Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2017

VOYAGE HORS DU CORPS

Le voyage hors du corps : mythe ou réalité ?(2ème partie)

Voici 3 remarquables témoignages de décorporation

Deux de ces 3 témoignages ont été recueillis par Ranky et publiés dans son livre "Le paranormal de mes yeux vu..." et le troisième par Jacques Mandorla dans son livre "66 tests pour développer vos capacités paranormales".

Faite nous part de vos remarques et suggestions sur notre email : paranormal@orange.fr

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

 

TÉMOIGNAGE N°1 (recueilli par Ranky)

Claude Stavisky, le magicien qui sortait de son corps

Claude Stavisky, illusionniste, membre de notre Comité d’Expertise et d’Expérimentation des Phénomènes Paranormaux (C.I.E.E.P.P., que j’ai fondé en 1976 avec plusieurs amis illusionnistes), m'a raconté les lévitations de corps qu'il faisait vers l'âge de huit ou neuf ans.

Il s'allongeait sur son lit, les jambes bien tendues, les bras le long du corps, les yeux ouverts. Au bout d'à peine une minute, il sentait son corps s'élever lentement jusqu'au plafond. Il pouvait demeurer en suspension de nombreuses secondes, mais s'il avait la malencontreuse idée de bouger, il redescendait rapidement avec l'impression de tomber du lit.

Claude s'amusait à cet exercice qu'il pouvait répéter à volonté, presque chaque soir, au coucher. Puis, ayant grandi, il ne tenta plus ce genre d'expériences qu'il avait réalisées des dizaines de fois.

Vers l'âge de dix ans, lors de l'incarcération de sa mère à la prison de la Roquette pour des suites douloureuses de l'affaire concernant son père Alexandre en 1934, Claude souffrit terriblement de cette séparation qui avait engendré en lui une faculté étrange :celle de faire venir sa mère près de son lit.

Le processus était rigoureusement le même que celui des lévitations de son corps : une fois couché, il étendait les jambes, plaçait les bras le long du corps, sans fermer les yeux, et sa mère apparaissait, debout, bien vivante. Mais dès qu'il approchait la main pour la toucher, même avec des ruses d'indien, sa mère disparaissait instantanément.

Comme pour les élévations de son corps, il faisait naître l'apparition quand il voulait. Le phénomène dura tout le temps de la durée de la détention de sa mère, soit environ un mois.

Beaucoup plus tard, devenu adulte, Claude Stavisky fit un grand nombre de tentatives pour retrouver cette capacité mystérieuse, mais il n'y parvint plus jamais.

Claude STAVISKY Par RANKY

STAVISKY CLAUDE 1.jpg
Claude Stavisky, personnage énigmatique hors du commun, était une figure du milieu de l’illusionnisme. Pendant de longues années il a été membre de la Fédération Française des Artistes prestidigitateurs (FFAP) et du Cercle Français  de l’Illusion Jules Dhôtel.
Il était membre, très actif, du Comité Illusionniste d’Expertise et d’Expérimentation des Phénomènes Paranormaux (CIEEPP) et avait, à ce titre, participé à de nombreux tests de sujets Psi, notamment à des expériences de télépathie, de voyance ou encore de psychocinèse (avec Jean-Pierre Girard, entre autres). Sa vie durant, il a exercé sa grande passion : la prestidigitation.

Les clients des restaurants savaient-ils que l’illusionniste qui se produisait de table en table était le fils d’Alexandre Stavisky, héros d’une célèbre affaire qui provoqua en 1934 des émeutes et fit vaciller la République ?
images-2.jpgAlexandre Stavisky, aventurier-illusionniste de la finance, avait bâti une fortune colossale sur la corruption de la classe politique de son époque. Stavisky, “l’homme aux 32 non-lieux”, l’Arsène Lupin de la IIIème République” qui muselait avocats, policiers, journalistes, députés et ministres en leur distribuant des enveloppes bien garnies. Stavisky, l’homme qui en savait trop et qui, au moment d’être inculpé, est “suicidé” d'une balle dans la tête (à 3 mètres de distance!). “L’affaire Stavisky” eut de nombreuses conséquences : suicides de plusieurs personnages, notamment d’un conseiller à la Cour d’Appel, chute de deux gouvernements et violentes émeutes fascistes de février 1934, qui ont bien failli faire tomber la République.

Arlette Stavisky la maman de Claude (à droite de le photo) et Michelle à gauche.
STAVISKY MICHELLE ARLETTE CLAUDE.jpgMais, dans la vie, tout n’est pas qu’illusion, témoin l’internement  de Claude enfant, par sa propre mère, dans un hôpital psychiatrique - lui disait “chez les fous !”- par un coup de baguette magique, manipulée par on ne sait trop quel sorcier ! Allez-donc savoir ! Près de quatorze ans d’enfermement dans un asile où il découvre la prestidigitation, le goût des mises en scène magiques et des mystifications théâtrales. Il demande à sa mère, exilée en Amérique, de remplacer les gâteries habituelles de ses quelques colis annuels par de l’argent, “pour acheter des livres de magie et des tours !”.
Vers les années 1950, des tourneurs en cinéma se produisent de commune en commune et l’un d’eux cherche un assistant. La direction de l’asile lui confiera Claude. Vers 23 ans commence pour lui une existence de nomade. Mais l’aide-projectionniste continue ses exercices de dextérité entre le documentaire et le film, car son rêve ne le quitte pas : il sera magicien ! Son patron le présentera en audition devant la grande famille du cirque Bauer qui l’engagera pour la saison 1955. Claude restera chez les Bauer jusqu’en 1958. Pendant quatre années, il présentera sous le pseudonyme de Fougestas, puis Vitiskas, ensuite sous celui de Prince Frankestas et enfin Prince Stavisky, le poste de radio éclipsé, le bonneteau aux liquides, le cadre de Bacchus et une version personnelle du panier indien dans lequel il enfermait sa partenaire, la transperçait d’épées comme une pelote d’épingles et d’où elle ressortait souriante et indemne sous les applaudissements du public.
Ce qui l’intéressait le plus, ainsi qu’il l’explique dans son livre “ Stavisky était mon père” (éditions N°1 - 1995), c’était d’inventer ses propres tours, de créer quelque chose de nouveau, d’absolument original.

images-1.jpg

Il ne voulait pas copier et imiter bêtement ce qui était dit dans un livre. Il voulait devenir un artiste, un vrai. Aucune difficulté ne le rebutait, au contraire. Il choisissait un exemple dans un livre, puis l’analysait à fond, le disséquait comme avec une souris de laboratoire, lui ouvrait les entrailles pour voir exactement de quoi il était fait. Ensuite il déclinait toutes les variations possibles du même tour. Il a toujours pratiqué ainsi : lorsqu’il s’attaquait à un tour, il l’épuisait entièrement, l’exploitait jusque dans ses moindres détails. Il se disait maniaque et perfectionniste de la prestidigitation. C’était vrai.

