Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2016

TEST DES FLEURS SÉCHÉES

 Une expérience incroyable, à faire chez vous : le test des fleurs séchées !
Par Ranky

Auteur de l'Encyclopédie du Mystère (Éditions Trajectoire)

ENCYCLOPEDIE DU MYSTERE.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
medium_Julien.jpg

Regardez bien cette photographie. Il s’agit du portrait de Julien, un membre de la famille de Ranky. Décédé en 1970, cet homme, doué d’une mémoire fabuleuse et d’un savoir immense, possédait un ascendant extraordinaire sur les personnes qui l’approchaient. Tout son être dégageait un magnétisme envoûtant et bénéfique. Cette photo est la dernière prise avant sa mort.

Le premier fait extraordinaire se produisit à peine un mois après le décès. Prenant quelques violettes, nous les avons placées près de la photo. En une dizaine de jours, ces violettes se sont immortalisées.

Ayant remarqué le phénomène, nous avons placé à nouveau d’autres fleurs près du portrait. Résultats identiques : toutes les fleurs sèchent en peu de temps. Quelques variétés réputées durer longtemps, dans un vase rempli d’eau, ont subi le même sort : les fleurs sèchent, sans perdre un seul pétale. Les roses grimpantes, de nature fragile, perdent vite leurs pétales qui ont tôt fait de former un tapis sur le sol. Pourtant, toutes les roses placées près de la photographie s’immortalisent en 10 ou 15 jours et les pétales ne tombent pas.

Nous en possédons des cartons pleins. Bien sûr, nous avons tenté de trouver une explication à ce phénomène qui se reproduit depuis plusieurs décennies. À ce jour, nous n’en possédons pas.

Que les fleurs soient dans l’eau, sans eau ou dans un pot rempli de terre, le résultat est identique. Nous avions pensé que le degré hygrométrique de l’air pouvait agir. Nous avons donc sans arrêt déplacé la photo, la changeant de pièce, du rez-de-chaussée au sous-sol : toujours le même résultat !

Si nous coupons deux fleurs venant du même pied, celle posée près de la photo sèche, l’autre meurt en perdant ses pétales.

Au cours du séchage qui devient visible vers le 8ème jour, si nous enlevons la photo, la fleur arrête de sécher, perd ses pétales et souvent se met à pourrir.

Une photo identique se trouvait en Saône-et-Loire, dans l’appartement de la veuve de Julien : le même phénomène se produisait, dans n’importe quelle pièce, en n’importe quelle saison et dans toutes les conditions !

Reproduisez chez vous cette expérience étonnante
Pour cela, c'est très simple : il vous suffit d'imprimer cette photo (ou de nous demander de vous l'envoyer par mail) puis de la poser chez vous, à l’endroit que vous voulez, et de fleurir celle-ci comme s’il s’agissait d’un de vos proches disparus.

Voici quelques précautions concernant les fleurs. Vous devez les choisir en "bonne santé", les couper avec précaution, de façon à ne pas déchirer les pétales ou abîmer les queues. Si, au cours de vos expériences, quelques pétales tombent, cela proviendra probablement d’une blessure de la fleur.

À noter que le séchage des fleurs s’accompagne souvent d’autres manifestations mystérieuses : déplacements d’objets, bruits, etc.

Ce test est paru dans diverses revues et magazines. Nous avons reçu plus d’une centaine de lettres de lecteurs ayant tenté l’expérience avec succès, mais "bizarrement", aucune missive émanant d’un scientifique. Mais nous savons qu’ils ont des préoccupations autrement plus importantes !

MERCI DE NOUS FAIRE PART DU RÉSULTAT DE VOTRE TEST EN NOUS LAISSANT UN COMMENTAIRE.

VIENT DE PARAÎTRE

InCarnatis, le roman transmédia

C’est novateur, c’est plein de fraîcheur, c’est notre coup de cœur !

Un livre pensé comme un film... Une expérience qui vous fera voyager cet été.

