyable de tentatives pour s’intégrer dans la société. Aidé par une sorte de don paranormal, il devient détecteur malgré lui de commerçants véreux, d’associations humanitaires douteuses, se frotte à la voyoucratie politique, s’instruit sur certaines méthodes vicieuses de la police, de la médecine, de la justice, de la finance. Partout, il découvre la déception, la trahison, la perversion, l’injustice avec pour conclusion générale : « Je ne suis pas assez malhonnête pour vivre dans ce monde. »
Un personnage énigmatique et apparemment fortuné ouvre alors à Nestor les portes de son château. Il lui offre la possibilité d’entreprendre le projet de la dernière chance, la création d’une microsociété-phalanstère où règneraient la solidarité, la bonté, l’amitié, l’amour. Ce monde idyllique est-il réalisable ?
Dans un style prenant tout à fait particulier, l’auteur nous embarque dans un éclatement de descriptions de situations dramatiques ou dérisoires astucieusement mêlées à un humour décapant, parfois désespéré.
Le lecteur est littéralement happé par le récit tragi-comique de cette destinée hors norme qui l’emmène jusqu’au dénouement imprévu et littéralement époustouflant.

 

NOTE DE NATHALIE, ATTACHÉE DE PRESSE DE FRANÇOIS RANKY

Mes amis,

Je suis attachée de presse dans une grande et célèbre maison d'édition et par le fait, habituée à voir défiler de nombreux auteurs. Mais jamais, au grand jamais, je n'ai eu à connaitre un tel immédiat engouement pour un livre écrit par un auteur pas vraiment connu, à cause, probablement, de sa dispersion dans tous les domaines artistiques. François Ranky ne prends pas la peine de soigner sa notoriété. Il assure même ne posséder aucun talent particulier. Il dit : "je n'ai pas de talent, je fais juste ce que j'aime faire."

Son dernier roman LE BÂTON ET LE CHAT A NEUF QUEUES, captive des centaines de personnes sur Kindle. Ce livre n'est pas encore en librairie mais le sera dans deux jours, c'est-à-dire le 18 août 2018. Je m'attends à un raz de marée. Je prends la liberté de vous dire que son manuscrit a été rejeté par quatre grands éditeurs ainsi que l'avaient été des auteurs célèbres tels Céline auteur de "Voyage au bout de la nuit" - Marcel Proust "Du côté de chez Swann", refusé par la totalité des éditeurs parisiens- Margareth Mitchell "Autant en emporte le vent" refusé plus de dix fois- J.K Rowling "Harry Potter" refusé par 14 éditeurs- Stephen King  son roman "Carrie" refusé plus de trente fois. Stephen King compte aujourd'hui parmi les auteurs les plus lus au monde. Etc...

L'extraordinaire invention d'écriture et la façon très personnelle de traiter les thèmes foisonnants dans LE BÂTON ET LE CHAT A NEUF QUEUES sont apparemment les motifs qui ont  engendré les refus des "grands"éditeurs. Ces refus que certains pourraient bien regretter d'avoir prononcé. Je suis prête à en prendre le pari..maintenant qu'un éditeur plus modeste vient de se lancer dans l'aventure...  Nathalie, attachée de presse de François.                             

13:51 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (0)

24/09/2018

VIENT DE PARAÎTRE 60 TRESORS FABULEUX A DECOUVRIR

60 trésors fabuleux à découvrir

Leur histoire détaillée - Leur composition précise - Leur localisation supposée

trésor,détecteur,détectoriste,chasseur,chouetteur,La Buse,cryptogramme,templiers,cathares,incas

Éditions Trajectoire - 272 pages - 356 illustrations en couleurs - 25 €

Ce livre est disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr, en librairie et dans les boutiques de vente de détecteurs.

Beaucoup de gens pensent qu’il est excessivement rare - pour ne pas dire, impossible - de trouver un trésor. C’est entièrement faux !

Les rubriques « Informations locales » ou « Faits divers » de nombreux quotidiens et magazines, français ou internationaux, mentionnent fréquemment des découvertes trésoraires, faites par des particuliers ou par des professionnels. Sans compter celles qui ne sont jamais déclarées.

Dans ce livre, Jacques Mandorla vous propose de partir à la découverte - et même à la recherche, pour les plus courageux d’entre vous ! - de 60 trésors fabuleux qui n’ont toujours pas été trouvés. Pour chacun, vous allez connaître sa véritable histoire, sa composition exacte et sa localisation supposée.

Trésors de la Révolution, cachés par des membres du clergé, des nobles émigrés ou des chefs chouans ou vendéens (Charette, Stofflet)…

Trésors de tueurs en série : Gilles de Rais, la marquise de Brinvilliers, Landru, le docteur Petiot…

Trésors accessibles seulement après avoir déchiffré des messages codés (cryptogrammes) inscrits sur le parchemin de La Buse, la carte de l’île des Cocos, la pierre tombale de Marie d’Hautpoul à Rennes-le-Château, les murs de l’abbaye de Saint-Wandrille, le livre de la Chouette d’Or…

Trésors de Napoléon (Austerlitz, retraite de Russie, Waterloo) et de son entourage (Fouché, Jérôme Bonaparte, Joséphine, Murat)…

Trésors d’épaves : Soleil d’Orient, Télémaque, Titanic, City of Cairo…

Trésors légendaires, mais bien réels : Templiers, Cathares, Incas…

Avis aux chercheurs : l'un des 60 trésors du livre vient d’être découvert !

Dans mon livre paru en avril 2015, j'évoque (pages 207 à 210) l'affaire des 85 tonnes de lingots et de pièces d’argent, transportées par le paquebot anglais City of Cairo, qui avait été coulé le 6 novembre 1942 par un sous-marin allemand U-68, en plein Atlantique, à 700 km au sud de l’île de Sainte-Hélène.

Or, les médias du monde entier ont annoncé, le même mois, que la société franco-britannique Deep Ocean Search, spécialisée dans la recherche sous-marine, est parvenue à remonter à la surface ce trésor qui gisait par 5 150 m de fond.

trésor,détecteur,détectoriste,chasseur,chouetteur,La Buse,cryptogramme,templiers,cathares,incas

trésor,détecteur,détectoriste,chasseur,chouetteur,La Buse,cryptogramme,templiers,cathares,incas

livre trésors,trésor,rtl,émission

 

14/09/2018

ACTUALITÉS VOICI LE LIVRE QUI VA VOUS AIDER 0 DEVELOPPER ETC

Voici le livre qui va vous aider à développer vos capacités paranormales

test,dons paranormaux,Trajectoire,Mandorla,capacités paranormales

Éditions Trajectoire - 368 pages - Très nombreuses illustrations - 22 euros

En vente dans toutes les bonnes librairies et sur www.amazon.fr et www.fnac.fr

 

Nous possédons tous des capacités paranormales. Mais il faut d’abord en prendre conscience, puis s'initier aux différentes techniques et parvenir à les maîtriser (si possible avec l'aide de quelqu'un qui est déjà professionnel). Pour cela, Jacques Mandorla vous propose dans son livre 66 tests faciles à réaliser, qui vont vous permettre de découvrir ces capacités qui dorment en vous dans 9 domaines différents : voyance, psychométrie, télépathie, psychokinèse, magnétisme, radiesthésie, hypnose, dialogue avec les morts et décorporation.

Pour prendre clairement conscience de la réalité de ces dons paranormaux, l’auteur vous révèle, pour chacun, un aperçu historique complet, les explications des scientifiques, les différentes méthodes pour les exercer et surtout un ensemble de tests préparés par les plus grands spécialistes, dont les résultats vont vous étonner.

Dans ce livre, vous apprendrez comment favoriser les flashes de clairvoyance, soulager une douleur, voir votre aura, retrouver une personne disparue, agir sur quelqu’un par télépathie, imposer une direction à l’aiguille d’une boussole, vous mettre en auto-hypnose, dialoguer avec un défunt, voyager hors de votre corps…

10:13 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (1)

23/07/2018

MA RENCONTRE AVEC THIERRY PAULIN

Ma rencontre avec Thierry PAULIN, tueur de vieilles dames par Ranky

BIO EXPRESS

Dans le monde hétéroclite de la nuit, la majorité des noctambules ne veulent que s'amuser mais comme partout ailleurs quelques individus se distinguent : on découvre quelques détraqués, des inconscients et des mythomanes, témoin la terrible histoire de ce jeune Antillais. (photo ci-dessous DR)

thierry-paulin-travesti_dossier_meurtre_1181575674_thumbnail.jpg

MA RENCONTRE

Comme il est traditionnel au cabaret Rocambole, les artistes, après leur prestation, se rendent au bar ou dans les salons discuter avec les clients.

Depuis quelques temps, Blondine est devenue l'interlocutrice préférée d'un garçon, métisse Antillais âgé d'une vingtaine d'années. Il fréquente d'ailleurs le club dès qu'il apprend que nous sommes programmés dans le spectacle. Très élégant, cheveux décolorés par périodes, portant un diamant à l'oreille, bien que revendiquant son homosexualité, il aime se montrer au bar de Livio en compagnie de mon épouse qui, à plusieurs reprises, s'ouvre à moi sur l'aspect inquiétant de ce jeune homme qui, cependant, sera toujours d'une correction parfaite, très gentleman, bref, respectueux des bonnes manières.

Il se disait producteur de spectacles, organisateur de soirées à thèmes, businessman, mais en réalité il avait juste réussi à se faire engager comme serveur au "Paradis Latin". Il s'était aussi produit quelquefois comme artiste transformiste amateur dans quelques clubs homosexuels et notamment à l'Opéra-Night et au Rocambole.

Il faut attendre huit meurtres de femmes âgées dans le 18ème arrondissement de Paris, entre le 5 et le 9 novembre 1984, pour que la police se mette à surveiller le quartier et que les hommes politiques commencent à s'inquiéter de faits qui terrorisent le public. Le mode opératoire est toujours le même. Les victimes sont toutes étouffées soit par un oreiller, un sac en plastique, un torchon, soit battues et torturées avant d'être étranglées, souvent pieds et poings attachés, et cela pour la somme dérisoire de 200 à 400 francs.

Moins de huit jours plus tard, on découvre deux autres cadavres dans la même journée ce qui rajoute à l'affolement des habitants. Les crimes cessent pendant près d'un an, les tueurs s'étant exilés à Toulouse, puis réapparaissent subitement le 20 décembre 1985 par la découverte d'une dame âgée de 91 ans, assassinée. Quinze jours plus tard, une autre personne subit le même sort et, après encore quinze jours, c'est au tour d'une autre encore. Quatre autres crimes allongent encore la liste, dont deux le 12 janvier 1986.

Thierry Paulin ((photo DR)

Scan10055.JPGDes empruntes digitales démontrent alors que le, ou les tueurs, ont opéré dans différents quartiers ce qui fait avancer l'enquête jusqu'à l'arrestation de Thierry Paulin qui avoue 21 crimes dont il sera convaincu pour au moins 19, mais il y en eu probablement plus, et son amant et complice Jean-Thierry Mathurin pour au moins 9. Jean-Thierry Mathurin sera condamné à la prison à perpétuité et libéré après 20 ans d'incarcération.

Thierry Paulin ne fut jamais jugé. Il est mort du sida, en prison, le 17 avril 1989.

Les artistes, les habitués du Rocambole et évidemment mon épouse Blondine, qui n'avait jamais réussi à accepter une sorte de harcèlement plutôt inquiétant bien que surveillé par toute notre équipe pendant des semaines, apprirent avec stupéfaction que le jeune homme Antillais, fêtard et flambeur dans les boîtes de nuit, artiste transformiste amateur à ses moments et imprésario raté, était aussi Thierry Paulin tueur en série de vieilles dames !

Prochain article : ma rencontre avec Coluche, comédien par Jacques Mandorla

22/07/2018

LES ONDES NOCIVES

Livre "Les ondes nocives"

Découvrez quels sont les dangers des téléphones portables, ordinateurs, antennes-relais, fours à micro-ondes, éoliennes... et quelles sont les solutions pour s'en protéger

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

 Éditeur : Grancher - 448 pages - 140 illustrations en couleurs - 24 €

Disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

 

Si vous vous posez ces questions sur les effets des ondes électromagnétiques qui nous entourent... Faut-il avoir peur du téléphone portable, de la Wi-Fi et des antennes-relais de téléphonie mobile ? Les personnes électrosensibles peuvent-elles être guéries ? Que penser des produits de protection anti-ondes vendus dans le commerce ? Les lignes à haute tension sont-elles dangereuses pour notre santé ? Peut-on bien vivre chez soi, sans craindre les objets domestiques émetteurs d’ondes électromagnétiques (ordinateur, four à micro-ondes, compteur Linky,...) ? Faut-il avoir peur des éoliennes ? L’énergie solaire est-elle dangereuse ? Notre habitat nous protège-t-il bien contre les ondes telluriques ? ... alors, ce livre est fait pour vous car il apporte toutes les réponses !

 

LA PRESSE EN PARLE

Revue ALTERNATIVE SANTÉ (n°41)

ondes,nocives,électromagnétiques,téléphone portableda,ger,géobiologie

 

LA VOIX DU JURA

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

EST-CHARENTE

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

 

 

10:51 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (0)

30/06/2018

ACTUALITÉS

VIENT DE PARAÎTRE

DESTINÉA n°3 (juillet-août-septembre 2018), le magazine positif du spirituel et du mieux-vivre, vient de sortir !

destinéa,ésotérisme,symboles,signes,pentagramme,horoscope,mieux-vivre,tarot

84 pages à retrouver en kiosque (5,90 €) ou par abonnement sur www.destineamag.com

 

Sommaire complet

 

 Des chiffres et des astres

Le 6e sens : un continent inconnu à découvrir

Le sommeil et les rêves : les comprendre au quotidien

Enquête sur 3 artefacts de l'Antiquité servant aux arts divinatoires

Signes, sex and sun : votre astro aux couleurs de l'été

Horoscope de vos amours été 2018

Cyril Hanouna : portrait numérologique

 

Trajectoires

Luigi di Donna, grand photographe : le partage, clé du bonheur !

Cyrielle Hariel : "Je crois en l'humanité altruiste"

Cali : "L'amour nous fait avancer"

SOS Gazelles : changer le destin des enfants avec Véronique Chaplain

 

Actualités

Sens et contresens

Mathilda May : un chemin de renaissance

Littérature : notre sélection du trimestre

Test de l'été : êtes-vous un ange ou un démon ?

Lifestyle : les trésors d'Isaure

Mots fléchés

Sudoku, énigmes

 

Mieux-Vivre

Restons jeunes avec le jeûne !