Claude au cirque Médrano
1056200515.2.jpgEt comme le travail finit presque toujours par payer, il connut quelques engagements prestigieux comme au cirque Médrano par exemple. Il eut, à diverses reprises, les honneurs de la télévision. Puis, plus tard, il donna des spectacles de close-up, c’est-à-dire de “magie de près”, chez les particuliers et dans les restaurants. Il avait pris goût à cette forme de prestidigitation plus confidentielle, permettant de réaliser des tours au nez et à la barbe des spectateurs.

Claude Stavisky à la télévision.
STAVISKY CLAUDE 4 TELE.jpg Claude n’était jamais aussi heureux que lorsqu’il nous accompagnait  dans nos spectacles de discothèque ou nos tournées de théâtre, surtout lorsque nous produisions notre show complet, avec toute notre petite troupe composée  de cinq ou six artistes. Il était sûr alors d’avoir intégré  “sa famille”. Toujours prêt à se rendre utile, il nous est resté fidèle pendant près de quarante ans. C’est la prestidigitation qui permit à Claude, sa vie durant, de supporter son nom si lourd à porter, car ce n’est pas facile d’être le fils de “l’escroc”. Jusqu’à son dernier souffle, Claude, illusionniste de père en fils, aura voulu illusionner son public et par là-même, quelque part, s’illusionner aussi lui-même.                Ranky

images-3.jpg“STAVISKY” avec Jean-Paul Belmondo, Annie Duperey, Michel Lonsdale, Charles Boyer, Claude Rich, François Périer, est un film d'Alain Resnais et Jorge Semprun. 1974.

Claude Stavisky, case N°105 du columbarium de Bonneuil-sur-Marne.

comité,expert,magicien,stavisky 

 

 

 

 

 

 

TÉMOIGNAGE N°2 (recueilli par Ranky)

Alexandre et son médicament hypnotique

Alexandre, avec qui j'ai entretenu de longues conversations téléphoniques, m'a fait un jour parvenir cette lettre, véritable compte rendu de ses expériences de voyage hors du corps, en vue de tenter d'éclaircir ce phénomène qui le passionnait et le préoccupait en même temps.

« Amis du paranormal, bonjour. Voici mon récit. Tout commença le 31 mars 1997. J'avais alors 21 ans et pesais plus de 100 kg. Ce jour-là, pour la 4e fois dans ma vie, je recommençais un régime. Aujourd'hui, j'ai perdu 40 kg et j'ai plus ou moins bien maintenu, par rapport à mes 3 premiers échecs complets.Vers la fin de ce régime, en juillet, il commença à m'arriver de drôles de choses, des trucs bizarres... Finalement, j'ai bien dû me rendre à l'évidence, je pouvais sortir de mon corps, le soir, en essayant de m'endormir. Je pouvais "détacher" mon âme de mon enveloppe charnelle. Je pense qu'il s'agit simplement de la première étape de la mort. Voici comment cela se passe, toujours de la même manière, étape par étape. À préciser que je ressens tout ce qui se passe dans mon cerveau. Je dois aussi vous préciser que c'est grâce au Stilnox® que je peux me décorporer. Sans Stilnox, en me concentrant, j'arrive à provoquer les cercles, mais jamais (à ce jour) je n'ai pu aller plus loin ! Hors de mon corps c'est génial : je "flotte" librement dans l'air, en direction du plafond. Je suis alors plongé dans un noir lumineux. Je garde un certain contact avec mon corps terrestre, car parfois, il y a des mains, des corps qui me frôlent, mais mon corps terrestre devient comme un fantôme ! Car ces mains, ces corps, me traversent de part en part ! Si vous pouviez sentir comme cela semble réel ! C'est comme si une vraie main me serrait avec force le bras ! Et ces corps, ces sexes en érection, me paraissent si durs et si réels que je mis des mois à ne plus en avoir peur puisqu'il n'y a, en fait, absolument rien. Je suis complètement seul dans ma chambre. J'ai une question : pensez-vous que ces mains, ces corps qui me frôlent et me traversent sont des morts avec lesquels j'entre en contact? Mes sorties hors du corps sont sensiblement pareilles les unes des autres. Je "vois" aussi parfois un "tunnel", comme dans la 4e dimension ! Je n'ai jamais essayé d'y entrer, parce que j'aurais trop peur de ne plus pouvoir en ressortir et rejoindre mon corps ! Il y a pourtant une "sortie" qui me reste unique : décorporé, je "montais" assez vite et je me sentais en pleine béatitude ! Tout d'un coup, j'ai "vu" un rectangle blanc crème s'allumer et s'éteindre. Après ça, je me suis senti redescendre dans mon corps à grande vitesse et j'ai "atterri" dedans violemment ! Ce soir-là, je n'ai pas pu ressortir de mon corps. Pensez-vous que j'ai vu Dieu ? Il me reste une dernière chose à vous dire, quelque chose que j'ai la faculté de faire sans Stilnox®, sans aucun médicament : lorsque je vais sur le matelas vibromasseur de ma grand'mère, lorsqu'il s'arrête tout seul après 20 minutes, je sors de mon corps, je passe à travers le fauteuil, et je reviens dans mon corps. Le tout dure 2 à 3 secondes. C'est très bizarre ! J'ai une dernière question à vous poser : j'ai lu plusieurs livres sur le sujet (Moody, Kubler-Ross, Jeanne Guesné...). Il paraît qu'il y a des personnes, plus ou moins dans le même cas que moi, qui décorporées voyagent librement hors de leur corps. Moi, je n'arrive pas à faire cela, je "monte" et je "descends", c’est tout ce que je peux faire pour l'instant... Connaîtriez-vous un moyen qui me permettrait de voyager "librement" hors de mon corps, comme eux ? Cela serait franchement génial !!! Je pourrais ainsi visiter le monde entier sans bouger de mon lit ! Certains disent faire comme cela le tour de la Terre en quelques secondes !!! Avec mes meilleures salutations ». Alexandre

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

L’avis de Ranky

Alexandre est un garçon charmant, très sympathique, d'une correction impeccable, érudit et parfaitement équilibré. La description détaillée des effets ressentis lors de ses "sorties de corps" ne peut en aucun cas être mise sur le compte de l'affabulation. Nous tenons cette affirmation d'un spécialiste en la matière qui, malheureusement, n'avait pas pu donner suite à ce dossier.

Alexandre raconte que c'est vers la fin de son quatrième régime amaigrissant que les phénomènes décrits se déclenchent. Il dit aussi prendre du Stilnox® et que ses décorporations sont impossibles sans ce médicament, sauf lorsqu'il se sert du matelas vibromasseur de sa grand-mère où là, sans aucun autre médicament, l'expérience peut quand même avoir lieu.