Voir la bande-annonce : http://incarnatis.com/le-roman-transmedia

InCarnatis,transmédia,roman,Ethélior,livre,Marc Frachet

L’ouvrage sortira au niveau national cet automne, mais il est d’ores et déjà disponible en avant-première sur Amazon (http://amzn.to/29bj0bR) ; en commande directe (http://bit.ly/1TOkd8W) sur le site InCarnatis et lors des événements auxquels participe l’auteur Marc Frachet.

Actualités sur le site InCarnatis : http://incarnatis.com et sur la page Facebook : https://facebook.com/incarnatis

Une nouvelle expérience de lecture simple et originale !

InCarnatis, Le Retour d’Ethélior vous invite à expérimenter la lecture augmentée.

À l’aide de QR codes à scanner avec un smartphone ou une tablette, vous aurez accès, en cours de lecture, à des médias additionnels. Des récits audio, des musiques originales, des illustrations et des artefacts viendront ainsi ponctuer votre lecture.

InCarnatis,transmédia,roman,Ethélior,livre,Marc Frachet

Une grande saga science-fiction fantastique pour tous !

Portée par un souffle d’aventure et écrite dans un style simple et percutant, accessible au plus grand nombre, cette grande saga se déroule sur Terre au XXIVe siècle.

L’action se situe deux siècles après les catastrophes des « Lunes Sombres », que l'on découvre au début du livre dans un zapping radio ! Elle nous fait suivre les aventures de Yarel Grinh, un jeune aérostier vivant dans les airs qui, après le massacre de sa famille, cherche à se venger... Tourmenté par d’étranges visions depuis son plus jeune âge, Yarel se découvre d’étonnants pouvoirs liés à un Art ancestral : la Science Arcanique.

Depuis notre Futur, le récit nous emmène aux origines mêmes de l'Humanité, dans un monde empreint de magie où s'affrontent dans l’ombre de l’Histoire humaine, deux sociétés secrètes maîtrisant des pouvoirs paranormaux, dont la réincarnation...

 

Une aventure artistique et humaine !

Marc Frachet, l’auteur, qui signe là son premier roman, s’est entouré d’autres artistes pour donner vie à son rêve. Des comédiens, spécialisés dans le doublage, tels qu’Odile Schmitt (notamment voix française de l’actrice Eva Longoria) et Benoit Allemane (entre autres voix française de l’acteur Morgan Freeman) viennent incarner des personnages dans les récits audio. Étienne Le Roux, dessinateur talentueux de bande dessinée (Le Serment de l'Ambre, 14-18, Le Temple du Passé, Zodiac...) a réalisé les illustrations et les couvertures. Les musiques, quant à elles, ont été composées par Jean-Marie Philibert (qui est allé enregistrer 120 choristes sur l’un des titres !), et par Marc Frachet, qui aime à préciser que la musique était son premier amour.

InCarnatis, Le Retour d’Éthélior est le premier volet d'une trilogie dont le volume 2, La Prophétie, est déjà programmé pour l'automne 2017.

Cette démarche artistique se combine avec une démarche humaine, puisque InCarnatis est aussi un projet de vie pour l’auteur, qui a créé une société d’édition pour porter son univers science-fiction fantastique transmédia. InCarnatis devrait connaître d’autres réalisations, dont une chasse au trésor...

 

Envie d'essayer tout de suite ? Lisez les 50 premières pages...

Téléchargement gratuit sur : http://incarnatis.com/preview-du-roman-transmedia.

 

Avis aux amateurs ! C’est vraiment tout public et une façon sympathique d'emmener les plus jeunes (à partir de 13 ans), à la lecture pour un prix très raisonnable : 19,99 €.

Bonne découverte !

InCarnatis,transmédia,roman,Ethélior,livre,Marc Frachet

Fiche technique

Titre : InCarnatis, La Vénus d'Emerae, tome 1 : Le Retour d'Éthélior.

Prix : 19,99 €

ISBN : 979-10-96334-01-8 - Référencement Electre

Nombre de pages : 304

L'accès aux médias nécessite l'usage d'un smartphone ou d'une tablette, d'une application (gratuite) pour lire les QR codes et d'un accès Internet (non fournis).