Rendez-vous à midi Pétanque, avec Véronique de Villèle

Objectif pleine forme pour les vacances : conseils forme, vitalité, nutrition

Coups de soleil : 8 secrets de santé du jardin !

Le Pérou : terre de passage

Amour, sexe et nouvelles technologies avec Brigitte Lahaie

Recettes d'été : le sans gluten à l'honneur

 

Conseils toniques de Véronique de Villèle

 

23/06/2018

ACTUALITÉS

Ce livre va vous apprendre à faire du bien à votre animal préféré !

magnétisme,montagner,rocard,kirlian,mesmer,guérisseur,animaux,lacroix-breton,mandorla

Par Myriem LACROIX-BRETON et Jacques MANDORLA - Préface du docteur Michel KLEIN vétérinaire - Éditions Grancher – 240 pages – 18 euros - Livre disponible en librairie, sur www.amazon.fr et sur www.fnac.fr

Savez-vous que vous pouvez soulager votre animal familier par simple utilisation de vos mains ?

En effet, les caresses, les massages ainsi que le reiki et le magnétisme peuvent apporter facilement un réconfort important à votre compagnon à quatre pattes.

Si ces techniques, fondées sur le contact direct avec le corps de l'animal, n'ont pas la prétention de se substituer à la médecine vétérinaire traditionnelle, elles peuvent être d'un bon secours dans de nombreux cas sans gravité ou dans des situations chroniques n'ayant pu être résolues autrement.

À l'aide d'un grand nombre de schémas, de conseils et d'exemples, Myriem LACROIX-BRETON, magnétiseuse et radiesthésiste professionnelle, et Jacques MANDORLA, journaliste d’investigation (auteur, entre autres de l’ABC du Magnétisme, ABC de la Radiesthésie, ABC des ondes nocives) vous guident pas à pas dans les soins que vous pouvez procurer à votre chien, chat, lapin, oiseau mais aussi à votre cheval ou à vos vaches.

Ainsi, en caressant ou en massant votre animal, ou encore en apprenant à vous servir de votre magnétisme, vous pourrez l'aider en cas d'anxiété, de constipation, d'eczéma mais aussi de stress, de nervosité, etc.

À l'issue d'une enquête illustrée d'extraordinaires et émouvants exemples vécus, ce livre prouve non seulement que chacun de nous peut soulager les petits bobos de son animal familier, mais également que les animaux peuvent parvenir à guérir les êtres humains.

magnétisme,montagner,rocard,kirlian,mesmer,guérisseur,animaux,lacroix-breton,mandorla

Table des matières

Préface du docteur Michel Klein

Chapitre 1 : Un animal familier par Français !

Chapitre 2 : Test : qui est le plus heureux, votre animal ou vous ?

Chapitre 3 : Utilisez vos mains pour soulager les douleurs de votre animal

Chapitre 4 : Tout savoir sur le magnétisme

Chapitre 5 : Magnétisme et autosuggestion

Chapitre 6 : Apprenez à ressentir les problèmes de votre animal

Chapitre 7 : Apprenez à magnétiser votre animal

Chapitre 8 : Soulagez votre animal par le magnétisme

Chapitre 9 : Les guérisons les plus surprenantes de Myriem Lacroix-Breton

Chapitre 10 : Les guérisons de magnétiseurs professionnels

Chapitre 11 : Les guérisons de magnétiseurs non professionnels

Chapitre 12 : L’animal guérisseur

Chapitre 13 : Comment retrouver un animal disparu

Adresses utiles

Lexique

Bibliographie

12:58 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (3)

10/06/2018

MA RENCONTRE AVEC LE PROFESSEUR CABROL

RENCONTRES EXTRA-ORDINAIRES

Cette série d'articles vous est proposée par les deux créateurs de ce blog Paranormal : Ranky et Jacques Mandorla. Tous deux ont eu la chance, au cours de leur carrière respective, de rencontrer des personnages hors du commun.

Ma rencontre avec le professeur CABROL, cardiologue par Jacques Mandorla

cabrol,professeur,mandorla,pitié-salpetriere,interview

Souvenir de ma rencontre du 16 juin 2011 avec le professeur Cabrol.

 

BIO EXPRESS

Christian Cabrol est né dans l’Aisne, en 1925, dans une famille dans laquelle tout le monde était agriculteur. Sauf son grand-père qui, fils d’un berger des Cévennes, était médecin de campagne à Chézy-sur-Marne : il se déplaçait à domicile, réduisait les fractures, pratiquait des accouchements… C’est lui qui l’a incité à faire ses études de médecine à Paris, en lui disant : « Christian, ce n’est pas médecin que tu dois devenir, mais chirurgien ! ».

Le professeur Cabrol deviendra célèbre en réalisant, avec son équipe, la première greffe du coeur en Europe  le 28 avril 1968, soit 4 mois et demi seulement après la première mondiale du chirurgien sud-africain Barnard.

Il nous a quittés le 16 juin 2017.

MA RENCONTRE

J'ai pu rencontrer le professeur Christian Cabrol grâce à mon ami Michel Klein, le célèbre "vétérinaire de la tété" ! En effet, ils s'étaient connus lorsqu'ils faisaient leurs études médicales, l'un pour devenir cardiologue, l'autre pour devenir vétérinaire. Michel Klein avait 4 ans de plus que Christian Cabrol et, un jour, ils ont fini par se rencontrer... parce qu'ils sortaient avec la même fille !

Le professeur Cabrol avait gentiment accepté que je l’interviewe le 16 juin 2011 (soit 6 ans, jour pour jour, avant sa mort : étrange phénomène de synchronicité entre les deux dates anniversaires !) dans son bureau de la Pitié-Salpêtrière. Je garde de cette rencontre le souvenir d'un homme très sympathique, d'une grande modestie et plein d’humour !

Jacques Mandorla : Professeur, vous êtes devenu cardiologue. Était-ce une vocation ou bien souhaitiez-vous, au départ, faire un autre métier ?

Professeur Christian Cabrol : Il aurait été logique que je succède à mon père dans la ferme, mais je n’étais pas assez costaud. En voyant mon grand-père pratiquer son métier, je voulais absolument le remplacer plus tard, en devenant médecin dans notre village !

JM : En deuxième année d’internat, vous optez pour la chirurgie du cœur. Pourquoi ?

Pr. CC : Je dois mon orientation au professeur Gaston Cordier qui était chirurgien des hôpitaux de Paris et enseignait l’anatomie à la Faculté de médecine : sous sa conduite, j’ai consacré quatre années et rédigé deux livres sur le poumon, devenant agrégé d’anatomie. Puis, Gaston Cordier m’a fait rencontrer le professeur Jean-Claude Rudler, auprès duquel j’ai appris la chirurgie du poumon. Ce dernier m’envoie ensuite chez le professeur D’Allaines, le grand chirurgien cardiaque de l’époque en France, qui me pousse à aller aux États-Unis et m’obtient, pour cela, une bourse. Je suis donc parti en 1956 à Minneapolis pour un apprentissage d'un an dans le laboratoire expérimental de chirurgie cardiaque à cœur ouvert du docteur Walton Lillehei. Ce dernier était à peine plus âgé que trois de ses jeunes résidents… qui allaient, plus tard, faire parler d’eux : le sud-africain Christiaan Barnard, l’américain Norman Shumway et moi. Walton Lillehei nous encourageait en répétant souvent : « Tout ce que l’esprit humain peut imaginer, la main de l’homme peut le réaliser ». À mon retour en France, je voulais absolument participer au développement de la chirurgie cardiaque qui sauverait tant de gens.

JM : Quel chirurgien cardiaque vous a le plus impressionné ?

Pr. CC : Incontestablement Norman Shumway qui a disparu en 2006 à l’âge de 83 ans et auprès duquel Barnard et moi avions appris la technique de la greffe ! Dans son petit service à l’Université de Stanford en Californie, il a mis au point la greffe du cœur chez le chien, mais il n’osait pas franchir le pas chez l’être humain, car la mort cérébrale, qui aurait permis de prélever un cœur, n’était pas légale aux États-Unis.

JM : C’est finalement Christian Barnard qui est passé à la postérité.

Pr. CC : Oui, c’est lui qui a osé le premier ! Il réalise la première transplantation cardiaque au monde le 3 décembre 1967. Norman Shumway fait sa première transplantation aux États-Unis, un mois plus tard, le 6 janvier 1968. Puis, un jour, ce dernier me téléphone pour me dire : « Qu’est-ce que vous attendez pour faire une greffe du cœur en Europe ? ». Stimulé par son appel, je réalise avec mon équipe la première greffe européenne le 28 avril 1968.

JM : Quel était la principale difficulté que vous avez rencontrée ?

Pr. CC : Celle de prélever un coeur battant sur un cadavre en état de mort cérébrale, qu’il fallait maintenir artificiellement en vie. Sur le plan éthique, ce n’était pas évident. Jusqu’alors la définition de la mort reposait sur l'arrêt définitif du coeur et de la respiration, et non sur la mort cérébrale.

JM : Comment avez-vous fait en France ?

Pr. CC : Trois jours avant notre transplantation est paru un décret considérant la mort cérébrale comme signe de la fin de la vie ! En réalité, pour ces greffes, personne n’a parlé d’éthique. On nous disait : « Ce n’est pas un crime, c’est un miracle : continuez ! ». Savez-vous que, pour la seule année 1968, furent réalisées 102 greffes de cœur, car tous les services cardiaques du monde entier voulaient en faire ? Malheureusement, les patients vivaient peu de temps : 18 mois au maximum. Ainsi, sur ces 102 patients, un seul survécut très longtemps : Emmanuel Vitria, 48 ans, opéré le 27 novembre par l’équipe du Professeur Edmond Henry à Marseille et qui mourut 6 738 jours, soit plus de 18 ans, après l’opération !

JM : Pourquoi un tel taux d’échec ?

Pr. CC : Ce type d’opération ne sera maîtrisé que 12 ans plus tard, en 1980, quand la ciclosporine - un agent immuno-suppresseur qui combat le rejet des greffes - est découverte par le laboratoire Sandoz, devenu aujourd’hui Novartis. Norman Shumway sera le premier à utiliser la ciclosporine, puis je le ferai aussi : nous étions, en effet, l’une des rares équipes à continuer les greffes pendant ces douze années, malgré les échecs.

JM : Vous avez fondé l’Institut de cardiologie. Pourquoi ?

Pr. CC : L'Institut de cardiologie du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière est l'un des 5 pôles lourds de prise en charge des pathologies cardiovasculaires de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. L'Institut est rattaché à l'Université Paris VI, comprend de nombreuses structures de recherche et collabore avec de nombreuses unités de recherches externes dans tous les domaines cardiovasculaires : thrombose, insuffisance cardiaque, génétique,...

JM : Comment vous est venue cette idée de l’Institut ?

Pr. CC : Elle remonte à fin août 1944, au moment où les chars du général Leclerc venaient de libérer Paris ! Je faisais ma première année de médecine. Cet événement m'a tellement marqué que, depuis, deux portraits du général me tiennent compagnie dans mon bureau. Il faut se souvenir qu'à cette époque les hôpitaux français étaient très en retard car, pendant l’occupation, les Allemands n’avaient rien fait pour la médecine. C’est le général de Gaulle qui modernisera les hôpitaux et en fera construire de nouveaux. J’ajoute qu’à leur arrivée sur notre territoire, les Américains nous apportaient de grandes nouveautés : pénicilline, anesthésie, réanimation, maîtrise de la transfusion sanguine… C’est cela qui a ensuite donné l’envie à toute une génération de « patrons » dynamiques, comme Jean Bernard, René Kuss ou Jean Hamburger, le père du chanteur Michel Berger, d’envoyer de jeunes médecins français aux États-Unis pour progresser.

cabrol,professeur,mandorla,pitié-salpetriere,interview

Le professeur Cabrol vouait un véritable culte au général Leclerc qui, en héros, avait délivré Paris fin août 1944.

JM : Pourquoi l’Institut de cardiologie a-t-il été ouvert bien plus tard ?

Pr. CC : Un premier service de chirurgie cardiaque à la Pitié-Salpêtrière fut créé par notre équipe en 1972. Puis, j’ai rencontré Francis Bouygues qui s’est proposé de construire un Institut à ses frais. J’ai ensuite eu un entretien très bref avec Edouard Balladur (« Je n’ai que 7 minutes à vous consacrer ! »), puis avec Jacques Chirac, alors Premier Ministre (« Ce projet me plaît, mais il faudrait que je sois Président de la République. En attendant, rejoignez le Conseil du RPR ! »). J’ai dû aussi rencontrer les responsables du Parti Communiste et de la CGT, Georges Marchais et Henri Krazucki, qui est devenu ensuite mon ami ! Finalement, en 2001, après 15 ans d'efforts, a été créé l'Institut de Cardiologie du Groupe Hospitalier Pitié Salpetrière à Paris. Dans cet Institut, tout a été réuni pour reconnaître, traiter et suivre au mieux les personnes atteintes de maladies du cœur et des vaisseaux. On a rassemblé le matériel pour le diagnostic, en particulier les appareils d'imagerie, ceux pour les blocs opératoires et de ranimation, les soins médicaux, les laboratoires de biologie, l’annexe de la banque de sang et la pharmacie hospitalière. Ainsi, en regroupant tout dans un même bâtiment, on peut être opérationnel 24h/24h, tous les jours de l'année !

JM : Vous avez aussi fondé l’association ADICARE. De quoi s’agit-il ?

Pr. CC : Lorsque la construction de l'Institut de cardiologie de la Pitié Salpêtrière fut confiée en 1991 à l’Assistance Publique, celle-ci, conformément à sa vocation, le conçut essentiellement comme un centre de soins. Comme rien n'y était donc prévu pour l'enseignement et la recherche, j’ai décidé de créer ADICARE avec quatre confrères de l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris : les professeurs Jean-Pierre Bourdarias, Iradj Gandjbakhch, Claude Gibert et Yves Grosgogeat. ADICARE signifie « Association pour le développement et l’innovation en cardiologie, recherche et enseignement ». ADICARE a demandé à l’Assistance Publique, moyennant finances et selon une convention dûment établie, une surface dans l’Institut pour dispenser l’enseignement qui permet de transmettre le savoir et entreprendre la recherche qui permet d'améliorer les diagnostics et les traitements. Aujourd’hui ADICARE a la jouissance, pour 30 ans renouvelables, de locaux et d'un auditorium pour assurer l'enseignement, avec un système de vidéoconférences permettant de communiquer avec des centres français ou étrangers. Elle a également trois laboratoires de recherche qui poursuivent des projets, en particulier sur la coagulation sanguine, l'assistance circulatoire et les robots chirurgicaux. Depuis sa création, ADICARE œuvre pour la promotion du don d'organes, élue en 2009, « Cause nationale ». L’association réside au 56 boulevard Vincent Auriol 75013 Paris : elle est hébergée dans l’Institut de cardiologie et possède un site Internet : www.adicare.org

cabrol,rencontre,mandorla,klein

En 2008, la Poste a édité un timbre célébrant le 40e anniversaire de la première greffe du coeur en Europe.

