Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2018

MA RENCONTRE AVEC JUNIE ASTOR

Ma rencontre extra-ordinaire avec Junie ASTOR, actrice par Ranky

 

BIO EXPRESS

Photo magazine "Mon film"

images-1.jpg

Junie Astor, comédienne française, de son vrai nom Rolande Jeanne Risterucci, est née à Marseille le 21 décembre 1911. En 1937 elle est désignée le plus prometteur talent de l'année et en 1937 elle reçoit le prix Suzanne Bianchetti.

Elle tourna dans 55 films sous la direction des plus grands réalisateurs de l’époque : Jacques Deval, Jean Renoir, Henri Decoin, et en compagnie de célèbres acteurs, Fernandel, Raimu, Danielle Darrieux, Claude Dauphin, Jean Marais, Madeleine Sologne, Louis Jouvet, Jean Gabin, etc.

Au théâtre des Ambassadeurs, elle joue dans "Lundi 8 heures" de Georges Kaufman et Edna Ferber. Au théâtre Edouard VII  "Ombre chère" de Jacques Deval.

Elle était l’épouse du réalisateur Bernard Latour avec lequel elle devint productrice de la société Astor films. Elle dirigea deux salles de cinéma sur les grands boulevards parisiens, l’Astor et le Rio-Opéra. Elle repose au cimetière de Bagneux.

 

MA RENCONTRE

23 août 1967. Je n’étais pas peu fier de ma Dauphine bleue, ma première voiture, une quatre vitesses, sportive, nerveuse, rapide, que j’avais hâte de conduire sur route, au cours d’un long trajet afin d’en apprécier toutes les qualités. Cette occasion me fut donnée par Louisette, une copine d’enfance qui envisageait, depuis Roubaix, de se rendre dans la région grenobloise pour affaires. Disposant moi-même de quelques jours, je lui proposai donc de passer par Paris d’où nous pourrions partir dans ma belle auto d’occasion.
Le voyage tint ce qu’il promit. La route du retour s’annonçait aussi agréable. La radio de bord déversait en sourdine ses chansons et nouvelles. Le temps était beau et chaud, les paysages bourguignons magnifiques.
images-3.jpgMais depuis un certain temps, la circulation était légèrement ralentie. La vitesse générale se situait entre 60 et 70 km à l’heure, mais peu importe, la joie était dans l’air.
Avant notre départ de Paris, nous n’avions pas pu voir le dernier film de Junie Astor, cette grande vedette que je tenais en admiration. Nous nous promettions bien, à notre retour, Louisette et moi, de nous rendre à cette séance. Surtout moi... Je connaissais une bonne partie de la filmographie de cette actrice et étais plutôt prolixe sur sa carrière, ses projets, au point que je semblais à certains moments fatiguer ma compagne de route avec mes commentaires.
« Je suis sûr de la rencontrer un jour, répétai-je à diverses reprises. Je ne sais pas pourquoi je dis cela, mais je le sais. »
Le long convoi des véhicules continuait à s’écouler en direction de Paris sur une nationale 6 à trois voies de circulation qui me paraissait bien dangereuse car les véhicules pouvaient doubler dans chaque direction.
Aussi, cela faisait dix minutes que je restais bien sagement derrière un gros camion bâché qui me barrait l’horizon.
Malgré les véhicules qui défilaient dans la circulation d’en face, une 404 Peugeot entreprit de me doubler. Il n’y avait ni cesse ni fin qu’elle puisse prendre ma place derrière le camion. J’entends encore ses coups de klaxon ! Je serrai donc bien sur ma droite et laissai passer cet imprudent.

L'AVANT BROYE DE LA MASERATI.jpg
L’avant broyé de la Maserati.
Et c’est à ce moment qu’une explosion effroyable retentit, accompagnée d’un nuage étincelant de débris métalliques, comme un feu d’artifice qui monta dans le ciel à au moins 20 mètres sur le côté gauche et au-dessus du camion.
La 404 qui venait de prendre place devant ma Dauphine partit en vrille et disparut dans l’explosion.
Un bolide de course venant de Paris, une Maserati, voulant doubler sa file de voitures, s’était soudainement trouvé derrière une autre voiture qui doublait aussi. La vitesse de la Maserati était telle qu’elle ne pouvait plus ni freiner ni se rabattre. Le chauffeur s’était donc engagé sur la chaussée de gauche au moment précis où un camion surgissait en sens inverse. Le choc était inévitable. Le camion se mit à zigzaguer, naviguant sur toute la route, puis se renversant en travers, laissant échapper une multitude de melons qui éclataient sur le bitume. La scène était hallucinante. Le bruit insoutenable dura des secondes interminables. Je freinais mon véhicule par à-coups, en serrant sur le côté droit. Louisette était tétanisée.
Puis le silence s’installa, lourd, presque irréel. La vision était dantesque. À un moment, plus rien ne bougea. Le cauchemar était fixé, comme une photo.
Alors, on commença à voir des gens sortir des voitures stationnées ou bouger dans des amas de ferraille. Les passagers de la 404 étaient tous grièvement blessés. Le chauffeur du camion errait de point en point, perdu dans un cauchemar.