Auteur : Marc Frachet

Illustrations : Étienne Le Roux

Musiques : Jean-Marie Philibert et Marc Frachet

Direction artistique visuelle : Stéphane Gassin

Éditeur : ACCI Entertainment Éditions – http://accientertainment.com

Actualités / Newsletter : http://incarnatis.com

Contact : contact@incarnatis.com

08/07/2016

AU-DELA

L’au-delà n’est pas un lieu de tout repos (2nde partie)

Par Thierry Namur

Aujourd’hui, même les athées partagent l’idée que quelque chose de l’homme survit après la mort. Plus besoin, comme au siècle dernier, de croire au Dieu des Chrétiens pour aller au paradis. Le coup de tonnerre du livre du docteur Raymond Moody en 1975, « La vie après la vie », y est pour beaucoup.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Van Gogh a perçu, et rendu dans la nuit étoilée, toute la vie et l'énergie des autres mondes.

Les catholiques ont abandonné le purgatoire. Ils ont eu tort, car ce lieu à plusieurs degrés avait l’avantage de servir de zone tampon.

Jean Jacques Antier, auteur d’un livre sur la mystique Marthe Robin, relate une histoire déjà racontée sur le blog Paranormal. « Partez maintenant vers les demeures éternelles… Petite maman entre au ciel. Ton purgatoire est fini » dit Marthe à l’âme de sa mère mourante. Puis elle retombe dans une inconscience qui dure plusieurs mois pour éviter, selon Jean Guitton, « les souffrances purificatrices post mortem » ! Marthe explique : « Le Seigneur m’a demandé de faire le purgatoire de ma maman ; je dois donc immédiatement, pendant 9 mois, subir une augmentation de la peine des sens, et les derniers mois, vivre la peine du dam. » Or madame Robin était décrite comme une femme « dévouée, enjouée, accueillante, aimable ». Si une telle femme doit faire un purgatoire, qu’en sera-t-il pour une personne ordinaire ?

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Marthe Robin

Le purgatoire a l’air d’être le passage obligatoire

« Les âmes ont la nécessité de parcourir le chemin de purification qui n’aura pas été fait ici-bas » explique Roland de Jouvenel qui communique avec sa mère depuis l’au-delà. Et il précise que « ce n’est pas une loi de rigueur contre l’espèce humaine ».

« Cette nécessité » François Brune pointe « son injustice quand on sait l’importance des circonstances de nos conditions matérielles, sociales pour la formation de notre personnalité ».

À cette précision déjà capitale, j’ajoute que l’on ne naît pas, comme le pensait Rousseau, tout blanc mais avec déjà un tempérament fortement marqué. Ce tempérament sera mis en contact de son environnement et réagira avec ce qu’il est.

Ce tempérament est poli par les épreuves, mais il est fixé à la naissance. Alors, où est notre responsabilité dans nos actes ? Et l’âge ? Nous fonctionnons différemment selon que nous ayons 10, 20, 40 ou 70 ans. Les expériences et les coups de la vie, sans changer notre noyau dur, ont élevé nos perceptions. Alors ce tribunal, évoqué dans toutes les religions et les traditions, est effectivement troublant.

Quel pourrait être le sens de la vie terrestre ?

Nous ne sommes pas, comme le remarque le père François Brune, « des robots et nous pouvons choisir entre la haine et l’amour ». Toujours est-il qu’a l’air d’exister, dans l’au-delà, une loi d’effort et de travail qui règle la vie astrale. Refuser cette loi et les règles, c’est peut-être cela l’enfer.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

L'enfer : un lieu inhospitalier au possible, que des expérienceurs décrivent en feu.

« Vous appelez miracle ce que vous ne parvenez pas à expliquer avec vos lois naturelles. Mais pour celui qui connaît les forces des mondes matériel et spirituel, le miracle n'existe pas. Car tout s'accomplit selon les mêmes lois immuables, dont aucune n'annule, ni remplace une autre… » rapporte Johannès Greber.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Johannès Greber

Le mot générique de cet autre monde est « loi ». Quel pourrait alors être le sens de la vie terrestre ? Le chercher permettrait peut-être de vivre un « purgatoire » moins dur. L’histoire des 5 talents dans l’évangile donne une réponse, en nous incitant à être qui on est sans lâcheté.