JM : Vous vous êtes engagé en politique. Qu’est-ce qui vous a motivé ?

Pr. CC : On a déjà évoqué le fait que suis entré au Conseil du RPR, à la demande de Jacques Chirac, alors Premier Ministre, en échange de la construction de l’Institut de cardiologie. Je dis souvent que, depuis, nous sommes quittes : à lui la Présidence de la République, à moi la réalisation de l’Institut ! J’ai été élu conseiller de Paris pour le 13e arrondissement en 1989 et réélu en 1995, ainsi que pour le 16e arrondissement en 2001. J’ai aussi siégé comme député au Parlement européen de 1994 à 1999.

JM : Quel bilan tirez-vous de cet engagement politique ?

Pr. CC : De mes deux carrières, médicale et politique, j’ai retenu une chose : en médecine, on essaye de former des jeunes et on est satisfait quand ils deviennent meilleurs que vous. En politique, cela n’arrive jamais ! En France, les politiques ont peur de former des gens qui pourraient prendre leur place !

JM : Quand avez-vous arrêté de pratiquer la chirurgie cardiaque ?

Pr. CC : En 1990, quand j’ai atteint la limite d’âge de 65 ans. Il faut reconnaître que, sur les dernières années, je me déplaçais beaucoup à l’étranger pour y donner des conférences et présenter nos résultats : un vrai « Cardiaque circus » ! Or, aujourd’hui, les techniques évoluent très vite et les jeunes sont plus au fait des innovations. Il fallait donc tout naturellement leur laisser la place.

JM : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer dans la chirurgie du cœur ?

Pr. CC : Je lui dirai de tout mettre en oeuvre pour réussir le très difficile concours de fin de première année de médecine, en s’efforçant de bien assimiler toutes les connaissances de base qui lui sont données. Mais aussi de ne pas oublier que la vie est faite de rencontres, d’opportunités et d’ouvertures : il lui faudra donc être prêt à les saisir ! Je lui préconiserai aussi de prendre du plaisir à travailler en équipe, car on n’est rien sans les autres. Enfin, je conclurai en lui conseillant la devise du général Leclerc : « Croire, vouloir et continuer ! ».

BIBLIOGRAPHIE

Le don de soi – Hachette - 1995

De tout coeur : la nouvelle chirurgie cardiaque – Odile Jacob - 2006

Au coeur de la vie : itinéraire d'un chirurgien d'exception – Flammarion - 2012

Prochain article : Ma rencontre avec Thierry PAULIN, tueur de vieilles dames par Ranky

ACTUALITÉS

Le livre qui dévoile tous les secrets du magnétisme et comment s'en servir efficacement

magnétisme,montagner,rocard,kirlian,mesmer,guérisseur,animaux,lacroix-breton,mandorla

Éditions Grancher - 258 pages - 22 €

Disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

 

Nous avons tous du magnétisme ! Grâce à mon livre ABC DU MAGNÉTISME, vous allez mieux comprendre les phénomènes liés à votre magnétisme personnel : énergie des mains, aura, hypnose, influence du cosmos...

Si vous voulez savoir comment les guérisseurs parviennent à soigner en utilisant cette énergie issue du corps humain et - pourquoi pas - apprendre à magnétiser vous-même afin de soulager les bobos de votre entourage, ce livre de 258 pages est fait pour vous !

  • Apprendre à utiliser votre magnétisme, en vous proposant de faire chez vous de nombreux tests (faciles pour les débutants, moyens et difficiles pour ceux qui souhaitent se perfectionner), en suivant attentivement les conseils de préparation et en étudiant dans le détail les 4 grandes techniques existantes : classique, empirique, orientale (reiki) et magique.
  • Comprendre comment le magnétisme peut guérir : techniques de l'imposition des mains et des passes magnétiques, pratique en direct ou à distance, types de maladies pouvant être traitées, utilité des aimants...
  • Prendre connaissance, par des témoignages réels, de l’existence de guérisons étonnantes, obtenues par des magnétiseurs professionnels.
  • Mesurer tout ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais guérisseur.
  • Découvrir les travaux scientifiques du professeur Yves Rocard, qui expliquent pourquoi chacun d'entre nous parvient à obtenir des résultats en magnétisme et en radiesthésie.

Après avoir lu ce livre, vous porterez un autre regard sur les pouvoirs étonnants de l'Homme.

11:58 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (0)

02/06/2018

MA RENCONTRE AVEC MICHEL SIMON

Ma rencontre  avec Michel SIMON, comédien par Ranky

BIO EXPRESS

MICHEL SIMON (Photo DR)

702899126.jpgMichel Simon est né le 9 avril 1895 à Genève. Il décède le 30 mai 1975 à Bry-sur-Marne. Très jeune il abandonne ses études et “monte” à Paris où il loue une chambre à l’hôtel Renaissance, rue Saint-Martin dans le 10ème arrondissement.

Il exerce de nombreux métiers pour subsister : professeur de boxe, vendeur de briquets à la sauvette, assistant d’un magicien, clown, photographe etc.

Il s’instruit en lisant un nombre phénoménal de livres et deviendra ainsi une encyclopédie vivante de Courteline.
Appelé à l’armée, il passe le plus clair de son temps en prison militaire pour le motif : indiscipline chronique !

En 1915, assistant à une pièce de Georges Pitoëff, il décide sur le champ qu’il sera comédien, ce qu’il deviendra en débutant en 1920 chez... Pitoëff, qu’il quitte au bout d’un an pour se lancer dans le théâtre de Boulevard.
À l’époque du cinéma muet, sa "laideur" fait merveille et il joue de son corps avec une géniale virtuosité. L’avènement du cinéma parlant sera une autre révélation : son timbre de voix et son élocution rajoutent encore à son physique et à son jeu d’acteur incroyables.

MA RENCONTRE

3334902752.jpgDe tous les artistes, Michel Simon est indéniablement celui à qui je voue la plus grande admiration. Manquant assez souvent d’argent pour m’offrir une place de cinéma, alors âgé de treize ou quatorze ans, je réussis à me faire engager les samedis et dimanches comme placier au cinéma Rex de Berck-Plage, à seule fin d’admirer mon idole.

Lorsqu’après le régiment, je “monte” à Paris où je loue un deux pièces minuscule au 17 faubourg Saint-Denis, je suis loin d’imaginer que je rencontrerai l’idole de mon adolescence.
Michel Simon loue une chambre de “dépannage” passage du Prado, exactement en face de chez moi. Une rencontre semble donc fort possible et pas extraordinaire en soi. C’est la suite des événements qui l’est.
Faisant mes courses auprès des innombrables marchands de quatre saisons de la porte Saint-Denis, je reste soudainement tétanisé devant un personnage imposant, habillé d’un long manteau et tenant un sac à provisions bien fatigué. L’homme est parfaitement immobile, comme statufié, et me semble sur le moment mesurer pas loin de deux mètres. C’est Michel Simon.
L’acteur doit ressentir mon émoi et c’est là que l’inexplicable se produit. Pourquoi m’adresse t-il la parole alors qu’il ne me connaît pas ? Pourquoi m’invite-t-il à le suivre jusqu’à un bistrot situé de l’autre côté de la porte Saint-Denis, l’Ecrevisse, où nous nous rendrons ensuite assez souvent ? Pourquoi s’est-il mis en tête de me présenter ses copines prostituées, de me raconter comment il a “fait” le clown à ses débuts ou servi de compère à un prestidigitateur, de me parler de sa collection de montres, de ses séjours en prisons militaires ("comme vous", me disait-il) ? Incroyable ! Il ne savait rien de moi et me parlait des passions qui m’habitent : les clowns, la prestidigitation, la boxe, la lecture, l’horlogerie, les femmes.
Le mystère demeure total.

Mystère encore plus total, voici un des épisodes incroyables qui m'a marqué à vie !

À l'époque, le Front de Libération Nationale (FLN) est un mouvement politique créé en 1954 et revendiquant, par des actes violents, l'indépendance de l'Algérie vis-à-vis de la  France. Adoptant un rôle plus politique le FLN, devenu le parti algérien au pouvoir avec Ben Bella élu Président de la République algérienne, signe en 1962 les accords d'Evian qui mettent fin à la guerre.

Le FLN appelle les Algériens de France à organiser des manifestations contre les mesures édictées par Maurice Papon, préfet de police de Paris. Entre autres mesures, il fait interdire aux Algériens de sortir la nuit. Malgré cette interdiction, une manifestation débute un peu avant 21 heures, se voulant non-violente. La police, soutenue par le Président Charles de Gaulle, la réprime avec une hargne incroyable. Des manifestants sont amenés dans les commissariats et roués de coups. Certains seront jetés dans la Seine et plus de deux cents personnes disparaitront à jamais.

Bref, tout cela pour expliquer l’ambiance particulière qui règne dans notre si beau pays. Michel Simon est révolté par ce débordement de haine et de violence. Et je suis présent lorsqu’il répond à une interview d’un journaliste de radio qui l’écoute parler de la guerre, de son anti-militarisme, du statut d’objecteur de conscience dont nous avions déjà parlé tous les deux, la veille. Cela se passe à l’Ecrevisse, tout au fond de la salle remplie des clients habituels et « des femmes de petite vertu » installées près de notre table. Parmi celles-ci se tient la copine préférée de Michel Simon, une magnifique femme brune, très belle, toute vêtue de noir. Une star, une étoile, une femme lumineuse et dont aujourd’hui, j’ai beau chercher, je suis incapable de me rappeler le prénom. Je me rappelle seulement que pendant quelques secondes, je l’ai vue morte, allongée dans le caniveau, près de la porte du bar l’Ecrevisse. J’ai fait part à Michel Simon de cette image terrible et lui ai simplement dit qu’il ne fallait pas laisser cette dame toute seule, qu'il serait souhaitable que quelqu'un la raccompagne chez elle. Et puis, je suis rentré chez moi.

Deux jours plus tard, dans le journal France Soir, j'ai découvert un article avec une photo montrant une dame, supposée avoir des accointances avec la politique du moment, une dame vêtue de noir, très belle, allongée dans le caniveau, près de la porte du bar l'Ecrevisse,  assassinée !

FILMOGRAPHIE
 69197324_af.jpgMichel Simon tourna dans 118 films. La télévision lui consacra 11 documentaires. Il fut à l’affiche de 31 pièces de théâtre.

 

18967634.jpg

 

 

 

 

137388.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochain article : Ma rencontre avec le professeur Christian Cabrol, cardiologue par Jacques Mandorla

 

 

 

27/05/2018

ACTUALITÉS

Derniers jours pour vous inscrire au

Séminaire intensif d'initiation au TAROT DE MARSEILLE

destinéa,ésotérisme,symboles,signes,pentagramme,horoscope,mieux-vivre,tarot

Week-end du Samedi 16 et du Dimanche 17 juin 2018

10 h15 – 18 h30 (pause déjeuner libre)

Par Colette Silvestre

destinéa,ésotérisme,symboles,signes,pentagramme,horoscope,mieux-vivre,tarot

Auteur, entre autres, des ouvrages : « Le cours de tarot de Colette Silvestre » (éditions Grancher), « Les 21 portes des arcanes du tarot de Marseille et d'Oswald Wirth » (éditions Exergue), « La loi d'attraction par le tarot » (éditions Trajectoire), « Développer son 6ème sens » (éditions Trajectoire)...


Programme

Interprétation symbolique et prévisionnelle des 22 arcanes majeurs dans les domaines :

  • matériel

  • professionnel

  • affectif

  • spiritualité

  • sexualité...

Formation aux méthodes de tirages :

  • Croix

  • Celtique

  • Mois

  • Conseils

  • Roue...

Lieu : Espace Cornaline, 62 rue Saint Lazare 75009 Paris

Participation forfaitaire pour les 2 jours : 220 €

Inscription, informations complémentaires et Bulletin d’inscription sur demande :

par E-mail : colette.silvestre@wanadoo.fr

par SMS : 06 76 44 39 02

13:10 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2018

2 LIVRES INCONTOURNABLES

GHISLAINE DE CARLI

La médiumnité sincère

Confidences et révélations

d'une médium par l'écriture automatique et les cartes

Préface de François Ranky

photo 2 ghislaine.jpgIssue d'une famille simple et croyante, entourée par une mère et un père aimants, ses soeurs, ses grands-parents, Ghislaine de Carli est née en 1952.

Lors d'épreuves de maladie dans l'adolescence, Ghislaine trouve refuge dans la prière et se passionne pour la vie des saints.

A dix sept ans, elle découvre les arts divinatoires, explore et approfondit différentes pratiques : cartes, oracles, boule de cristal, spiritisme...Mais elle veut aller plus loin...

Elle va alors à la rencontre de médiums, de voyants et le destin place sur sa route des êtres évolués lui permettant d'avancer, d'accéder à cette quête, cette soif de chercher à comprendre, d'analyser ce domaine occulte et mystérieux pour chacun d'entre nous. Ghislaine travaille sans relâche puis...

Une nuit, alors qu'elle vient d'atteindre 27 ans, une voix lui souffle au creux de l'oreille : "Tu écriras beaucoup. Prends une feuille de papier et un crayon de bois. Aie confiance, sois patiente, n'aie pas peur..."

Elle achète alors un gros cahier et un crayon de bois : une année durant, ces outils lui servent de lampe de chevet. Ghislaine est persévérante, assidue, souvent déçue par un manque de résultat probant, jusqu'au jour où elle peut enfin écrire des mots, des phrases qu'elle parvient à décoder pour obtenir des messages vérifiables qui lui prouvent qu'elle est dans la bonne direction.

Dans ce livre, Ghislaine de Carli raconte son parcours, son envol vers la médiumnité, mettant en exergue ses différentes pratiques, ses expériences métaphysiques personnelles, ses consultations profondes par le biais de l'écriture automatique, aidée, selon elle, par la main de son Guide qui s'était matérialisé au pied de son lit, il y a de nombreuses années.