Des personnes s’agitaient, tentant de secourir des voyageurs. Je les rejoignis et arrivai rapidement près de la Maserati. Tout l’avant du bolide était pulvérisé. Le long moteur était broyé, fumant. Les deux sièges de la décapotable étaient vides. Seule, une chaussure était coincée dans les pédales. Les deux passagers avaient été éjectés à une dizaine de mètres. Je crois me souvenir que l’homme avait une jambe arrachée. Il était mort.
Et puis je vis la passagère, couchée sur le dos, la jupe relevée jusqu’au pubis, une blessure en haut d’une cuisse, et une bosse énorme sur le front comme si, à cet endroit, la tête avait doublé de volume.
LE CAMION RENVERSÉ.jpg
Le camion renversé.


Soudain, je fus perturbé en regardant ce visage, comme s’il s’agissait d’un membre de ma famille, ou d’une amie. Je connaissais cette femme. J’en étais sûr ! Je saisis son poignet pour tâcher de distinguer le pouls... rien ! Je posai mes mains de chaque côté du cou pour détecter un battement cardiaque... rien ! Elle avait été tuée sur le coup. Quelqu’un apporta une couverture et nous recouvrîmes le corps.
Un homme venait d’arriver, équipé d’un appareil photo. Il se mit à prendre des clichés, fébrilement. Je remontai dans ma voiture et parvins à quitter les lieux non sans difficulté. En bas de la côte, nous atteignîmes Sainte-Magnance où nous nous réfugiâmes dans un petit restaurant, incapables de reprendre de suite la route. J’avais en mémoire le visage de cette femme accidentée. Je la connaissais, c’est sûr !

JUNIE ASTOR 4 ACCIDENT.jpg

LA 404 ACCIDENTÉE.jpg
La 404 accidentée.

Ce n’est que bien des heures plus tard que nous apprîmes l’identité des deux passagers de la voiture de sport : l’homme s’appelait John Simone. Il était importateur des voitures Maserati pour la France et sa compagne, tuée en même temps que lui, en cette après-midi du 22 août 1967, était la célèbre actrice de cinéma de l’époque : Junie Astor.
Une "coïncidence" étrange eut lieu récemment, alors que j’écrivais ces lignes. Le monsieur qui prenait les photos le 22 août 1967 était, à l’époque de l’accident, gérant de la station-service de Sainte-Magnance.
Par un hasard incroyable, plus de quarante ans après l’accident, il mettait en ligne ces photos sur un site Internet consacré aux accidents spectaculaires de la route. C’est ainsi que, par hasard encore, je tombai sur celle-ci, moi dont les accidents de voiture photographiés ne constituent pas vraiment ma passion première.

RANKY EST LE PERSONNAGE DE GAUCHE DU GROUPE.jpg


Je découvrais alors, ébahi, être le jeune homme que l’on voit, sur la photo ci-dessus, derrière l'épave de la Maserati ! (je suis, de face, au milieu du cliché)

 

FILMOGRAPHIE

les-bas-fonds-53903.jpg

images-6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo-originale-Junie-Astor-Jean-Marais-Léternel-retour.jpg

 

 

 

 

 

Eternel retour Affiche du film.jpg

jean-gabin-les-bas-fonds-jean-renoir-1936-affiche-de-cinema-originale-suedoise-72-102-cm-original-movie-poster-jean-gabin-louis-jouvet-junie-astor-affiches-861416640_ML.jpg

 

 

 

media.png

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 2989843403.jpg1576462657.jpg1031116395.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochain article : Ma rencontre extra-ordinaire avec Haziel, angéologue Par Jacques Mandorla

 

 

 

 

05/12/2018

HISTOIRE ET PARANORMAL

Napoléon, marionnette céleste (2e partie) Par Thierry NAMUR

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Loulou

Le fils de Napoléon III « Loulou », comme l’appelait sa mère l’impératrice Eugénie, est mort au combat en Afrique. Ce petit neveu de Napoléon Ier, quitte l’Angleterre par Southampton, comme son grand-oncle, sur un navire anglais, en portant l’uniforme britannique.  Avant son départ, « pris par un étrange pressentiment » écrit André Castelot, Loulou ajoute un codicille à son testament, dans lequel il précise que « …les devoirs de notre maison ne s’éteignent pas avec ma vie… ».

L’Angleterre ne porte pas chance aux Bonaparte.  Aucun des deux Napoléon ne revient vivant de sa croisière.  Napoléon III mourra exilé en Angleterre. Sainte-Hélène et Ulundi, lieu le plus proche du trépas du prince Loulou sont tous les deux en hémisphère sud, entre équateur et tropique du capricorne. Le 1er juin 1879, son détachement campe au bord de la Bloody River (la rivière sanglante). Le groupe est surpris par un détachement de huit Zoulous. Curieusement, le chef anglais pourtant responsable du prince impérial ordonne « le sauve qui peut » et c’est la débandade pour l’escorte du Prince. Loulou s’agrippe à la selle de son cheval, « Fate », destin en français.  L’étrivière cède et le voilà seul face aux guerriers africains percé de 17 coups. A ce moment, en Angleterre, un ouragan abat un saule, dans le parc de la maison où réside l’ex impératrice Eugénie. Ce saule est une bouture de celui qui abrite la tombe de Napoléon 1er au creux d’un exquis vallon à Sainte-Hélène. Le saule, symbole de la vie éternelle. Elle y voit là un mauvais présage. Ce pressentiment est vérifié le 22 juin, jour anniversaire de l’abdication de 1815 et jour où Londres connait la victoire de Waterloo et où Eugénie apprend la mort de Loulou.   