Un maître quitte son exploitation : «  Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. Celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un creux dans la terre et cacha l'argent de son maître. Quand il revient : « Celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : « Seigneur, tu m'as remis cinq talents; voici, j'en ai gagné cinq autres »… Celui qui avait reçu les deux talents s'approcha aussi, et il dit : « Seigneur, tu m'as remis deux talents; voici, j'en ai gagné deux autres »

Le maître les félicite et les invite à entrer dans sa joie. « Celui qui n'avait reçu qu'un talent… est allé le cacher dans la terre; voici, prends ce qui est à toi, dit-il au maître qui demande : « Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

Pas d’oisiveté et cultivons nos talents. Concernant notre tâche terrestre, nous aurions le libre arbitre d’accepter ou de refuser notre destinée. En cas de refus, il faut en assumer les conséquences.

Johannès Greber a publié son expérience dans « Le livre de l’au-delà » (cette recherche l’a fait quitter la prêtrise). Il écrit : « Il était certain de l’exactitude de son livre car il savait en qui il avait mis sa confiance ». Mais il met en garde : « Ne crois pas aveuglément, mais vérifie toujours s'il s'agit de la vérité ou d'une tromperie. Pour cela, tu ne te contenteras pas de ce que je te dis. Tu devras réaliser tes propres observations, indépendamment de ce que tu vois ici ».

Le phénomène NDE : une manipulation orchestrée par des Terriens ?

Ouvrons une parenthèse. Un autre risque est celui de la supercherie due à la vanité des hommes et des esprits et à la naïveté des hommes. Après la vie, c’est peut-être le néant. C’est-à-dire que notre être, notre pensée, se diluent dans le rien. Plus de souffrances, plus de joies : rien.

Le phénomène NDE pourrait être une manipulation orchestrée par des Terriens aux motivations suivantes. L’espoir d’une vie après la mort (meilleure, évidemment, que celle sur la Terre) aiderait les humains à supporter leur quotidien et leur éviterait la révolte contre l’ordre établi. L’opium du peuple, en quelque sorte.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Cette file d'attente anxieuse, peinte par Edvard Munch, pourrait être celle des âmes en peine en quête de réponses.

Les élucubrations incroyables du journaliste Antoine Jugand, alias Léo Taxil, illustrent cette hypothèse. Il écrit des livres sur le clergé la vie de Jésus, la repentance et les Francs-maçons, dans lesquels il dévoile leurs secrets : « Les mystères du spiritisme et la Maçonnerie luciférienne », « Le Palladium régénéré et libre »… Mais tout ceci n’est que vent et Taxil avoue : « Merci à vous tous qui m’avez fait gagner de l’argent. Je vous ai bien roulés, les rouges en premiers, les bien-pensants après. Tout ce que je vous ai raconté… est de mon invention… Je ne crois à rien… Je me moque de tous, tout le temps » .

Dans le paranormal, il n’y a que des pistes, aucune certitude. Quand on s’engage, il faut mettre un pied dans l’eau et garder l’autre sur la rive.

Revenons à Johannès Greber, élu par une entité qui lui parle de l’autre monde par la médiation de médiums. Son livre, au souffle aussi puissant que « Dialogue avec l’Ange », présente des points communs avec celui-ci comme, par exemple, quand l’ange parle de Lui (Dieu), le médium s’incline.