Ghislaine de Carli consacre un chapitre sur l'âme des animaux en laquelle elle croit tant et des aventures métaphysiques, quelquefois rocambolesques, qu'elle vit avec eux.

L'au-delà est subtil, humoristique, profond, et Ghislaine le sait...

la mediumnite sincere broché.jpg

 

 

amazon.fr : version Kindle ou livre papier.

Et dans toutes librairies

N° ISBN  19806224998

Prix (format Kindle) : 9,99 euros

Prix (format papier 152 pages) : 15,82 euros

 

 

 

Disponible également chez l'auteur ghislaine-de-carli@orange.fr

 

 

ob_973af2_de-carly-1ddd.jpg

Pour mieux connaître Ghislaine de Carli : visionnez cette vidéo de 30 minutes réalisée par Yann ERICK, fondateur du Blog Elevation : http://elevation.over-blog.net/2017/11/ghislaine-de-carli...

 

 

===========

JEAN-MARIE LE GALL

Contacts avec l'au-delà

Préfaces du docteur Jean-Jacques Charbonnier

et de Jean-Pierre Girard

images-2.jpegJean-Marie Le Gall propose dans ce livre passionnant le récit de la prise de conscience de ses facultés psychiques et l'utilité de ses recherches pour tenter de comprendre leur fonctionnement. Il collabore avec des scientifiques et se soumet à des expérimentations dans divers domaines : parapsychologie, magnétisme, télékinésie, sorties de corps, etc..

Jean-Marie Le gall nous fait part de sa réflexion sur le monde étonnant des médiums et nous donne de précieux conseils sur la pratique médiumnique.

images-1.jpeg

Préfaces du docteur Jean-Jacques Charbonier

et Jean-Pierre Girard.

Postface du docteur psychiatre Nicole Bossé.

Illustrations de Jean-Claude Bauer et Odile Lacoste.

Site de l'auteur : www.jeanmarielegall.com

N° ISBN : 9782851578600 - Ouvrage de 398 pages - Prix : 19 euros - En vente  FNAC, AMAZON et dans toutes librairies,

                                                                                                                     

09/05/2018

SÉRIALITÉ ET SYNCHRONICITÉ (3)

Françoise Dorléac et Ayrton Senna, sous les regards de Janus (dernière partie) Par Thierry NAMUR

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli  sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Les destinées du pilote automobile Ayrton Senna et de l’actrice Françoise Dorléac présentent des points communs. Nés tous les deux un 21 mars, ils se tuent, en pleine gloire, au volant d’une voiture Renault. Ces tristes singularités éveillent la curiosité. Y a-t-il d’autres coïncidences ?

 

Tirage de cartes

Au tarot, le chemin de vie est un nombre qui « symbolise la manifestation de l’être dans sa diversité et dans son histoire ». Il est identique - 22 - pour les deux : 22 est aussi le nombre des cartes (arcanes majeurs) du tarot. Si l’on devait retenir pour eux trois cartes, attachées aux vies de l’artiste et du pilote, d’un jeu de tarot de Marseille, le choix se porterait sur le 7, le 17 et le 16.

Au tarot, le 7 c’est le chariot, un char aux roues improbables que deux chevaux tirent en opposition.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Pourquoi extraire le 7 ? Françoise Dorléac est née en 1942 et Senna en 1960. La somme des chiffres de 1942 (1+9+4+2) et de 1960 (1+9+6+0) fait sept. Ce sept est associé aux accidents : Senna s’est tué au septième tour du 16ème (1+6) Grand Prix à Imola sur une FW16 et F. Dorléac est sortie à la hauteur de la bretelle 47 en rejoignant la nationale 7 à 18h35, précise le magazine Jours de France de juillet 67. Elle meurt à 25 ans (7), lui à 34 (7).

Un des chevaux est blanc à rênes rouges, les couleurs de l’écurie Mc Laren. L’autre est bleu comme sa dernière Formule 1. Le conducteur attribué à cette carte est… Janus. Le Dieu aux deux visages est dessiné sur les épaules du monarque. La colonne de direction (le sceptre porté par le conducteur ?) brisée a percé le casque au-dessus de l’œil droit. C'est la carte de la violence, des instincts belliqueux et martiens de l'Homme, nous apprend Wikipédia. Cette carte peut représenter des voyages, une automobile, un prince de l'élégance.


Au tarot, l’arcane 17 c’est l’étoile

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Pourquoi le 17 ? Françoise Dorléac, qui entre à 17 ans au Conservatoire, est née dans le 17ème arrondissement de Paris. Les étoiles sont présentes sur le blason de Seine-Port et sur le drapeau brésilien. Elles sont vertes sur l’auto dans une très célèbre scène du film «  L’homme de Rio » qu’elle tourne en 1964 et qui lui donne le statut d’étoile. Un hommage à Senna a été rendu par l’équipe brésilienne de football, vainqueur de la Coupe du Monde sur le terrain où elle a gagné son titre. C’était le 17-07-1994.

En évoquant Françoise Dorléac, Modiano écrit qu’elle « se trimbale avec dix-sept valises pour parer à toute éventualité ». La destinée de l’actrice se lit dans le nom des rues du 17ème arrondissement où elle est née : il existe, en effet, une rue Renault, du Printemps, de la Félicité, du Midi, du Vaucluse, de Juin (le maréchal), de Rochefort (un journaliste mort un 1er juillet). Le 17ème a un restaurant qui s’appelle « un air de famille », situé rue des Dames et, en son cœur, un autre nommé « Les demoiselles », Françoise Dorléac avait joué dans « Les petites demoiselles ». Sans être jumelles, les sœurs Dorléac se ressemblaient et étaient à l’affiche du film « Les Demoiselles de Rochefort ».

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Catherine Deneuve et Françoise Dorléac.


Le film se tourne à Rochefort dont le département est le… 17 (Charente-Maritime). Le restaurant italien Cinecittà, toujours dans le 17ème, se trouve au 89 rue Truffaut (le cinéaste) dont Françoise Dorléac a été la compagne en 1964. Elle tournera 17 films au total, de sa première apparition dans Mensonges en 1959 jusqu’au dernier en 1967. Quel fil rouge relie F. Dorléac et Senna dans le 17ème ? La place du Brésil. Un club s’appelle «  Le dix bis », 10 rue du débarcadère (les autos accidentées présentent un dix dans leur appellation). « Ce n’est qu’à 10 ans que le démon du kart le reprend » explique Lionel Froissard. Dès 10 ans, la jeune Françoise assure le doublage de films. Elle en double 10 en 10 ans. Ayrton est un prénom qui tire ses origines de la langue hollandaise et s’interprète comme étant « celui qui vit dans deux mondes ». Nous avons là notre 10bis. Notons aussi qu’en 1 000 ans, le temple de Janus est resté fermé 10 fois. Le jour de son accident, Senna a 2 fois 10 points de retard.

La carte 17 du tarot montre une femme versant l’eau de deux récipients. Françoise Dorléac perd le contrôle de son auto de couleur grenat. Certains grenats sont parfois étoilés. Un grenat est qualifié d'« étoile » lorsqu’un phénomène optique… fait apparaître une étoile. Sept étoiles entourent un soleil rayonnant en haut de la carte. Il est remarquable que la place de l’Étoile se situe sur les 17ème, 8ème (arcane de la justice) et 16ème arrondissements parisiens. Le 8, qui accompagne le 17 et le 16, se retrouve dans les 8 ans de carrière au cinéma (1957-69) : c'est la somme de 2 et 6. Or, le 26 est le jour de l’accident de Françoise Dorléac : c’est aussi un 26 (janvier) que l’église fête Sainte Paule, Sao Paulo. Un prénom de Françoise était Paulette.


Au tarot, le 16 c'est la chute, l’effondrement

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Pourquoi extraire le 16 ? Foudroyés, deux personnages chutent dans le vide, tête la première. Senna pilote une FW 16 et surtout court le 16ème Grand Prix de Saint-Marin. Le 16 donne un détail de l’accident de Françoise Dorléac, avec le feu en haut de la tour.

Dans la courte vie de Françoise Dorléac, les signes la reliant aux autos sont présents. Elle joue dans une pièce, ‘’Teuf-Teuf’’, pour la télévision en 1963. On la voit à Saint-Tropez, dans un film de 9 minutes de l’INA daté du 29 avril 1966, présenter les tendances de la mode. Dès les premières secondes du film, elle fait du stop coiffée d’un chapeau cloche genre casque et vêtue d’une combinaison intégrale. On entend une auto et le bruit n’est, ni plus ni moins, que celui d’une voiture de sport. Elle est passagère d’une Chevrolet Chevelle « en rouge et blanc » nous précise la voix off. Elle pose le 8 octobre 1966 pour la couverture de Paris Match où elle apparaît au volant d’une Mercedes Excalibur rouge (nom de l’épée d’Arthur), à l’occasion du Salon de l’auto. Avec sa photo, en sous-titre s’affichaient Brabham champion du monde, et les titres « jeunes coureurs » et « bolides de 1930 ». Le logo posé sur le capot est une épée, épée qui est l’attribut de Saint Paul, décapité en 67 et qui est fêté le 29 juin. Tiens tiens, trois jours après l’accident de Françoise Dorléac, le 29 juin 1967, jour de la Saint Paul donc, l’actrice Jayne Mansfield se tuait sur une route américaine. Elle ne mourait pas décapitée comme Saint Paul dont l’attribut est l’épée, mais le crâne « défoncé » comme Senna. L’actrice avait, comme lui, 34 ans. Une autre histoire…

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Les armoiries

Observons maintenant comment le blason représentant une ville de l’Essonne, celui de Saint-Pierre-du-Perray peut nous parler. Évidemment, la ville n’a aucune responsabilité dans l’interprétation qui suit.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Blason de Saint-Pierre-du-Perray (Essonne).

Pourquoi s’y intéresser ? C’est la seule ville de France portant le nom d’une « rue Ayrton Senna ». Ce blason est fait d’une clef dans un argent ondé sous deux fois trois épis de blé. À Saint-Tropez, Françoise Dorléac s’étourdissait en dansant à l’Épi club : elle profite alors de sa dernière matinée le 26 juin, juste avant son accident à l’Épi plage. Voilà pour nos deux épis. Quant à la grappe de raisin, elle introduit directement le nom Dorléac puisqu’un domaine viticole porte le nom Château Dorléac.

La clé est un liant avec les paroles de la chanson de King Crimson (voir plus loin) et est surtout un attribut du dieu romain Janus. Une clé en or pour le soleil-ciel, une en argent pour la terre- lune. Notons au passage qu’il faut 41 minutes (via Michelin) pour aller de la rue Senna à Courson. Il en faut 17 pour aller de cette même rue à Seine-Port et le trajet passe par la porte jaune. 41 étant le nombre de victoires de Senna et 17 le nom d’un arrondissement de Paris. Les liens entre Courson et Seine-Port seront développés plus bas.

Voilà donc réunis nos trois acteurs majeurs dans le cadre d’une ville et de son blason.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le blason de Saint-Tropez, utilisé actuellement par la commune, propose un "pèlerin d'or, auréolé du même, tenant une épée".

Bologne, Imola et Forlimpopoli sont dans la région d’Emilie-Romagne. Le logo de cette région est vert et blanc, souligné d’un trait rouge. Le blason de Villeneuve-Loubet représente deux cocons de vers à soie sur fond jaune. Une lecture peut y voir une croix noire marquant un arrêt. Le chemin est barré. Le jaune est symbolique de la couleur du casque du pilote. Les deux barreaux identiques de la croix ne sont pas fondus mais l’un est posé sur l’autre. Le code de la commune de Villeneuve-Loubet est 06161, soit Alpes-Maritimes pour 06 et le 161 correspond, par hasard, au nombre exact de Grands Prix disputés par Senna. Le blason de Seine-Port montre une caravelle s’éloignant, modèle de l’avion que devait prendre Françoise Dorléac à Nice. Trois étoiles couronnées, les trois titres de champion de Senna. L’eau, funeste et magique. Le blason de la ville de Paris, lieu de naissance de l’actrice, montre une nef navigant à l’opposé. Le blason de Cagnes-sur-mer, où elle est dirigée après son accident, porte un chien. Françoise Dorléac adorait les animaux.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

De gauche à droite : blasons de la région Émilie-Romagne, Villeneuve-Loubet, Seine-Port, Paris et Cagnes-sur-mer.

Marie Cardinale écrit dans « Elle » de juillet 1967 qu’elle avait un petit chien avec elle au moment de l’accident. À remarquer que les Romains sacrifiaient fin avril un chien roux dont on brûlait les entrailles afin de protéger les récoltes. Le jaune au chef est de la couleur du casque de Senna. Quant au-dessous, il est comme le drapeau d’Autriche que Senna avait dans son auto au moment du crash. Senna avait aussi un chien, Kinda, qui a attendu son maître, tous les jours, au bout du quai de sa propriété.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Senna et son chien Kinda (photo Instituto Ayrton Senna)

Du blanc et du rouge

Chez Senna, le rouge et blanc accompagnent sa vie et sa mort. Son premier ingénieur est G. Ducarouge avec lequel il signe sa première victoire au Portugal. Sa carrière et ses succès, dont sa dernière victoire, sont essentiellement acquis chez Mc Laren dont les voitures sont en rouge et blanc. Sa combinaison est rouge. Le rouge associé au blanc était-il chez Senna une sorte de grigri ? Toujours est-il que le changement de couleur lui sera fatal. À Imola, Senna avait troqué sa combinaison rouge pour une bleue, couleur de son écurie.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

De gauche à droite : blason de Bologne (ville où le décès de Senna a été annoncé à 18h30 - Françoise Dorléac était née à 18h10 et morte à 18h35) - Drapeau de l'Autriche que Senna avait dans sa Formule 1 le 1er mai en hommage au pilote autrichien décédé la veille - Blason de Sao Paulo, où Senna est né - Mc Laren MP4-6 (DF) pour son dernier titre de champion. Le blanc et rouge sont les couleurs des voitures Mc Laren qui donnèrent à Senna 3 titres de champion du monde. Avec Williams, en 1994, il fera 3 courses en bleu et blanc sans marquer un point - Les couleurs de Saint-Tropez.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli  sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le drapeau de Saint-Marin. La FW 16, blanche et bleue, accidentée.