La Vierge Marie et Napoléon

Existe-il un lien entre ce diable d’homme et la Vierge Marie ?

Il est né le 15 août, jour de l’assomption et est mort en mai, mois traditionnellement consacré à Marie. Il est couronné à Notre Dame de Paris. Lui seul a été couronné à Notre Dame par un pape, ce qui lui assure une investiture divine ! A Waterloo, Napoléon est en selle sur Marie à la fin du combat. Le père de Napoléon se prénomme Charles Marie et sa mère Marie Laetitia.  

Ses trois épouses se prénomment Marie. « L’épouse polonaise », l’impératrice Marie Josèphe Rose de Beauharnais et Marie Louise. On peut répondre que le prénom Marie est commun. En consultant sur Wikipédia la liste fournie des 13 maitresses avérées de Napoléon, pas une ne se prénomme Marie ! La Rose mystique, est un des nombreux vocables sous lesquels la Vierge Marie est invoquée dès les premiers âges du christianisme.

A la Malmaison, la roseraie de l’impératrice Rose (Joséphine) qui meurt en mai, compte 800 variétés de cette fleur. Plus curieux, les jours du calendrier liturgique qui célèbrent la Sainte Vierge coïncident avec des dates mémorables de la vie Napoléon.

-Le premier janvier, notre calendrier fête Marie Mère de Dieu. Les révolutionnaires avaient évincé le calendrier traditionnel par le leur en remplaçant les Saints par des noms champêtres. Napoléon rétablit un premier janvier le calendrier grégorien et toutes ses fêtes mariales.

- Le 2 février, c’est la présentation et la purification de Marie. Cette date est aussi de la mort de Laetitia Bonaparte, mère de l’empereur.

- Le 11 février, Notre Dame de Lourdes, ce jour-là en 1814 les Français remportent une victoire à un contre deux à Montmirail. (Mon mari)

- Le 25 mars 1802, la paix d’Amiens est enfin signée. C’est aussi l’Annonciation. C’est un 25 mars que naissent Joachim Murat et son épouse Caroline Bonaparte (Joachim est le prénom du père de Marie). En Palestine, Napoléon se fera montrer la grotte de l’annonciation et se désaltèrera à Nazareth à l’antique fontaine de la Vierge. Les habitants lui montreront la colonne brisée par, selon la tradition, par le talon de l’ange Gabriel.

- Le 16 juillet 1801, jour de la fête de Notre Dame du mont Carmel, les rapports entre l’Église et la France sont codifiés par la signature du Concordat. C’est aussi le départ de France pour l’Angleterre puis Sainte-Hélène. A Ajaccio une chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel, (la ‘’Chapelle des Grecs’’) était un lieu de promenade favori de Joseph (prénom de l’époux de Marie) et Napoléon Bonaparte.

- Le 26 juillet c’est la fête qui célèbre la mémoire des parents de Marie : Anne et Joachim. Ces Saints n’ont aucune trace historique. Ils sont mentionnés dans des écrits de légendes. C’est en 1798, la date de la bataille d’Aboukir en Égypte où Joachim Murat, futur beau-frère de Bonaparte se couvre de gloire.

- Le 31 mai c’est la Visitation, Talleyrand signe le traité de Fontainebleau qui fixe les conditions de détention de Napoléon sur l’île d’Elbe.

- Le 22 août, jour de la fête de ‘’Marie Reine’’. Ce jour-là Bonaparte fuit l’Égypte. La Sainte Famille s’était réfugiée en Égypte pour fuir la Palestine. L’église romaine est muette quant aux 7 ans qu’aurait passé la Sainte famille en Égypte. Jésus et Napoléon sont inscrits dans une même légende. Ils auraient été initiés dans la grande pyramide. Jésus était bien petit pour cela et Bonaparte n’a passé aucune nuit, dans la pyramide. Bourrienne, et c’est bien dommage pour l’amateur de l’étrange, l’a catégoriquement démenti. Il n’a donc pas dit non plus : « Je ne peux pas vous dire, vous ne me croiriez jamais. » à Sainte-Hélène. Sa campagne d’Égypte l’a emmené en Palestine sur les lieus saints. Une bataille a été livrée à Cana, une autre au Mont Thabor. Après la bataille, le futur empereur a fait comme Jésus : il a gravi les pentes du Mont Thabor lieu de la Transfiguration. Là, il a pu méditer les yeux posés sur les monts du Liban et sur la plaine d’Armageddon. Le lendemain, dans l’église où la chapelle fut dit-on la chambre à coucher de la Vierge de Nazareth, il fait donner un Te Deum pour ses victoires en Palestine ! Les Français sont allés à Nazareth, où Bonaparte a passé une nuit à l’hôtellerie franciscaine. Ses espions sont allés jusqu’à Jérusalem.