Il m'est impossible de donner une explication rationnelle sur ce cas, mais j'ai eu la curiosité de consulter un ouvrage médical spécialisé : le Stilnox® est un médicament hypnotique dont la durée de prescription est limitée à quatre semaines. Il est prescrit pour des troubles sévères du sommeil : insomnie occasionnelle ou transitoire. Les contre-indications sont nombreuses. Certains symptômes d'intolérance sont d'apparence banale, mais d'autres dénotent une dangerosité forte pouvant aller, dans certains cas, jusqu'au décès. Ce médicament peut favoriser des effets décrits par Alexandre : épisode confusionnel, dépersonnalisation, déréalisation, phénomènes hallucinatoires, modification de la libido ...

Pour moi, la décorporation d'Alexandre n'est peut-être pas entièrement un mystère !

TÉMOIGNAGE N°3 (recueilli par Jacques Mandorla)

Une autre histoire de médicament

Voici ce qu'a écrit un lecteur du livre de Jacques Mandorla ("66 tests pour développer vos pouvoirs paranormaux") et qui témoigne sous ses initiales D. L. : "Je suis enseignant dans un lycée technique et je me passionne pour la parapsychologie depuis une dizaine d'années. Le fait le plus insolite que j'ai vécu s'est produit alors que je testais des soins par magnétisme à distance sur la personne de mon beau-frère, ingénieur au CNRS, atteint de la maladie de Crohn. Une nuit, alors que je dormais profondément, j'ai eu l'impression de me retrouver dans son intestin et j'ai pu voir très nettement sa paroi intestinale où avaient lieu des saignements. Puis, sans transition, je me suis retrouvé dans une chambre. Sur la table de nuit, j'ai vu une boîte de médicaments contenant des gélules de couleur rouge et blanche. J'ai alors entendu comme une voix me dire : Il ne faut pas qu'il les prenne. Je me suis alors réveillé en sursaut : il était trois heures du matin et je pensais que je perdais la tête. Le lendemain matin, j'ai téléphoné à mon beau-frère, qui habitait en banlieue parisienne, et je lui ai raconté mon étrange rêve. Il m'a alors confirmé la couleur des gélules qu'il n'avait pas encore prises. Avant de raccrocher, il a dit qu'il me rappellerait le soir même, après avoir passé un examen à l'hôpital dans l'après-midi. L'examen confirma les saignements et les médecins interdirent formellement à mon beau-frère d'utiliser les gélules car c'était un médicament expérimental dont les effets secondaires n'était pas connus. Je n'ai jamais eu d'autres songes de cette sorte. Mon beau-frère est aujourd'hui guéri, comme je peux m'en rendre compte chaque été, chez moi à La Teste, où il vient me rendre visite ".

10:33 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2017

VOYAGE HORS DU CORPS

Le voyage hors du corps : mythe ou réalité ? (1ère partie)

Par Jacques MANDORLA

Auteur du livre « 66 tests pour développer vos capacités paranormales : voyance, psychométrie, télépathie, psychokinèse, magnétisme, radiesthésie, hypnose, dialogue avec les morts et décorporation »

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Éditeur : Trajectoire - 368 pages - 80 illustrations - 22 €

Disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

Des milliers de témoignages évoquent le fascinant et mystérieux phénomène du « voyage hors du corps ». Celui-ci, qui peut se matérialiser de différentes manières, est connu sous de nombreuses appellations : décorporation, dédoublement, "OBE" (Out of the Body Experience), "N.D.E." (Near Death Experience), lévitation, don d’ubiquité, téléportation... + Un test étonnant à faire chez vous (voir en fin de cet article)

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Gravure de l’artiste italien Luigi Schia­vonetti, intitulée «The soul leaves the body at the moment of death » (1808).

Le voyage hors du corps est défini comme la sensation, pour un individu, de quitter mentalement son corps physique pour se retrouver virtuellement à un autre endroit, au moyen d'un autre corps, invisible celui-là, appelé par certains chercheurs « corps astral » ou « corps éthérique ».

Les témoignages relatifs à ce phénomène proviennent de deux sources distinctes

La première source est constituée de personnes ayant été plongées dans un coma profond (suite à un accident de la route, une maladie grave, un stress très violent…) au cours duquel elles sont considérées, pendant une certaine période, comme mortes cliniquement, mais reviennent ensuite à la vie. On parle alors de « N.D.E. » (Near Death Experience) ou encore d’état de mort imminente (E.M.I.), d’expérience de mort approchée (E.M.A.), d’expérience aux frontières de la mort, d’expérience de mort-retour… Rappelons qu'aujourd'hui une personne est médicalement déclarée en mort clinique lorsque ses tracés d'encéphalogramme et d'électrocardiogramme sont entièrement plats, et non plus lorsque son coeur s'est arrêté de battre.

La seconde source est constituée de personnes tentant des expériences ayant pour objectif de se « décorporer » volontairement (voir le test proposé en fin d'article).

Trois autres phénomènes, beaucoup plus rares, font partie du même concept : la lévitation, l’ubiquité et la téléportation

La lévitation est l’élévation du corps physique dans l'espace, sans appui ni aide matérielle. Le cas le plus célèbre est celui du moine italien Joseph de Copertino (1603-1663). Il embarrassa beaucoup le Vatican car il perturbait très souvent les messes dominicales célébrées dans son monastère, s'élevant brusquement dans les airs devant les yeux ébahis des autres moines ! Le meilleur témoignage que l'on possède est celui de l'ambassadeur d'Espagne à la Cour papale qui, en 1645, se rendit au monastère de Grottaglie où Copertino vivait : « Il se mit à voler une douzaine de pas au-dessus de la tête des assistants, jusqu'au pied de la statue de la Vierge Marie. Peu après lui avoir rendu hommage, il redescendit au sol puis retourna tout droit à sa cellule, nous laissant là interloqués ».

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Au XVIIe siècle, le moine italien Joseph de Copertino a été vu par de nombreux témoins en pleine lévitation au monastère de Grottaglie où il vivait (gravure anonyme de 1880).

L'ubiquité (du latin ubique, en tout lieu), appelée aussi « bilocation », survient quand une personne est vue physiquement à deux endroits en même temps. L’écrivain Marcel Aymé évoque ce phénomène dans son ouvrage « Le passe-muraille », publié en 1941 : « Il y avait à Montmartre, dans la rue de l'Abreuvoir, une jeune femme prénommée Sabine qui possédait le don d'ubiquité. Elle pouvait à son gré se multiplier et se trouver, de corps et d'esprit, en tant de lieux qu'il lui plaisait souhaiter ».

Enfin, la téléportation est le fait, pour un personnage, de se déplacer instantanément d’un point à un autre à la vitesse de la lumière, comme le relatent de nombreux auteurs de science-fiction dans leurs romans. Ce phénomène n’est encore, à ce jour, qu’à l’état de recherche théorique, pourtant certains spécialistes ne désespèrent pas de pouvoir le réaliser dans le futur : pour s’en convaincre, ils affirment que l’invention de l’hologramme en représente la première étape.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

 Illustration du phénomène de téléportation sur la couverture du magazine américain « Science Fiction Quarterly », paru dans les années 1950 (Collection Agence martienne)

Un phénomène présent dans toutes les civilisations

Pour les sceptiques, les phénomènes de voyage hors du corps ne sont que des hallucinations, des rêves ou parfois même de la supercherie pure et simple.