 

Le lotus et le camélia

Françoise Dorléac avait-elle anticipé un point commun avec le camélia. Elle se voyait en Garbo à 14 ans. « Comme ce serait merveilleux d'être la Garbo de sa génération » ! Greta Garbo, « la Divine » est réputée pour avoir été la meilleure interprète de la dame aux camélias. Elle tourne son dernier film quelques mois avant la naissance de F. Dorléac en 1941 « La femme aux deux visages ». Elle y joue le rôle d’une femme délaissée qui, pour récupérer son mari, se fait passer pour sa sœur… Catherine. Françoise est née dans une clinique de la cité des fleurs. Elle allait devenir, après sa mort, une fleur par procuration puisqu’était créée une nouvelle variété de camélias baptisée Françoise Dorléac. C’est en mars 2010, au domaine de Courson (Essonne), que la fleur était présentée à Catherine Deneuve. Cette création résultait d’une hybridation entre deux camélias. Le sasanqua « Crimson King » rouge et l’oleifera « Jaune ».

Le Camellia « Françoise Dorléac » possède une fleur semi-double. Que peuvent nous apprendre les mots King Crimson et oleifera associés aux arbustes ? Oleifera a une résonance latine et cache les mots fée et roi. King Crimson signifie « roi cramoisi ». C’est le nom d’un groupe musical, interprète en 1969 de « In the court of the Crimson King ». Cette chanson comprend 2 parties : « The return of the fire witch » (le retour de la sorcière de feu) et « The dance of the puppets » (la danse des marionnettes). Barry Godber, qui mourra à 24 ans l’année suivante, a dessiné la pochette. Le roi cramoisi y figure calme et souriant alors qu’un visage au dos est torturé par la peur et la souffrance.

Il n’est pas possible, dans le cadre de ce texte, d’interpréter les paroles hermétiques de la chanson. Mais ces paroles ont une résonance particulière dans la trame de l’histoire. Bien évidemment, les auteurs n’ont pas voulu parler des accidents, mais leur évocation d’un marionnettiste, même si elle n’est pas originale, entre bien dans notre sujet. La chanson compte 33 vers, le nombre de chants de la divine comédie de Dante, dont elle semble s’inspirer. Le groupe sort aussi en 1994 un disque de 7 titres intitulé «  Vroom ». Ce disque a été enregistré du 2 au 7 mai 1994, au lendemain de la mort de Senna.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli  sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le camélia Oleifera jaune et le camélia Sasanqua « Crimson King ».

Ce sont ces deux camélias qui ont donné naissance au camélia Françoise Dorléac. Le camélia oleifera jaune présente un gros casque jaune en bouton. Il existe une rue des camélias à Paris, à Sao Paulo et une à Cagnes-sur-mer où la dépouille de l’actrice sera transportée après l’accident. La dame aux camélias est aussi un roman d’Alexandre Dumas (A-D) dont l’héroïne meurt à 25 ans.

Mais le plus surprenant est à venir. En octobre 2010, le domaine de Courson organisait des journées festives présentées ainsi sur le site : « Pour la seconde année consécutive, Max Hill, directeur pour la France de l’International Camellia Society, organise deux journées d’information consacrées au Camellia arbuste aux facettes si méconnues. Elles permettront aussi de présenter les plus beaux spécimens, en pots et fleurs coupées, à l’intérieur des Écuries du Duc de Padoue ». Courson, nom du domaine, rappelle le monde de la course automobile. Écuries est le nom que l’on donne aux teams de Formule 1. Padoue est une ville d’Italie, proche de Bologne. Deux est le numéro de la voiture de Senna à Imola. Deux noms, Hill et Max, cités dans la présentation, rappellent le nom du partenaire de Senna à Imola Damon Hill et Max est le prénom de Mosley, le président de la FIA en 1994. Au cours de ces 2 jours, le président du conseil général, Paul da Silva a baptisé un nouveau camélia. Senna, né à Sao Paulo (Paul), s’appelait da Silva. International Camellia Society, ICS, est phonétiquement le nom de Jacky Icks. Il est en mai 1984 le directeur du Grand Prix de Monaco. Il arrête la course à cause du déluge qui s’abat sur la piste et subit ainsi la fureur de Senna. Quasiment tous les mots évoquent Senna !

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Blason de Padoue. Padoue ville d’Italie fait l’objet d’un pèlerinage connu. Saint Antoine de Padoue, qui était portugais, y est honoré. Le duc de Padoue est gouverneur des Invalides un 21 mars et son nom figure place de l’Étoile sur la 21ème colonne.

En termes de fleurs, Senna n’est pas en reste. Lui aussi est lié directement à une fleur : le lotus. Pendant 3 ans, il porte haut les couleurs de l’écurie Lotus avec laquelle il gagne ses premiers Grands Prix à 25 ans. Le lotus et le camélia sont des fleurs originaires d’Asie. Des livres (« Pilotes de Lotus ») le concernant portent des fleurs sur la couverture.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli   sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le lotus d’Amérique est jaune. Le drapeau de Macao comporte une fleur de Lotus flottant sur fond vert. Cinq étoiles en arc qui pourraient être un signe de l’année des accidents. Françoise Dorléac meurt en 1967 (1+9+6+7 = 23 = 5) et Senna en 1994 (1+9+9+4 = 23 = 5).

Il existe, dans le monde, un seul drapeau où figure une fleur de lotus. C’est celui qui flotte sur la « souveraineté partagée » entre la Chine et le Portugal de Macao. Quels fils mènent la ville chinoise de Macao à Senna-Dorléac ? La course automobile et le cinéma.

Ancienne colonie portugaise, Macao possède son Grand Prix où les meilleurs pilotes du monde s’affrontent. La première édition, en Formule 3, a été remportée par Senna en 1983. Comme au Brésil, le sport roi est le foot. Trois quotidiens sont publiés en portugais (langue du Brésil). Macao est jumelée avec Sao Paulo. Enfin, dernier point qui relie la ville à Senna, le code MAC est utilisé pour reconnaître le pays.

Quelques capillaires relient Françoise Dorléac et Macao : son père Maurice a doublé en 1952 un film se déroulant dans la ville.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli  sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le blason de Courson-Monteloup, une onde blanche, un saint (Claude) et du vert, du bleu et du jaune : les couleurs du Brésil.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Senna et Françoise Dorléac ont, tous les deux, eu le privilège de timbres à leur effigie. Celui de Françoise vaut 60 centimes d'euros : 60 est l’année de naissance d’Ayrton. La valeur du timbre de Senna est de 83 centimes : 83 c’est le département du Var où se situe Saint-Tropez, lieu de résidence, de travail et de départ du dernier trajet de l’actrice. Au bord gauche du timbre de la belle actrice, un damier noir et blanc peut rappeler le drapeau qui marque la fin des courses automobiles et qui apparaît sur le timbre de Senna. Sur ce timbre, flotte un des deux blasons de Saint-Tropez.

 

Conclusion de l'auteur Thierry Namur

Les faits sont repérés, puis classés par genre. Je n’ai inventé aucun blason, aucune date. Alors ? Quel peut être l’intérêt, pour une quelconque entité, de mettre dans deux corps une âme semblable qui vivra une expérience similaire ?

Quelle est cette force qui a tout arrangé, tout organisé ? C’est une intelligence fabuleuse, cruelle et joueuse qui parle avec des signes choisis par elle. Cette chose monstrueuse et dissimulée laisse-t-elle un libre-arbitre ? À voir. Il serait bien plus rassurant de tout relier au hasard. Mais si cette « organisation » existe pour Senna et Dorléac, elle est aussi dans toutes les destinées : dans les nôtres, dans celle des nations, des mondes. C’est à chacun de faire son chemin et de la découvrir.

 

Sources de l'auteur

La plupart des informations de ce texte ont été puisées sur le site Wikipédia et sur le site Caradisiac.com, rétro, pilotes pour les infos sur Senna. Pour les heures de naissance des personnes, j’ai consulté le site Astrothème. Les circonstances de l’accident de Françoise Dorléac varient d’un site à l’autre. Pour certains, l’avion qu’elle devait prendre allait à Londres, pour d’autres à Paris. Des sites disent qu’elle est décédée sur le coup, d’autres qu’elle a «lutté » pour sortir de l’auto en feu. Les infos sur le 17ème arrondissement viennent du « Parisis Code 6 » de Thierry Vandeleur.

Le livre de Lionel Froissart « Ayrton Senna, croisement d’une vie » a été consulté.

Les amateurs peuvent voir « Senna sans peur, sans limite, sans égal », un film de Asif Kapadia.

06/05/2018

SÉRIALITÉ ET SYNCHRONICITÉ (2)

Françoise Dorléac et Ayrton Senna, sous les regards de Janus (1ère partie) Par Thierry NAMUR

Les destinées du pilote automobile Ayrton Senna et de l’actrice Françoise Dorléac présentent des points communs. Nés tous les deux un 21 mars, ils se tuent, en pleine gloire, au volant d’une voiture Renault. Ces tristes singularités éveillent la curiosité. Y a-t-il d’autres coïncidences ? Est-il possible de constater, comme dans le cas Lincoln-Kennedy, des similitudes entre ces vies brisées ?

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli  sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Au fur et à mesure des recherches, les correspondances voyaient défiler le Dieu romain Janus, l’influence des blasons des villes, des couleurs, des nombres, des fleurs… Toute une panoplie de signifiants interagissait à l’arrière-plan et liait les deux jeunes adultes. Les découvertes ressemblaient au système circulatoire humain. Il y avait les artères, les faits faciles à discerner à répertorier et à accepter. Il y avait les veines, qui drainaient des informations souterraines. Enfin, il y avait les capillaires qui grillageaient tout cela dans un quadrillage de fer. Ce grillage obéissait à une matrice, chef d’orchestre, qui connectait ces myriades de détails : couleurs, blasons, chiffres, lettres et mots. Enfin, un cœur battait et répartissait les faits, c’est le cœur c’est le temps.


Qui sont ces jeunes gens ?

Françoise Dorléac est l’aînée de 3 sœurs, nées de l’union de Maurice Dorléac (Mac) et Renée Simonot (Reno). Sa sœur, Catherine, prendra le nom de sa mère (Deneuve) pour se distinguer professionnellement du nom Dorléac. Ayrton, qui s’appelle d’abord Da Silva, adopte aussi le nom de sa mère.

En guise d’état civil. Françoise Paulette Louise Dorléac naît le 21 mars 1942 à Paris. Elle joue, durant sa carrière éphémère d’actrice, la fiancée écervelée de Jean-Paul Belmondo dans L’Homme de Rio en 1963. Son plus grand succès demeure Les Demoiselles de Rochefort en 1967, la comédie musicale de Jacques Demy où, avec sa sœur Catherine Deneuve, elles incarnent des sœurs jumelles. Françoise Dorléac décède le 26 juin 1967, dans un accident de voiture, à Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes.

Ayrton Senna da Silva est le cadet d’une fratrie de 3 enfants. Ce pilote automobile est né le 21 mars 1960 à Sao Paulo (Brésil). Il se tue le 1er mai 1994 à Bologne au Grand Prix de Saint-Marin. Il est considéré comme l'un des plus grands pilotes de l'histoire de la Formule 1 dont il remporta trois fois le titre de champion du monde. C’est L.P Gascon qui détecte le jeune garçon qu’il voit tourner, avec son kart numéro 42, des heures entières. C’est avec ce 42 qu’il fait sa première course privée en 1991 : 42, chiffre fétiche de Senna, est aussi l’année de naissance de Dorléac.

Françoise Paulette Louise (PAU-LO) Dorléac est née à Paris, ville jumelée à Sao Paulo où Ayrton est né. Sans enfant, l’un et l’autre étaient très proches de leurs neveux. Bruno et Christian qui deviendront respectivement pilote automobile et acteur. Ils partagent les mêmes particularités physiques. Ils ont quasiment la même taille (1m72 et 1m73), un corps fin de coureur de fond, le regard mélancolique, les yeux marron, les cheveux châtain, quelques taches de rousseur, un nez retroussé. Aucun ne fume ni ne boit. Ce qui paraît normal pour un sportif de haut niveau, l’est moins pour une actrice des années 60. Tous deux ont une foi profonde. « Françoise était très croyante et elle a pensé avoir la vocation religieuse », dira sa soeur Catherine Deneuve. Ayrton priait, ce qui n’était pas sans provoquer des railleries chez ses rivaux sportifs.

Ils reçoivent la même éducation de parents pour qui la valeur du travail est centrale. Ceux-ci s’inquiètent : lui est si maladroit et elle est si turbulente. Leurs parents aisés ne s’opposent pas à leur vocation en leur laissant « suivre le chemin choisi… ». Elle s’impose des cours de danse, langues, chants, comédie. Lui vexé d’être peu performant sous la pluie, va s’entraîner sans arrêt. Les gens qui travaillaient avec Françoise avaient deux réactions : soit ils ne la supportaient pas, soit ils l'adoraient. De même pour Senna : adulé ou détesté. Des ingénieurs évitaient de le croiser pour ne pas avoir à faire une séance supplémentaire de travail.

Leurs personnalités se ressemblent. Là où un esprit cartésien ne verra que des traits de caractères dans la norme des vedettes, un esprit plus ouvert verra des ressemblances exagérées. Les termes qui vont les définir sont issus de livres écrits par des proches et d’articles de presse. Ils sont de signe astrologique Bélier et ils en présentent les traits puisqu’ils « allient le feu, la fougue l’obstination qui peut conduire à l’aveuglement ». Les qualificatifs « entiers, détestés, obsédés par la perfection, animés par une farouche détermination, durs avec eux-mêmes mais d'une incroyable sensibilité et d'une déconcertante vulnérabilité dans la vie » conviennent autant à l’un qu’à l’autre.

Françoise Dorléac disait, dans l'hebdomadaire L'Express, en 1966 : « Vous comprenez, je veux être une star. Ne riez pas, je veux être une star, je veux le sommet ou rien. Ce ne sera jamais assez haut pour mon goût. Je suis insatisfaite de nature, quand j'aurai atteint ce qu'en ce moment j'imagine être le sommet, je trouverai que c'est encore bien bas. »

Ayrton ne dit pas autre chose : « J'entends vivre pleinement, intensément, car avec moi, il ne peut en être autrement, c'est dans ma nature » ou encore, pour rappeler sa course folle de 1984 sous le déluge : « Soudain, j’ai réalisé que je ne conduisais plus ma monoplace de manière consciente… J’avais dépassé la limite mais je pouvais aller encore plus loin ».

