Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2014

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Les étonnantes prophéties de l’énigmatique Jean de Jérusalem sont-elles crédibles ?


Par Jacques Mandorla

Auteur du livre "66 tests pour développer vos capacités paranormales"

(Éditions Trajectoire)

test,livre,66,trajectoire,capacités paranormales,développer

11 septembre 2001 : crash de deux avions dans les tours du World Trade Center de New York. Cela était-il prévisible ? Pour certains chercheurs, un mystérieux voyant nommé Jean de Jérusalem aurait annoncé l’événement… il y a 1 000 ans ! Enquête.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

Tout a démarré pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1942 quand un manuscrit original, intitulé « Les prophéties de Jean de Jérusalem », a été découvert par hasard lors de la mise à sac, par des nazis, d'une bibliothèque dans une synagogue de Varsovie (Pologne).

Puis, le manuscrit disparaît pour réapparaître à nouveau en 1994 soit 52 ans plus tard, sur une étagère de la Grande Loubianka, bâtisse qui abritait les bureaux de la police politique soviétique de l’époque (KGB). Cet ouvrage faisait partie d’un lot d’archives allemandes saisies à Berlin et a été trouvé par le professeur Galvieski (1917-1995), qui traduira alors tous les textes. L'édition française a été publiée aux Éditions Grancher.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

Qui est ce mystérieux Jean de Jérusalem ?

Jean de Jérusalem, appelé aussi Jehan de Vézelay ou Jean de Mareuil, serait le septième des huit chevaliers qui fondèrent le fameux Ordre du Temple.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

On sait peu de choses sur Jean de Jérusalem : il serait né en l'an 1042 ou 1043 dans une famille modeste. Il serait venu au monde pendant un pèlerinage qui mène des files de pénitents vers Saint-Jacques de Compostelle, puis aurait été confié, au retour, aux moines de Vézelay, dans l'Yonne. Plus tard, il serait parti vivre pendant une vingtaine d'années en Terre Sainte où il aurait participé à la libération de Jérusalem en 1 099, avant de se retirer dans le désert pour prier.

Des chercheurs ont trouvé la trace de ce Jean de Jérusalem dans un manuscrit rédigé par un moine de Vézelay et dans lequel on lit : « Jean, enfant du monastère, fils de Bourgogne, soldat du Christ en Terre Sainte ». Il serait mort en 1119 ou 1120, à l'âge de 77 ans.

 

Un manuscrit comportant 40 prophéties

Au cours de sa vie, Jean de Jérusalem écrivit un ensemble de prophéties, dites « Protocole secret des prophéties », alors qu’il résidait dans la ville de Jérusalem (d’où son patronyme). L’original de ce manuscrit serait détenu par le Vatican. Un exemplaire serait abrité dans le monastère de Vézelay.

Traitant de "L'an Mille qui vient après l'an Mille", soit le second millénaire, ces prédictions semblent s'appliquer à notre époque contemporaine.

Pour certains, elles ont longtemps été gardées secrètes car elles étaient enfouies dans les archives du Temple, afin de respecter sa dernière volonté, écrite en marge de son manuscrit : « Ce Livre des Prophéties est un protocole secret ».

 

Que signifie vraiment la troisième prophétie ?

Parmi les 40 prophéties de Jean de Jérusalem, qualifiées de « poèmes millénaristes », c'est la troisième qui serait la plus spectaculaire : elle annoncerait l’attentat contre les deux tours du World Trade Center de New York :

« Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille,

Se dresseront en tous les points de la Terre des tours de Babel.

Ce sera Rome et ce sera Byzance. Les champs se videront.

Il n'y aura de loi que de soi et de sa bande,

Mais les Barbares seront dans la ville. Il n'y aura plus de pain pour tous Et les yeux ne suffiront plus.

Alors les gens sans lendemain

Allumeront les grands incendies ».

À la lecture de cette prophétie, il faut bien admettre qu’elle peut concerner beaucoup d’autres catastrophes que celle du 11 septembre 2001 à New York !

Ces prophéties sont très différentes des autres œuvres millénaristes car, contrairement à ces dernières, elles ne contiennent aucune référence à un éventuel retour du Christ (que le Chrétiens nomment « parousie »), à aucun combat contre l’Antéchrist ou au péché originel.

 

Une erreur sur la personne ?

Pour certains, Jean de Jérusalem n’aurait rien à voir avec l’Ordre du Temple car on ne trouve aucun fondateur qui se prénomme Jean ou Jehan.

Pour d’autres, il y aurait eu une erreur de transcription : ce n’est pas l’Ordre du Temple qui serait concerné, mais l’Ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, créé en 1077 par le Frère Gérard qui demandera ensuite la reconnaissance de son Ordre au pape Pascal II qui promulgue une bulle en ce sens en 1113.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

Certains auteurs pensent même que Jean de Jérusalem a été confondu avec Pierre-Gérard de Martigues, fondateur de l'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York
Pierre-Gérard de Martigues, fondateur de l'Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem (gravure de Laurent Cars - 1725).

25/07/2013

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Les grands devins et astrologues de l'ère chrétienne

Dans l'Antiquité, les sciences divinatoires étaient un domaine réservé aux prêtres et se confondaient avec l'astronomie et les mathématiques. Mais tout va changer avec l'apparition des grands devins de l'ère chrétienne.

                                                                         Par Pierre Genève et Jacques Mandorla

Apollonius de Tyane, le voyant

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

 Apollonius a prédit la fin de l'Empire romain 400 ans avant qu'elle ne survienne !

Apollonius (4 av. J.-C., 97 ap. J.-C.), fondateur d'une école de philosophie néoplatonicienne à Tyane (ville, aujourd’hui en ruines, qui était située dans l’actuelle région d’Anatolie, en Turquie), est l'auteur d'ouvrages traitant d'astrologie et de divination.

Grand voyageur, excellent orateur, il exhorte les foules à réformer leurs moeurs, à brider leurs désirs égoïstes et à vénérer les dieux. Il a un don de clairvoyance très prononcé et prédit la fin de l'Empire romain pour l'an 1230 de la fondation de Rome, ce qui correspond assez exactement à l'année 476 que les historiens retiennent pour dater la fin de l'Empire romain d'Occident !

En 86, Apollonius annonce publiquement que l'empereur Domitien règnera dix années, après quoi il mourra assassiné et un vieillard lui succédera pour peu de temps. Dix ans plus tard, discourant devant le peuple de Tyane, il s'arrête soudain dans sa péroraison et s'écrie: "Frappe, frappe le tyran! Le coup est porté ! Il est blessé ! Il chancelle ! Il tombe !" Au même moment, à des centaines de lieues de là, l'empereur Domitien est assassiné et Nerva, âgé de 70 ans, lui succède pour quelques mois.

On attribue à Apollonius d'extraordinaires miracles, notamment d'avoir ressuscité une jeune fille ou rendu la vue à un soldat dont les yeux furent crevés au combat.

On oppose parfois sa vie à celle du Christ : tous deux prophètes et thaumaturges, l'un est demeuré païen, l'autre a fondé une nouvelle religion triomphante.

 

Sainte Priscilla, la guérisseuse

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

Saint Paul (à gauche), en train de converser avec ses disciples Aquila et Priscilla.

On connaît peu de choses de cette sainte légendaire qui vécut au 1er siècle de notre ère, à une époque de sévères persécutions.

La légende affirme qu'elle aide les pauvres, guérit les malades par la prière et l'imposition des mains, console les Chrétiens en leur prédisant, avec force détails encourageants, leur future vie au Paradis. Grâce à ses prédictions imagées et précises d'une vie meilleure après leur mort, les croyants voués au martyre endurent les tortures qui leur sont infligées, en chantant et louant Dieu.

Priscilla était mariée à Aquila : tous deux suivirent saint Paul à Corinthe puis à Ephèse afin de convertir de nombreux fidèles.

Sainte Priscilla a donné son nom à la plus ancienne et à la plus importante catacombe de Rome. En Angleterre, à la fin du XIXe siècle, elle est promue "Patronne des Voyantes et des Voyants" lors d'un Convent réunissant astrologues, guérisseurs et voyants du monde entier !

 

Maternus, l’astrologue

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

Firmicus Maternus fut l'un des plus célèbres astrologues de l'ère chrétienne.

Firmicus Maternus (150-200), né à Syracuse, juriste romain amateur d'astronomie et d'astrologie, étudie l'influence des planètes sur le destin des hommes, dresse l'horoscope de personnages historiques ou légendaires tels Oedipe, Pâris, Homère, Ulysse, Platon, Archimède, César et Cléopâtre.

Selon la légende, il doit sa célébrité à sa prédiction de l'assassinat des 18e, 19e et 20e empereurs romains, entraînant la fin de la dynastie des Antonins et l'avènement des Sévères.

 

Carpocrate, le gnostique

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

Carpocrate et les adeptes de sa secte gnostique s'adonnent à l'astrologie et à l'oniromancie, art divinatoire utilisant les rêves.

Philosophe platonicien d'Alexandrie, Carpocrate vit au Ile siècle de notre ère. Il est confronté aux idées du christianisme naissant et est connu comme un théologien gnostique, adepte des sciences divinatoires.

Carpocrate conçoit "un monde visible créé par des anges déchus de leur pureté originelle qui se sont unis à la matière universelle. La plupart des âmes humaines s'amalgament à des corps mortels en punition d'une faute primordiale, commise dans le monde invisible. Seules quelques-unes d'entre elles, restées fidèles à Dieu, telles les âmes de Jésus, de Platon, de Socrate et d'Aristote, sont incarnées pour la gloire de leur maître".

Vers 160, Carpocrate fonde la secte gnostique des Carpocratiens dont les adeptes véhiculent sa doctrine, souvent fluctuante et confuse, jusqu'au IVe siècle. Pour subsister, les adeptes s'adonnent à l'astrologie, à l'oniromancie (art divinatoire utilisant les rêves) et à quelques autres sciences divinatoires plus secrètes.

Comme d'autres groupuscules gnostiques, les disciples de Carpocrate se livrent à des excès de tous ordres, à l'abri de l'immunité que leur confère une doctrine considérant le Mal comme une création de Dieu, au même titre que le Bien.

Rejetés tant par les philosophes traditionnels que par l'Eglise, Carpocrate et ses adeptes sont pourtant courtisés et recherchés par quelques grands et riches personnages de leur temps dont ils favorisent les turpitudes, les débauches voire les crimes !

 

Saint Agapit, l’adolescent martyr

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

Agapit est jeté dans la fosse aux lions, mais les fauves refusent de le dévorer.

Agapait vit à Palestrina, près de Rome, sous le règne de l'empereur romain Aurélien (214-275).

La légende affirme qu'enfant très précoce, il lit et écrit couramment le latin et le grec dès l'âge de 3 ans, qu'il est doué de clairvoyance et peut prédire, très à l'avance, les événements qui vont survenir.

Ainsi, vers l'âge de 15 ans, le jeune Agapit annonce la mort de l'empereur Claude II et "l'avènement d'un empereur cruel qui se prendra pour le Soleil et mourra assassiné moins de dix ans après son accession au trône".

Cette prédiction étant parvenue aux oreilles d’Aurélien qui vient d'être proclamé empereur par ses soldats, le monarque fait comparaître le jeune voyant devant le Préfet de la Cité. Torturé et condamné en sa qualité de chrétien, pressé d'abjurer sa foi, l'adolescent demeure ferme dans ses convictions et prédit même, sous les quolibets de la populace, que dans quelques années, grâce au signe de la Croix, un Empereur honoré et puissant embrassera la foi chrétienne.

Devant la foule qui le conspue, le jeune garçon, plongé dans un état second, chante les louanges du Seigneur, prophétise et, s'adressant personnellement aux personnes présentes qui l'insultent, leur prédit à voix haute les choses bonnes ou affligeantes qui·vont leur arriver. Ainsi, au gouverneur de la Cité, il annonce une mort soudaine et prochaine.

Au tribun Anastase, qui assiste sans broncher à ses tortures, il prédit sa conversion au christianisme. L'adolescent est jeté dans la fosse aux lions, mais les fauves, pourtant à jeun, refusent de le dévorer ce qui met le gouverneur si fort en colère qu'il en meurt d'une attaque sous les yeux de la foule atterrée !

Agapit est alors décapité, mais sa foi rayonnante, sa résistance à la torture, sa résolution sans faille et son étonnant don de voyance, amènent de nombreuses conversions dont celle du tribun Anastase qu'il a prédite ! Plus tard, l'Empire romain devenu chrétien, on édifie une basilique en l'honneur de saint Agapit martyr, dans sa ville de Palestrina.

 

Sainte Thaïs, la pécheresse

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

Thaïs dut une partie de sa renommée à ses dons de voyance qu'elle n'hésiter pas à exercer au cours de ses séances amoureuses !

Célèbre courtisane égyptienne du IVe siècle après l-C., Thaïs vit une jeunesse ardente et tumultueuse.

Adulée par ses nombreux et riches amants, elle doit une partie de sa renommée à ses dons de voyance qu'elle exerce, d'après la légende, au cours même de ses séances amoureuses !

Thaïs est convertie à la foi chrétienne par Paphnuce, un jeune et bel ermite rencontré au cours d'un voyage dans le désert égyptien. La jeune pécheresse tente de le séduire, mais le saint homme résiste à ses avances.