L’esprit lui dit que les évangiles originaux ont été modifiés, ce qui n’est pas une surprise, mais surtout que Dieu a « sévèrement puni » les modificateurs. Dieu punit sévèrement. Michel Polnareff a tort de chanter que nous irons tous au paradis.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Adieu l’insouciance ! Il faut payer la note avant le jardin d’Eden. Johannès Greber poursuit : « Dieu juge ! Et cela est suffisantEn revanche, les esprits en proie à d'atroces souffrances se présentaient souvent pour nous supplier de les aider avec des paroles émouvantes. Ils nous demandaient même de prier avec eux. Parfois, ils s'exprimaient dans une langue étrangère et semblaient malheureux d'être incompris. Puis venaient les esprits inférieurs qui maudissaient leur sort ainsi qu'eux-mêmes. Ils nous lançaient des insultes effroyables, et injuriaient toute chose sacrée dans des termes les plus abjects. Quand on leur demandait de prier Dieu avec nous, ils refusaient par des sarcasmes ou des paroles haineuses. Et si nous leur demandions de prononcer le nom de Dieu, ils quittaient le médium sur-le-champ. Pire, d'autres esprits ne se rendaient même pas compte que la mort les avait séparés de leur corps : ils se croyaient encore sur terre et s'occupaient exactement comme avant. Il s'agissait des esprits « liés à la terre ».

Les criminels, les usuriers, étaient poursuivis par leurs victimes dans un cycle permanent. Les suicidés revivaient les états de détresse ayant abouti à leur suicide. À ce propos, les chercheurs mettent en doute cet enfer des suicidés qui serait loin d’être la règle.

« C'est pour une bonne raison. Vous deviez d'abord apprendre ce qu'est la « paix » dont jouissent beaucoup d'hommes après leur mort. En effet, vous dites souvent lors d'un enterrement : « Maintenant, qu'il repose en paix ». Ce soir, vous avez vu ce qu'était cette paix. Vous ne pouviez pas imaginer la souffrance de ces esprits malheureux avant qu'eux-mêmes découvrent leur état, et la nécessité de s'adresser à Dieu. Tout enseignement est inutile. Ces esprits ne sont pas encore prêts, ils doivent d'abord être purifiés par leurs souffrances à recevoir une instruction. Ce soir, ils n'étaient pas prêts ».

Des témoins présents avec Greber demandent pourquoi le médium décrit des âmes en peine, qui cherchent une statue de la Vierge.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

« Il leur est très facile de la retrouver dans l'église. De plus, que pourrait faire cette statue pour ces esprits souffrants ? » interrogent-ils.

« Tu ne comprends pas ? Vois-tu, les esprits condamnés à rester à certain lieu, n'ont pas le droit de franchir les limites imposées. À cause de cela, les esprits bannis à cette vallée ne peuvent atteindre ton église, ni retrouver la statue. Par elle-même, celle-ci ne peut rien pour eux. Mais avant, quelque chose de cette sculpture leur apportait un grand soulagement. Lorsqu'elle était encore exposée dans le monastère, les foules venaient l'honorer et la prier. On priait aussi pour les « âmes du purgatoire », comme vous appeliez ces esprits à l'époque. Si la prière n'efface pas leur faute, ni leur punition, ils ressentent quand même la récitation des prières, et leurs pensées se tournent alors vers Dieu. Cela les soulage et améliore leur état. Mais depuis que cette statue a été enlevée, la dévotion a été abandonnée. Les esprits sont alors privés de l'ancien bienfait donné par les prières. Ils savent qu'il existe un rapport entre les prières et la sculpture. C'est pourquoi ils aimeraient la voir, à nouveau, là où elle se trouvait autrefois. »

Si les NDE négatives devaient nous adresser un message, il pourrait être moins simpliste que celui de Polnareff. Notre temps est sacré et nous devons, à nous-même et à ce monde, beaucoup d’attention. Nous voilà prévenus : l’au-delà n’est pas un lieu de tout repos.

FIN

Bibliographie

Les exemples de NDE négatives sont issus des sites <Spirit2mirabeau> et signés par Evelyn Elsaesser-Valarino, sur <paranormal-info.com>.

François Brune, « Les morts nous parlent ».

Roch Saüquere, « Vivre et mourir dans la matrice artificielle ».

Jean Prieur, « Les témoins de l’invisible ».

Patrick Van Eersel, « La source blanche ».

« OVNIS et conscience », ouvrage issu d’un collectif, sous la direction de Fabrice Bonvin.