- Le 8 septembre c’est la nativité de Marie. Aucun état civil ne fournit cette date bien évidemment. Les écritures ont choisi le 8 septembre et le 15 aout, car ces jours sont liés à la position lever et coucher de Spica, l’étoile la plus brillante de la constellation de la Vierge. Napoléon évoquait souvent une étoile qui l’accompagnait et lui portait chance. Peu de temps avant sa mort, une comète est apparue dans le ciel de Sainte-Hélène. Comme César l’empereur a vu dans ce phénomène céleste un signe de sa mort prochaine qui sera constatée 9 minutes après le coucher du soleil. En 1840, c’est en octobre que la Belle Poule accoste pour récupérer les Cendres impériales.

Au moment où la Belle Poule quitte Sainte-Hélène avec les Cendres impériales, il se passe un phénomène qui frappe les officiers et marins. "La nuit était presque venue. Un fait qui aura l’air d’une supposition toute poétique eut lieu ; il est authentique pourtant, car il n’est personne qui ne l’ait remarqué ou commenté : une étoile brillait, seule, pure, éclatante au milieu du ciel gris sombre, juste dans le vertical de la frégate."

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

La Belle Poule.

- Le 15 septembre c’est la fête de Notre Dame des Douleurs. Napoléon invite le pape à le sacrer empereur et c’est la date de l’incendie de Moscou qui en 1812 le chasse de la ville.

- Le 8 décembre depuis 1735, c’est la "Fête nationale de la Corse et la fête de l'Immaculée Conception. Des patriotes corses ont associé Marie à leur île avec ce texte " Le royaume choisit pour sa protectrice l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, dont l'image sera peinte sur ses armes et ses étendards ". On ne rappellera pas que Napoléon est Corse.

A Waterloo l’armée des Alliés était adossée à la forêt de Soignes. Cette forêt à la particularité d’avoir une chapelle au nom pittoresque de Notre Dame de la Bonne Odeur. Émile Verhaeren en a fait un poème. Waterloo-la chapelle ND de la bonne odeur-Napoléon pour lier ce triptyque, il faut savoir que Napoléon avait un sens de l’odorat hyper-développé.  J.P Kaufmann pointe longuement ce lien de Napoléon-odorat en en faisant un livre : ‘’ La chambre noire de Longwood’’.

Notre Dame des Abeilles, la République et l’Empire

L’abeille impériale est partout : sur le manteau de velours pourpre que l’Empereur, sur les tentures de son palais, sur celles des tribunaux et administrations impériales. Symbolique de l’industrieuse française et de la vertu du peuple, l’abeille est aussi insecte royal et le plus ancien emblème des souverains de la France. Les Chrétiens assimilent les abeilles et Marie en attribuant l’abeille en « oiseau de Marie » et « symbole de Marie ». Marie est la bonne abeille, décrite dans l’Ancien Testament, comme « un des plus petits êtres qui volent » et leur produit (Jésus et le miel) « est d’une douceur exquise ».

Il existe une Chapelle des abeilles à Notre Dame des bois au Québec et une autre à Morieux, un Foyer des abeilles à Notre Dame de Gravenchon… Saint Jean Chrysostome, explique « Portez vos regards sur l’abeille. Occupée sans relâche, elle travaille pour le service de l’homme autant que pour son propre usage... Vous la voyez parcourir la prairie pour y ramasser le butin qui enrichira une table étrangère. Imitez son exemple, ô homme !... » Une ruche possède une Reine née d’un œuf semblable aux autres. Sa nourriture, la gelée royale, change la larve en Reine qui ne fait que pondre des œufs. Elle est la seule femelle féconde de la ruche.

Napoléon se fait roi d’Italie le 26 mai 1805 à Milan. Le 23 mai 1805 étant le jour de l’Ascension et le 3 juin le lundi de Pentecôte. Un clou de la crucifixion ramené par Sainte-Hélène de Palestine est inséré dans la couronne de fer dont il se ceint à Milan ! Bonaparte avait en 1785, pour sa première affectation, été nommé au régiment de la Fère à Valence. Saint Ambroise (340-397), évêque de la ville de Milan, est le saint-patron des apiculteurs, des abeilles et de la ville de Milan. La légende veut qu’alors qu’Ambroise dormait dans son berceau, il ait la figure recouverte d’un essaim d’abeilles. Il semblait que les insectes entraient dans sa bouche et en sortaient sans le piquer. Saint Ambroise est fêté le 7 décembre, veille de la fête de l’Immaculée Conception. Dans sa courte vie, le calendrier républicain a plus qu’honoré les abeilles. L’abeille (l’oiseau de Marie) et l’aigle avaient été choisis pour représenter l’empire. Le 15 germinal (5 avril) jour de l’abeille   est curieusement le jour où Napoléon abdique en 1814. Le 8 frimaire était le jour du miel est le jour de la bataille de la Bérézina. Le 20 germinal jour de la ruche, les alliés entrent en 1814 dans Paris. Enfin, le 11 frimaire fête la cire. Ce jour correspond au 2 décembre, c’est à la fois le jour du sacre à Notre Dame et la victoire d’Austerlitz. Ces références dans le calendrier républicain, le choix de l’abeille comme symbole impérial et Notre Dame des Abeilles, quelle étrangeté !