Paphnuce la convertit, devient évêque, meurt en odeur de sainteté et, bien que resté célibataire, s'oppose au célibat du clergé. Il sera mutilé parce que chrétien : oeil droit crevé et tendon d'Achille de la jambe gauche coupé. C'est grâce à son influence que, dans les Eglises d'Orient, un homme peut continuer à vivre avec son épouse après son ordination.

Touchée alors par la grâce, Thaïs change de vie : elle se retire dans un couvent et vit cloîtrée dans une étroite cellule où nul n'a le droit de pénétrer, ne s’alimentant que de pain et d'eau durant plus de trois années.

Après trois ans de pénitence, elle sort de sa cellule et rejoint les autres religieuses, mais meurt deux semaines plus tard.

 

Al Farabi

devin,ère chrétienne,astrologue,voyant,persécution,martyr

Al Farabi fut le trait d'union entre la pensée grecque et l'Islam.

Al Farabi (870-950) est l'un des esprits les plus brillants et les plus cultivés de son temps. Initié à Bagdad par des penseurs chrétiens, imprégné de philosophie grecque, Al Farabi est le trait d'union entre la pensée grecque et l'Islam. Il estime qu'Aristote et Platon, malgré leurs divergences, ont apporté au monde la vérité universelle (la « philosophia perennis ») seule capable d'éclairer et de résoudre les problèmes philosophiques qui se posent aux penseurs musulmans.

Philosophe mystique, il propose à ses pairs une philosophie du bonheur qui tranche avec le pessimisme inhérent à la religion chrétienne.

Au cours d'une nuit dans le désert, l'ange Gabriel lui apparaît. Al Farabi a alors la vision extraordinaire de tout l'avenir du monde, de l'instauration sur Terre de la Cité juste, du Royaume de la joie et du bonheur. Désormais, Al Farabi vit en parfaite harmonie avec le monde, prévoyant en toutes circonstances les événements avant qu'ils ne surviennent. Conseiller et astrologue de l'émir Sayt al-Dawla qui vit à Alep, il est souvent appelé en consultation par les grands et les puissants de son époque.

 

09/06/2013

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Les  grands devins de l'Antiquité

 par Pierre Genève et Jacques Mandorla

 

Tant dans l'ancienne Perse que dans l'Égypte des Pharaons, les sciences divinatoires sont un domaine réservé aux prêtres. La "haute science" demeure secrète et anonyme, et l'astrologie, science savante entre toutes, se confond alors avec l'astronomie et les mathématiques.

Dans l'Antiquité, l'oracle (mot venant du latin oris, bouche) est la personne par la bouche de laquelle parlent les dieux. L'oracle le plus connu est, sans conteste, la Pythie de Delphes, sur le mont Parnasse en Grèce. En réalité, il y a non pas une, mais de nombreuses pythies, choisies parmi des filles belles et vierges, se relayant à vie dans le temple d'Apollon.

La pythie s'assoit sur un trépied, situé juste au-dessus de la fosse aux oracles, construite sur une faille volcanique d'où sortent des émanations sulfureuses. Pour entrer en transe, en plus de l'action hallucinogène des vapeurs, elle mâche des feuilles de laurier, la plante sacrée d'Apollon puis prononce des phrases incompréhensibles que les prêtres du temple se chargent ensuite d'interpréter. D'autres oracles placent un coq dans un cercle formé de nombreuses lettres et déposent un grain de blé sur chacune. Puis ils laissent l'animal picorer et interprètent uniquement les lettres sur lesquelles restent des grains auxquels le coq n'a pas touché.

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

La pythie en transe dans le temple d'Apollon.


Autre devin de l'Antiquité : Cassandre, la fille de Priam, roi de Troie.
La légende rapporte que Cassandre ayant demandé au dieu Apollon de lui enseigner l'art de la divination et qu'en échange elle lui donnerait sa virginité. Mais, après avoir été initiée par le dieu, Cassandre ne tint pas sa promesse et s'enfuit ! Apollon lui jeta alors un sort : personne ne crut alors aux prédictions de Cassandre, bien qu'elles fussent vraies ! 

À noter qu'une expression a été créée pour la célébrer : "Jouer les Cassandre", c'est-à-dire faire des prédictions, être une devineresse, une pythonisse, une prophétesse, une diseuse de bonne aventure, une extralucide, une vaticinatrice, une voyante, une chiromancienne (lecture dans les lignes de la main), une cartomancienne (tarots), une rhabdomancienne (baguette de sourcier ou pendule), une géomancienne (lignes tracées sur le sol)...

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Cassandre n'a pas tenu sa promesse faite à Apollon : lui donner sa virginité.


Astrologues de la Rome impériale

À Rome, les aruspices, encore appelés augures, sont des prêtres étrusques qui parviennent à tirer des présages en examinant les entrailles d'un animal (ils disent y discerner une projection sacrée du monde, de ses désordres et de ce qui le menace) ou bien en observant les éclairs, les éruptions volcaniques, le vol ou le chant des oiseaux. Ces présages sont ensuite consignés dans un registre appelé Annales. 

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Foie en bronze, d'origine étrusque, avec différentes zones permettant de faire des prédictions.


Les plus célèbres ouvrages de divination de la Rome païenne sont les Livres sibyllins, recueils antiques attribués à la sibylle de Cumes, ville située près de Naples. L'antre (on dirait aujourd'hui "son cabinet de voyante") dans lequel elle officiait a été découvert en 1925 par des archéologues. 

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph  devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

La Sybille de Cumes et l'antre dans lequel elle faisait ses prédictions.


Ces livres sybillins ont été reconstitués, après l'incendie du Capitole, par un collège de pontifes : l'intérêt du pouvoir impérial est, en effet, de garder la haute main sur leur interprétation, afin d'éviter une dérive des prêtres qui en ont la gestion et la garde. La page de l'oracle, correspondant à l'année et lue par le grand pontife au cours d'une cérémonie solennelle durant laquelle il interprète aussi les prodiges survenus, a une énorme influence sur le peuple. 

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Aruspices se préparant à faire des prédictions en étudiant les entrailles d'un animal.

 

L'un des premiers adeptes de l'astrologie dont l'histoire a retenu le nom est Mystratès (vers 450-380 av. J.-C.), qui prédit à Marcus Furius Camillus que Rome, alors petite ville du Latium, deviendrait la cité la plus puissante de l'univers et la maîtresse du monde. À cette époque, les astrologues sont appelés familièrement mathématiciens, car ils sont pour la plupart d'éminents savants avant d'être des devins.

Un de ceux qui laissera une empreinte durable dans l'histoire de l'astrologie est Petosiris (IVe siècle av. J.-C.), grand prêtre du dieu Thot à Hermopolis, grâce à la consultation privée qu'il accorde à Alexandre le Grand, après sa victoire sur les Perses d'Égypte. Petosiris est l'auteur présumé des fameuses Tables astrologiques qui seront consultées durant plusieurs siècles par les nobles dames de l'Antiquité, dont Juvénal se moquera dans ses Satires : "Elles ne prennent aucun rendez-vous, sans consulter préalablement leur Petosiris" !

Mais l'astrologie, science noble pratiquée par les prêtres et les mathématiciens, devenue très à la mode dans l'Empire romain, va finir par accueillir sans discernement bonimenteurs et escrocs. Ceux-ci ne vont pas hésiter à se vanter de maîtriser les arcanes des astrologues égyptiens ou chaldéens, dont la réputation était ancienne et non usurpée. Ce que confirme l'écrivain Néroman dans sa Grande encyclopédie illustrée des Sciences occultes : "Dès que des exploiteurs incultes eurent pris possession de l'instrument astrologique, le souci d'en tirer profit étouffa celui de comprendre et de conserver les lois inaltérées".

Heureusement, quelques praticiens de qualité vont, cependant, maintenir le flambeau de la "haute science".

 

Tibère : un grand devin

Le futur empereur romain Tibère (42 av. J.-C.-37 ap. J.-C) est connu pour avoir, durant toute sa vie, manifesté de surprenants dons de voyance. Ainsi, lors d'un entretien avec Galba, alors proconsul, Tibère finit par lui dire en grec : "Toi aussi, Galba, tu goûteras durant quelques jours à l'Empire", lui prédisant ce pouvoir que le proconsul obtiendra très tard et pour très peu de temps. Tibère est initié par Thrasylle (50 av. J.-C.-36 ap. J.-C), astrologue réputé qui enseigne à Rhodes les sciences divinatoires qu'il a lui-même apprises auprès des Chaldéens de Mésopotamie. Thrasylle gagne vite la confiance de Tibère, au point de devenir son conseiller et son plus fidèle ami.

Dans sa villa de Capri, Tibère consulte volontiers les devins et astrologues professionnels dont il se propose d'éprouver la science et les pouvoirs occultes. Il les reçoit sur une terrasse dominant une falaise à pic sur la mer. Il a, à son service, un esclave vigoureux mais sourd-muet, seul témoin de ces consultations. L'esclave lui amène les devins par des escaliers secrets et, au retour, il les précipite dans la mer, afin d'ensevelir les secrets de son maître ! Un jour, par le même chemin, on amène Thrasylle, grimé, qui a quitté Rhodes pour tenter sa chance à Rome. Tibère ne reconnaît pas son ancien professeur en sciences occultes. Le devin étudie le ciel de Tibère et lui dévoile très habilement l'avenir. Ses réponses ayant frappé Tibère, ce dernier lui demande si, de son côté, il a pensé à faire son horoscope personnel de ce jour. Thrasylle observe alors la position des astres le concernant, pâlit et s'écrie: "Le moment est critique et je touche presque à ma dernière heure". Tibère le reconnaît alors, l'embrasse, le rassure sur ce qu'il vient de deviner et, regardant ses prédictions comme un oracle, l'admet définitivement dans sa plus intime confiance.

Quelques années plus tard, l'astrologue Pammène (37-68 ap. J.-C.), très célèbre à Rome, prédit à Messaline, la jeune maîtresse de Néron, qu'elle l'épousera après l'assassinat de son mari. Et à Agrippine, mère de Néron, qui le consulte secrètement elle aussi sur le destin de son fils, il lui répond qu'il régnera pour tuer sa mère. "Soit, dit-elle, pourvu qu'il règne !". Pammène prédit également à Tigellinus, favori de Néron, animateur et complice de ses débauches et de ses crimes, cinq ans avant que l'événement ne se produise, qu'un immense incendie détruira la ville de Rome le 14 des calendes d'août 64. Enfin, il prédit aussi que Néron, alors en pleine gloire, se suicidera, abandonné de tous. 

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

L'astrologue Pammène a fait de remarquables prédictions concernant Néron et ses proches.


Hypatie et Synésius

Une des dernières étoiles éclatantes au firmament de l'astrologie antique est Hypatie, la fille du mathématicien Théon, née en 370. Elle enseigne à Alexandrie devenue chrétienne, la philosophie néo-platonicienne, les beautés de la géométrie et les secrets des astres. Un jour, son destin croise la route de Synésius de Cyrène. Ce philosophe, néo-platonicien lui aussi, est né à Ptolémaïs en Cyrénaïque (aujourd'hui la Libye). La petite histoire prétend que, venu à Alexandrie pour étudier les mathématiques, il rencontre Hypatie dans la rue. Les deux philosophes platoniciens tombent amoureux fous l'un de l'autre.

Constatant qu'ils sont nés tous deux le même jour, Hypatie dresse leurs horoscopes et s'aperçoit que leur destin commun, écrit dans le ciel, veut qu'ils meurent de mort violente, le même jour de l'an 414, dans la ville de leur naissance. Hypatie décide de garder le secret pour elle. Le jour fatidique, pour protéger son amant dont elle sait qu'il est né à Ptolémaïs et non à Alexandrie, ce qui peut le sauver, elle le quitte de bon matin, le laissant endormi dans leur demeure. Dans la rue, elle est soudain assaillie par la populace, lapidée puis dépecée par des voyous qui abandonnent sa chair aux chiens errants et aux vautours. Quant à Synésius, on rapporte qu'il meurt le même jour que son amante, s'empoisonnant pour ne pas survivre à celle qu'il aimait tant. 

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Synésius et Hypathie, nés le même jour, meurent le même jour de l'an 414.

La vie exemplaire d'Hypatie et de Synésius, et leurs communes convictions, marquent la transition entre le monde érudit de l'Antiquité païenne et celui de la science du Moyen Âge, entièrement soumise aux dogmes religieux du christianisme. Or, contrairement à une idée reçue mais tout à fait fausse, l'astrologie n'a jamais été totalement condamnée par l'Église. 

10/05/2013

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Joseph, l'interprète des songes du Pharaon

 Par Charly Samson et Jacques Mandorla

 

Les songes, définis comme des voyances révélées au dormeur, sont toujours difficiles à interpréter. Pourtant, un homme nommé Joseph a su décoder les songes d'un Pharaon, influençant ainsi l'histoire de notre civilisation.

 

Le récit que nous rapporte la Bible (Genèse, XXXVll-L) se situe en des temps pour lesquels réalité et légendes sont intimement liées. Il concerne l'extraordinaire aventure de Joseph, fils préféré du patriarche Jacob et de son épouse Rachel.

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

La rencontre de Jacob et Rachel.


Le prix de la jalousie

Ses frères sont d'autant plus jaloux que Joseph leur raconte certains de ses songes : "Nous sommes en train de lier nos gerbes et voilà que la mienne se lève et se tient droite, tandis que les vôtres se prosternent devant elle ! ".

Ce songe de Joseph attise la haine de ses frères, obligeant Jacob à le réprimander : "Va-t-il falloir que ta mère, tes frères et moi, nous nous prosternions à terre devant toi ?".