10:36 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (0)

AU-DELA

L’au-delà n’est pas un lieu de tout repos (1ère partie)

Par Thierry Namur

Aujourd’hui, même les athées partagent l’idée que quelque chose de l’homme survit après la mort. Plus besoin, comme au siècle dernier, de croire au Dieu des Chrétiens pour aller au paradis. Le coup de tonnerre du livre du docteur Raymond Moody en 1975, « La vie après la vie », y est pour beaucoup.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

L'effroi causé par les NDE est exprimé ici

par le cri poussé par le sujet d’Edvard Munch.

Les différentes étapes des états du mourant (les NDE, Near Death Experience) étaient décrites et banalisées. Que l’on soit croyants ou non, riches ou pauvres, petits ou grands, le ciel s’ouvrait à nous selon un schéma identique. La mort devenait presque romantique.

Le plus communément, le corps se libère de l’âme étonnée qui flotte au-dessus de la dépouille inanimée. Puis c’est le passage dans un tunnel et la découverte d’un lieu riant et joyeux où l’on revoit nos chers décédés. Enfin, avant le retour sur terre, un entretien se déroule avec un être de lumière. Généralement les aventuriers de l’au-delà parlent d’une expérience difficile à transmettre par des mots. Ils se sont sentis entourés d’une fantastique aura d’amour qui a transformé leurs vies. Ils n’ont plus peur de la mort.

Des explications rationnelles, sans nier le phénomène, voulaient démontrer que ce qui se passait était dû à un manque d’oxygène du cerveau qui s’illusionnait. Le cerveau pouvait aussi rendre le moment moins angoissant, en déconnectant ses neurones et en offrant au mourant une sorte de feu d’artifice chimique.

N

Le paradis n'est certainement pas tel que le voit Marc Chagall :

un lieu feutré, calme et bucolique.

L’essentiel des témoignages donne une image positive et même paradisiaque de ce phénomène déroutant. Pourtant cet excès d’enthousiasme ne doit pas faire oublier que les gens qui vivent le passage de la vie vers l’état de mort ne sont pas décédés, mais sont dans un état proche de la mort. Et puis, des témoignages effrayants étaient rendus publics. Certaines NDE, peut-être 5% des cas transmis, étaient ressenties et définies comme infernales. Ces NDE, les témoins les gardaient en général pour eux, mais elles existaient bel et bien.

Une intense souffrance

Les NDE négatives présentent le plus souvent le même schéma (sortie du corps, tunnel, rencontres…) que les NDE positives, mais elles sont vécues différemment. La vie qui se retire résiste et ne veut pas quitter la terre.

Cette résistance procure une intense souffrance. En voici un exemple : « Je suis descendu ! Là en bas, tout était noir, il y avait des gens qui hurlaient, il y avait un feu, ils voulaient boire... D’abord, nous sommes descendus, il faisait nuit noire... Ce n’était pas un tunnel, c’était plus qu’un tunnel - une espèce de tunnel énorme. Je descendais en flottant... J’ai vu beaucoup de gens là-bas, ils criaient et hurlaient... Je dirais qu’il y en avait peut-être un million. Ils étaient misérables et remplis de haine. Ils demandaient à boire. Ils n’avaient pas d’eau du tout... Il était là, muni de petites cornes... Je l’ai tout de suite reconnu... Le diable lui-même. J’étais entraîné par un flot sonore une rumeur constante faite de bruits humains… Je sentais que  je m’enfonçais dans le courant, que j’en faisais peu à peu partie et que, lentement, j’étais submergé. Une peur intense m’envahit, car je savais confusément que, si je succombais à cette masse qui ne cessait de s’amplifier, je serais perdu ».

Un autre témoin raconte : « Je regardais au fond d’un grand puits rempli d’un tourbillon de brume grise, et il y avait toutes ces mains et ces bras qui essayaient de s’emparer de moi et de m’attirer vers le bas. On entendait un bruit terrible de lamentations, plein de désespoir… La colère régnait, et je ressentais une peur affreuse. Tout était gris. On entendait des bruits effrayants, semblables à des rugissements de bêtes féroces enragées, grinçant des dents ».

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

La vision fantastique de l'enfer, selon Jérôme Bosch.