Elle déclarait pareillement : "Faire une carrière est à la portée d'une foule d'acteurs : il suffit de tourner en permanence. Cela ne s'appelle pas réussir. La réussite comporte une escalade dans la perfection. Et la perfection ne comporte pas d'arrêt, car n'étant jamais trop parfaite, car devant se parfaire indéfiniment"...  Senna ne dit rien d’autre quand il affirme que pour un pilote tout peut s’arrêter en une fraction de secondes. Seulement, il acceptait d’aller un peu plus loin que les autres dans la prise de risque, même s’il était un fervent défenseur de la sécurité. Il devait gagner, tout comprendre et tout maîtriser. C’était une obligation qu’il s’imposait et pour laquelle il se préparait mentalement.

 

Le dieu Janus, Françoise Dorléac et Ayrton Senna

Pour lire correctement cet essai, il faut inviter le Dieu romain Janus dont on peut se demander, à juste titre, comment on peut arriver à évoquer ce nom dans un texte du XXIème siècle.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Qui est Janus ? Dieu associé aux portes, il est représenté avec deux visages parce que chaque porte ouvre sur deux possibilités. Avec nos deux personnages, nous avons ces deux côtés de la porte. Par exemple, s’ils naissent le même jour, la porte (21 mars), ils ne naissent pas à la même saison. Elle naît au printemps et lui en automne, puisque né dans l’hémisphère sud. L’une au nord, l’autre au sud, l’une fille, l’autre garçon. Ils meurent tous deux lors d’un accident d’automobile, mais l’un se fait quasiment sans témoin, l’autre en Mondovision. Elle se tue un lundi et lui est né un lundi.

Encore un exemple avec l’eau, qui est la porte. Senna est connu pour son aisance à piloter sous la pluie, Dorléac a dérapé sur une route rendue glissante par l’orage. Il a fréquenté l’école du Rio Sec, elle l’école La Fontaine.

Le Brésilien Ayrton Senna da Silva est né à Sao Paulo en 1960, année où Dorléac tourne "Les portes claquent". Dorléac se tue à une date proche du solstice d’été. Janus y était fêté. On célèbre les deux saints Jean (l’évangéliste et le baptiste) fin juin, sûrement par analogie phonétique entre les noms Janus et Johannes.

Comme tous les dieux, Janus a sa parèdre féminine avec la nymphe Cardea. En fait, Cardea est l’incarnation du cardo, (l’axe Nord-Sud). Avec les lettres ‘’Le Cardo’’ vous écrivez exactement : "Dorléac". Un chant qui honorait Janus débute ainsi : « Celui qui crée toutes choses, et, en même temps, les gouverne, qui a uni, en les entourant du ciel, d’une part, l’essence et la nature de l’eau et de la terre pesante et tendant toujours à descendre, et d’autre part, celles du feu et de l’air, corps léger et s’échappant vers l’immensité d’en haut : c’est la puissante force du ciel qui a uni ces deux forces contraires… » .

Pour l’auteur latin Macrobe, Janus correspond aux frère et soeur Apollon et Diane. Quand Apollon (le Soleil) disparaît à l'horizon, Diane (la Lune) resplendit dans les Cieux et répand discrètement sa lumière dans les profondeurs mystérieuses de la Nuit. Ces deux divinités éclairent alternativement le monde. Apollon est célébré de préférence par les jeunes garçons ; Diane, plutôt par les chœurs de jeunes filles. Mais c’est bien la même porte. Les attributs de Janus sont la baguette du portier et les clés. La baguette magique est un commerce du 17ème, arrondissement de naissance de l’artiste.

Janus sauve Rome des Sabins en les noyant dans un torrent bouillant. Le premier jour du mois et le premier jour de l’année lui sont consacrés. Senna meurt un premier mai et F. Dorléac est enterrée un premier juillet. On sacrifiait des béliers, qui est le signe zodiacal des jeunes gens, à Janus. Janus offre l’asile à Saturne qu’avait chassé Jupiter. Jupiter est le nom d’un des deux chiens de F. Dorléac. Janus était honoré dans des temples en arc, sous les dômes et sur les seuils. Dans les 16ème et 17ème arrondissements de Paris se dressent l’Arc de Triomphe et l’Arche de la Défense.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

L'arc de Janus (Rome).

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli     sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Sur les deux monnaies ci-dessus, le dieu Janus est représenté avec, au revers, un navire et un char (auto). Toujours chez les Romains, le 1er juillet, on sacrifie à la Félicité dans le Capitole. Cette déesse est représentée avec, à la main, la corne d’abondance du bélier. Dans le 17ème arrondissement parisien, il y a une rue de la Félicité. Les films de F. Dorléac "La peau douce" ou encore "Les demoiselles de Rochefort" sont distribués par la société « Janus Films ».

Les sœurs Dorléac passaient leurs vacances à Nandy et à Seine-Port. Aujourd’hui la cité de Nandy,  auparavant village rural, a été intégrée à la Ville Nouvelle de... Sénart (Senna).

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli     sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Existe-t-il un lien entre le chapeau jaune de l’homme de Rio et le casque jaune de l’homme de Sao Paulo ? Oui, le Brésil et c’est bien le nom de F. Dorléac qui figure sur l’affiche dont les lettres du titre sont colorées. Sur le casque d'Ayrton Senna, créé par le peintre Sid Mosca, les couleurs jaune, vert et bleu sont les couleurs du drapeau brésilien. Son casque portait un autocollant rouge et blanc (son sponsor Marlboro) qui l’a accompagné toute sa carrière, sauf pour les trois derniers Grands Prix. On note sur l’affiche le prénom du père de Senna, Milton, et celui de Simone Renant avec lequel il est possible d’écrire Airton Senna. L’action se passe à Rio de Janeiro : Janeiro, janvier, le mois dédié au Dieu Janus.

 

Saint-Tropez

F. Dorléac fréquente la ville de Saint-Tropez dont elle est l’une des icônes. Saint-Tropez qui dispose de plusieurs blasons et d’un drapeau. Saint Tropez, ami de Saint Paul (Sao Paulo), est décapité en l’an 68 en Italie : son corps posé sur une barque avec un chien et un coq s’échoue sur le rivage le 17 mai 68, donnant ainsi son nom à la ville.

Était-il envisageable de trouver un lien entre Janus et la ville de Saint-Tropez ? Oui. Cette année, le maire de la ville a dit, lors de ses vœux aux Tropéziens : "J’avais envisagé d’évoquer à nouveau en préambule à mon propos le Dieu Janus, le dieu des ouvertures et des commencements, du changement, de la transition, le gardien des passages et des croisements, dont les deux visages opposés, permettaient de rendre le passé et l'avenir toujours présents à ses yeux".

Un des projets de la commune, s’appelait… Janus. Il est à rappeler qu’à l’origine de ce texte, il y a l’intention de comparer les vies de deux célébrités et de relever les coïncidences abusives qui pourraient exister. Mais le répertoire de coïncidences se transformait peu à peu en un texte à tiroirs et le récit linéaire en cabinet de curiosités

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

''Saint Tropez représenté dans sa barque''.

La mort

Peu avant son accident, Françoise Dorléac disait : "Je n'ai que 24 ans, mais moi non plus, je ne peux pas me résoudre à vieillir, j'ai la hantise de la fin, j'ai peur de la mort’’. Un malheureux concours de circonstances va précipiter cette mort qu’elle redoute. Un départ repoussé, un désir de profiter jusqu’au bout de vacances et c’est le drame. Elle quitte Saint-Tropez et roule vite sur l’autoroute pour rattraper son retard. Elle s’engage à Villeneuve-Loubet dans une courbe pour rejoindre l’aéroport de Nice d’où elle prendra une Caravelle pour Paris. La voiture s’emballe, heurte un poteau puis s’enflamme.

Le 1er mai 1994, Senna est au départ du Grand Prix de Saint-Marin à Imola, en Italie. Pour la première fois, Ayrton Senna qui n’avait jamais été photographié sans casque, assis dans le cockpit de sa voiture sur la grille de départ d’un Grand Prix, autorise J.M Lisse à le faire. A Imola "Il régnait une atmosphère anormale"’dira-t-il. Prost dit la même chose : « Il s’est passé ce jour-là des choses indescriptibles, beaucoup plus fortes que ce que les gens peuvent penser » qualifiant le week-end « d’extra-terrestre », tant il est étrange.

Senna avait déjà 20 (deux fois dix) points de retard au championnat du monde et voulait réduire l'écart. À l’entame de son septième tour, il perd pour une raison inconnue le contrôle de sa Renault, freine et percute un mur à 200 km heure, avant de rebondir. On voit sur un document d'archives à Imola, un mois avant sa mort, Senna dire pendant les essais dans un coin de la piste : « Quelqu’un va mourir à cet emplacement cette année ».

Françoise Dorléac enregistre une chanson pour l’émission de télé « Ni figue ni raisin » en mai 1965, une chanson intitulée « Mario j’ai mal », visible sur YouTube. Cette chanson, qui n’est pas la meilleure du répertoire français, a peu de paroles dont « Mon bien aimé que signifie le Macadam ? ». Elle psalmodie plusieurs fois "Mario j’ai mal" à la fin de la chanson ce qui rend l’écoute difficile quand on sait l’atroce fin de l’artiste... Avec les lettres du titre de cette chanson, vous écrivez « Mai à Imola » et il restera "JR", de quoi écrire Janus-Renault. Les anagrammes sont-elles un moyen de communication entre l’inconnu et l’homme ? F. Dorléac habitait à Paris boulevard Murat : avec les lettres vous faites, rapprochement inattendu, Tamburello, le nom du virage meurtrier d’Imola.

Les voitures sont deux Renault. Un V 10 (Villeneuve de Villeneuve-Loubet a 10 lettres) pour le pilote brésilien et une R 10 pour l’actrice. Aucune des autos n’appartient à leur conducteur. L’une appartient à l’écurie Williams et l’autre à une agence de location. Il pourrait s’agir, pour la voiture de Dorléac, d’un modèle sportif de type Gordini.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Une R10 major grenat. (photo planet-GT.com)

Une des causes de l’accident de F. Dorléac est l’orage qui a rendu la route glissante. Senna lui est un as sous la pluie et il connaît son heure de gloire à Monaco où la presse britannique le qualifie de « Magic ». On retrouve cet adjectif pour F. Dorléac chez un critique de film P. Murat : "Belmondo est irrésistible et Françoise Dorléac, magique".

Indirectement c’est l’eau du fleuve Santerno (Senna) qui va tuer Senna. En 1989, Berger, le pilote autrichien, avait percuté le même mur à Imola, et sa voiture avait brûlé, blessant grièvement le pilote. Plus tard, Senna et Berger étaient allés voir le virage pour tenter de modifier son tracé, jugé trop dangereux. Mais, la présence du fleuve Santerno un peu plus loin bloquait la possibilité de modifier le virage ou de repousser les murs.

Le circuit d’Imola, en Italie, s‘appelle Enzo et Dino Ferrari. Dino, remarquable ingénieur est mort à 24 ans et c’est en son hommage que le circuit porte son prénom. Les lettres D F (Dino Ferrari) sont les mêmes initiales que Fr. Dorléac. C’est un détail mais c’est le seul circuit qui permet ce raccourci

Le 8 mars 1986 à 43 ans, Franck Williams est victime d’un accident sur une route nationale. Il devait prendre un avion pour Londres. Trop vite dans un virage, il part en tonneaux dans sa voiture de location… Son passager est tué et lui reste infirme. Au départ de ce seizième Grand Prix d’Imola, Senna pilote la Franck Williams 16. En remplaçant les chiffres 16 par leur place dans l’alphabet, cela donne 1=A et 6=F. Soit Ayrton et Françoise. Remplacer des lettres par des chiffres est un code simple et courant qui permet, par exemple, aux admirateurs d’Adolf Hitler de porter impunément le nombre 18 (1=A et 8=H) sur leurs vêtements. Trois fois champion du monde de F1, son palmarès comprend 161 (A-F-A) départs en Grands Prix, 41 victoires (D-A) et 614 points marqués (F-A-D).

La Renault 10 s’était embrasée et à Sao Paulo, curieusement, la dépouille de Senna est posée sur… un camion de pompier. Le corps carbonisé de la comédienne, comme celui de Senna, est transporté à Paris. Puis le corps de Senna est rapatrié à Sao Paulo. Ayrton Senna est enterré à Sao Paulo, Fr. Dorléac à Seine-Port le 1er juillet. À noter que Seine se dit Senna en Italien !

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

La première victoire de Senna a lieu le 1er juillet 1973 (il a 13 ans) en kart à Interlagos (Sao Paulo) au Brésil. Le 1er juillet est le jour où F. Dorléac est inhumée à Seine-Port, en Seine-et-Marne. Notez que le numéro du kart de Senna est celui du département de la Seine-et-Marne (77).

Les lieux des accidents : Imola et Villeneuve-Loubet, les endroits où les corps meurtris sont dirigés (Bologne, Cagnes-sur-mer), là où les corps reposent (Seine-Port, Sao Paulo) présentent des points communs : Sao Paulo et Seine-Port ont les mêmes initiales. En l’an 2000, Villeneuve-Loubet et la ville italienne de Forlimpopoli, qui se ressemblent beaucoup, se sont jumelées. Forlimpopoli est à 10 km de l’entrée de l’autoroute du Soleil et surtout à une distance de 25 miles (47 km) d’Imola et de son circuit. Il existe donc un lien entre les deux villes, lieu des malheureux accidents.

 

À SUIVRE

04/05/2018

SÉRIALITÉ ET SYNCHRONICITÉ (1)

Sérialité, synchronicité et coïncidences (1) par Ranky



Le principe de sérialité de Paul Kammerer

Ce que le biologiste Paul Kammerer (1880-1926) baptisa la “ sérialité”, et que nous dénommons plus communément la “loi des séries”, soulève des problèmes très mystérieux. Chaque individu, au cours de son existence, a déjà remarqué ces enchaînements d’évènements, sans rapport les uns avec les autres. Le plus souvent nous les attribuons au hasard et ces coïncidences amusent souvent celui qui en est le sujet. Par exemple, lorsqu’au jeu un numéro sort deux fois de suite, le joueur lance : “Eh bien, jamais deux sans trois !”. Bien souvent, le chiffre sort une troisième fois. C’est alors qu’on regrette de ne pas avoir persisté à le jouer, en se disant : “Si j’avais suivi mon idée, j’aurai gagné !”.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le biologiste Paul Kammerer (1880-1926) a créé le concept de sérialité (ou loi des séries)

Mais si l’on désire observer ce phénomène de la “loi des séries” avec sérieux, on relève des faits indiscutables et inexpliqués. Une encyclopédie pourrait être écrite sur ces coïncidences dont certaines sont devenues célèbres.