Les convaincus, à l'opposé, soutiennent que la meilleure preuve de la réalité du voyage hors du corps repose sur la véracité des récits fournis par tous ceux qui ont vécu une telle expérience. C'est le cas du docteur américain Charles Tart, fondateur de la psychologie transpersonnelle : « Étant donné sa distribution apparemment universelle dans toutes les cultures et à travers toute l'histoire, le dédoublement constitue ce que le psychiatre Carl Jung appelle une expérience archétypique, donc potentiellement accessible à de nombreux êtres humains, pour la simple raison qu'elle participe de la nature humaine ».

Les voyages hors du corps sont relatés, depuis des millénaires, dans de nombreuses civilisations

Les premiers écrits de l'Inde mentionnent que, parmi les huit « siddhis » (pouvoirs surnaturels) de l'être humain, le sixième est celui « qui permet de voler dans le ciel ».

Pour les Égyptiens de l’époque des pharaons, chaque personne possédait, à côté du corps physique, un autre corps, appelé « ba », ayant la forme d'un oiseau à visage humain, symbole de ce qui peut échapper aux lois de la pesanteur.

L'Ancien Testament relate que le prophète Élisée parvint à déjouer l'attaque des Syriens en se transportant virtuellement dans la chambre du roi syrien pour y lire ses plans d'attaque ! La bataille, le lendemain, ne fut plus alors qu'une simple formalité pour Élisée.

Dans la religion chrétienne, des chercheurs ont relevé de nombreux cas de voyage hors du corps, comme ceux de Jésus-Christ, lors de sa résurrection, ou de Saint Paul qui mentionne, dans l'épître aux Corinthiens, « la corde d'argent » qui relierait le corps spirituel au corps physique et serait un véritable cordon ombilical des voyageurs de l'astral. Ce cordon est décrit, par ceux qui disent l'avoir vu, comme une sorte de câble d'apparence élastique, censé donner à la personne qui voyage l'énergie qui la maintient en vie. Toute rupture du cordon signifierait une mort immédiate.

Chez les Indiens d'Amérique du Nord, on dit que les « chamans » possèdent le pouvoir de quitter leur corps, par leur simple volonté, afin d'accompagner l'âme des morts jusqu'à la terre des ancêtres.

Les témoignages d'Hemingway et de Lindbergh

De nombreux écrivains ont raconté leurs propres expériences en matière de voyage hors du corps : Aldous Huxley, Arthur Koestler, Emily Brontë, Guy de Maupassant, Jack London... Ou encore Ernest Hemingway qui, au moment précis où des éclats d'obus lui criblèrent les jambes, en juillet 1918, vécut alors une expérience de voyage hors du corps : « Mon âme, ou quelque chose qui sortait de mon corps comme quand vous tirez un mouchoir de soie de votre poche, se déploya autour de moi, puis revint et réintégra mon corps : mais je n'étais pas mort ».

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Une autre célébrité du vingtième siècle vécut aussi une expérience de voyage hors du corps : Charles Lindbergh. Celle-ci survint au cours de son inoubliable traversée en solitaire de l'Atlantique de mai 1927, à bord du Spirit of Saint Louis. Alors qu'il en était à sa vingt-deuxième heure de vol, Lindbergh fut enveloppé d'un épais brouillard et commença à ressentir les effets de la fatigue : « J'étais hors du temps et de la matière. Je sentis que je me séparais de mon corps tout comme j'imagine l'esprit se dégageant de notre forme corporelle. Je flottais dans le cockpit, à travers le fuselage, puis j'obliquais vers le haut, à l'extérieur de l'appareil, avant de prendre une forme qui, j'en avais conscience, ne ressemblait en rien à la forme humaine que j'avais laissée dans un avion volant à grande vitesse. Mais je restais lié à mon corps par un long câble si ténu qu'un simple souffle aurait pu le rompre ».

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Les 11 phases d'un voyage hors du corps, selon le docteur Raymond Moody

L’Américain Raymond Moody, docteur en philosophie, est le premier chercheur à avoir popularisé le sujet. Dans son best-seller « Life after life » (« La vie après la vie »), paru en 1975, Moody analyse 150 témoignages de personnes revenues à la vie.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Il appela ce phénomène « N.D.E. » (Near Death Experience), expérience de mort imminente (E.M.I.), et découvrit l’existence de 11 phases caractéristiques et communes à tous ces cas :

1) L'insolite : les rescapés de la mort ont beaucoup de mal à décrire, en termes clairs et simples, le monde dans lequel ils entrent.

2) L'audition du verdict : la plupart des dédoublés assurent avoir entendu les personnes autour d'elles - médecins ou simples passants - les déclarer morts. Cependant ils sont incapables de bouger ou de parler pour manifester qu'ils sont toujours vivants.

3) Le sentiment de sérénité : dans la situation de mort imminente, les gens ne ressentent plus de douleur mais, au contraire, une sensation agréable.

4) Le bruit : les dédoublés n'entendent plus les bruits environnants, mais des sons inhabituels comme de la musique très belle ou, à l'inverse, des bourdonnements insupportables.

5) Le tunnel obscur : la majorité des sujets se sentent comme aspirés dans un tunnel obscur, un puits ou un espace tubulaire.

6) L'abandon du corps : à l'issue de la traversée du tunnel, les sujets ressentent alors un phénomène de décorporation, c'est-à-dire de dédoublement entre leur corps physique et leur corps astral.

7) La rencontre avec les autres : les personnes qui approchent de la mort semblent alors rencontrer des parents, des amis ou des entités spirituelles qui veulent faciliter leur passage vers la mort.

8) L'être de lumière : ce phénomène est certainement la caractéristique la plus importante des N.D.E. La lumière est d'abord pâle, puis elle augmente d'intensité pour devenir éclatante, sans éblouir le sujet. Cet être de lumière semble donner amour et chaleur et son identification est liée à la croyance religieuse de l'individu (le Christ pour un chrétien, un ange pour un israélite...).

9) Le défilé de la vie : la plupart des dédoublés voient défiler en accéléré -comme les "flash-back" d'un film - les séquences importantes de leur vie.

10) La frontière : certaines personnes disent avoir aperçu comme une limite, une porte ou une barrière symbolisant la ligne de séparation entre la vie et la mort.

11) Le retour : tous ceux qui témoignent de leur voyage aux portes de la mort en sont bien sûr revenus, sinon ils ne pourraient pas en parler. Pourtant, certaines personnes disent avoir lutté afin de ne pas revenir dans leur corps physique.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Dans « La montée des bienheureux vers l'empyrée », tableau peint par Jérôme Bosch vers 1505, la vision du tunnel représenterait, selon certains chercheurs, une expérience de mort imminente (musée du palais Grimani - Venise).