Âmes en peine et OVNIS

En résumé, les rescapés de la mort victimes de ces expériences terribles, rencontrent des âmes en peine qu’ils nous décrivent comme des êtres « piégés… hébétés… tristes… déprimés… traînant la savate… des forçats à la chaîne… des êtres absolument écrasés… sans espoir… ne sachant ni se diriger, ni qui ils étaient, ni rien… ».

Des témoins de NDE cauchemardesques rapportent qu’ils ont été accueillis par des moqueries et des sarcasmes. Leur ressenti ressemble à un état dépressif poussé.

On dit au décédé que rien n’a de sens, sa vie ne vaut rien, on nie sa valeur, ses réalisations.

Evelyn Elsaesser-Valarino écrit à ce propos : « Tout est absurde et cruellement insignifiant… ».

Ces expériences sont remplies d’aliénation métaphysique, de solitude et de désespérance, comme en témoigne une femme : « Ta vie n’a jamais existé. Ta famille n’a jamais existé. On t’a simplement permis de l’imaginer... mais rien de tout cela n’a jamais existé. C’est une plaisanterie... ce n’était qu’une plaisanterie... ».

Le message est émis par des cercles noirs et blancs changeant de couleurs. Cela rappelle des rencontres de témoins d’apparitions d’OVNIS.

D’ailleurs, allons plus loin. Les deux phénomènes pourraient bien être liés. Une grande théorie unifiant les phénomènes paranormaux qui ne cessent de se croiser, de se chevaucher, reste à écrire. Ainsi « V. », cette femme témoin d’observations classées OVNI, qui décrit des entités : « Leur corps était bleu-gris d’une texture étrange qu’on qualifierait aujourd’hui de pixélisée. » À l’époque des faits, « V. » disait « une texture étrange à petits points ». Cela fait penser à un écran télé ne recevant aucun signal.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Elle dit : « Je suis enfant, sur ma droite, à 6 mètres environ, il y a un grand trou d’environ 3 mètres qui flotte au-dessus du sol. Elle voit alors un trou qu’elle compare à une corne d’abondance. Il sort de ce trou beaucoup de rires et de joie et presque un soupçon d’impertinence, de coquineries… Beaucoup de rires et de couleur jaune, lumineuse, mais qui n’éblouit pas. Cette lumière est finalement composée de plusieurs êtres de petite taille, très lumineux… »  

À la question « Quel est le sens de la vie », elle poursuit : « On se trompe sur le sens de la vie. Ce n’est pas ce que nous croyons. Le sens de la vie n’a rien à voir avec le sens temporel que nous connaissons : nous croyons aller vers le futur, alors que telle n’est pas la vérité de la vie. On se plante, on se plante… C’est en arrière qu’il faut regarder, pas en avant… Le temps que nous connaissons n’a rien à voir avec le sens de la vie. » Je rappelle que ce témoignage est classé OVNI.

Que se passe-t-il après, quand l’être est mort, si au-delà il y a ?

Personne n’est jamais revenu pour le dire. Aucune réponse définitive ne peut être donnée. Y a-t-il un moyen de pousser la porte et de voir enfin cet autre monde gorgé d’espoirs ? Peut-être.

L’aventure étonnante, arrivée à la famille Mackay dans l’Indiana (USA), racontée en 1979 par l’écrivain René-Victor Pilhes dans « L’incroyable vérité » est inexplicable. Ils voyaient le visage d’un proche décédé sur l’écran de leur télé. Ceci durant 5 jours. Le poste a été démonté pièce par pièce, puis remonté : le phénomène a continué. La police a mené une enquête qui n’a rien résolu. Inexplicable !

Les désincarnés n’utilisent pas que les télés pour évoquer leur monde. Chacun est juge de donner du crédit à ces fragments de réponses donnés par le oui-ja, les tables, l’écriture automatique ou les médiums. Pour le docteur Melvin Morse, l’auteur de « La divine connexion », nous pouvons, grâce à notre lobe temporal droit, communiquer avec les esprits, c’est-à-dire avec l’âme des morts, et même avec Dieu. Mais nous sommes avertis qu’il y a grand danger à vouloir absolument converser avec les esprits. Pour nous et peut-être pour eux.  