La revue Métapsychique de 1937 cite le cas de Jeanne Valérie Laneau. Celle-ci avait été engagée par le sculpteur Emmanuel Frémiet pour servir de modèle à la statue de Jeanne d’Arc qui se trouve Place des Pyramides à Paris. Elle mourut en 1936, brûlée vive dans sa chambre.

Dans l’encyclopédie Planète de 1967, Georges Langelaan raconte que le 25 novembre 1911, trois hommes furent condamnés pour le meurtre de Edmund Berry Godfrey dans sa résidence de Greenberry Hill, près de Londres. Ils s’appelaient respectivement Green, Berry et Hill.


La synchronicité Abraham Lincoln - John Kennedy
Un cas historique, décrit à maintes reprises dans de nombreux magazines, concerne la malédiction qui pèse sur la Maison Blanche.

Depuis 1840, aucun des présidents élus au cours d’une année se terminant par zéro n’a pu finir son mandat sans connaître de graves ennuis. Beaucoup ont subi une mort violente : William Harrisson, élu cette année-là, ouvre la série. Lincoln, élu en 1860, a été assassiné. Garfield, élu en 1880, également. Assassinés aussi, Mc Kinley, élu pour un second mandat en 1900, et Kennedy, élu en 1960. Harding, élu en 1920, mourut d’une crise cardiaque. Roosevelt (1940) de la polio et Reagan (1980) échappa miraculeusement à un attentat.

La synchronicité, selon le terme consacré par le psychanalyste Jung et le physicien Pauli, consiste en une succession de coïncidences qui relient des êtres ou des événements sans lien de cause à effet.

Celle-ci est particulièrement marquante entre les deux présidents Lincoln et Kennedy. Leur vie et leur mort présentent des similitudes à peine croyables. Abraham Lincoln fut élu président des Etats-Unis en 1860 et John Kennedy en 1960, à cent ans d’intervalle. Tous les deux furent assassinés un vendredi et en présence de leur épouse, tous deux tués d’une balle tirée dans la tête par derrière.

sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli  sérialité,synchronicité,coïncidences,Lincoln,Kennedy,Dorléac,Senna,Kammerer,Jung,Pauli

Le comparatif Abraham Lincoln/John Kennedy est le cas de synchronicité le plus célèbre.

Le successeur de Lincoln s’appelait Andrew Johnson, il était né en 1808, élu sénateur démocrate du Sud et décéda dix ans après Lincoln. Le successeur de Kennedy s’appelait Lyndon Johnson, il était né en 1908, était sénateur démocrate du Sud et décéda dix ans après Kennedy.
L’assassin de Lincoln, John Wilkes Booth était né en 1839. Il tua le président américain dans un théâtre et se cacha dans un entrepôt. Il fut lui-même tué avant d’être jugé. L’assassin de Kennedy, Lee Harvey Oswald, était né en 1939. Il tua le président américain en tirant depuis un entrepôt et se cacha dans un cinéma. Il fut tué lui aussi avant d’être jugé.
La femme du président Lincoln perdit un enfant pendant son séjour à la Maison Blanche. La femme du président Kennedy perdit également un enfant dans les mêmes circonstances.
Le mystère de cette synchronicité s’épaissit encore lorsque l’on constate que la secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy et qu’elle avait supplié le président de ne pas aller au théâtre, alors que la secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln et qu’elle avait supplié le président de ne pas aller à Dallas.
Et puisqu’il existe aussi une synchronicité des lettres et des chiffres, il est remarquable de constater que les noms des deux présidents comportent chacun 7 lettres, les noms de leurs successeurs 13 lettres et ceux de leur assassin 15 lettres.

Cette synchronicité mériterait une étude beaucoup plus approfondie puisque l’on trouve encore d’étranges similitudes comme le fait, entre autres, que John Kennedy se trouvait lors de son assassinat à bord d’une voiture de marque... Lincoln.

Dans notre prochaine newsletter, notre ami Thierry Namur évoquera en détail un cas de synchronicité qu'il a personnellement étudié et qui est aussi étonnant que l'exemple Lincoln/Kennedy : il s'agit de celui de la comédienne Françoise Dorléac et du pilote de Formule 1 Ayrton Senna.

À SUIVRE

 

29/04/2018

MA RENCONTRE AVEC COLETTE SILVESTRE

RENCONTRES EXTRA-ORDINAIRES

Cette série d'articles vous est proposée par les deux créateurs de ce blog Paranormal : Ranky et Jacques Mandorla. Tous deux ont eu la chance, au cours de leur carrière respective, de rencontrer des personnages hors du commun.

Ma rencontre avec Colette Silvestre, tarologue  par Jacques Mandorla

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

BIO-EXPRESS

Après une scolarité classique, Colette Silvestre entre, sur concours, dans l'administration. Trois ans plus tard, trouvant cette activité trop monotone, elle rejoint le groupe de presse Hersant. Le milieu journalistique, beaucoup plus vivant, convient davantage à son besoin de communiquer, d'écrire et d'échanger. Cette expérience, très riche et pleine d'enseignements, va durer dix ans et lui laisser un excellent souvenir. Mais, pour des raisons personnelles, elle est obligée d'abandonner cette activité et s'oriente alors vers le monde de l'édition d'ouvrages ésotériques.

Colette Silvestre réalise alors que sa voie est dans la tarologie, une science fondée sur l'étude des cartes du tarot. C'est son talent dans la lecture de l'agencement de ces cartes, lecture plus longue que les cartes à jouer ordinaires et comportant des figures différentes, qui lui a permis d'exercer dans un domaine qui la passionne depuis son plus jeune âge.

MA RENCONTRE

J'ai rencontré Colette Silvestre en 1988 lors d'un dîner organisé par notre éditeur commun Michel Grancher, qui avait eu l'excellente idée de réunir les auteurs des ouvrages de son incontournable collection "ABC" : ce soir-là, en tant qu'auteur de "ABC du magnétisme", j'ai fait la connaissance entre autres de Colette Silvestre ("ABC des tarots") et de Jean-Daniel Fermier ("ABC de la numérologie"), avec lesquels j'ai gardé des liens amicaux encore jusqu'à aujourd'hui.

Pour cette rubrique RENCONTRES EXTRA-ORDINAIRES, j'ai voulu en savoir plus sur cette discipline qu'est la tarologie, en interviewant Colette Silvestre.

Jacques Mandorla : Comment vous présentez-vous aux gens : tarologue, cartomancienne ou bien tireuse de cartes ?

Colette Silvestre : « Tireuse de cartes » ou « cartomancienne » sont des termes tout à fait exacts, mais qui ne correspondent plus à notre époque actuelle. Dans l'esprit de certaines personnes, ils sont même un peu péjoratifs. De nombreuses expressions changent avec le temps et avec la mode. De même qu'un sourd devient un malentendant, un aveugle un malvoyant ou une concierge une gardienne d'immeuble, les termes de « tireuse de cartes » et de « cartomancienne » sont aujourd'hui remplacés par ceux de « tarologue » ou même parfois de « conseillère en relations humaines » ! Il ne faut pas oublier que, dans le passé, on lisait l'avenir en utilisant un simple jeu de belote de 32 cartes, et c'est ce qui a donné le mot « cartomancie ». Aujourd'hui le tarot (dont le jeu présente 22 arcanes majeurs essentiels aux interprétations, plus 56 arcanes mineurs complémentaires destinés à affiner ou à compléter ces interprétations) est devenu le support principal des consultations. La récente appellation de « tarologue » semble plaire davantage que « tireuse de cartes », devenue à tort synonyme de charlatanisme.

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

Le terme "tarologue" remplace aujourd'hui ceux de "cartomancienne" et de "tireuse de cartes".

 

JM : Comment est née cette passion chez vous ?

CS : Plutôt que de parler de passion, je préfère évoquer un intérêt fondé sur la curiosité. Attirée, dès l'âge de vingt ans, par le mystère qui entourait les cartes, je pris plaisir à consulter cartomanciennes et tarologues. J'étais surprise de voir qu'une simple lecture d'images permet de faire des prédictions qui, avec le temps, s'avéraient exactes. La curiosité m'a donc poussée à vouloir en savoir plus, à comprendre comment les cartes pouvaient répondre à nos questions et cette démarche est devenue une véritable passion au fil du temps.

JM : Comment définiriez-vous votre rôle ?

CS : C'est une activité de conseil, destinée à soulager les plaies et les bosses de l'âme et qui demande patience, compréhension et amour des autres. Si l'interprétation du tarot réclame de l'intuition, il ne faut pas négliger la logique et la psychologie pour aider à résoudre certaines préoccupations des consultants.

JM : Que représente, pour vous, un jeu de tarot ?

CS : Au départ, le tarot a été pour moi un objet de collection. Les couleurs, les formes, les graphismes des lames m'avaient incitée à collectionner différents jeux. On ne peut pas rester insensible aux véritables œuvres d'art que sont les tarots de Visconti, de Scapini, de Charles VI ou, plus récemment, celui de Dali. Par la suite, compte tenu de l'intérêt que je portais à l'interprétation de ces lames, j'ai compris que le tarot était un traité de psychologie en images, un livre de sagesse et de connaissance, un chemin initiatique riche d'enseignements. Si le tarot éveille notre imagination par ses images colorées et artistiques, il permet aussi de méditer et de dialoguer avec soi-même et d'avancer sur la voie du chemin intérieur.

JM : Quel est votre jeu de tarot préféré ?

CS : Je reste fidèle aux 22 arcanes majeurs du tarot, ce qui ne signifie pas qu'il s'agit du tarot de Marseille ! Je travaille toujours avec des jeux dont les images me plaisent et me parlent, mais il m'arrive souvent d'en changer. J'ai une préférence pour les Tarots italiens et actuellement j'utilise un tarot de Scapini, sur un thème de Roméo et Juliette. Bien entendu, je n'oublie pas l'Oracle de Venise, un jeu de ma propre création !

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

L'Oracle de Venise : un jeu (cartes + livret) créé par Colette Silvestre et qui se présente dans un élégant coffret (éditions Grancher).

 

JM : En quoi le tarot est-il différent des autres techniques de divination ?

CS : Généralement utilisé à des fins divinatoires, le tarot peut aussi devenir un support très différent. L'interprète peut orienter la lecture des symboles, selon ses conventions et ses méthodes, vers des interprétations psychologiques, karmiques, spirituelles ou kabbalistiques.

JM : À quoi sert exactement le tarot ?

CS : Le tarot est très révélateur de la personnalité d'un individu. Chaque lame détermine les forces et les faiblesses du consultant. Il donne des informations précises sur ses émotions intérieures et cet aspect est nécessaire pour les prévisions qui pourront être faites. Le tarot est également une technique de divination mais il n'a pas le pouvoir d'influencer les événements. Simple messager, il aide à prendre des décisions, à orienter des choix, à cerner les facteurs positifs ou négatifs d'une situation, à saisir les opportunités ou à éviter les conflits, mais rien ne sera possible sans l'investissement personnel du consultant. Le tarot informe et le consultant est libre d'accepter ou de refuser l'information qui lui est transmise. Les gens viennent chercher l'espoir d'une amélioration de leur vie quotidienne, un réconfort et un éclaircissement sur leur vie future. Le tarot délivre donc un message d'espoir et d'amour. Que serait la vie sans espoir et, surtout, sans amour ? Si le tarot vous intéresse, sachez que vous pouvez lui faire confiance car c'est un ami fidèle et sincère qui ne vous décevra jamais.

JM : Qui consulte les tarologues ?

CS : En consultation, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Émotives et intuitives, elles se laissent aller à leurs états d'âme, sans éprouver de gêne à exprimer ce qu'elles ressentent. Les hommes sont plus fiers et n'apprécient pas de se montrer dans une position fragile. Ils réagissent également avec plus de logique et de raisonnement et considèrent qu'aller voir une cartomancienne est un truc de bonne femme. Ils se moquent gentiment, ils sourient malicieusement mais la curiosité les pousse souvent à vouloir en savoir plus !

JM : Vous ne consultez plus depuis deux décennies déjà. Pourquoi ?

CS : Par manque de temps. Les consultations demandent une grande disponibilité. Après de nombreuses années au service d'une clientèle parfois très exigeante, je consacre désormais mon temps à écrire des livres et à dispenser des cours d'initiation et de perfectionnement.

JM : Quand vous consultiez, comment travailliez-vous face à un consultant ?

CS : Je l'informe d'abord sur ce que je peux lui apporter et sur mes limites. J'avoue n'avoir aucun don exceptionnel de voyance ou de médiumnité et que je ne suis pas en mesure d'entrer en contact avec un esprit. Le consultant doit également savoir que la lecture du tarot ne va pas résoudre tous ses problèmes. Par ailleurs, je n'acceptais pas qu'une tierce personne assiste à la consultation : pour moi, le tête-à-tête est très important pour dialoguer sans avoir à être attentif à la personne dont la présence peut d'ailleurs provoquer une gêne ou une vibration négative. Enfin, la disponibilité du consultant devait être entière. Je n'ai jamais imposé de durée précise : selon les difficultés, une consultation pouvait varier d'une heure à une heure trente.

JM : Aviez-vous des difficultés à assumer l'attente des consultants ?

CS : Oui. L'intuition et la psychologie sont sans cesse en éveil pour comprendre les difficultés de la personne qui attend beaucoup de sa consultation. Il faut rester à son écoute, savoir ne pas la juger quelle que soit sa demande et rester impartial, sans jamais se projeter dans ses préoccupations. Certains cas sont faciles à analyser mais il arrive que l'on rencontre des personnes dont la situation est vraiment douloureuse. On ne peut pas rester insensible à certaines misères et si on ne peut régler tous les problèmes, on doit au moins apporter une aide morale.

JM : N'importe qui peut-il apprendre le tarot ?

CS : Le tarot est un livre d'images à la portée de tous. Il n'est donc pas nécessaire d'avoir un don particulier pour lire les arcanes du tarot. Le futur initié doit savoir qu'en s'investissant dans cette démarche, il découvrira une autre manière de penser. Philosophie et psychologie viendront ajouter à son étude une nouvelle orientation. Le travail de lecture développe l'intuition et permet ensuite de ressentir des émotions et des sensations plus fortes en soi-même. Il n'y a aucun danger à travailler et lire le tarot, mais celui-ci ne doit pas devenir une béquille dont on ne peut plus se passer. Ce support doit être utilisé à des fins d'aide et de soutien et, en aucun cas, comme une sanction.

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

JM : Quelle est votre plus belle réussite en consultation ? 