Quinze ans après la parution du best-seller de Raymond Moody, le phénomène de N.D.E. a connu une médiatisation planétaire grâce à la sortie du film « L'expérience interdite », réalisé en 1990 par Joël Schumacher, avec Kiefer Sutherland et Julia Roberts dans les rôles principaux.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Le phénomène de N.D.E. a été mondialement médiatisé en 1990 grâce lors de la sortie du film « L'expérience interdite » réalisé par Joël Schumacher, avec Kiefer Sutherland et Julia Roberts dans les rôles principaux.

Existe-t-il des preuves scientifiques du voyage hors du corps ?

Une  importante étude scientifique sur les N.D.E. a été réalisée récemment (2008) par le « Coma Science Group », dépendant du Centre de Recherches du Cyclotron et du Département de Neurologie de l’Université de Liège (Belgique). Le rapport qui a été publié, intitulé « Expériences de mort imminente : phénomènes paranormaux ou neurologiques ? », propose une nouvelle hypothèse : « Les N.D.E. sont des phénomènes physiologi­ques et neurologiques qui ont, de tout temps, suscité la curiosité et généré des mythes et légendes. La vision d’un tunnel et d’une lumière brillante, l’entrée dans un autre monde sont des caractéristiques des N.D.E. qui ont pris une signi­fication spirituelle pour de nombreuses person­nes. Différents auteurs ont proposé des modèles transcendantaux ou psychologiques. Cependant, des études neuroscientifiques menées dans diffé­rents contextes, dans lesquels peuvent apparaître des O.B.E., montrent un rôle important de la jonc­tion temporo-pariétale, région associée à l’inté­gration des informations multisensorielles et à la conscience de soi. L’étude des O.B.E. pourrait permettre de connaître les fonctions et les structu­res qui sous-tendent les aspects de la conscience en condition normale telles que la conscience corporelle, la perspective visuo-spatiale égocen­trique, la conscience de soi et l’agentivité c’est-à-dire la conscience d’être l’agent, l’acteur de nos actions, pensées et sentiments ».

TEST : essayez de voyager hors de votre corps

Voici une expérience que vous pouvez tranquillement réaliser chez vous.

Méthodologie

Allongez-vous sur un canapé ou un lit. Faites l'obscurité et veillez à ne pas être dérangé. Vérifiez que vos vêtements soient amples et ne vous serrent pas. Relaxez-vous mentalement et physiquement. Fermez les yeux et respirez avec régularité, la bouche légèrement entr'ouverte.

Vous allez maintenant glisser vers le sommeil en vous concentrant sur une image qui vous apaise. Dès que vous ressentez les vibrations, contrôlez-les en les guidant consciemment à travers votre corps, de la tête aux pieds et inversement. Quand vous aurez réussi à provoquer ces ondes vibratoires, vous pouvez maintenant quitter votre corps : pour cela, concentrez-vous en pensant fortement combien il serait agréable de flotter dans l'air. Fixez-vous sur ces pensées et votre forme astrale devrait alors commencer à s'élever. Quand vous souhaitez revenir à votre corps physique, concentrez-vous sur la réunion de vos deux corps : le corps mental que vous souhaitez quitter et le corps physique que vous voulez retrouver.

Test de la boîte

Faites mettre, par un tiers, cinq objets différents dans une boîte fermée. L'objectif consiste à vous dédoubler mentalement afin de vous rendre, par l'intermédiaire de votre corps astral, à l'intérieur de la boîte et d'y « voir » distinctement chacun des objets. Faites ensuite comparer votre description à la liste exacte des cinq objets se trouvant réellement dans la boîte… en essayant de faire aussi bien que le médium américain Alex Tanous, testé pendant les années 1970 par le docteur Karlis Osis. Alex Tanous est, en effet, parvenu à en identifier 58% !

Merci de nous transmettre vos témoignages sur : paranormal@orange.fr

Dans notre prochaine newsletter, nous diffuserons la seconde partie de cet article, consacrée à 3 témoignages de personnes ayant expérimenté une sortie hors de leur corps.

À SUIVRE

 

 

09:58 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2016

AU-DELA

L’au-delà n’est pas un lieu de tout repos (2nde partie)

Par Thierry Namur

Aujourd’hui, même les athées partagent l’idée que quelque chose de l’homme survit après la mort. Plus besoin, comme au siècle dernier, de croire au Dieu des Chrétiens pour aller au paradis. Le coup de tonnerre du livre du docteur Raymond Moody en 1975, « La vie après la vie », y est pour beaucoup.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Van Gogh a perçu, et rendu dans la nuit étoilée, toute la vie et l'énergie des autres mondes.

Les catholiques ont abandonné le purgatoire. Ils ont eu tort, car ce lieu à plusieurs degrés avait l’avantage de servir de zone tampon.

Jean Jacques Antier, auteur d’un livre sur la mystique Marthe Robin, relate une histoire déjà racontée sur le blog Paranormal. « Partez maintenant vers les demeures éternelles… Petite maman entre au ciel. Ton purgatoire est fini » dit Marthe à l’âme de sa mère mourante. Puis elle retombe dans une inconscience qui dure plusieurs mois pour éviter, selon Jean Guitton, « les souffrances purificatrices post mortem » ! Marthe explique : « Le Seigneur m’a demandé de faire le purgatoire de ma maman ; je dois donc immédiatement, pendant 9 mois, subir une augmentation de la peine des sens, et les derniers mois, vivre la peine du dam. » Or madame Robin était décrite comme une femme « dévouée, enjouée, accueillante, aimable ». Si une telle femme doit faire un purgatoire, qu’en sera-t-il pour une personne ordinaire ?

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Marthe Robin

Le purgatoire a l’air d’être le passage obligatoire

« Les âmes ont la nécessité de parcourir le chemin de purification qui n’aura pas été fait ici-bas » explique Roland de Jouvenel qui communique avec sa mère depuis l’au-delà. Et il précise que « ce n’est pas une loi de rigueur contre l’espèce humaine ».

« Cette nécessité » François Brune pointe « son injustice quand on sait l’importance des circonstances de nos conditions matérielles, sociales pour la formation de notre personnalité ».

À cette précision déjà capitale, j’ajoute que l’on ne naît pas, comme le pensait Rousseau, tout blanc mais avec déjà un tempérament fortement marqué. Ce tempérament sera mis en contact de son environnement et réagira avec ce qu’il est.

Ce tempérament est poli par les épreuves, mais il est fixé à la naissance. Alors, où est notre responsabilité dans nos actes ? Et l’âge ? Nous fonctionnons différemment selon que nous ayons 10, 20, 40 ou 70 ans. Les expériences et les coups de la vie, sans changer notre noyau dur, ont élevé nos perceptions. Alors ce tribunal, évoqué dans toutes les religions et les traditions, est effectivement troublant.

Quel pourrait être le sens de la vie terrestre ?

Nous ne sommes pas, comme le remarque le père François Brune, « des robots et nous pouvons choisir entre la haine et l’amour ». Toujours est-il qu’a l’air d’exister, dans l’au-delà, une loi d’effort et de travail qui règle la vie astrale. Refuser cette loi et les règles, c’est peut-être cela l’enfer.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

L'enfer : un lieu inhospitalier au possible, que des expérienceurs décrivent en feu.