Excédés, les frères de Joseph décident alors de le tuer. Préférant ne pas se souiller de son sang, ils vont dans le désert et le jètent vivant dans une citerne vide. Par chance, arrive au même moment une caravane d'Ismaélites, dont les chameaux sont chargés d'aromates, de baume et de myrrhe à destination de l'Égypte. Pour vingt pièces d'argent, Joseph est vendu à ces marchands qui l'emmènent comme esclave en Égypte. Là, il est revendu à Putiphar, officier et chef des gardes de Pharaon, tandis que ses frères, de retour à la maison, annoncent à Jacob que son fils préféré est mort.

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Joseph est vendu, par ses propres frères, à des marchands nomades.


Rêves en prison

Joseph, qui n'a que 17 ans, vit dans la maison de son maître Putiphar, qui reconnaît rapidement ses mérites et le met à la tête de sa maison, lui confiant la gestion de tous ses biens. Mais l'épouse de Putiphar, irritée par une position aussi privilégiée accordée à un étranger, et par ses avances repoussées, use alors de stratagèmes pour éliminer Joseph. Putiphar, excédé, finit par le faire interner dans la prison où sont détenus les prisonniers du roi. C'est une chance pour Joseph, qui ne tarde pas à gagner la faveur du chef de la prison, lequel n'hésite pas à lui confier des tâches administratives importantes.

Un jour, le panetier et le grand échanson du Pharaon, ayant mécontenté leur souverain, arrivent dans la prison : Joseph est mis à leur service. Un matin, il les trouve attristés après une nuit où ils ont fait, chacun, un songe important que personne n'est capable d'interpréter. Ils racontent ces rêves à Joseph, qui les interprète facilement et, plus tard, après leur libération, constatent la rigoureuse exactitude de ces interprétations.

 

Les songes du Pharaon: 14 vaches et 14 épis de blé

Deux ans après ces faits, Pharaon, dans son palais, fait un songe qui le trouble fortement. Dans son sommeil, il voit surgir du Nil sept vaches belles et grasses qui se mettent à paître. Puis, sept autres vaches, laides et maigres, qui dévorent les premières.

Pharaon s'éveille brusquement, mal à l'aise, puis se rendort. Mais un nouveau songe vient le visiter : sept épis de blé, gros et beaux, sortent d'une même tige, suivis de sept autres épis, maigres et desséchés par le vent, qui se mettent à dévorer les gros épis.

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Les songes de Pharaon : 7 vaches grasses et 7 vaches maigres, puis 7 beaux épis de blé et 7 épis dessechés.


À son réveil, Pharaon convoque tous les devins et sages de l'Égypte, et leur raconte ses deux songes : hélas pour lui, personne ne peut les interpréter. C'est alors que le grand échanson fait le récit de sa rencontre en prison avec un jeune Hébreu, et de son interprétation exacte de ses songes et de ceux du panetier. Pharaon demande qu'on lui amène Joseph sur le champ.

Mis face au Pharaon, Joseph explique le rêve de celui-ci : "Ce double songe n'en forme qu'un. Dieu vous révèle ce qu'il va faire. Les sept vaches grasses sont sept années d'abondance et les sept vaches maigres, sept années de disette. La signification est la même pour les épis. Voici ce qui va advenir : il y aura sept années de grande abondance pour toute l'Égypte, puis viendront sept années de disette qui feront oublier cette abondance. La famine sera sévère et désolera le pays. Le songe s'est présenté deux fois, ce qui signifie que son exécution est proche. Il vous faut choisir très vite un homme sage et avisé et le placer à la tête du pays. Puis des intendants doivent réquisitionner le cinquième des récoltes durant les sept années d'abondance. Ces provisions constitueront une réserve qui sera utilisée durant les années de famine".

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph

Joseph donne au Pharaon l'interprétation de ses songes.

 

Joseph, premier ministre

Pharaon nomme immédiatement Joseph à la tête de l'Égypte et lui déclare : "Tout mon peuple obéira à ta parole. Seul le trône me fera plus grand que toi". Les sept années de fertilité permettent à Joseph de faire entasser, dans chaque ville, d'importantes réserves qui font dire au peuple : "Il entasse du blé comme le sable de la mer : il y en a tant qu'il n'est plus possible de le compter".

Au terme de ces sept années, Joseph épouse Asenet, fille d'un prêtre d'Égypte, qui lui donne deux fils, Manassé et Ephraïm. Puis, commencent les sept années de grande disette. Quand le peuple réclame du pain au Pharaon, celui-ci répond : "Adressez-vous à Joseph et faites ce qu'il vous dira". Joseph ouvre alors les greniers et vend des vivres aux Egyptiens. Mais la famine touche aussi les habitants des pays voisins, qui viennent en Égypte acheter du grain.

Au pays de Canaan, le patriarche Jacob, souffrant de cette terrible disette et apprenant qu'on vend du blé en Égypte, y envoie ses fils, sauf Benjamin, le plus jeune. Ceux -ci sont obligés de s'adresser à Joseph car, étant gouverneur de la région, il est le seul à pouvoir vendre du blé. Ils se prosternent devant lui, face contre terre, sans même le reconnaître. Mais Joseph, lui, les reconnaît et se souvient de ses songes d'enfant. D'un ton rude, il accuse ses frères d'espionnage et demande des informations sur leur famille.

Prétextant vouloir vérifier leurs dires, il décide d'enfermer un de ses frères en prison, en attendant que les autres lui amènent Benjamin. Puis, lorsqu'ils sont tous de retour, Joseph les invite à manger avec lui, ce qui les effraye car ils craignent un piège. Effectivement, Joseph leur fait subir d'autres épreuves pour les humilier, puis finit par se faire reconnaître d'eux.

Avec l'accord de Pharaon, Joseph fait charger leurs bêtes de victuailles et renvoie ses frères au pays de Canaan, en leur demandant de revenir en Égypte avec Jacob et Rachel : "Quittez sans regret ce que vous devez laisser car ce qu'il y a de meilleur dans toute l'Égypte est à vous".

Jacob hésite mais, une nuit, il fait un songe dans lequel Dieu lui annonce : "Ne crains point d'aller en Égypte car tu y feras une grande nation. Je descendrai avec toi en Égypte et je t'en ferai remonter". C'est ainsi qu'un grand nombre d'Hébreux arrivent en Égypte avec femmes, enfants et troupeaux, pour y vivre sous la loi de Joseph.

Ce dernier vivra jusqu'à 110 ans et, après avoir été embaumé, sera inhumé sur place.

 

De Joseph à Moise

Installés en Égypte où ils sont bien acceptés, les Hébreux finissent par constituer une force qui va inquiéter le pouvoir. Si ses interprétations des songes du Pharaon ont permis à Joseph de faire venir son peuple en Égypte, le nombre de ces "travailleurs migrants" va devenir trop important et en obliger certains à partir en exil, sous le commandement d'un chef : Moïse.

Si nous n'avons pas de certitude quant à ses origines, Hébreu ou Égyptien, on sait que Moïse est un initié ayant fréquenté les "Écoles de Mystères", réservées à l'élite et aux prêtres. La Bible indique "qu'il a été élevé dans la sagesse des Égyptiens", c'est-à-dire dans leur science. De plus, Moïse est général des armées du Pharaon et, à ce titre, participe à la conquête de l'Éthiopie. Voilà pourquoi, pour guider son peuple dans le désert, il connaît, entre autres, l'emplacement des places fortes à éviter.

L'Égypte est l'une des civilisations les plus réputées de l'Antiquité. Les Grecs y puisent leurs connaissances en mathématiques, géométrie, philosophie et donnent de nouveaux noms au fondateur mythique de cette étonnante nation : Thot devenant Hermès Trismégiste, le "Trois fois grand".

Puis les Romains héritent de ce savoir et nous-mêmes sommes les héritiers de leur Empire. C'est pourquoi, notre civilisation est souvent qualifiée de judéo-chrétienne car l'exode des Hébreux, avec son aboutissement à Jérusalem, a permis l'éclosion de trois des plus grandes religions actuelles : l'hébraïsme, la chrétienté et l'islam, issues d'une même souche. Tout cela grâce à un "petit travailleur migrant" de l'Antiquité qui s'appelait Joseph et savait interpréter les songes.

devin,prophétie,haruspice,pythie,voyance,pharaon,Joseph
Moïse est un initié qui a fréquenté les Écoles de Mystères, réservées à l'élite et aux prêtres.

 

04/04/2013

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Edgar Cayce : le génial et énigmatique clairvoyant américain

Par Pierre Genève et Jacques Mandorla

edgar Caye,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition

Edgar Cayce (1877-1945), surnommé « le prophète dormant », a fourni, sous hypnose, des diagnostics étonnants et est parvenu à guérir des milliers de malades, déconcertant le monde médical. Aujourd'hui encore, savants et parapsychologues s'émerveillent de ses étranges pouvoirs.

À l'âge de 21 ans, une maladie étrange, une sorte de laryngite pernicieuse alors inconnue des médecins, fait perdre l'usage de la voix au jeune Edgar. Aucun traitement ne parvient à le guérir.

Dans son bourg de Hopskinville dans le Kentucky où il était né le 18 mars 1877, il fait alors la connaissance d'un photographe qui l'incite à faire ce métier qui sollicite davantage le regard que la voix, et devient son apprenti.

 

Auto-guérison sous hypnose

Puis un guérisseur et voyant de sa ville, Francis Layne, suggère à Edgar Cayce de décrire lui-même, une fois mis sous hypnose, la nature de son mal et le remède adéquat.

Endormi, celui-ci se met soudain à décrire d'une voix grave, parfaitement normale, un peu emphatique, comme venue d'ailleurs, l'état de ses cordes vocales : « Oui, nous pouvons voir le corps. À l'état normal, le corps est incapable de parler en raison d'une paralysie partielle des muscles inférieurs des cordes vocales, due à une tension nerveuse. Il s'agit là d'un état psychologique produisant un effet physique. Pour s'en défaire, il faut activer par suggestion la circulation dans les parties malades pendant que le patient est inconscient ».

C'est sa première "lecture" (« reading » en anglais), comme le clairvoyant appellera, plus tard, ses prestations dictées sous hypnose. Aussitôt, sans même le réveiller, Layne suggère à son patient, à haute voix, que sa circulation sanguine augmente dans les parties malades afin d'améliorer son état. Au bout d'une demi-heure, Edgar tousse pour s'éclaircir la voix et dit : « Tout va bien. Je suis guéri. Ordonnez que la circulation redevienne normale et que mon corps se réveille ».

Layne procède alors comme son patient lui indique : Cayce s'éveille et parle normalement, pour la première fois depuis des mois !

Puis, Cayce étant capable de voir son propre corps et de faire son propre diagnostic, Layne veut savoir s'il peut examiner de la même manière, sous hypnose, le corps d'autres personnes malades et d'en faire le diagnostic.

Cayce, lui, demeure perplexe. Certes, il a retrouvé la voix, ce qui représente pour lui un énorme soulagement, ce qui lui permet de se perfectionner dans son métier de photographe et de gagner sa vie. Mais une fois guéri, il se demande si ce n'est pas dû à un simple effet du hasard.

Cayce décide quand même d'entreprendre des lectures avec des patients. Or, de plus en plus de gens se disent effectivement soulagés ou guéris, à la suite de ces « lectures » et des prescriptions médicales conseillées. Mais, ce qui étonne le plus dans les diagnostics que le jeune homme formule sous hypnose, c'est leur précision anatomique et l'exactitude des termes médicaux utilisés. Or, à l'état de veille, Cayce ne connaît rien à la médecine, n'ayant jamais ouvert, de sa vie, un manuel d'anatomie ou de physiologie ! C'est comme s'il parle avec la voix d'un médecin qui aurait pris possession de son inconscient.

Edgar Cayce,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition

En octobre 1910 (Cayce a alors 33 ans), cette photographie a été volée au domicile de ses parents par un journaliste. Ce dernier la publie, peu de temps après, dans le New York Times sous le titre peu flatteur : « Sous hypnose, un illettré se transforme en médecin » !

 

Guérisons spectaculaires

Layne et Cayce pratiquent une sorte de voyance hypnotique, comme le rapporte Gina Cerrninara dans son livre « De nombreuses demeures » (Editions Adyar) : « Une adolescente de Selma, en Alabama, perd soudain la raison et est placée dans un hôpital psychiatrique. Son frère, bouleversé, fait appel à Cayce. Le voyant s'allonge, respire fort et profondément à plusieurs reprises et s'endort. Après un bref instant de silence, Cayce commence à parler comme le font la plupart des sujets sous hypnose lorsqu'on leur en donne l'ordre. Mais il se met à décrire l'état physique de la jeune malade comme si ses yeux sont des rayons X. Il indique de sa belle voix de bronze - une voix venue d'ailleurs - qu'une des dents de sagesse est incluse et comprime un nerf cervical. Il faut extraire cette dent pour supprimer la pression et ainsi ramener la jeune fille à l'état normal. Un chirurgien examine la bouche de la malade et confirme le diagnostic. Après son intervention, l'adolescente recouvre la raison ».

Autre sujet d'étonnement : Cayce peut non seulement guérir un sujet en sa présence, mais également à distance. Il suffit qu'au cours de la suggestion, on lui indique le nom exact du malade et l'endroit précis où le sujet se trouve au moment de la "lecture". Cent fois, en présence de sceptiques, Cayce décrit à distance, avec une surprenante exactitude, non seulement l'intérieur du corps de son patient, mais aussi son physique, ses vêtements, son environnement. C'est ainsi, tout au long de sa carrière, que Cayce exarninera et guérira des malades dans le monde entier.