Isis et Napoléon

Napoléon revient souvent sur le sujet de sa désastreuse campagne d’Égypte. On ne peut savoir si le général Bonaparte a été l’initié d’une société Isiaque. Il avait sur lui un scarabée d’Égypte « fétiche ». Dans la cour carrée du Louvre, on voit les figures d’Isis, la lune, et une de Manco Capac, le soleil. C’est l’Empereur qui a demandé à ses architectes Percier et Fontaine de les murer ici. 

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

 Manco Capac et Isis gravés sur le fronton de la cour carrée du Louvre.

Plus étonnant, le 25 janvier 1811, les armes de la capitale sont solennellement consacrées à Isis et deviennent sous l’Empire   "de gueules à un navire fretté d'argent, à la proue chargée d'une statue d'Isis, adextré d'une étoile d'argent et voguant sur des ondes de Mino, au chef cousu de bonnes villes de France."

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Les armes de Paris en 1811. Isis est à la proue du navire, Osiris à la poupe et Sirius, l’étoile à cinq branches, guide le navire.

L’arc de Triomphe représente sur sa face est l’empereur ceint d’une couronne de laurier entouré de deux déesses. La déesse-mère Cybèle une des manifestations de Diane et d’Isis est à ses pieds. Cette déesse androgyne est représentée couronnée de profil et ressemble étonnamment à la Joséphine du célèbre tableau du sacre peint par David. Napoléon ayant lui-même couronné son épouse, on peut interpréter ce tableau comme le couronnement d’Isis par le Soleil.

A Sainte-Hélène, la dépouille de l’empereur attendait dans une tombe provisoire située au val du géranium à Sainte-Hélène. Le géranium, du grec Geranion signifie « bec de grue » et symbolise la grue et son bec pour les Celtes qui l’offraient à leurs dieux. Le vaisseau français la Belle Poule accompagnée de la Favorite nom d’une bataille gagnée par Bonaparte, part de Toulon 47 ans après la première victoire significative de Bonaparte dans cette ville pour rapatrier les cendres de l’Empereur.  Napoléon qui avait le sens de la formule a dit à Gourgaud qu’il « avait porté la couronne impériale, la couronne de fer de l’Italie et que l’Angleterre lui en donnait une plus grande et plus glorieuse, celle portée par le sauveur du monde, une couronne d’épines ». Et ajoute à Montholon « Si Jésus n’était pas mort sur la croix, il ne serait plus Dieu ». La couronne d’épines est sensée avoir coiffé Jésus en dérision, car croyait-on, il se voulait roi. Découverte par Sainte-Hélène, elle est déposée par Saint Louis à la Sainte Chapelle. Les révolutionnaires la placent à Notre Dame de Paris, lieu du couronnement impérial en 1804. Napoléon III et son oncle Napoléon 1er ont eu l’étrange besoin d’abriter cette couronne d’épines dans des reliquaires qu’ils commandent l’un en 1806 et l’autre en 1862, soit 8 ans avant leur chute (1814 et 1870). On peut les voir dans le Trésor de la sacristie de Notre Dame de Paris.                                           

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

                                                             Le reliquaire de 1862.

Ce n’est pas la couronne d‘épines qui sera la dernière à le coiffer, mais une en or. Le 9 décembre 1840, lors du retour de sa dépouille un journal écrit : « A ce moment, le soleil se levait au-dessus des collines qui ferment le lit de la rivière et faisait pâlir les flammes funéraires ; ses rayons dorés tombaient sur la chapelle ardente d'où semblaient jaillir des milliers d'étincelles. Le cercueil apparaissait comme entouré d'une atmosphère lumineuse d'où s'échappaient en éclairs les reflets de la couronne d'or qui surmontait le drap mortuaire. Napoléon rentrait en France ceint d'une auréole de lumière, ou c'était le soleil d'Austerlitz qui saluait le retour du héros ! » C’était, en décembre le retour du Dieu Soleil qui rappelons-nous avait abdiqué le 22 juin, au solstice d’été et était mort quelques minutes après le coucher du soleil.

La Belle Poule mouille en rade de Cherbourg et le cercueil est transbordé sur le Normandie dont le nom n’est pas sans rappeler le Northumberland. Au Val-de-la-Haye, (la Haye Sainte) le cercueil est à nouveau transbordé sur le vapeur la Dorade qui remonte la Seine. Une dorade pour porter les cendres impériales ? Ce poisson est caractérisé par une nageoire dorsale tenue par des épines.