« Vous appelez miracle ce que vous ne parvenez pas à expliquer avec vos lois naturelles. Mais pour celui qui connaît les forces des mondes matériel et spirituel, le miracle n'existe pas. Car tout s'accomplit selon les mêmes lois immuables, dont aucune n'annule, ni remplace une autre… » rapporte Johannès Greber.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Johannès Greber

Le mot générique de cet autre monde est « loi ». Quel pourrait alors être le sens de la vie terrestre ? Le chercher permettrait peut-être de vivre un « purgatoire » moins dur. L’histoire des 5 talents dans l’évangile donne une réponse, en nous incitant à être qui on est sans lâcheté.

Un maître quitte son exploitation : «  Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. Celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un creux dans la terre et cacha l'argent de son maître. Quand il revient : « Celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : « Seigneur, tu m'as remis cinq talents; voici, j'en ai gagné cinq autres »… Celui qui avait reçu les deux talents s'approcha aussi, et il dit : « Seigneur, tu m'as remis deux talents; voici, j'en ai gagné deux autres »

Le maître les félicite et les invite à entrer dans sa joie. « Celui qui n'avait reçu qu'un talent… est allé le cacher dans la terre; voici, prends ce qui est à toi, dit-il au maître qui demande : « Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

Pas d’oisiveté et cultivons nos talents. Concernant notre tâche terrestre, nous aurions le libre arbitre d’accepter ou de refuser notre destinée. En cas de refus, il faut en assumer les conséquences.

Johannès Greber a publié son expérience dans « Le livre de l’au-delà » (cette recherche l’a fait quitter la prêtrise). Il écrit : « Il était certain de l’exactitude de son livre car il savait en qui il avait mis sa confiance ». Mais il met en garde : « Ne crois pas aveuglément, mais vérifie toujours s'il s'agit de la vérité ou d'une tromperie. Pour cela, tu ne te contenteras pas de ce que je te dis. Tu devras réaliser tes propres observations, indépendamment de ce que tu vois ici ».

Le phénomène NDE : une manipulation orchestrée par des Terriens ?

Ouvrons une parenthèse. Un autre risque est celui de la supercherie due à la vanité des hommes et des esprits et à la naïveté des hommes. Après la vie, c’est peut-être le néant. C’est-à-dire que notre être, notre pensée, se diluent dans le rien. Plus de souffrances, plus de joies : rien.

Le phénomène NDE pourrait être une manipulation orchestrée par des Terriens aux motivations suivantes. L’espoir d’une vie après la mort (meilleure, évidemment, que celle sur la Terre) aiderait les humains à supporter leur quotidien et leur éviterait la révolte contre l’ordre établi. L’opium du peuple, en quelque sorte.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Cette file d'attente anxieuse, peinte par Edvard Munch, pourrait être celle des âmes en peine en quête de réponses.

Les élucubrations incroyables du journaliste Antoine Jugand, alias Léo Taxil, illustrent cette hypothèse. Il écrit des livres sur le clergé la vie de Jésus, la repentance et les Francs-maçons, dans lesquels il dévoile leurs secrets : « Les mystères du spiritisme et la Maçonnerie luciférienne », « Le Palladium régénéré et libre »… Mais tout ceci n’est que vent et Taxil avoue : « Merci à vous tous qui m’avez fait gagner de l’argent. Je vous ai bien roulés, les rouges en premiers, les bien-pensants après. Tout ce que je vous ai raconté… est de mon invention… Je ne crois à rien… Je me moque de tous, tout le temps » .

Dans le paranormal, il n’y a que des pistes, aucune certitude. Quand on s’engage, il faut mettre un pied dans l’eau et garder l’autre sur la rive.

Revenons à Johannès Greber, élu par une entité qui lui parle de l’autre monde par la médiation de médiums. Son livre, au souffle aussi puissant que « Dialogue avec l’Ange », présente des points communs avec celui-ci comme, par exemple, quand l’ange parle de Lui (Dieu), le médium s’incline.

L’esprit lui dit que les évangiles originaux ont été modifiés, ce qui n’est pas une surprise, mais surtout que Dieu a « sévèrement puni » les modificateurs. Dieu punit sévèrement. Michel Polnareff a tort de chanter que nous irons tous au paradis.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Adieu l’insouciance ! Il faut payer la note avant le jardin d’Eden. Johannès Greber poursuit : « Dieu juge ! Et cela est suffisantEn revanche, les esprits en proie à d'atroces souffrances se présentaient souvent pour nous supplier de les aider avec des paroles émouvantes. Ils nous demandaient même de prier avec eux. Parfois, ils s'exprimaient dans une langue étrangère et semblaient malheureux d'être incompris. Puis venaient les esprits inférieurs qui maudissaient leur sort ainsi qu'eux-mêmes. Ils nous lançaient des insultes effroyables, et injuriaient toute chose sacrée dans des termes les plus abjects. Quand on leur demandait de prier Dieu avec nous, ils refusaient par des sarcasmes ou des paroles haineuses. Et si nous leur demandions de prononcer le nom de Dieu, ils quittaient le médium sur-le-champ. Pire, d'autres esprits ne se rendaient même pas compte que la mort les avait séparés de leur corps : ils se croyaient encore sur terre et s'occupaient exactement comme avant. Il s'agissait des esprits « liés à la terre ».

Les criminels, les usuriers, étaient poursuivis par leurs victimes dans un cycle permanent. Les suicidés revivaient les états de détresse ayant abouti à leur suicide. À ce propos, les chercheurs mettent en doute cet enfer des suicidés qui serait loin d’être la règle.

« C'est pour une bonne raison. Vous deviez d'abord apprendre ce qu'est la « paix » dont jouissent beaucoup d'hommes après leur mort. En effet, vous dites souvent lors d'un enterrement : « Maintenant, qu'il repose en paix ». Ce soir, vous avez vu ce qu'était cette paix. Vous ne pouviez pas imaginer la souffrance de ces esprits malheureux avant qu'eux-mêmes découvrent leur état, et la nécessité de s'adresser à Dieu. Tout enseignement est inutile. Ces esprits ne sont pas encore prêts, ils doivent d'abord être purifiés par leurs souffrances à recevoir une instruction. Ce soir, ils n'étaient pas prêts ».

Des témoins présents avec Greber demandent pourquoi le médium décrit des âmes en peine, qui cherchent une statue de la Vierge.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

« Il leur est très facile de la retrouver dans l'église. De plus, que pourrait faire cette statue pour ces esprits souffrants ? » interrogent-ils.

