Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2014

GRANDS VOYANTS DE L'HISTOIRE

Les étonnantes prophéties de l’énigmatique Jean de Jérusalem sont-elles crédibles ?


Par Jacques Mandorla

Auteur du livre "66 tests pour développer vos capacités paranormales"

(Éditions Trajectoire)

test,livre,66,trajectoire,capacités paranormales,développer

11 septembre 2001 : crash de deux avions dans les tours du World Trade Center de New York. Cela était-il prévisible ? Pour certains chercheurs, un mystérieux voyant nommé Jean de Jérusalem aurait annoncé l’événement… il y a 1 000 ans ! Enquête.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

Tout a démarré pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1942 quand un manuscrit original, intitulé « Les prophéties de Jean de Jérusalem », a été découvert par hasard lors de la mise à sac, par des nazis, d'une bibliothèque dans une synagogue de Varsovie (Pologne).

Puis, le manuscrit disparaît pour réapparaître à nouveau en 1994 soit 52 ans plus tard, sur une étagère de la Grande Loubianka, bâtisse qui abritait les bureaux de la police politique soviétique de l’époque (KGB). Cet ouvrage faisait partie d’un lot d’archives allemandes saisies à Berlin et a été trouvé par le professeur Galvieski (1917-1995), qui traduira alors tous les textes. L'édition française a été publiée aux Éditions Grancher.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

Qui est ce mystérieux Jean de Jérusalem ?

Jean de Jérusalem, appelé aussi Jehan de Vézelay ou Jean de Mareuil, serait le septième des huit chevaliers qui fondèrent le fameux Ordre du Temple.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

On sait peu de choses sur Jean de Jérusalem : il serait né en l'an 1042 ou 1043 dans une famille modeste. Il serait venu au monde pendant un pèlerinage qui mène des files de pénitents vers Saint-Jacques de Compostelle, puis aurait été confié, au retour, aux moines de Vézelay, dans l'Yonne. Plus tard, il serait parti vivre pendant une vingtaine d'années en Terre Sainte où il aurait participé à la libération de Jérusalem en 1 099, avant de se retirer dans le désert pour prier.

Des chercheurs ont trouvé la trace de ce Jean de Jérusalem dans un manuscrit rédigé par un moine de Vézelay et dans lequel on lit : « Jean, enfant du monastère, fils de Bourgogne, soldat du Christ en Terre Sainte ». Il serait mort en 1119 ou 1120, à l'âge de 77 ans.

 

Un manuscrit comportant 40 prophéties

Au cours de sa vie, Jean de Jérusalem écrivit un ensemble de prophéties, dites « Protocole secret des prophéties », alors qu’il résidait dans la ville de Jérusalem (d’où son patronyme). L’original de ce manuscrit serait détenu par le Vatican. Un exemplaire serait abrité dans le monastère de Vézelay.

Traitant de "L'an Mille qui vient après l'an Mille", soit le second millénaire, ces prédictions semblent s'appliquer à notre époque contemporaine.

Pour certains, elles ont longtemps été gardées secrètes car elles étaient enfouies dans les archives du Temple, afin de respecter sa dernière volonté, écrite en marge de son manuscrit : « Ce Livre des Prophéties est un protocole secret ».

 

Que signifie vraiment la troisième prophétie ?

Parmi les 40 prophéties de Jean de Jérusalem, qualifiées de « poèmes millénaristes », c'est la troisième qui serait la plus spectaculaire : elle annoncerait l’attentat contre les deux tours du World Trade Center de New York :

« Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille,

Se dresseront en tous les points de la Terre des tours de Babel.

Ce sera Rome et ce sera Byzance. Les champs se videront.

Il n'y aura de loi que de soi et de sa bande,

Mais les Barbares seront dans la ville. Il n'y aura plus de pain pour tous Et les yeux ne suffiront plus.

Alors les gens sans lendemain

Allumeront les grands incendies ».

À la lecture de cette prophétie, il faut bien admettre qu’elle peut concerner beaucoup d’autres catastrophes que celle du 11 septembre 2001 à New York !

Ces prophéties sont très différentes des autres œuvres millénaristes car, contrairement à ces dernières, elles ne contiennent aucune référence à un éventuel retour du Christ (que le Chrétiens nomment « parousie »), à aucun combat contre l’Antéchrist ou au péché originel.

 

Une erreur sur la personne ?

Pour certains, Jean de Jérusalem n’aurait rien à voir avec l’Ordre du Temple car on ne trouve aucun fondateur qui se prénomme Jean ou Jehan.

Pour d’autres, il y aurait eu une erreur de transcription : ce n’est pas l’Ordre du Temple qui serait concerné, mais l’Ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, créé en 1077 par le Frère Gérard qui demandera ensuite la reconnaissance de son Ordre au pape Pascal II qui promulgue une bulle en ce sens en 1113.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York

Certains auteurs pensent même que Jean de Jérusalem a été confondu avec Pierre-Gérard de Martigues, fondateur de l'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem.

Jean,Jérusalem,Ordre Temple,Templiers,Hospitaliers,prophétie,World Trade,New York
Pierre-Gérard de Martigues, fondateur de l'Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem (gravure de Laurent Cars - 1725).

Commentaires

Je ne tiens pas trop habituellement à m'exprimer sur de tels sujets. Ce sera donc une exception... Qui n'ira pas dans le sens de la "prophétie".
Sans entrer dans une polémique sur la possibilité de prédire l'avenir ou d'avoir des "souvenirs du futur", ces prophéties de Jean me semblent bien peu crédibles.
Quelles certitudes a-t-on d'une découverte en 1942, puis d'une redécouverte en 1994 ? Et où est le document trouvé puis retrouvé ?
Pour donner de la force aux propos, on nous parle d'un exemplaire à Vézelay, d'un autre au Vatican : on les suppose donc inaccessibles. Et on fait de cet état supposé un élément qui concourrait à la véracité de l'histoire. Le mécanisme est bien connu et a été largement exploité : ce qui est gardé sous le boisseau, ce qui est le plus ancien, ce qui est le plus éloigné de nous géographiquement, trois états censés donner plus de valeur aux mystères.
On ne peut même pas ici juger de la langue (alors que pour les pseudo prophéties de saint Malachie – dont on a le texte original – on voit très bien qu'il ne s'agit en aucun cas de bas latin : que d'encre toutefois ont-elles fait couler...).
J'ai le texte français de ces "prophéties de Jean" quelque part. Et quelque chose m'a choqué lorsque je les ais lues (et m'a incité à les oublier) : c'est la répétition quasi psychopatique du « Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille ». Ce leitmotiv ne correspond pas aux modes littéraires de l'époque à laquelle c'est censé avoir été écrit.
Et, de plus, puisque, par force, ç'aurait été écrit à la main, je pencherai plus volontiers pour une rédaction postérieure à l'invention de la machine à écrire, ou de... 1994 (année de réapparition), où le copié-collé était pratiqué depuis près de dix ans !
Les témoins de l'Apocalypse, de Beraud, Bart, Totrichd, et Wardy, avaient au moins de l'allure... Et ce n'était pas en 1994, c'était en 1964.

Écrit par : Michel Moutet | 02/03/2014

Les commentaires sont fermés.