Cet homme et son épopée suscitent encore aujourd’hui des réactions étonnantes qui sans être paranormales interrogent le bon sens. Ainsi la République française, n’a pas voulu fêter le bicentenaire de la victoire d’Austerlitz. Soit. Cette même République a osé envoyer une flotte pour fêter avec les Anglais leur victoire de Trafalgar. Parmi les navires français figurait son fleuron le « Charles de Gaulle », général qui n’a pas dû apprécier être associé à cette farce. Nos amis Anglais, ont de l’humour et doivent encore en ricaner.

Tous ces petits détails n’en sont pas. Ils témoignent de la structure surnaturelle qui construit nos vies. Tous ces symboles, ces noms, ces soi-disant hasards ne sont pas réservés qu’aux grands hommes. Cette charpente se lit aussi dans nos destinées. Reste à connaître la réponse introuvable : Qui tire les ficelles ?

Laissons le mot de la fin à Napoléon qui dit : « Qu’est-ce que l’avenir ? Qu’est-ce que le passé ? Que sommes-nous ? Quel est le fluide magique qui nous entoure et nous cache les choses que nous avons le plus besoin de connaître ? Nous vivons et nous mourons dans un éternel émerveillement ».

FIN

 

03/12/2018

HISTOIRE ET PARANORMAL

Napoléon, marionnette céleste (1ère partie) Par Thierry NAMUR

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Napoléon 1er passe dans l’histoire telle une étoile filante. Aucun livre ne semble jamais, depuis sa mort en 1821, définir vraiment ce bolide. À l’étude, sa destinée est semée de marqueurs qui l’enferment dans une vie tracée d’avance. La pensée d’un manipulateur intervenant, dirigeant et influençant l’histoire se lit par les événements et les personnages qui gravitent autour de lui. Initiés, personnages mandatés apparaissent et disparaissent soudainement. Veilleurs, sociétés secrètes agissant au nom d’idéaux nobles ou de motifs douteux s’agitent et se croisent dans l’ombre. Richelieu, Napoléon, Churchill l’ont dit : l’histoire est une fable. Le premier Empire le montre particulièrement.

Un bel exemple de ces marqueurs se lit dans les blasons de deux papes du XIXème siècle

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Blason de Pie VII

C’est le pape Pie VII qui métamorphose Bonaparte en Napoléon, en le sacrant empereur en 1804. La symbolique des oiseaux évoque la vie de Napoléon tant ils encadrent sa vie. Être un Aigle et se faire couronner par une Pie, c’est cocasse. La devise attribuée longtemps à l’avance à Pie VII dans la prophétie de Saint Malachie est Aquila rapax (l'aigle rapace ou l'aigle ravisseur, Napoléon a séquestré ce pape à Fontainebleau). Son blason montre le mot Pax : c’est se moquer, dans une époque qui ne connaît que la guerre. Son blason porte 3 têtes de Maures sur fond argent : une tête sur fond argent représente aussi le drapeau de la Corse.

Mais ce n’est pas fini, et je n’invente rien, son successeur s’appelle Léon, comme Napo-Léon. Ce Léon XII aime chasser les oiseaux. Son blason présente un aigle sur fond azur. Remarquons encore que Napo est l’anagramme de « paon », un oiseau qui étale ses plumes comme l’aigle du blason.

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Blason de Léon XII

Waterloo, l’affaire d’un déjeuner

A Sainte-Hélène, Napoléon rejoue sans cesse la bataille qui l’obsède. ‘’Je les tenais… je les avais…’’ répète-t-il ; oui mais au final c’est la déroute. Un ensemble d’interactions empiriquement établies à l’avance précipite ce 18 juin dans le mystère. Ainsi, fait peu connu, en 1814, Wellington vient à Waterloo repérer et étudier le futur champ de bataille. Un an plus tard, alors que rien n’est arrêté et que l’on ignore tout des intentions françaises, il entoure Waterloo sur la carte et dit qu’il va attendre là les Français. Plus fort que Nostradamus.

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Le matin du 18 juin, Napoléon, qui avait rêvé de chats qui hésitaient à choisir une armée, affirme à son entourage que Waterloo « sera l’affaire d’un déjeuner ». Il retarde la bataille car il a beaucoup plu. Lisons Edgar Quinet : « Qui croirait que l'Empire du monde dépende quelquefois d'une circonstance telle que la pluie ou le beau temps ? ». Rien pourtant n'est plus vrai. Le nom de la bataille le dit aussi : « Water » c’est l’eau en anglais et « loo » c’est phonétiquement l’eau en français. Sans la pluie (l’eau), la bataille était gagnée. Il y a mieux. Le général prussien qui arrive le premier au secours des Anglais s’appelle Bûlow, « bu-l’eau » !

Les protagonistes de Waterloo Napoléon, Wellington, Soult, Ney et le geôlier de Sainte-Hélène, Hudson Lowe, sont tous né en 1769. 

Edgar Quinet, encore, nous transporte dans « Voyage d’un solitaire » sur le champ de bataille. Il écrit : « J'entendis la sonnerie d'un troupeau et des poules qui gloussaient… d'une grande ferme isolée… : Ferme de la Haie-Sainte… Pendant longtemps les oiseaux et les animaux ont disparu de l'horizon de Waterloo. Aujourd'hui les fauvettes sifflent sous les pommiers nains de la Haie-Sainte, et j'ai entendu les pies jaser sous les frênes d'Hougoumont ». Cet extrait dit bien des choses en quelques mots : les fauvettes et les pies, la Haye Sainte, Hougoumont et les frênes.