« Tu ne comprends pas ? Vois-tu, les esprits condamnés à rester à certain lieu, n'ont pas le droit de franchir les limites imposées. À cause de cela, les esprits bannis à cette vallée ne peuvent atteindre ton église, ni retrouver la statue. Par elle-même, celle-ci ne peut rien pour eux. Mais avant, quelque chose de cette sculpture leur apportait un grand soulagement. Lorsqu'elle était encore exposée dans le monastère, les foules venaient l'honorer et la prier. On priait aussi pour les « âmes du purgatoire », comme vous appeliez ces esprits à l'époque. Si la prière n'efface pas leur faute, ni leur punition, ils ressentent quand même la récitation des prières, et leurs pensées se tournent alors vers Dieu. Cela les soulage et améliore leur état. Mais depuis que cette statue a été enlevée, la dévotion a été abandonnée. Les esprits sont alors privés de l'ancien bienfait donné par les prières. Ils savent qu'il existe un rapport entre les prières et la sculpture. C'est pourquoi ils aimeraient la voir, à nouveau, là où elle se trouvait autrefois. »

Si les NDE négatives devaient nous adresser un message, il pourrait être moins simpliste que celui de Polnareff. Notre temps est sacré et nous devons, à nous-même et à ce monde, beaucoup d’attention. Nous voilà prévenus : l’au-delà n’est pas un lieu de tout repos.

FIN

Bibliographie

Les exemples de NDE négatives sont issus des sites <Spirit2mirabeau> et signés par Evelyn Elsaesser-Valarino, sur <paranormal-info.com>.

François Brune, « Les morts nous parlent ».

Roch Saüquere, « Vivre et mourir dans la matrice artificielle ».

Jean Prieur, « Les témoins de l’invisible ».

Patrick Van Eersel, « La source blanche ».

« OVNIS et conscience », ouvrage issu d’un collectif, sous la direction de Fabrice Bonvin.

10:36 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (0)

AU-DELA

L’au-delà n’est pas un lieu de tout repos (1ère partie)

Par Thierry Namur

Aujourd’hui, même les athées partagent l’idée que quelque chose de l’homme survit après la mort. Plus besoin, comme au siècle dernier, de croire au Dieu des Chrétiens pour aller au paradis. Le coup de tonnerre du livre du docteur Raymond Moody en 1975, « La vie après la vie », y est pour beaucoup.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

L'effroi causé par les NDE est exprimé ici

par le cri poussé par le sujet d’Edvard Munch.

Les différentes étapes des états du mourant (les NDE, Near Death Experience) étaient décrites et banalisées. Que l’on soit croyants ou non, riches ou pauvres, petits ou grands, le ciel s’ouvrait à nous selon un schéma identique. La mort devenait presque romantique.

Le plus communément, le corps se libère de l’âme étonnée qui flotte au-dessus de la dépouille inanimée. Puis c’est le passage dans un tunnel et la découverte d’un lieu riant et joyeux où l’on revoit nos chers décédés. Enfin, avant le retour sur terre, un entretien se déroule avec un être de lumière. Généralement les aventuriers de l’au-delà parlent d’une expérience difficile à transmettre par des mots. Ils se sont sentis entourés d’une fantastique aura d’amour qui a transformé leurs vies. Ils n’ont plus peur de la mort.

Des explications rationnelles, sans nier le phénomène, voulaient démontrer que ce qui se passait était dû à un manque d’oxygène du cerveau qui s’illusionnait. Le cerveau pouvait aussi rendre le moment moins angoissant, en déconnectant ses neurones et en offrant au mourant une sorte de feu d’artifice chimique.

N

Le paradis n'est certainement pas tel que le voit Marc Chagall :

un lieu feutré, calme et bucolique.

L’essentiel des témoignages donne une image positive et même paradisiaque de ce phénomène déroutant. Pourtant cet excès d’enthousiasme ne doit pas faire oublier que les gens qui vivent le passage de la vie vers l’état de mort ne sont pas décédés, mais sont dans un état proche de la mort. Et puis, des témoignages effrayants étaient rendus publics. Certaines NDE, peut-être 5% des cas transmis, étaient ressenties et définies comme infernales. Ces NDE, les témoins les gardaient en général pour eux, mais elles existaient bel et bien.

Une intense souffrance

Les NDE négatives présentent le plus souvent le même schéma (sortie du corps, tunnel, rencontres…) que les NDE positives, mais elles sont vécues différemment. La vie qui se retire résiste et ne veut pas quitter la terre.

Cette résistance procure une intense souffrance. En voici un exemple : « Je suis descendu ! Là en bas, tout était noir, il y avait des gens qui hurlaient, il y avait un feu, ils voulaient boire... D’abord, nous sommes descendus, il faisait nuit noire... Ce n’était pas un tunnel, c’était plus qu’un tunnel - une espèce de tunnel énorme. Je descendais en flottant... J’ai vu beaucoup de gens là-bas, ils criaient et hurlaient... Je dirais qu’il y en avait peut-être un million. Ils étaient misérables et remplis de haine. Ils demandaient à boire. Ils n’avaient pas d’eau du tout... Il était là, muni de petites cornes... Je l’ai tout de suite reconnu... Le diable lui-même. J’étais entraîné par un flot sonore une rumeur constante faite de bruits humains… Je sentais que  je m’enfonçais dans le courant, que j’en faisais peu à peu partie et que, lentement, j’étais submergé. Une peur intense m’envahit, car je savais confusément que, si je succombais à cette masse qui ne cessait de s’amplifier, je serais perdu ».

Un autre témoin raconte : « Je regardais au fond d’un grand puits rempli d’un tourbillon de brume grise, et il y avait toutes ces mains et ces bras qui essayaient de s’emparer de moi et de m’attirer vers le bas. On entendait un bruit terrible de lamentations, plein de désespoir… La colère régnait, et je ressentais une peur affreuse. Tout était gris. On entendait des bruits effrayants, semblables à des rugissements de bêtes féroces enragées, grinçant des dents ».

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

La vision fantastique de l'enfer, selon Jérôme Bosch.

Âmes en peine et OVNIS

En résumé, les rescapés de la mort victimes de ces expériences terribles, rencontrent des âmes en peine qu’ils nous décrivent comme des êtres « piégés… hébétés… tristes… déprimés… traînant la savate… des forçats à la chaîne… des êtres absolument écrasés… sans espoir… ne sachant ni se diriger, ni qui ils étaient, ni rien… ».

Des témoins de NDE cauchemardesques rapportent qu’ils ont été accueillis par des moqueries et des sarcasmes. Leur ressenti ressemble à un état dépressif poussé.

On dit au décédé que rien n’a de sens, sa vie ne vaut rien, on nie sa valeur, ses réalisations.

Evelyn Elsaesser-Valarino écrit à ce propos : « Tout est absurde et cruellement insignifiant… ».

Ces expériences sont remplies d’aliénation métaphysique, de solitude et de désespérance, comme en témoigne une femme : « Ta vie n’a jamais existé. Ta famille n’a jamais existé. On t’a simplement permis de l’imaginer... mais rien de tout cela n’a jamais existé. C’est une plaisanterie... ce n’était qu’une plaisanterie... ».

Le message est émis par des cercles noirs et blancs changeant de couleurs. Cela rappelle des rencontres de témoins d’apparitions d’OVNIS.