 

Tentative de déstabilisation

Certains observateurs, très sceptiques quant à cette capacité étonnante, essayent évidemment de mettre sa clairvoyance en défaut, en dressant des pièges tels que malades imaginaires, faux noms, adresses inexistantes. C'est ce que tente de faire, un jour, William Bates, chroniqueur scientifique new-yorkais de renom, en lui demandant d'examiner sa sœur Béatrice. Or Bates n'a pas de sœur et invente, pour elle, une adresse imaginaire.

Sous hypnose, Cayce décrit la jeune femme, précisant qu'elle joue du violon et qu'elle est en parfaite santé. Il suggère seulement qu'elle fasse examiner sa vue par un ophtalmologiste car elle souffre d'une myopie qui doit certainement beaucoup la fatiguer dans son travail d'enseignante ! En son for intérieur, Bates jubile. Cette fois, il tient la preuve que Cayce n'est qu'un vulgaire charlatan et il publie, dans sa revue scientifique, la "lecture" du célèbre clairvoyant, précisant le nom de Béatrice Bates, ainsi que l'adresse et la description que Cayce en a faites. Quinze jours après la parution de la revue, on apporte à William Bates une lettre d'une lectrice, signée d'une certaine Béatrice Bates, affirmant qu'elle habite bien à l'adresse indiquée, qu'elle est institutrice, qu'elle joue du violon et qu'elle vient de consulter un ophtalmologiste qui lui a prescrit des lunettes pour corriger sa myopie !

Edgar Cayce,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition  Edgar Cayce,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition

Illustration montrant Franz-Anton Mesmer (1734-1818), le créateur du "magnétisme animal", en train d'utiliser l'hypnotisme. Tableau peint en 1887 représentant l'une des célèbres leçons d'hypnose de Charcot à l'hôpital de la Salpétrière, à Paris.

 

Aventuriers et spéculateurs

Layne lui ayant appris à se plonger lui-même en un état second et à se dicter sa "lecture", Edgar Cayce n'a plus besoin d'un praticien pour le mettre sous hypnose. Il procède alors toujours de la même manière : il se déchausse, ôte sa cravate, s'étend sur un divan la tête orientée vers le sud, les pieds vers le nord et, fermant les yeux, se met en complète détente. Quelques respirations profondes et il "part". Les expériences peuvent avoir lieu aussi bien de nuit comme de jour.

La renommée et le succès des guérisons et des voyances d'Edgar Cayce incitent alors des gens de toutes sortes à bénéficier de ses dons de clairvoyance. Ainsi, des spéculateurs en Bourse, des présidents de compagnies pétrolières, des marchands internationaux, des chercheurs de trésors, des joueurs professionnels... sollicitent Cayce afin d'obtenir des conseils pour faire fortune ! À plusieurs reprises, Cayce se laisse persuader d'essayer, à titre d'expérience, de donner des "lectures" de cette nature. S'il réussit quelquefois à prédire le résultat exact d'une course de chevaux et, plus rarement, l'emplacement précis où un forage pétrolier se révélerait fructueux, il échoue le plus souvent dans cet exercice et se réveille épuisé et mécontent de lui-même.

 

Les attributs du Divin

Edgar Cayce acquiert très vite la conviction qu'il n'est qu'un instrument, qu'un canal - un « channel » - et qu'il ne doit se servir du don qui lui a été donné que dans un seul but : venir en aide aux malades.

Pourtant, durant des années, Cayce continue d'exercer sa profession de photographe car il n'accepte aucune rémunération pour ses "lectures". Puis le jour où, submergé par les demandes de consultations, il doit exercer la voyance à temps complet, il donne quand même des "lectures" gratuites aux gens dans le besoin et n'accepte des honoraires ou des cadeaux, parfois somptueux, que de la part des gens riches.

À aucun moment, Edgar Cayce ne prétend jouir de facultés extraordinaires ou ne se considère comme un prophète des temps modernes. Il est convaincu que chacun détient, en son âme, les attributs du Divin, prêts à être éveillés, cultivés et employés à des fins altruistes. En outre, il encouragera toute sa vie les gens à tester par eux-mêmes la validité des notions exposées dans les "lectures".

 

L’Atlantide

En 1940, Cayce a affirmé que des vestiges de l’Atlantide seraient trouvés en 1968 ou 1969 devant les côtes des îles Bimini : « Le continent de l'Atlantide occupait une position située entre le golfe du Mexique, d'une part, et la Méditerranée d'autre part. On trouvera des preuves de l'existence de ce continent perdu dans les Pyrénées, au Maroc, au Honduras britannique, au Yucatán et aux États-Unis. Il reste certaines émergences qui devaient, à une époque ou une autre, faire partie de ce vaste continent. Les Indes occidentales britanniques ou Bahamas sont parmi ces vestiges. Si l'on effectuait des sondages géologiques dans ces îles, et notamment aux abords de Bimini, on trouverait certainement des preuves déterminantes ».

Or, en septembre 1968, des blocs de pierre alignés sur 70 mètres de long et sur 10 m de large, appelés « the Bimini Road » (la route Bimini), sont découverts par des plongeurs au large de Paradise Point à North Bimini (Bahamas). Ce mur cyclopéen serait-il l'un des vestiges du continent disparu de l’Atlantide, évoqué par Edgar Cayce ?

Edgar Cayce,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition

Ces étranges blocs de pierre, situés près de l'île de Bimini (Bahamas), sont-ils des restes du mythique continent disparu de l'Atlantide dont Edgar Cayce avait parlé ?

 

Les lectures de Cayce

Au cours de sa vie, Edgar Cayce réalisa, au total, 14 306 "lectures" sous hypnose, réparties ainsi :

- 9 603 "lectures physiques" (se rapportant à la santé et à la médecine),

- 1 920 "lectures de vie" (concernant l'esprit l'âme, la réincarnation et l'astrologie),

- 956 "lectures spéciales" (sur l'Atlantide, l'Égypte, les questions mondiales, les préceptes pour le développement spirituel, la guérison par la prière),

- 747 "lectures d'affaires" (touchant à des problèmes financiers, industriels ou commerciaux),

- 630 "lectures oniriques" (concernant les rêves),

- 450 "lectures mentales-spirituelles" (relatives à des conseils spécifiques d'ordre mental ou spirituel).

Aujourd'hui, toutes ces "lectures" sont consultables au sein de l'A.R.E. (Association for Research and Enlightenment), organisation internationale chargée d'analyser et de diffuser l'œuvre d'Edgar Cayce. Fondée en 1931 à Virginia Beach, en Virginie (USA), l'A.R.E. organise des conférences, des voyages, des rencontres, publie deux revues bimestrielles et de nombreux livres.

Site Internet de l'A.R.E. : www.edgarcayce.org

Edgar Cayce,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition

 Depuis 1931, l'ARE est basée à Virginia Beach aux Etats-Unis. Elle détient les compte-rendus des 14 306 lectures faites par Edgar Cayce tout au long de sa vie.


L'une des lectures les plus étonnantes

Cayce donnait souvent des recettes thérapeutiques aux patients qui le consultaient. Un jour, sous hypnose, il préconise à une malade un médicament nommé « Clarawater ». Aucune pharmacie des Etats-Unis ne connaissant ce produit, la patiente décide de passer une petite annonce dans un magazine médical. Sans résultat. Cayce accepte alors de se mettre à nouveau sous hypnose afin de décrire la composition du « Clarawater ». Il donne alors la recette suivante : sauge, ambre gris (substance provenant du cachalot) à dissoudre dans de l’alcool de grain, cannelle et gin.

Quelques jours plus tard, la patiente reçoit une réponse à sa petite annonce : elle a mis plusieurs semaines à lui parvenir car elle provient de... France ! Dans cette missive, un homme révèle que son père, aujourd'hui décédé, était pharmacien et avait autrefois inventé et vendu un médicament dont il joignait la recette dans son courrier. Elle était en tout point identique à celle donnée par Edgar Cayce !

Edgar Cayce,Cayce,Atlantide,hypnose,voyance,lecture,voyant,prémonition

Sous hypnose, Cayce fournit à une patiente la recette précise d'un médicament qui avait été inventé, des années plus tôt, par un pharmacien français !

 

Cayce n'était pas infaillible

Pour être tout à fait objectifs, signalons qu'Edgar Cayce n’a pas toujours fait des prédictions infaillibles : il lui est arrivé de se tromper. Voici, à titre d'exemples, deux prédictions erronées qu'il a faites dans les années 1940 :

- " En 1968 la Chine sera complètement convertie au christianisme "

- " En 1999 aura lieu un cataclysme mondial de grande envergure ".

 

09/01/2013

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Raspoutine : illuminé, débauché, guérisseur et voyant

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

Grigori Raspoutine (1872-1916), dont le nom vient du russe « raspoutsvo » (débauche), fut l'une des figures les plus controversées de l'histoire russe. Son influence sur le tsar et la tsarine fut telle qu'il sera assassiné.

Le jeune Grigori se serait révélé dès l'enfance comme un être à la sensibilité délicate, de tempérament fragile, mais d'une force spirituelle hors du commun. Doué d'un charisme extraordinaire, il séduisait les êtres qu'il côtoyait par son étrange regard fixe.

Il étonnait son entourage par son don inné de clairvoyance, prédisant avec justesse et précision les événements à venir, qu'ils soient fastes ou néfastes. On parlait aussi à mots couverts de son surprenant pouvoir de séduction sur les femmes qui succombaient toutes à son charme.

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

Raspoutine aimait être entouré de nombreuses femmes sur lesquelles il exerçait son pouvoir de persuasion.

 

Selon les témoignages de ses ennemis, le jeune Grigori se livrait dès son plus jeune âge à la boisson et à la débauche. Mais, en même temps, il aurait possédé un ascendant exceptionnel sur les hommes et les bêtes dont il usait parfois pour le bien, mais surtout pour le mal. Doué d'une ruse naturelle hors du commun, il aurait été plus d'une fois pris en flagrant délit de vol et roué de coups, les autorités locales parvenant in extremis à l'arracher à la sévère justice des paysans.

 

Voyant et thaumaturge

À cette époque, d'innombrables vagabonds parcouraient l'immense Empire russe, vivant de l'hospitalité de ses habitants. Parmi eux des moines errants, des illuminés, des saints véritables. Raspoutine trouva refuge, quelque temps, dans un monastère où les autorités ecclésiastiques exilaient, pour les remettre dans le droit chemin, des prêtres dévoyés, pervers, criminels ou encore trop exaltés et s'étant livrés à des activités sectaires.

Grigori étonna les moines qu'il côtoyait par ses pouvoirs de persuasion et son indomptable volonté. Il apprenait par cœur des chapitres entiers des Saintes Écritures, pouvait réciter durant des heures des préceptes moraux, prêcher avec autorité et conviction.

Il pouvait se priver de nourriture et de sommeil durant des semaines, rester à genoux à marmonner des prières pendant des nuits entières. Cette conduite ascétique, considérée par son entourage comme celle d'un saint homme, lui valurent dans ce milieu pieux une très flatteuse renommée.

Raspoutine étonna également par ses surprenantes guérisons et ses étonnantes prophéties. Ainsi, en 1889, cinq ans avant l'avènement du tsar Nicolas II, il prédit à des intimes que celui-ci mourrait assassiné. À d'autres, il prophétisa « la fin de l'Empire russe dans 100 ans ».

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

Cinq ans avant l'avènement du tsar Nicolas II, Raspoutine prédit que celui-ci mourrait assassiné.


Prédicateur itinérant

Après des années d'absence et après avoir parcouru des milliers de kilomètres, Grigori finit par rentrer chez lui. Sa femme et sa famille le reçurent comme l'enfant prodigue. En 1896, il s'autoproclama « Homme de Dieu » ! À partir de là, ses dons de guérison et de voyance lui attirèrent la sympathie de certains de ses compatriotes malgré l'anathème porté contre lui par le pope du village. On racontait, au cours des veillées, mille exploits attribués au saint homme : comment il guérit des animaux de ferme tombés malades, calma des chevaux fous, rendit la vue à un aveugle, permit à une femme stérile d'enfanter deux beaux enfants. Sa renommée était parvenue à Saint-Pétersbourg et l'Académie de la capitale annonça « qu'en Sibérie était apparu un prophète, un homme d'une clairvoyance divine, un parfait ascète, un faiseur de miracles du nom de Grigori ».

En quelques mois, Raspoutine devint la coqueluche des salons du tout Saint-Pétersbourg. Cette société élégante et oisive, vivant en vase clos, se passionnait pour les sciences occultes, la communication avec les esprits, les tables tournantes, les extralucides, les thaumaturges de tout acabit. Les femmes, auxquelles il était présenté, tombaient toutes sous le charme de son regard pénétrant. Grâce à elles, il se fit très vite quelques relations dont l'appui lui permit de se pousser plus avant dans le grand monde. Il succédait d'ailleurs à d'autres mages, un temps à la mode dans la capitale russe (comme nous l’avons évoqué dans un autre article), tels Maître Philippe de Lyon, Papus, le moine lliodore et quelques autres.