Le prêtre catholique allemand Johannès Greber, qui sera aussi évoqué plus loin, écrit ce qu’il a entendu d’un esprit, via un médium : « Car avant toute chose, vous devez examiner les esprits qui vous parlent pour savoir s'ils viennent de Dieu,, pour ne pas devenir les victimes des esprits du mal qui vous ruinent le corps et vous mentent spirituellement, précipitant votre vie dans un gouffre. Vous, les humains, semblez croire que seul votre monde matériel est régi par des lois. Erreur. Car Dieu est un Dieu de lois et de systèmes qui s'appliquent aussi bien à la création terrestre que spirituelle. Lui-même respecte Ses propres lois et n'en annule aucune. Par conséquent, nous les esprits devons également respecter les lois naturelles imposées par Dieu, à chaque fois que nous voulons communiquer avec votre monde matériel. Et cela concerne aussi bien les bons esprits que les mauvais. Et il en va de même pour tous les domaines. Pas de miracle non plus dans la communication entre les esprits et les hommes. Te parler à travers ce garçon obéit à des lois fixes que je dois observer, tout comme les mauvais esprits. »

Roland de Jouvenel et Pierre Monnier ont décrit leur au-delà. Et ce n’est pas le monde des bisounours. Les lecteurs de textes « sacrés » ont lu l’avertissement du Christ : « Il y aura des pleurs et des grincements de dents ».

Dans son livre "Vivre et mourir dans la matrice artificielle", Roch Saüquere propose une hypothèse dérangeante et originale. 

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Roch Saüquere remarque que la prière chrétienne, le Notre Père, contient la phrase : « Que Ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel », bien sibylline. Elle signifie que l’au-delà est aussi un lieu où la volonté divine n’irait pas de soi. Il rappelle la phrase de la table d'émeraude : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », et en conclut que « Le monde astral n’est pas le paradis que nous annoncent les religions. Le corps astral se trouve enfermé dans un monde plus hiérarchisé que le nôtre. Les défunts sont tout autant que nous assujettis à des contraintes, des restrictions et des lois inflexibles, et que leur libre arbitre est exercé dans le cadre une situation biaisée… bien loin de toute vérité ». Il titre son chapitre 7 par « L’au-delà, un autre monde carcéral ». Il voit dans le tribunal, évoqué par les humains ayant vécu des NDE, une mascarade qui ne vise qu’à les culpabiliser pour leur faire accepter une descente dans l’astral. Roch Saüquere poursuit : « Ce tribunal n’a aucune légitimité. Comment peut-on se juger soi-même avec équité si l’on a toujours tout ignoré la vérité ? ».

Les entités les plus pures n’auraient-elles pas tendance à se juger plus sévèrement que les plus infâmes qui ne manifestent aucun regret ni remord ? Celles-là franchiront, dans ces conditions, le jugement sans condamnation.

Qu’est ce qui pourrait constituer ce bas-fond infernal, perçu par les NDE infernales ?

On peut imaginer l’enfer d’un alcoolique, d’un drogué du jeu, tous atrocement frustrés par le manque.

Le père François Brune répond : « Les esprits des trépassés, dont la vie a été gravement contraire à la loi universelle de l’amour. Les égrégores, produits par leurs mauvaises pensées et leurs mauvaises idées. Sûrement des entités venant d’autres mondes et d’autres planètes. Enfin ceux qui n’ont jamais été incarnés ni dans ce monde, ni dans un autre et qui sont traditionnellement appelés les Anges… tombés fascinés par leur propre beauté et sont restés prisonniers d’eux-mêmes, dans la haine de Dieu et des autres. »

À SUIVRE

Bibliographie

Les exemples de NDE négatives sont issus des sites <Spirit2mirabeau> et signés par Evelyn Elsaesser-Valarino, sur <paranormal-info.com>.

François Brune, « Les morts nous parlent ».

Roch Saüquere, « Vivre et mourir dans la matrice artificielle ».

Jean Prieur, « Les témoins de l’invisible ».

Patrick Van Eersel, « La source blanche ».

« OVNIS et conscience », ouvrage issu d’un collectif, sous la direction de Fabrice Bonvin.

10:36 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (5)