Quand on lit l’histoire de ce terrible mois de juin 1815, on trouve naturel que les faits se soient passés comme on les lit. Il n’en est rien. Les amateurs d’uchronie savent qu’après la défaite, Napoléon dispose de cartes à jouer pour forcer le destin. Il n’en joue aucune. Car il n’est qu’un automate. La suite se lit dans les sites qui sont présents sur le champ de bataille et qui trouvent un écho avec ceux de l’île de Sainte-Hélène.

La bataille se joue autour de la Haye Sainte, mots nécessaires pour former Sainte Hé-lène. Hougoumont s’écrit aussi à l’époque Le Goumont, qui résonne comme la future résidence de l’exil, Longwood qui est entouré de gommiers.

Napoléon dort à la ferme du Caillou, à proximité de la Maison du Roi. Dans 4 jours, il abdiquera avant de se retrouver sur un caillou (sainte Hélène), et un roi prendra sa place. Immédiatement à côté du Caillou, c’est Rossome. Rosse-homme c’est l’homme rossé ! De plus, c’est le capitaine Ross sur le navire nommé « Northumberland » qui emmène le captif sur l’île de Sainte-Hélène.

La sablonnière, lieu malheureux de la cavalerie c’est Sandy bay (baie sablonneuse). Frischermont, une ferme de la bataille c’est Fisher point sur l’île. Plancenois-t, un village disputé, c’est l’anagramme de Napoléon.

Au nord du champ un lieu-dit s’appelle, toujours les oiseaux, le vert (couleur de l’Empire) coucou. Le Roussart évoque le maréchal Ney, surnommé le rougeaud, et Les vieux amis au nord et la Belle Alliance au sud, ce sont Blücher et Wellington qui prennent les Français en tenaille. Mon Plaisir, toujours sur la carte, c’est Mount Pleasant à Sainte-Hélène. Waterloo annonce Sainte-Hélène.

L’île d’Aix

C’est la période qui suit la funeste bataille qui nous intéresse maintenant. Napoléon, groggy, repousse les ressources qui lui restent et abdique le 22 juin, au solstice d’été. Ce soleil humain décline brutalement pour vivre son hiver : nous sommes dans l’hémisphère sud, sur l’île de Sainte-Hélène. Il réside un temps sur l’île d’Aix, d’où il tente sans conviction de rallier les États-Unis. Le 14 juillet, jour révolutionnaire par excellence, il décide naïvement de se rendre aux Anglais. Il embarque à l'aube du 15 juillet à bord du brick Épervier et se dirige vers le vaisseau « Bellérophon », où il est accueilli par son commandant, l’Anglais Maitland (à Waterloo, c’est un Maitland qui stoppe les derniers efforts français) qui l’emmène en Angleterre. 

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Le blason de l’île d’Aix. Un lion sur fond de vert empire, un trident et une butte. Ce blason créé en 1810, 5 ans avant la chute, annonce le triomphe du lion anglais et l’Aix-ile sur un caillou de l’atlantique sud. A Waterloo, les vainqueurs établissent une butte où ils placent un lion : la butte du lion.

 

Après l’Élysée où il abdique, puis les roses de la Malmaison, l’ex-empereur trouve refuge en Charente Maritime (17), sur l’île d’Aix. La Malmaison c’est le domaine de sa première épouse Marie Josèphe Rose Tascher de la Pagerie que Napoléon baptise Joséphine. La roseraie de la Malmaison compte 800 variétés de cette fleur, car la passion de l’impératrice, outre la mode et les frivolités, c’est la botanique et l’animalerie. C’est à elle que l’on doit en Europe l’introduction du cygne noir, la vraie curiosité de la Malmaison selon Stéphane Bern. Le cygne est un oiseau aquatique qui, blanc, symbolise la grâce, la pureté, la majesté. Noir il est associé à un symbolisme occulte. Un conte d’Andersen illustre cette inversion des couleurs à travers une vierge ensorcelée vue sous la forme d’un cygne noir. A noter que, contrairement à Marie Antoinette à qui on reprochera des dépenses inconsidérées, l’histoire est indulgente avec Joséphine.

Le général Beker a la redoutable mission, en juillet 1815, d'accompagner et de surveiller l’empereur de Paris à l'île d'Aix. Dans la mythologie grecque, Cerbère (en grec Kérberos), est le monstrueux  chien   de garde des enfers. Il empêche les morts de s'échapper de l'antre d'Hadès et les vivants de venir délivrer les morts.