 

Il soulage le tsarévitch Alexis

La naissance en 1904 du tsarévitch Alexis fut pour la Russie, le tsar Nicolas II et son épouse, une époque heureuse et faste à laquelle succédèrent très vite la douleur et le drame, avec l'apparition chez Alexis des premiers symptômes de l'hémophilie (son sang ne coagule pas normalement). Appelée « maladie des rois », elle frappe essentiellement les individus de sexe masculin.

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

Raspoutine utilisa ses capacités de guérisseurs pour soigner l'hémophilie dont souffrait Alexis, le fils du tsar.


Fragilisé par la tragédie de la défaite de l'Empire et sa tragédie familiale, le couple impérial se laissa subjuguer par Raspoutine qui parvint, en peu de temps, à exercer une influence incroyable sur le tsar et surtout sur son épouse. Les promesses de guérison de leur fils et les premières améliorations constatées chez l'enfant redonnèrent l'espoir aux monarques. Jouissant de la plus totale confiance de la tsarine, l'étrange moujik alla à sa guise dans la demeure, accéda librement aux chambres des quatre filles du tsar (les grandes-duchesses) et à celle du tsarévitch Alexis dont il soulagea à plusieurs reprises les douleurs, séduisit et lutina les servantes.

Persuadée que le saint homme pourrait sauver son fils de la terrible maladie, convaincue de la réalité de ses dons de thaumaturge et de voyance, certaine de la pureté de ses moeurs et de ses intentions, la tsarine lui accorda toute sa confiance. L'interrogeant souvent sur l'avenir du pays, sur la politique à suivre, sur la valeur ou la loyauté des serviteurs de l'État, Alexandra Féodorovna le laissera peu à peu s'immiscer dans les affaires de l'Etat et le défendra contre ses détracteurs de plus en plus nombreux.

 

Placé sous haute surveillance

Mais en 1908, le vent semble tourner. Des rapports effrayants émanant de l'Okhrana, la police secrète, circulent dans les plus hautes sphères de l'État. Stolypine, le président du conseil, ordonne une enquête et prévient l'empereur de son résultat. Afin d'éviter toute équivoque, Nicolas II donne des instructions pour que Raspoutine ne fréquente plus le palais sans nécessité absolue.

Les rencontres entre la tsarine et Raspoutine auront lieu désormais dans la maison d'Anna Viroubova, dame d'honneur et confidente. C'est une femme exaltée, adepte fanatique du Raspoutine et des sciences divinatoires et dont l’influence sur l'impératrice est immense.

Grâce à sa complicité active, le moine est au courant de tous les potins du palais et des affaires les plus intimes du couple impérial ce qui lui permet, lors des consultations en tête à tête avec Alexandra, de lui révéler des choses tellement précises que la naïve impératrice accepte comme des preuves irréfutables de ses dons de voyance.

Peu à peu, tous ceux qui, à un moment donné, ont cru dans la sincérité, la sainteté et le charisme de Raspoutine, se rendent compte qu'ils se sont trompés sur son compte. Mais la Tsarine refuse obstinément de lui retirer sa confiance. Elle croit fermement à ses pouvoirs surnaturels, à ses dons de guérison et de voyance, persuadée que lui seul peut sauver la vie du tsarévitch.

En 1911, comme la rumeur publique sur ses turpitudes enfle, Raspoutine estime qu'il vaut peut-être mieux s'éloigner pour quelque temps : il se rend en pèlerinage à Kiev, au Mont Athos (Grèce) puis à Jérusalem. Mais Alexandra le rappelle d’urgence : le tsarévitch est au plus mal. Cette fois, Raspoutine souhaite s'implanter durablement dans la place. Au cours d'une nuit de beuverie chez les tziganes, il profère à l'égard des souverains une prédiction menaçante : « Dieu a placé la famille impériale et la Russie sous ma seule sauvegarde. Si je venais à disparaître prématurément, le tsar, la tsarine et leurs cinq enfants périraient à leur tour dans la douleur et l'opprobre ».

 

Paroles prémonitoires

La Première Guerre mondiale offre un nouveau tremplin aux ambitions démesurées de Raspoutine. Devant cette situation incroyable d'un monarque omnipotent, maître de l'un des plus puissants empires de la planète, manipulé par un charlatan qui conduit le pays au désastre, quelques personnes se réunissent autour du jeune prince Félix Youssoupoff et décident secrètement d'éliminer Raspoutine. Dans la nuit du 29 décembre 1916, il est tué et son corps jeté dans la Néva. La nation soulagée applaudit.

Mais la guerre se poursuit, de plus en plus meurtrière, affamant et ruinant le pays, et cet acte de bravoure de quelques héroïques patriotes pour libérer la famille impériale du joug de son ange noir, ne la sauvera pas de la révolution qui gronde.

Au cours des mois qui suivent, alors que le pays court au désastre, Lénine s'empare du pouvoir et la sinistre prédiction de Raspoutine s'accomplira dans toute son horreur dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 à Iekaterinbourg : le tsar Nicolas II, la tsarine, leurs cinq enfants et quelques proches, périront sauvagement assassinés par les bolcheviks, sur l'ordre très probable de Lénine.

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

Les historiens pensent que l'ordre d'assassiner le tsar et sa famille est venu de Lénine lui-même.


Le verdict imparable de l’ADN

En 1990, les squelettes d’une partie de la famille impériale (Nicolas II, sa femme et trois de ses filles : Olga, Tatiana et Anastasia) sont retrouvés et exhumés, puis identifiés par une analyse ADN. Cette découverte met définitivement fin au mystère qu’avait fait planer, pendant plus de ans, une certaine Anne Anderson pourrait bien être Franziska Schwanzkowska, une ouvrière polonaise qui affirmait, depuis 1920, être la princesse Anastasia, la plus jeune fille de Nicolas II. D’ailleurs, en 1994, des tests ADN sont réalisés sur ce morceau d'intestin appartenant à Anna Anderson (décédée en 1984 aux États-Unis) et prouvent que Anna Anderson ne peut pas être Anastasia, ni même un membre de la famille Romanov. Jean des Cars, auteur de l'ouvrage « La saga des Romanov » apporte son témoignage : « Anna Anderson était une pauvre femme traumatisée physiquement et moralement par la guerre, à qui des escrocs avaient fait croire à son identité prestigieuse, totalement inventée, dans le but d'émouvoir, de convaincre et surtout de capter le magot impérial. À partir de sa ressemblance, ils lui ont fabriqué une mémoire avec assez d'habileté pour que certaines personnes succombent et valident l'invraisemblable. La malheureuse, en partie amnésique, avait sans doute fini par y croire elle-même, victime d'une monstrueuse manipulation, la pire puisque, à elle aussi, on répétait une supercherie ».

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

En 1990 furent retrouvés les squelettes du tsar Nicolas II, de son épouse et de trois de ses filles.


Il manquait cependant les corps du tsarévitch Alexis, 13 ans, et de Maria, 19 ans, l'une des filles, qui auraient été brûlés comme le mentionne le rapport de Yourovsky qui a dirigé l'exécution en 1918. Après de nouvelles fouilles, les deux corps sont finalement retrouvés en août 2007. Et le verdict tombe le 30 avril 2008 lorsqu’un officiel russe annonce : « Le laboratoire de la faculté de médecine de l’Université du Massachusetts aux États-Unis a confirmé l’identité des deux corps retrouvés : il s’agit bien de ceux de la princesse Maria et du tsarévitch Alexis. Nous avons à présent retrouvé la famille au grand complet ».

Le 17 juillet 1998, soit 80 ans jour pour jour après leur mort, les restes de la famille impériale sont inhumés à la cathédrale Pierre-et-Paul de Saint en présence des descendants de la famille Romanov et du président Eltsine qui a déclaré que « cet assassinat était un acte barbare ». Le tsar et sa famille ont été canonisés par l’Eglise orthodoxe russe en l’an 2000.

Raspoutine,Nicolas II,Alexis,Anastasia,Lénine,thaumaturge, guérisseur,voyant

 La famille impériale au grand complet, à l'époque où tout leur souriait.

06/11/2012

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Maître Philippe de Lyon : le conseiller secret du tsar Nicolas II

maître Philippe,Papus,Nicolas II,Raspoutine,prédictions,prophéties

Mage, guérisseur, prophète et voyant, Maître Philippe de Lyon fut l'une des figures les plus mystérieuses et les plus attachantes de l'ésotérisme de la fin du XIXe siècle. Conseiller occulte de nombreux grands de ce monde, il soignait riches ou pauvres avec la même foi.

Nizier Anthelme Philippe, plus connu sous le nom de Maître Philippe de Lyon (1849-1905), ressentit très tôt les premiers symptômes des étranges pouvoirs qui se développèrent en lui par la suite, comme il l’a écrit : « Dès 6 ans, j'avais souvent la vision très nette d'événements, avant qu'ils ne surviennent et je savais, avec précision, ce que pensaient les personnes de mon entourage ou ce qu'elles allaient faire. Et dès l'âge de 13 ans, j'obtenais des guérisons alors que j'étais encore incapable de me rendre compte des choses étranges qui s'opéraient en moi ».

En 1863, à l'âge de 14 ans, le jeune Nizier quitte son village natal de Loisieux en Savoie, pieds nus mais l'enthousiasme chevillé au coeur, pour aller vivre chez son oncle, établi à Lyon comme boucher.

Un jour, il guérit ce dernier qui s'était grièvement blessé d'un coup de hachoir en regardant fixement la main qui saigne, en se mettant mentalement en prière et en suppliant Dieu de raccommoder le pouce détaché qui ne tenait plus à la main que par un lambeau de peau.

 

Un guérisseur qui veut devenir médecin

Parallèlement aux soins dispensés aux plus pauvres et désireux d'étudier la médecine pour laquelle il se sent une forte vocation, il s'inscrit comme auditeur libre à la Faculté de Médecine de Lyon. La tradition affirme que le jeune homme y obtient spontanément de nombreuses guérisons inexplicables qui intriguent son patron, mais suscitent la jalousie parmi les étudiants et les assistants, mécontents de voir cet empirique sans fortune braconner sur leur chasse gardée.

Un jour, une jeune femme souffrant le martyre, arrive à la consultation des urgences de l'hôpital sur une civière, sans que le patron ne parvienne à diagnostiquer son mal avec précision. Elle se plaint d'essoufflement, de violentes douleurs sur le côté et ne parvient pas à tenir sur ses jambes. Dès qu’il la voit, le jeune Nizier affirme d'une voix timide que la patiente est atteinte « d'une double embolie pulmonaire ». Sous les yeux ébahis du patron, de ses assistants et du personnel hospitalier présents à la consultation, le jeune homme annonce alors simplement à la malade, tel Jésus-Christ : « Lève-toi! Maintenant, tu es guérie ! ». La patiente se lève instantanément, soulagée de ses douleurs et de son essoufflement, à la surprise de tous !

La méthode de guérison de Maître Philippe était purement spirituelle. Il ne touchait guère ses patients et les magnétisait rarement. Il leur parlait, les interrogeait, priait à voix haute devant eux, et avec eux. Il exerçait son sacerdoce en public, parfois devant plusieurs dizaines de personnes, parmi lesquelles des médecins venus observer ce phénomène.

 

Rencontre historique avec Papus

À Lyon, le jeune empirique fréquente des spirites ainsi que des adeptes de l’Ordre Martiniste, une confrérie franc-maçonne de la mouvance rosicrucienne, ce qui l’incite à choisir son surnom de « Maître ». À cette occasion, il rencontre le docteur Gérard Encausse, plus connu dans les milieux ésotériques sous le pseudonyme de Papus et fondateur de cet Ordre. Ce dernier assiste, en disciple, à plusieurs consultations de Maître Philippe et relate, dans différents écrits, comment opère son maître.

maître Philippe,Papus,Nicolas II,Raspoutine,prédictions,prophéties

Le docteur Gérard Encausse, plus connu dans les milieux ésotériques sous le pseudonyme de Papus, fut  le fondateur de l’Ordre Martiniste.

 

Grâce au témoignage de Papus, on sait que, durant les consultations, Maître Philippe paraît parfois en état second et prononce à voix haute des paroles étranges qui, sur le moment, semblent incompréhensibles : prédictions, prophéties, flashes de voyance ne deviennent souvent intelligibles pour ses interlocuteurs que le jour où elles se réalisent.

Ainsi, Papus raconte qu’il est, un jour, le témoin d’un phénomène de voyance étonnant. À un homme qui vient assister à l’une de ses séances, Maître Philippe annonce : « Monsieur, le 28 juillet 1884, à 3 heures, vous avez étranglé une femme. Ne craignez rien, moi seul vous ai vu, mais la police ne va pas tarder à vous découvrir. Si vous demandez tout de suite pardon au Ciel, elle ne vous trouvera pas ». L’homme tombe alors à genoux et implore le pardon du Ciel !

 

Il est remplacé auprès du tsar par Raspoutine

maître Philippe,Papus,Nicolas II,Raspoutine,prédictions,prophéties

Le tsar Nicolas II a appelé Maître Philippe pour soigner son fils Alexis qui souffre d’hémophilie.


Au cours d'une vie entièrement consacrée aux malades et aux pauvres, Maître Philippe trouve quand même le moyen de voyager beaucoup. Sa célébrité est telle qu'il est consulté par quelques grands de ce monde.

Ainsi, il conseille le chancelier Bismarck, démarche qui lui vaut d'être ensuite étroitement surveillé par la police française qui pense qu’il est un espion ! Il soigne le Bey de Tunis et le Sultan de Constantinople.