D’ailleurs, allons plus loin. Les deux phénomènes pourraient bien être liés. Une grande théorie unifiant les phénomènes paranormaux qui ne cessent de se croiser, de se chevaucher, reste à écrire. Ainsi « V. », cette femme témoin d’observations classées OVNI, qui décrit des entités : « Leur corps était bleu-gris d’une texture étrange qu’on qualifierait aujourd’hui de pixélisée. » À l’époque des faits, « V. » disait « une texture étrange à petits points ». Cela fait penser à un écran télé ne recevant aucun signal.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Elle dit : « Je suis enfant, sur ma droite, à 6 mètres environ, il y a un grand trou d’environ 3 mètres qui flotte au-dessus du sol. Elle voit alors un trou qu’elle compare à une corne d’abondance. Il sort de ce trou beaucoup de rires et de joie et presque un soupçon d’impertinence, de coquineries… Beaucoup de rires et de couleur jaune, lumineuse, mais qui n’éblouit pas. Cette lumière est finalement composée de plusieurs êtres de petite taille, très lumineux… »  

À la question « Quel est le sens de la vie », elle poursuit : « On se trompe sur le sens de la vie. Ce n’est pas ce que nous croyons. Le sens de la vie n’a rien à voir avec le sens temporel que nous connaissons : nous croyons aller vers le futur, alors que telle n’est pas la vérité de la vie. On se plante, on se plante… C’est en arrière qu’il faut regarder, pas en avant… Le temps que nous connaissons n’a rien à voir avec le sens de la vie. » Je rappelle que ce témoignage est classé OVNI.

Que se passe-t-il après, quand l’être est mort, si au-delà il y a ?

Personne n’est jamais revenu pour le dire. Aucune réponse définitive ne peut être donnée. Y a-t-il un moyen de pousser la porte et de voir enfin cet autre monde gorgé d’espoirs ? Peut-être.

L’aventure étonnante, arrivée à la famille Mackay dans l’Indiana (USA), racontée en 1979 par l’écrivain René-Victor Pilhes dans « L’incroyable vérité » est inexplicable. Ils voyaient le visage d’un proche décédé sur l’écran de leur télé. Ceci durant 5 jours. Le poste a été démonté pièce par pièce, puis remonté : le phénomène a continué. La police a mené une enquête qui n’a rien résolu. Inexplicable !

Les désincarnés n’utilisent pas que les télés pour évoquer leur monde. Chacun est juge de donner du crédit à ces fragments de réponses donnés par le oui-ja, les tables, l’écriture automatique ou les médiums. Pour le docteur Melvin Morse, l’auteur de « La divine connexion », nous pouvons, grâce à notre lobe temporal droit, communiquer avec les esprits, c’est-à-dire avec l’âme des morts, et même avec Dieu. Mais nous sommes avertis qu’il y a grand danger à vouloir absolument converser avec les esprits. Pour nous et peut-être pour eux.  

Le prêtre catholique allemand Johannès Greber, qui sera aussi évoqué plus loin, écrit ce qu’il a entendu d’un esprit, via un médium : « Car avant toute chose, vous devez examiner les esprits qui vous parlent pour savoir s'ils viennent de Dieu,, pour ne pas devenir les victimes des esprits du mal qui vous ruinent le corps et vous mentent spirituellement, précipitant votre vie dans un gouffre. Vous, les humains, semblez croire que seul votre monde matériel est régi par des lois. Erreur. Car Dieu est un Dieu de lois et de systèmes qui s'appliquent aussi bien à la création terrestre que spirituelle. Lui-même respecte Ses propres lois et n'en annule aucune. Par conséquent, nous les esprits devons également respecter les lois naturelles imposées par Dieu, à chaque fois que nous voulons communiquer avec votre monde matériel. Et cela concerne aussi bien les bons esprits que les mauvais. Et il en va de même pour tous les domaines. Pas de miracle non plus dans la communication entre les esprits et les hommes. Te parler à travers ce garçon obéit à des lois fixes que je dois observer, tout comme les mauvais esprits. »

Roland de Jouvenel et Pierre Monnier ont décrit leur au-delà. Et ce n’est pas le monde des bisounours. Les lecteurs de textes « sacrés » ont lu l’avertissement du Christ : « Il y aura des pleurs et des grincements de dents ».

Dans son livre "Vivre et mourir dans la matrice artificielle", Roch Saüquere propose une hypothèse dérangeante et originale. 

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Roch Saüquere remarque que la prière chrétienne, le Notre Père, contient la phrase : « Que Ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel », bien sibylline. Elle signifie que l’au-delà est aussi un lieu où la volonté divine n’irait pas de soi. Il rappelle la phrase de la table d'émeraude : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », et en conclut que « Le monde astral n’est pas le paradis que nous annoncent les religions. Le corps astral se trouve enfermé dans un monde plus hiérarchisé que le nôtre. Les défunts sont tout autant que nous assujettis à des contraintes, des restrictions et des lois inflexibles, et que leur libre arbitre est exercé dans le cadre une situation biaisée… bien loin de toute vérité ». Il titre son chapitre 7 par « L’au-delà, un autre monde carcéral ». Il voit dans le tribunal, évoqué par les humains ayant vécu des NDE, une mascarade qui ne vise qu’à les culpabiliser pour leur faire accepter une descente dans l’astral. Roch Saüquere poursuit : « Ce tribunal n’a aucune légitimité. Comment peut-on se juger soi-même avec équité si l’on a toujours tout ignoré la vérité ? ».

Les entités les plus pures n’auraient-elles pas tendance à se juger plus sévèrement que les plus infâmes qui ne manifestent aucun regret ni remord ? Celles-là franchiront, dans ces conditions, le jugement sans condamnation.

Qu’est ce qui pourrait constituer ce bas-fond infernal, perçu par les NDE infernales ?

On peut imaginer l’enfer d’un alcoolique, d’un drogué du jeu, tous atrocement frustrés par le manque.

Le père François Brune répond : « Les esprits des trépassés, dont la vie a été gravement contraire à la loi universelle de l’amour. Les égrégores, produits par leurs mauvaises pensées et leurs mauvaises idées. Sûrement des entités venant d’autres mondes et d’autres planètes. Enfin ceux qui n’ont jamais été incarnés ni dans ce monde, ni dans un autre et qui sont traditionnellement appelés les Anges… tombés fascinés par leur propre beauté et sont restés prisonniers d’eux-mêmes, dans la haine de Dieu et des autres. »

À SUIVRE

Bibliographie

Les exemples de NDE négatives sont issus des sites <Spirit2mirabeau> et signés par Evelyn Elsaesser-Valarino, sur <paranormal-info.com>.

François Brune, « Les morts nous parlent ».

Roch Saüquere, « Vivre et mourir dans la matrice artificielle ».

Jean Prieur, « Les témoins de l’invisible ».

Patrick Van Eersel, « La source blanche ».

« OVNIS et conscience », ouvrage issu d’un collectif, sous la direction de Fabrice Bonvin.

10:36 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (5)