CS : Fort heureusement, il y en a eu beaucoup. Si je devais n'en garder qu'une, ce serait la réconciliation très heureuse d'un couple au bord de la séparation. Je rappelle qu'un individu a parfaitement le droit d'accepter ou de refuser les informations et les conseils donnés par les lames de tarot. Dans le cas de cette femme, il y a eu de sa part une confiance totale dans les messages du tarot et une mise en application des conseils : le résultat a été très positif. Celui qui a toute confiance dans le tarot et qui n'hésite pas à faire les démarches nécessaires pour atteindre ses objectifs parviendra à dépasser les épreuves.

JM : Quel est votre plus cruel échec ?

CS : Un échec douloureux vous oblige à une remise en question totale par rapport à cette profession. En 1997, j'ai été bouleversée par le suicide d'une cliente fidèle depuis cinq ans. Après un investissement sérieux et sincère dans une mission humanitaire, cette femme de 55 ans s'est laissée aller à des tensions émotionnelles de plus en plus fortes pour sombrer finalement dans une grave dépression. Je n'ai sans doute pas suffisamment insisté sur la nécessité de lui faire suivre une thérapie et je n'ai pas imaginé un instant qu'elle puisse passer à l'acte. Mais peut-on réellement espérer que mes mots auraient été suffisants pour lui permettre de reprendre goût à la vie ?

JM : Vous avez écrit récemment un livre sur « Le 6e sens » : pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le sujet ?

CS : Bien que le sixième sens ne soit pas explicable, la science ne nie pas son existence et admet que nous possédons TOUS cette inestimable faculté. Ce sixième sens, nommé différemment intuition, pressentiment ou instinct, nous prévient des avantages et inconvénients d'une situation ou d'un évènement, nous met en garde face aux dangers et nous pousse à des actions positives pour l'avenir. S'il nous parait très naturel de voir, d'entendre, de se sentir, d'apprécier le goût ou de ressentir des sensations par le toucher, pourquoi refuser d'utiliser le sixième sens toujours prêt à nous donner des informations pour notre bien ? Apprendre à développer son sixième sens, c'est découvrir un message entre notre sagesse intérieure et notre conscient : il est la lumière qui éclaire notre vie.

JM : Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

CS : Je collabore à une nouvelle revue trimestrielle qui vient d'être lancée par un ami, Frédéric Pudleitner. Son titre : DESTINÉA, positionné comme le magazine positif du spirituel et du mieux-vivre. Le numéro 1 est sorti en janvier 2018 (j'ai écrit un article "À la découverte du Tarot de Marseille") et le numéro 2 fin mars ("La loi d'attraction : on attire ce que l'on pense"). Dans le numéro 3, qui paraîtra fin juin, je publierai un article sur "Le sixième sens".

destinéa,ésotérisme,symboles,signes,pentagramme,horoscope,mieux-vivre,tarot

JM : Puisque vous ne consultez plus, quelle activité vous occupe aujourd'hui ?

CS : J'enseigne le Tarot de Marseille, l'Oracle de Belline et la Numérologie, en cours de groupe à la librairie La Cornaline dans le 9e arrondissement. Cet enseignement me prend beaucoup de temps car il s'étale sur toute l'année scolaire. En plus de cet enseignement traditionnel, je propose des ateliers de perfectionnement, afin de former mes élèves à pratiquer ensuite professionnellement. Je fais des animations « Questions-Réponses », au cours lesquelles les participants me soumettent leurs interrogations personnelles, et je leur réponds à l'aide du tarot de Marseille. J'anime également des conférences sur différents sujets comme le 6ème sens, la loi d'attraction, l'association du tarot et de la numérologie ou encore celle du tarot et des chakras…

 

Pour en savoir plus sur les cours et animations de Colette Silvestre, n'hésitez pas à consulter son site Internet : http://colettesilvestre.fr/Index.html

 

BIBLIOGRAPHIE

Colette Silvestre a écrit plus d'une quarantaine de livres, disponibles sur www.amazon.fr, www.fnac.fr ou à la librairie La Cornaline, 62 rue Saint-Lazare, 75009 Paris.

Voici 4 de ses ouvrages incontournables.

LES 21 PORTES DES ARCANES DU TAROT DE MARSEILLE ET D'OSWALD WIRTH

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

Cet ouvrage vous invite à entrer dans le jeu de tarot, en passant une à une 21 portes destinées à vous faire découvrir les secrets des arcanes majeurs. Trois personnages vous accompagnent au cours de ce voyage et trois regards différents vous font part de leur ressenti personnel à chaque ouverture de porte : le Mat critique et sévère mais chargé de curiosité, le profane ancré dans le monde de la Matière et l'initié dont la démarche est avant tout un voyage de l'âme qui ouvre la voie de la compassion et de l'amour universel. Au bout de la route après l'ouverture des 21 portes, quel sera votre propre regard ? Éditions Exergue – 363 pages – 23,90 €

 

LA LOI D'ATTRACTION PAR LE TAROT

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

Cet ouvrage vous aide à comprendre que vous êtes seul maître de vos pensées et que vous attirez tout ce que vos pensez : c'est la Loi de l'Univers ou Loi d'attraction. Adopter cette loi et croire en sa force, c'est attirer à soi tout ce que l'on désire pour être heureux et, dans un même temps éloigner tout ce que l'on ne souhaite pas voir intervenir dans notre vie pour ternir notre bonheur et joie de vivre. Les arcanes du Tarot aideront, grâce à leurs symboles, à envoyer les messages dans l'Univers et, grâce à ce support, tout deviendra plus facile et plus clair. Éditions Trajectoire – 170 pages – 18,25 €

 

LE COURS DE TAROT DE COLETTE SILVESTRE

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

Quelles sont les origines du tarot ? À quoi sert le tarot ? Comment l'aborder et, surtout comment le pratiquer ? Faut-il un don ? Cet ouvrage a été conçu non seulement pour répondre à toutes les questions que l'on se pose autour du tarot, mais aussi pour permettre de l'étudier avec facilité en toute simplicité. Ce cours de tarot est à la portée de tous, du débutant à l'élève confirmé. Rédigé en termes clairs et précis, il permet de comprendre rapidement la technique conduisant à des interprétations prévisionnelles dans les domaines de la vie quotidienne tels que le travail, l'argent, l'amour, la santé, la sexualité, la spiritualité… Éditions Grancher – 288 pages – 20 €

 

DÉVELOPPER SON 6ème SENS

rencontre extra-ordinaire,tarot,colette silvestre,cartomancienne,tarologue,divination,belline,lenormand

Nul n'ignore l'importance et l'utilité de nos cinq sens et pourtant nous sommes loin de les utiliser à bon escient et surtout d'en tirer tous les profits qu'ils sont en mesure de nous procurer. En sachant être à l'écoute de vos cinq sens et en apprenant à les exploiter, vous constaterez des améliorations de votre quotidien de façon positive. Ce travail sur les cinq sens a une grande importance car il permettra au sixième sens de se manifester spontanément et de façon différente selon la nature, le caractère, la personnalité et la sensibilité des individus. Éditions Trajectoire – 112 pages – 18,25 €

 

Prochain article : Ma rencontre avec Michel SIMON, comédien par Ranky



MA RENCONTRE AVEC MAXENCE VAN DER MEERSCH

Ma rencontre avec  MAXENCE VAN DER MEERSCH, écrivain par Ranky

 

BIO EXPRESS

image.jpegL'écrivain Maxence Van der Meersch est né à Roubaix le 4 mai 1907 et est décédé le 14 janvier 1951 au Touquet-Paris-Plage. Il exerce très peu son métier d’avocat et décide de vivre de sa plume, en consacrant son oeuvre à la description de la vie des gens du Nord.

Élève au lycée Gambetta de Tourcoing, il se distingue par un talent d'écriture remarquable.

image-1.jpegEn 1934 il épouse une ouvrière après cinq années de concubinage, Thérèze Denis, qui sera l’unique amour de sa vie et la clef de la compréhension de son oeuvre. De cette union naît une fille qu'ils prénomment Sarah en souvenir de la soeur décédée de Maxence, alors que celui-ci n'avait que quatorze ans.

Prix Goncourt en 1936 pour son livre “L’empreinte du Dieu” et prix de l’Académie française en 1943, il est l’auteur de 15 romans dont “Corps et âme “qui sera traduit en 13 langues.
Cet auteur connaît un énorme succès de son vivant. Il est aujourd’hui injustement oublié.
Son roman intitulé "La maison dans la dune" fut porté au cinéma en 1988 par Michel Mees.

11331_image_1.jpg

 

 

 

 

Un buste en bronze d'après un plâtre de Robert André Missant (peintre et sculpteur) a été inauguré en hommage à Maxence Van Der Meersch en 1989 dans le square de la commune de Wasquehal (Pas-de-Calais)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MA RENCONTRE

Tout jeune adolescent, dans une pâtisserie, je suis mis en présence de l’écrivain Maxence Van der Meersch qui se soigne à Berck. Cette rencontre est auréolée de mystère. En effet, l’immense écrivain, accompagné de son épouse et de sa fille Sarah, sont attablés dans les salons de “l’Impératrice” quand je pénètre dans les lieux, porteur d’un mot destiné à la fille des patrons de la célèbre pâtisserie berckoise. Sans un mot, je me dirige vers Maxence Van der Meersch que je ne connais pas. Je ne l’avais jamais vu auparavant et n’avais jamais entendu parler de cet homme pourtant célèbre. Je me plante devant la table, comme tétanisé, l’enveloppe à la main. Sans un mot non plus, Van der Meersch, qui ne me connaît pas plus, me prend l’enveloppe des mains, au moment même où la fille de la maison apparaît au fond du salon, et la lui remet sans prononcer une seule parole. Je tourne alors les talons et quitte la pâtisserie.

La missive est passée de main en main sans qu’une seule parole soit prononcée de part et d’autre. Peut-être s'agit-il d’un phénomène de divination ou de télépathie. Mystère !
Une autre fois, jeune apprenti horloger, je livre les montres réparées en atelier à la boutique de la rue de la mer. Maxence Van der Meersch est présent, impérial, tenant un discours devant mon patron horloger subjugué. Je me souviens encore de cet homme maigre, nerveux, avec un visage ressemblant au Christ qui nous parlait de sa méfiance envers la médecine et faisait l'éloge du régime végétarien qui le tenait "en bonne forme physique et mentale" et enchaînait avec brio sur son rejet de la société littéraire de la capitale, privilégiant avec une conviction époustouflante la vie admirable des gens du nord de la France. Puis, soudain, il se tait, me regarde pendant de longues secondes. Je pense qu'il se souvient de notre rencontre dans "la pâtisserie de l'Impératrice". Mon patron me présente alors comme son apprenti.

J’ouvre le coffret et renverse son contenu, une quinzaine de montres desquelles j’en extrait deux que je fait glisser sur le comptoir en direction de monsieur Van der Meersch. Chaque montre portant un numéro, il était impossible, sans le cahier correspondant, d’en connaître le propriétaire. Et pourtant, ce sont les deux montres que je venais de poser devant leur propriétaire !
Après le départ de Maxence Van der Meersch, j’étonnerai encore mon patron en lui annonçant : je ne connais pas le nom de ce monsieur, c’est trop compliqué. Mais si je ferme les yeux, je le vois en train d’écrire. Il écrit tout le temps. C’est un écrivain.
Après la mort de cet auteur, je verrai passer entre mes mains plusieurs autres montres qu’il avait laissées à l’horlogerie "Marc Duplessis" pour que nous les réparions.

BIBLIOGRAPHIE

th-3.jpeg

La Maison dans la dune Éditions Albin Michel 1932

Car ils ne savent ce qu'ils font 1933

Quand les sirènes se taisent 1933

La Fille pauvre roman autobiographique en trois volumes.

Tome I : Le péché du monde 1934 - Tome II : Le Cœur pur, 1948

th-1.jpegTome III : La Compagne (publication posthume en 1955).

 L'Empreinte du dieu (prix Goncourt 1936)

 Invasion 14   1935.

 Maria, fille de Flandre Éditions du Nord

 L’Élu Éditions du Nord

 Pêcheurs d'hommes 1940.

51SZBQ44J6L._AC_US218_.jpgCorps et Âmes roman sur le monde de la médecine, Grand Prix de l'Académie française  en 1943

Autres publications

Masque de chair, roman sur l'homosexualité masculine, paru en 1958 après sa mort

Vie du Curé d'Ars, hagiographie, 1936.

412KRATWBRL._AC_US218_.jpgLa Petite Sainte Thérèse, éditions Albin Michel 1943.

Femmes à l'encan, essai contre la prostitution, éditions Albin Michel.1945

Pourquoi j'ai écrit Corps et âmes, éditions Albin Michel.1956

Filmographie

Son premier roman La Maison dans la dune a été adapté au cinéma à trois reprises.

La_Maison_dans_la_dune.pngPremière version réalisée par Pierre Billon  (1934)

Deuxième version réalisée par Georges Lampin (1952)

Troisième version réalisée par Michel Mees  (1988)

 

 Prochain article : Ma rencontre avec Colette SILVESTRE, tarologue par Jacques Mandorla

 

 

 

 

11/04/2018

ACTUALITÉS

VIENT DE PARAÎTRE

Destinéa n°2 (avril-mai-juin 2018), le nouveau magazine positif du spirituel et du mieux-vivre, vient de sortir !

destinéa,ésotérisme,symboles,signes,pentagramme,horoscope,mieux-vivre,tarot

84 pages à retrouver en kiosque (5,90 €) ou par abonnement sur www.destineamag.com

 

Sommaire complet

Trajectoires (parcours, valeurs, confidences)

Nathalie Marquay-Pernaut, ex miss France, la bonne étoile de Jean-Pierre (30 ans de JT sur TF1 !)

Mgr Patrick Chauvet, recteur-archiprêtre de Notre-Dame de Paris,

Docteur Michel Klein, le « vétérinaire de la télé »

Le chef cuisinier Akrame Benallal : du désert aux étoiles.

 

Des chiffres et des astres

Spécial Vendredi 13 avec la FDJ

Astro-Régime : à chaque signe sa solution

Didier Deschamps : la force tranquille

La loi d'Attraction: on attire ce que l'on pense

L'oracle Belline

Histoire de la cryptographie, l'art des messages secrets

 

Mieux-Vivre

L'alchimie de l'amour, avec Brigitte Lahaie

À la rencontre des guérisseurs de Bali

Le dossier de Cure Détox de printemps

Le mal de dos

Recettes

Conseils toniques de Véronique de Villèle

 

Actualités

Entrevue avec Tristane Banon

Spectacles et littérature

Tendances beauté

Jeux et énigmes