Il séjourne aussi à la Cour de Russie auprès du Tsar Nicolas II (1868-1918) pour soigner le Tsarévitch Alexis qui souffre d’hémophilie.

En Russie, il est docteur en médecine, médecin de l'armée russe et Conseiller de l'État russe avec rang de général !

Son influence grandissante inquiète tellement l'Eglise orthodoxe que celle-ci parvient à introduire Raspoutine à la cour de Saint-Pétersbourg !

maître Philippe,Papus,Nicolas II,Raspoutine,prédictions,prophéties

Raspoutine a fini par prendre la place de Maître Philippe auprès du Tsar.


Étrangement, en 1905, juste après la mort de Maître Philippe, Papus est appelé par le Tsar afin de lutter contre l'influence de Raspoutine. Malgré tous ses efforts, Papus n'y parvient pas, mais réalise cependant une séance de spiritisme au cours de laquelle il évoque, dit-on, le fantôme du Tsar Alexandre Ill, le propre père de Nicolas II. Papus rentré à Paris, Raspoutine continuera d'avoir une forte influence à la Cour de Saint-Pétersbourg jusqu'à son élimination par le Prince loussoupov en 1916.

 

Modeste jusqu'à sa mort

Contrairement à d'autres grands initiés et occultistes d'alors, Maître Philippe a refusé obstinément toute sa vie de rompre avec l'Église catholique. Malgré ses convictions profondes proches de la philosophie martiniste, il ne voulait pas être considéré comme un mage, un spirite, un homme chargé de pouvoirs occultes. De sa voix douce, il affirmait : « Je ne suis que le simple berger, le mandataire, et tout ce que je fais, ce n'est pas moi qui le fais, c'est Jésus, Celui à la volonté de qui rien ne résiste ».

 

Étranges prédictions

Après la révolution de 1917, un officier de la garde du tsar Nicolas II, du nom de Spiridov, se réfugie en France où il se marie avec une noble russe ruinée.

En 1991, son petit-fils Serge trouve par hasard dans un secrétaire un abondant courrier relatant les hauts faits de Maître Philippe. On y lit par exemple, à la date de janvier 1905, ces étranges prédictions : « Maître Philippe écrivit au Tsar Nicolas II une longue lettre en forme de testament, l'informant qu'il quitterait son apparence terrestre le 2 août 1905 (il mourut exactement ce jour-là ! NDLR). Il lui annonçait aussi la chute de l'Empire russe pour la décennie suivante, le massacre des Chrétiens et de toute la famille impériale. Il voyait un siècle d'horreurs et d'obscurantisme pour la Russie ».

Il est enterré au cimetière de Loyasse à Lyon.

 

Quelques aphorismes de Maître Philippe

maître Philippe,Papus,Nicolas II,Raspoutine,prédictions,prophéties

ANIMAUX

« L’animal est sur le chemin de l'Homme. La charité absolue pour l'animal nous est demandée. Ne l'oubliez jamais ».

 

CHARITÉ

« Faites le bien, mais il ne faut pas le faire de façon que tout le monde le sache. Si un laboureur sème des graines, il les recouvre de terre pour les faire germer ».

 

DIEU

« Quoique vous demandiez à Dieu, avec foi, humilité et confiance, vous l'obtiendrez de Lui. Dieu est amour, Il donne ce que nous lui demandons ».

 

ESPRITS

« Les prophètes qui ont obtenu des guérisons, et Notre Seigneur Jésus-Christ, n'opéraient pas, comme le disent et le croient certaines personnes, par le secours de quelques esprits. Notre Seigneur n'avait besoin de personne car Il n'était pas, comme d'aucuns le croient, un homme supérieur. Il était Dieu ».

 

Tous nos remerciements amicaux à Pierre Genève : il se reconnaîtra.

 

 

 

18/04/2012

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

CAPACITÉ PARANORMALE EXTRAORDINAIRE

L'écrivain Morgan Robertson avait prévu le naufrage du Titanic...14 ans auparavant !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

En 1898, l'écrivain américain Morgan Robertson publie un roman intitulé en français « Le naufrage du Titan », mettant en scène un paquebot réputé insubmersible qui coule après avoir heurté un iceberg !


Avant d'être romancier, Morgan Robertson (1861-1915) eut une véritable vie d'aventurier : dix ans dans la marine marchande, horloger, tailleur de diamants, chercheur à l'U.S. Navy et même inventeur non reconnu du périscope (dont le brevet sera déposé par le français Tony Garnier en 1893)...

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrageTitanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Morgan Robertson a fait preuve d’une prémonition époustouflante dans son roman « Futility, or the Wreck of the Titan » qui sera traduit en français en 1999 sous le titre « Le naufrage du Titan » (voir en fin d'article la possibilité d'acheter l'un des rares exemplaires existants de ce livre).


Une fantastique prémonition !

Puis, un jour, lassé par sa vie d’aventurier, Robertson décide de se consacrer à l'écriture : en quelques années, il publie plus de 200 nouvelles et 14 romans dont l'action se passe toujours en mer !

Mais un seul roman fait passer Morgan Robertson à la postérité : « Le naufrage du Titan » (en anglais « Futility, or the Wreck of the Titan »), ouvrage dans lequel il a la prémonition du naufrage du Titanic… 14 ans à l'avance !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Tout commence en 1898 : cette année-là sort son livre intitulé « Le naufrage du Titan » qui raconte l'histoire, totalement inventée, du plus grand paquebot jamais construit par l'homme et baptisé « Titan ».

Voici comment Robertson le décrit : « C'était la plus grande embarcation flottante, l'œuvre la plus géniale créée par l'homme... Deux orchestres de cuivre, deux orchestres classiques et une compagnie théâtrale assuraient le divertissement des passagers ».

Malheureusement, le livre sort dans l’indifférence générale. Personne ne semblait s’intéresser à cette histoire de paquebot britannique réputé insubmersible qui, pour son voyage inaugural heurte, en plein mois d’avril, un iceberg avant de disparaître dans les flots.

On ne reparlera plus du livre jusqu’en 1912, soit 14 années plus tard. Lorsque, dans la nuit du 14 au 15 avril, le monde entier apprend le dramatique naufrage en plein Atlantique Nord du paquebot Titanic, le plus beau bateau de la compagnie White Star Line : au cours de son voyage inaugural, " l'insubmersible ", comme on le nommait à l'époque, heurte un iceberg à environ 600 kilomètres de Terre-Neuve. Le navire coule très vite et le bilan est catastrophique : 1 500 personnes périssent noyées, à cause d'un nombre insuffisant de canots de sauvetage à bord.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage   titanic-2.jpg

Le roman de Robertson est truffé d'étranges coïncidences entre le Titan de son roman et le vrai Titanic : nom du paquebot, longueur, nombre de canots de sauvetage…

 

Des coïncidences plus que troublantes

En lisant le livre de Robertson, on ne peut qu'être frappé par le nombre incroyable de coïncidences entre son roman sur le Titan et le Titanic réel. Voici les principales.

                                     TITAN            TITANIC

Longueur :                           243 m                  269 m

Tonnage :                   75 000 tonneaux     66 000 tonneaux

Vitesse maximum :         25 noeuds              23 noeuds

Nombre de canots :               24                         22

Nombre d’hélices :                3                           3

Nombre de passagers :      3 000                    2 224

Nombre de victimes :        2 000                    1 500

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Les gigantesques hélices du Titanic n'ont pu empêcher le drame d'arriver.


Le cruel destin du journaliste Stead

Une autre coïncidence dramatique survint lors du naufrage du Titanic. Un journaliste anglo-saxon du nom de W.T. Stead avait rédigé, à la sortie du livre de Robertson en 1898, un article qu'il concluait ainsi : « C'est exactement ce qui pourrait se produire si les grandes compagnies de paquebots persistent à ne pas prévoir assez de canots de sauvetage pour tout le monde ».

Or, ultime et terrible ironie du destin, Stead est mort noyé en 1912 : il faisait partie des passagers du voyage inaugural du Titanic et n'avait pas pu monter à bord d'un des canots de sauvetage !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Lors de la sortie du livre de Robertson, le journaliste W.T. Stead s’était plaint du peu de canots de sauvetage mis sur les paquebots : 14 ans plus tard, il figurera parmi les victimes du Titanic !

 

Fausse nouvelle dans les médias !

Le Titanic coule en moins de 3 heures, à 2h20 du matin. Dans les premières éditions des quotidiens anglo-saxons, les titres à la une sont plus que rassurants. Comme celui, par exemple de l'Evening Sun du 15 avril : "Tous les passagers sains et saufs après la collision du Titanic" !

En réalité, dans la confusion du naufrage, les premières infos étaient fantaisistes et, hélas, très loin de la vérité.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

À la recherche de l’épave du Titanic

Depuis 1912, date du naufrage, l’épave du Titanic a été oubliée. Jusqu’en 1985. Cette année-là, un certain Robert Ballard souhaite partir à sa recherche. Professionnel des recherches sous-marines, il dispose d’un matériel technologique perfectionné avec, entre autres, un sous-marin robot nommé Argo, permettant d’aller à de grandes profondeurs, mais il manque cruellement d’argent. Il lui faut donc trouver des fonds car l’expédition risque de durer longtemps.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Robert Ballard : celui qui voulait retrouver l'épave du Titanic... et réussit à y parvenir !

 

Robert Ballard décide alors de contacter l’état-major de l’US Navy au sein de laquelle il a été officier.

Ce qu’on lui propose est alors très surprenant : OK pour financer une expédition permettant de localiser et de filmer le Titanic au fond de l’Atlantique… mais à une condition : retrouver préalablement deux sous-marins nucléaires américains naufragés, le USS Thresher (matricule n°593) qui a disparu en 1963 et le USS Scorpion (n°589) englouti 5 ans plus tard en 1968 !

L’état-major de l’US Navy est persuadé que ces deux sous-marins de pointe ont été torpillés par les Soviétiques : à cette époque, nous sommes, en effet, en pleine « Guerre froide » !

Le Thresher (dont le nom signifie « moissonneuse-batteuse » !), long de 85 m et pesant 3,5 tonnes, coule le 10 avril 1963 avec 129 officiers et marins à son bord. Robert Ballard parvient à le localiser à 350 km au large de Boston sur la côte est des Etats-Unis, à 2 520 m de profondeur. Les photos prises par son robot sous-marin Argo montrent que l’accident est naturel : c’est une voie d’eau qui a fait disparaître le Thresher et non une torpille soviétique !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Le Scorpion, long de 77 m et pesant 3 tonnes, disparaît le 22 mai 1968 avec 99 personnes à bord. Ballard retrouve l’épave à 740 km au sud-ouest des Açores, à 3 000 m de profondeur. Il a été, lui aussi, envoyé par le fond à cause d'une voie d'eau.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

 

Où se trouve l’épave du Titanic ?

Ayant rempli sa mission, Robert Ballard peut maintenant utiliser le reste du budget donné par l’US Navy pour retrouver l’épave du Titanic. Cela représente au maximum 12 jours de recherches en pleine mer : cela suffira-t-il ?

Ballard se rend immédiatement sur le site présumé du naufrage, à 600 km à l’est de Terre-Neuve. Mais c’est encore trop vague : en effet, en 1912 le GPS n’existait pas !

Quand son bateau, nommé "Le Suroît", arrive sur place le 22 août 1985, Ballard met immédiatement son robot Argo dans l’eau. Et le 1er septembre, il aperçoit l'une des 23 chaudières du Titanic posée sur le fond de l’océan à 3 821 mètres de profondeur. Bingo !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Peu après, il découvre la coque du paquebot, cassée en deux. Ballard ne prélève aucun élément, considérant l’épave comme un sanctuaire à respecter. Il retournera sur l’épave en juillet 1986 avec un nouveau sous-marin beaucoup plus perfectionné, nommé Alvin, et qui permet surtout d’emporter un petit équipage.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Photo montrant le robot Alvin en pleine exploration de l'épave du Titanic.

 

Fin (provisoire ?) de l’histoire du Titanic

Cinq dates sont essentiellement à retenir.

1997 : sortie du film américain réalisé par James Cameron, avec Leonardo Di Caprio et Kate Winslet.

Il a reçu onze Oscars en 1998, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur. Il reste le plus grand succès du box-office mondial, jusqu'à ce qu'il soit battu en 2010 par "Avatar", film également réalisé par James Cameron.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage       Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Deux affiches du film de James Cameron.

 

1999 : disparition à 97 ans, le 31 mai à Southampton (Grande-Bretagne), de Millvina Dean, la dernière survivante du naufrage du Titanic.

Elle était donc âgée de 10 ans au moment de la tragique croisière !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Millvina Dean, la dernière survivante du naufrage, s'est éteinte en 1999.

 

Mars 2012 : une explication farfelue ?

Des physiciens et astronomes de l'université du Texas ont affirmé début mars 2012 que le naufrage du Titanic serait dû... à l'alignement de la Lune avec la Terre et le Soleil, alignement survenu le 4 janvier 1912.

Ce phénomène cosmique aurait alors déclenché une gigantesque marée sur notre planète, ce qui aurait eu pour effet de détacher des icebergs géants du Groenland... dont l'un d'eux croisera, 3 mois plus tard, la route du Titanic !

De nombreux scientifiques réfutent cette hypothèse.

 

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Un alignement de la Terre, de la Lune et du Soleil serait-il à l'origine du naufrage du Titanic ?


Avril 2012 : vente aux enchères des trésors remontés de l'épave

11 avril 2012 à New York : mise en vente par la maison Guernsey's Auctioneers & Brokers de 5 500 objets qui ont tous été récupérés au cours de 8 expéditions menées entre 1987 et 2010 par des robots de la société RMS Titanic.

Parmi ces objets, on trouve une sculpture de chérubin en bronze qui décorait le grand escalier, de la vaisselle, des jumelles... et même des sacs et des chapeaux, trouvés dans des valises rescapées du naufrage ! Sans compter un énorme morceau de la coque faisant 7 m sur 9 et pesant 17 tonnes !

Seul le contenu des 4 coffres du Titanic, supposés contenir de l'or en pièces de monnaie et en lingots, des diamants bruts, des bijoux et bien d'autres trésors, ne figure pas dans cette vente. Et pour cause : il n'ont, pour l'instant, jamais été ouverts !

À noter que le règlement de la vente est assez surprenant : tous ces objets sont vendus en un seul lot (!). Pas question de faire de détail ! De plus, l'acquéreur aura l'obligation d'entretenir cette collection et de l'exposer régulièrement au public. Enfin, il lui sera interdit de revendre ce trésor pièce par pièce.

Une dernière précision : l'ensemble a été estimé à... 189 millions de dollars ! Y aura-t-il un enchérisseur assez riche pour emporter le lot ? On attend l'ouverture des enveloppes.

 

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Un gigantesque fragment de la coque, surnommé « The Big Piece » (l’énorme morceau), mesurant 9 mètres sur 7 et pesant 17 tonnes, a été remonté de l’épave !

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage    Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Quelques objets remontés de l'épave et mis en vente le 11 avril 2012 à New York.


Juillet 2012 : dernières plongées pour voir l'épave

La société Deep Ocean Expeditions a annoncé qu'elle fera une ultime campagne de plongées sur l'épave aux mois de juillet et août 2012, avant que le site ne soit définitivement classé et préservé, ce qui empêchera par la suite toute approche de sous-marins avec du public à bord.

Prix de cette plongée sur le Titanic à l'intérieur d'un des deux submersibles russes (nommés MIR-1 et MIR-2) conçus pour les profondeurs extrêmes : 59 880 dollars, soit 45 000 euros environ la place !

La cabine est une sphère de 2m10 de diamètre et peut contenir 3 personnes : le pilote et 2 passagers (à condition d'avoir une taille inférieure à 2 m et de ne pas dépasser 126 kg !).

La plongée totale dure 9 heures environ : 2h30 pour descendre et autant pour remonter, ce qui laisse 4h au fond de l'océan pour admirer l'épave... à travers 3 petits hublots (l'un de 20 cm de diamètre et les 2 autres de 12 cm).

À noter que James Cameron, lorsqu'il préparait le scénario de son film, avait plongé plusieurs fois de suite dans l'un des deux engins.

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Le submersible russe MIR emporte deux passagers sur l'épave... pour 45 000 euros la place !


OFFRE UNIQUE !

Deux livres incontournables sur le Titanic et les phénomènes paranormaux

Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage         Titanic,prémonition,Titan,Robertson,naufrage

Jacques Mandorla possède, en double, un rare exemplaire du livre de Morgan Robertson "Le Naufrage du Titan" (traduction française du livre anglo-saxon de 1898, parue en 1999 - 120 pages) et un exemplaire du livre de Bertrand Méheust "Histoires paranormales du Titanic" (paru en 2006 chez J'ai Lu - 314 pages).

Le lot des 2 livres (neufs) = 25 euros (envoi en recommandé offert)

Si vous êtes intéressé, contactez-le directement à son adresse email :

mandorla@club-internet.fr

 

À NOTER

Le FORUM DE DISCUSSION concernant le nouveau livre de Ranky est toujours ouvert.

Vous aussi, donnez votre avis sur cet ouvrage et posez vos questions en cliquant dans

CATÉGORIE (colonne de gauche) SUR ENCYCLOPÉDIE DU MYSTÈRE de Ranky puis sur

Commentaire (en bas de page) ou par email sur : paranormal@orange.fr

COUVE ENCYCLO DU MYSTERE.jpg

 


 

 

 

05/01/2012

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Nostradamus : l'homme qui était, tout à la fois, astrologue, astronome, mage, médecin et mathématicien !

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

 Nostradamus obtint son diplôme de docteur en médecine à l’âge de 30 ans à la faculté de Montpellier, où il aurait eu François Rabelais pour compagnon d'études.

 

Michel de Nostre-Dame naît rue du Viguier à Saint-Rémy-de-Provence, le 14 décembre 1503. Premier-né des 18 enfants (!) du couple, il est baptisé cinq jours plus tard. C'est Jean, son arrière grand-père maternel, médecin, botaniste, astronome et humaniste, qui assure son éducation et lui inculque le goût de la médecine et des étoiles. On dit que le jeune Michel témoigne très tôt d'un don de clairvoyance et se passionne pour l'étude des plantes médicinales, les "simples médecines".

La grande épidémie de peste de 1526, qui ravage la Provence, voit le jeune étudiant interrompre ses études pour voler au secours des pestiférés de Narbonne puis de Marseille, où il fait preuve d'une efficacité médicale certaine et d'un courage qui lui valent l'admiration de ses concitoyens.

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

Nostradamus vole au secours des malades lors de l’épidémie de peste qui frappe la Provence en 1526.

 

À 26 ans, on le retrouve sur les bancs de la faculté de médecine de Montpellier dont il sort docteur en 1533. La légende veut qu'il eut pour compagnon d'études François Rabelais, de neuf ans son aîné, et que ce dernier lui aurait donné l'idée de composer un almanach, publication populaire très à la mode à cette époque, ce qui permettra à Nostradamus de s'assurer plus tard de confortables revenus.


L’étrange rencontre avec sa future épouse

Nanti de son diplôme de carabin mais point riche, Nostradamus parcourt durant quelques années le Midi de la France, pratiquant la médecine ambulante, soignant ici et là des pauvres, mais également des notables qu'attire sa jeune renommée. En chemin, il herborise, cueille des simples dans la garrigue, confectionne lotions, poudres et onguents qu'il vend à la criée les jours de marché. Il se livre aussi à sa passion secrète, l'astrologie, délivrant horoscopes et prédictions aux belles qui viennent le consulter, n'hésitant pas à leur offrir des fards de beauté, des élixirs de jouvence ou des philtres d'amour qui accroissent de beaucoup sa renommée.

On rapporte que les meilleures familles de l'Agenais invoquèrent toutes sortes de maladies pour envoyer leurs filles à marier chez le réputé médecin encore célibataire !

Un jour, Anne de Cabrejas, une jeune catalane de Perpignan, acheta un philtre d'amour à Nostradamus. Fine mouche, elle eut le culot de le provoquer en lui disant : « Je ne croirai en l'efficacité de votre philtre que si vous voulez bien l'essayer avec moi ! ». Le médecin lui répond, en badinant, qu'il relèvera le défi à la condition qu'elle veuille bien l'épouser. C'est ainsi qu'Anne et Michel unirent leur sort par les liens du mariage et donnèrent naissance à deux enfants !

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

Anne de Cabrejas, une jeune catalane de Perpignan, acheta un philtre d'amour à Nostradamus... ce qui permit à ce dernier d'épouser la belle !


Dès son retour en Provence, Nostradamus est confronté à une nouvelle épidémie de peste, appelée le "charbon provençal" car elle laissait derrière elle ses victimes noires comme du charbon.

À Aix, la ville la plus touchée, Nostradamus s'attaque au mal avec sa ténacité coutumière, perfectionne son remède mis au point une décennie auparavant et sauve bon nombre de malades. Très en avance sur son temps, Nostradamus préconise de sévères mesures d'hygiène pour enrayer le mal, entreprenant le nettoyage systématique des maisons et des rues.

Mais sa réputation ne lui vaut pas que des honneurs. Les médecins, qui ont fui la peste sans prendre la peine de lutter contre l'épidémie, prétendent que c'est par magie et sorcellerie qu'il obtient ses succès. Or cette accusation peut se révéler mortelle en ces temps où l'Inquisition se déchaîne contre les mal-pensants, les penseurs originaux et les hérétiques de toutes sortes. Mais la publication de ses almanachs et ses consultations d'astrologie lui valent une réputation flatteuse, faisant davantage pour sa renommée que ses prouesses médicales.

 

1855, date de parution de ses célèbres Centuries

À Salon-de-Provence, Nostradamus vit bourgeoisement. Pour éviter que l'on jase sur ses travaux occultes, il se montre très pieux, est assidu à la messe, se confesse régulièrement et se met au mieux avec clercs et curé.

Mais tout change au printemps 1555, date à laquelle paraissent les trois premières Centuries complètes et une partie de la quatrième qui le rendront célèbre à travers les siècles. L'engouement pour ces prophéties, obscures et assez incompréhensibles, est immédiat. L'auteur expose à plusieurs reprises les raisons de cette obscurité : en ces temps d'Inquisition, on a vite fait de vous traîner devant un tribunal sous l'accusation d'hérésie ou de sorcellerie.

Cette publication vaut d'ailleurs à Nostradamus une comparution devant le Parlement de Dijon, où il doit s'expliquer. II s'y présente non comme devin mais comme mathématicien et astrologue, affirmant que c'est par de longs calculs et des observations astronomiques qu'il parvient à déduire certains événements à venir. Cette science étant parfaitement licite et reconnue, il ne sera pas inquiété.

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties

En 1855 paraît le livre « Les prophéties de M. Michel Nostradamus » qui deviendra célère. Une version enrichie sortira en 1568 chez l’éditeur lyonnais Benoist Rigaud.

 

Ami et confident des grands de ce monde

Passionnée par l'astrologie et les sciences occultes, la reine Catherine de Médicis, entendant parler des prédictions remarquables qu'on attribue à Nostradamus, lui demande de venir à la Cour.

Le mage arrive à Paris le 15 août 1556, jour de la fête de Notre-Dame et s'installe au premier hôtel venu, l'hôtel Saint-Michel (étrange coïncidence !)… ce qui lui parut doublement de bon augure !

Puis la reine le reçoit au château de Blois où elle lui présente ses enfants et lui demande de dresser leur horoscope. On peut supposer que le mage déploie des trésors d'astuce et de diplomatie pour éviter de choquer la reine dans l'interprétation de ce qu'il voit dans le thème des jeunes princes : « Trois de vos quatre garçons porteront la couronne ».

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

La reine Catherine de Médicis, ayant entendu parler des prédictions remarquables qu'on attribue à Nostradamus, l’a fait venir immédiatement à la Cour.

 

 La reine, satisfaite des prédictions de Nostradamus (on le serait à moins !), le récompense et le consultera encore à plusieurs reprises. En 1564, elle le fera même nommer médecin et conseiller du roi Charles IX.

Mais le destin de Nostradamus bascule véritablement lorsque sera vérifiée la prédiction du 35e quatrain de sa première Centurie :

Le lion jeune le vieux surmontera,

En champ bellique par singulier duelle :

Dans cage d'or les yeux lui crèvera,

Deux classes une puis mourir mort cruelle.

Rappelons l'histoire.

Le 1er juillet 1559, pour honorer les noces de sa fille Elisabeth de France, le roi Henri II organise un tournoi rue Saint-Antoine. Le roi, passionné de duel, y participe lui-même et se mesure à plusieurs adversaires.

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

Le roi de France Henri Il organise un tournoi pour célébrer les noces de sa fille Elisabeth.

 

À la tombée de la nuit, le duc de Savoie prie le roi de ne plus s'exposer à combattre alors qu'on n'y voit plus grand chose. Henri II ne l'écoute pas et défie Montgomery, jeune comte au faite de son art et célèbre pour sa vaillance : ce dernier se récuse à plusieurs reprises. Mais, pressé de toutes parts, il doit finalement combattre son roi. Hélas, Montgomery atteint accidentellement Henri II d'un coup si rude que sa lance pénètre le heaume doré d'Henri II et transperce un œil. Le monarque demeure entre la vie et la mort durant onze jours, avant de succomber.

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

La mort du roi de France Henri Il en 1559, un oeil transpercé par une lance au cours d’un duel, avait été prédite par Nostradamus dans le 35e quatrain de sa première Centurie.

 

Etranges anecdotes autour de son tombeau

Nostradamus ne profitera pas longtemps de son extraordinaire divination à propos du roi : il meurt, en effet, sept ans plus tard, le 2 juillet 1566, en exigeant que sa tombe ne soit jamais ouverte.

Cependant, son dernier souhait ne sera pas respecté : 60 ans après sa mort, on rapporte que des profanateurs découvrirent, sur la poitrine du défunt, une plaque de cuivre portant une inscription maudissant la perfidie des gens qui ont troublé sa paix, tel jour à telle heure de l'année 1626 ! Soit exactement la date de la profanation de son tombeau !


On ignore s'il s'agit d'une légende inventée de toutes pièces. Ce qui est certain c'est qu'à Salon-de-Provence, dans le couvent des Cordeliers, se trouve une tombe sans ossements sur laquelle on peut lire cette épitaphe rédigé par sa veuve (il semblerait, selon certains historiens, que la véritable dépouille du mage se trouverait en réalité, depuis 1566 date de sa mort, dans la chapelle de la Vierge de l'église collégiale de San Lorenzo) :

Ici reposent les os de Michel Nostradamus,

le seul de tous les mortels digne d'écrire, avec une plume presque divine,

les grands événements qui, à l'avenir, arriveront dans l'univers selon l'influence des astres.

Il a vécu soixante-deux ans, six mois et dix-sept jours.

Postérité, n'envie point son repos.

Anne Ponce Gemelle de Salon souhaite à son époux la félicité éternelle

 

Nostradamus et Jean-Paul II

Selon diverses interprétations, l'une des plus importantes prédictions de Nostradamus concernant la fin du XXe siècle, révèle que le pape Jean-Paul II devait mourir en 1995 et que lui succèderaient seulement deux autres papes avant la chute définitive de l'Eglise de Rome (on retrouve là, étrangement, une prophétie déjà émise par Saint Malachie dont s'est certainement inspiré Nostradamus !).

Cet événement devait avoir lieu en juillet 1999, date considérée par Nostradamus comme celle du déclenchement de la Troisième Guerre mondiale et de l'Antéchrist, qu’il a évoquée dans le quatrain suivant :

L'an mil neuf cent nonante neuf sept mois,

Du ciel viendra un Grand Roy d'effrayeur

Ressuscité le Grand Roy d'Angolmois

Avant après Mars regner par bonheur.

 

On sait finalement que rien de dramatique n'est arrivé à cette date : seul le couturier Paco Rabanne, ayant repris à son compte les prédictions de Nostradamus, s'est couvert de ridicule dans les médias à vouloir jouer les messies. Il a en effet annoncé, quelques jours avant l'éclipse solaire du 11 août 1999, que la station spatiale russe Mir allait s'écraser en France, provoquant ainsi des milliers de morts ! Cette prédiciton râtée lui a, d'ailleurs, coûté sa place de directeur artistique : les propriétaires de sa société l'ont, en effet, licencié pour "faute professionnelle" !

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

Les mauvaises prédictions de Paco Rabanne lui ont coûté son job !


Finalement, le principal reproche qu’on peut faire à Nostradamus concerne la multiplicité des interprétations possibles de ses Centuries, qui peuvent être effectivement lues de nombreuses façons différentes.

Voici deux exemples de textes de Nostradmus, confrontés aux interprétations données par Jean-Charles de Fontbrune, l’un de ses exégètes. 

 

Centurie IX, Quatrain 55 : fin de la guerre de 14-18 et grippe espagnole ? 

L'horrible guerre qu'en Occident s'appreste,

L'an ensuivant viendra la pestilence :

Si fort terrible, que jeune, vieil, beste,

Sang,feu, Mercure. Mars, Jupiter en France.

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

 Pour Jean-Charles de Fontbrune : « Mercure, dieu des voleurs, représente le pillage et Jupiter la lumière. Il se prépare une guerre horrible en Occident. L'année suivante sévira une pestilence si terrible qu'elle atteindra les jeunes comme les vieux et les animaux. Après le sang, le feu, le pillage et la guerre, la lumière reviendra en France.

La guerre de 1914-1918 fut une guerre entre puissances occidentales (France et Allemagne). L'épidémie de grippe espagnole fit, durant l'hiver 1918-1919, plus de vingt millions de morts ».

 

Centurie II, Quatrain 91 : l’annonce de la bombe atomique lâchée sur Hiroshima ?

Soleil levant un grand feu on verra,

Bruit et clarté vers Aquilon tendans,

Dedans le rond mort et cris l'on orra,

Par glaive, feu, faim, mort les attendans.

Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance  Nostradamus,voyant,devin,centuries,prédictions,prophéties,voyance

Pour Jean-Charles de Fontbrune : « Orra est le futur du verbe ouïr. Les dégâts causés par l'arme atomique sont évalués, selon leur gravité, par des cercles concentriques. Au Japon (l'empire du Soleil-Levant), on verra un grand feu, du bruit et de la lumière (le vacarme et l'immense clarté créés par l'explosion atomique), vers la Russie (l'empire du Nord) qui occupe encore les îles Kouriles, ancien territoire japonais. Dans le cercle de mort, on entendra des cris. À cause de la guerre, du feu et de la faim les hommes attendront la mort ».

(Un grand merci pour son aide fort précieuse à notre ami Pierre Genève : il se reconnaîtra)


11/11/2011

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Mademoiselle Lenormand : la voyante préférée de Napoléon Ier


La vie de Marie-Anne Lenormand est étonnante à plus d'un titre : cette voyante verra en effet défiler, dans son cabinet, aussi bien de simples domestiques, femmes de chambre ou cousettes que de grands personnages comme Robespierre, Fouché, Talleyrand, Joséphine de Beauharnais ou Napoléon Bonaparte !

voyance,Lenormand,Napoléon,Fouché,Robespierre,Joséphine

Mademoiselle Lenormand fut considérée, de son vivant, comme « la plus exceptionnelle diseuse de bonne aventure de tous les temps ». Pas moins !


Née en 1772, Marie-Anne Lenormand, fille d'un drapier d'Alençon, entre toute gamine à 1'Abbaye Royale des Dames bénédictines de sa ville natale où elle se fait remarquer, dès son plus jeune âge, par une ardente imagination et un curieux talent de « prophétesse » (terme dont la langue française possède de très riches synonymes : pythonisse, pythie, devineresse, sibylle, aruspice, cassandre, diseuse de bonne aventure, clairvoyante, vaticinatrice, extralucide…).

 

La rencontre avec Joséphine de Beauharnais

En 1793, en pleine « Terreur » révolutionnaire, Marie-Anne s'enfuit, échappant de justesse à la rafle et trouve refuge dans un garni proche du Palais-Royal, où elle rencontre dame Gilbert, une habile tireuse de cartes acoquinée à un certain Flammermont, un garçon boulanger qui n'a pas froid aux yeux.

À eux trois, ils décident d’associer leurs talents. Déguisée en pythonisse tour à tour italienne, bohémienne ou gitane, la jolie Marie-Anne dit l'avenir, la Gilbert tire les cartes alors que Flammermont va distribuer des prospectus et faire de la publicité auprès des commerçants du quartier.

En quelques mois, Mademoiselle Lenormand apprend toutes les ficelles du métier et un jour, se sentant plus douée que ses compagnons, elle reprend sa liberté et s'installe à son compte : elle ouvre alors un cabinet d'écrivain public, qui sert de couverture à ses véritables activités de voyante.

Elle réside au 5 de la rue de Tournon durant près d'un demi-siècle, accueillant une clientèle de personnalités : elle reçoit ainsi le peintre David, Robespierre, Saint-Just, Marat, Tallien et bien d'autres, ainsi que leurs égéries ou leurs compagnes.

Mais sa carrière débute vraiment lorsqu'elle est régulièrement consultée par la ravissante Joséphine Tascher de la Pagerie, autrement dit la comtesse de Beauharnais. La première épouse de l'Empereur Napoléon Ier ne peut bientôt plus se passer de Mademoiselle Lenormand et la consulte à tout propos.

voyance,Lenormand,Napoléon,Fouché,Robespierre,Joséphine

La carrière de Mademoiselle Lenormand débute vraiment lorsqu'elle est régulièrement consultée par Joséphine de Beauharnais, la première épouse de Napoléon Ier.


Robespierre la consulte et est impressionné !

Surdouée et cultivée, Mademoiselle Lenormand élargit la palette de ses techniques : elle étudie les anciens grimoires, manie les cartes avec adresse, lit dans les lignes de la main ou le marc de café, consulte le plomb fondu, le vif-argent (mercure), les blancs d'oeufs jetés dans l'eau claire, les miroirs brisés, le cristal de roche ou les cendres soufflées !

Les consultants attendent leur tour dans le salon, avant d'être introduits par ordre de préséance, dans sa chambre à coucher. En réalité, l’une de ses assistantes se tient discrètement dans une pièce voisine, séparée du salon par une glace sans tain, afin d’observer et d’écouter les bavardages, qu'elle s'empresse ensuite d'aller rapporter à sa patronne, n'hésitant pas à lui confier tous les petits potins qui peuvent aider ses dons de voyance.

Ce salon voit défiler tour à tour, hommes politiques, banquiers, duchesses, femmes du monde ou du demi-monde, actrices en vogue, tous disposés à payer très cher les paroles que la voyante distille avec parcimonie.

Mais Mademoiselle Lenormand est très habile : elle travaille aussi pour toutes les bourses, y compris les plus modestes, disant la bonne aventure à de simples domestiques, valets, femmes de chambre, habilleuses, midinettes ou cousettes, qui payent 20 sous ses oracles de 4 sous et lui procurent, en échange de cet insigne honneur, des « tuyaux » inestimables sur les grands de ce monde au service desquels ils se trouvent.

Dans ses mémoires, Mademoiselle Lenormand rapporte quelques piquantes anecdotes sur tous ces grands hommes qui terrorisent la France et viennent, humbles et tremblants, entendre les sentences prophétiques qu'elle leur distille au compte-gouttes devant son guéridon.

Du terrible Robespierre, elle dit par exemple : « J'ai vu de bien près le farouche Maximilien et j'ai pu le juger, livré à lui-même. C'était un homme sans caractère. Superstitieux à l'excès, il se croyait envoyé par le Ciel pour coopérer à une entière régénération de la société. Je l'ai vu, en me consultant, fermer les yeux pour toucher les cartes et même frissonner à la vue d'un 9 de pique ! ».

voyance,Lenormand,Napoléon,Fouché,Robespierre,Joséphine

Mademoiselle Lenormand a livré, dans l'un de ses livres, ce témoignage étonnant :« Un jour, j’ai vu Robespierre, en me consultant, fermer les yeux pour toucher les cartes et même frissonner à la vue d'un 9 de pique ! ».


La prédiciton étonnante faite à Napoléon 1er

Mademoiselle Lenormand reçoit à son cabinet tous les grands révolutionnaires, conseille Fouché, Barras, Madame de Staël, Talleyrand et est consultée à plusieurs reprises par Joséphine de Beauharnais et son mari Napoléon Bonaparte.

Concernant ce dernier, elle affirme que, dans l'intimité, il ne se ne se moque pas du tout des arts divinatoires et qu'il lui arrive même de pratiquer l'astrologie de salon ou la chiromancie. D'ailleurs, Las Cases lui-même témoigne du fait que Napoléon a rendu un hommage tardif à la perspicacité de la voyante, en lui confiant un jour : « Elle m'a fait le dessin de l'île de Sainte-Hélène sur la boiserie de son appartement. Je savais tout cela en étant encore au faîte de ma puissance, mais je n'y attachai nullement foi ».

En 1809, quelques jours avant la séparation des époux impériaux, Mademoiselle Lenormand rencontre secrètement Joséphine de Beauharnais, malgré l'interdiction que lui en a faite l'Empereur, qui redoute l'influence de l’extralucide. Apprenant ce rendez-vous, Napoléon, excédé, demande à Joseph Fouché, son ministre de la Police, d'arrêter la voyante et de la mettre en prison, avec l'ordre de ne la relâcher qu'après l'officialisation de son divorce !

voyance,Lenormand,Napoléon,Fouché,Robespierre,Joséphine

Cette estampe, intitulée « Le divorce de Napoléon et Joséphine », montre l'évanouissement de Joséphine au Palais des Tuileries le 30 novembre 1809 : l’Empereur vient de l'informer de sa décision de divorcer.


Fouché, habile négociateur, comprend très tôt l'intérêt qu'il peut tirer des rapports qu'il entretient avec Mademoiselle Lenormand. Aussi exerce-t-il un chantage permanent sur la voyante, qui lui apprend infiniment plus de petits secrets sur les gens qui défilent dans son cabinet que les rapports de ses propres limiers ! Certains documents, en effet, tendent â prouver que la voyante et le ministre étaient de mèche dans nombre de petites intrigues ourdies dans l'ombre.

voyance,Lenormand,Napoléon,Fouché,Robespierre,Joséphine

Arrestation en 1809 de Mademoiselle Lenormand par Joseph Fouché, ministre de la Police.


Sous les Cent Jours et la Restauration, le succès de la voyante ne se dément pas. Le retour des Emigrés développe encore sa clientèle. La vieille noblesse royaliste accourt rue de Tournon où elle remplace celle de l'Empire. Mademoiselle Lenormand exerce son art non seulement à Paris, mais aussi avec un égal succès dans toutes les grandes villes d'Europe, saluée comme la plus grande voyante de tous les temps. On la retrouve à Vienne, Genève, Saint-Pétersbourg et Venise.

Un jour, très (trop !) sûre d'elle, Mademoiselle Lenormand prédit même qu'elle mourra en l'an de grâce 1896, à l'âge de 124 ans ! Mais le Ciel ne tient pas compte de sa prédiction puisqu’elle s'éteint en 1843, à 71 ans seulement, confite en dévotion, ayant abjuré ses pratiques magiques et reconnu la vanité de ses travaux.

Elle laisse derrière elle une oeuvre importante qui comprend ses deux fameux ouvrages « Mémoires historiques et secrets de l'impératrice Joséphine » et « Les Souvenirs prophétiques d'une sibylle », mais surtout son superbe « Grand jeu de Mademoiselle Lenormand », jeu de tarots qu'elle crée à partir de légendes mythologiques et qui est encore aujourd'hui l'un des plus vendus au monde, avec le tarot de Marseille et l'Oracle de Belline.voyance,Lenormand,Napoléon,Fouché,Robespierre,Joséphine

Quelques-unes des 54 cartes du Grand jeu de Mademoiselle Lenormand, créé par la célèbre voyante à partir des récits mythologiques de La Toison d'Or et de La Guerre de Troie.


(Un grand merci pour son aide fort précieuse à notre ami Pierre Genève : il se reconnaîtra)