La dernière résidence en France de Napoléon est une île au nom prédestiné, qui ne pouvait s’appeler que l’île d’Aix. Un ex-maître du monde sur l’île d’Aix point de départ de son Aix-il. Le mystérieux inconnu s’amuse. Napoléon fait remarquer que c’est à l’île d’Aix que Pierre Choderlos de Laclos, a écrit, avant le premier Empire, l’essentiel des « Liaisons dangereuses ». L’auteur y évoque les intrigues amoureuses de ses personnages mais encore les frustrations militaires et les nombreuses humiliations qu’il estime avoir subies au long de sa vie, de la part des « vrais » nobles... Napoléon enfant à Brienne, était moqué par les vrais aristocrates, et ne sera pas plus accepté par les vrais rois et empereurs de Prusse, de Russie, d’Angleterre, d’Autriche… qui détestaient cet empereur auto-proclamé. C’est à Aix que l’empereur entreprend des liaisons dangereuses par ses négociations avec Albion qui va le tromper sur ses perfides intentions.

La destinée malheureuse de Napoléon est toute entière tracée dans les îles. La Corse, qu’il n’arrive pas à conquérir et où la « casa Bonaparte » sera brûlée, l’Angleterre île de son mortel ennemi, Elbe et Sainte-Hélène, îles de ses rejets. Son vainqueur Wellington et son geôlier de Sainte-Hélène, Hudson Lowe, sont nés sur l’île d’Irlande. Lowe occupera la Corse, sera gouverneur de deux îles : Capri et Ceylan. Le général Hill (île) commande l’aile droite anglaise à Waterloo au Ménil (mène île). Côté français, la 1ère division du 1er corps, est nominalement commandée par le général Allix (ou Alix), anagramme d’Aix !

A Aix, Napoléon et son entourage discutent sur la conduite à tenir : faut-il rejoindre l’Amérique, se rendre aux Anglais ou même rallier ses partisans encore nombreux ? Une fauvette des mers entre alors dans la cabine et est capturée par Gourgaud. « Voyons les augures » déclare Napoléon qui fait libérer l’oiseau et celui-ci de s’éloigner vers les navires anglais. Une simple anecdote. Mais à regarder le blason de l’île de Sainte-Hélène, on ne rit plus. Il est composé d'un vaisseau abordant l’île, d’une frange d'or chargée d'un oiseau. Le blason est surmonté d'une couronne coiffée d'une chimère représentant sainte Hélène portant une fleur et une croix.    

Ce n’était pas la première fois qu’une fauvette était oiseau de mauvais augure, en 1793, son expédition militaire en Sardaigne est un échec. Son bateau « amiral » s’appelle alors la Fauvette.

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

                                              Le blason de l’île de Saine-Hélène.

Deux bateaux attendent Napoléon pour son exil en Amérique : la Méduse (celui du radeau) et le brick la Saale. La Saale est une rivière allemande qui se jette dans l’Elbe. La Saale mène à une île d’exil, l’île d’Elbe qui a été la première île d’exil de l’empereur déchu. C’est cette rivière qui participe, en tant que cours d’eau, à la bataille d’Iéna qui se déroule le 14 octobre 1806. Neuf ans plus tard, le 14 octobre 1815, jour pour jour, le « Northumberland » accoste l’île de Sainte-Hélène. 

« Bellérophon », nom du vaisseau qui accueille le captif, n’est pas un nom ordinaire, mais celui d’un héros de la mythologie, qui chevauchant Pégase, tue la Chimère. La chimère est un monstre séducteur bâti d’un lion, d’une chèvre et d’un dragon cracheur de feu. La chimère est aussi un règne néfaste d’un souverain perverti, tyrannique ou faible. Pégase, le cheval fabuleux monté par Bellérophon est né du sang de la Méduse, un autre monstre décapité par Persée. Pégase est encore le cheval qui peut faire jaillir la pluie du ciel d’un coup de sabot. Pluie qui retarde la bataille en 1815. Le Bellérophon en mauvais état car il a subi à Trafalgar l’assaut du navire français… l’Aigle et en a subi de gros dégâts.    

A Aix, Napoléon déchu greffe dans le jardin un frêne (évoqué par Edgar Quinet) sur un ormeau toujours visible aujourd'hui. N’avait-il pas mieux à faire ? Sa situation demande des réponses urgentes mais lui prend le temps de faire cette greffe. Est-ce un message ? En botanique, l'intérêt de la greffe est d'associer les caractéristiques de deux plantes. Le frêne est un symbole de solidité et l’orme de justice.   « Vous entendez d'ici le vent souffler dans ce grand orme, le seul qui existe sur le plateau des Anglais. » écrit Quinet. Wellington, le justicier, commande la bataille du 18 juin de cet orme. Avec ces arbres unis par la greffe nous avons une image symbolique de la bataille.

L’île d’Aix abrite, de nos jours, en plus de son musée napoléonien, un musée africain qui comprend un diorama des oiseaux de l'île de Sainte-Hélène. G. Simenon y a séjourné un temps pour fuir Joséphine (prénom de l’impératrice) Baker (c’est aussi, on l’a vu, le nom du général qui accompagne Napoléon à Aix).

Cela semble des détails ? Mais cette île minuscule est appelée « La petite Corse de l’Atlantique » et a la particularité de vouer une passion aux roses trémières. Les façades de ses maisons sont roses, la résidence des Gourgaud, nom d’un fidèle de Napoléon qui l’a accompagné dans son exil, se nomme « La Maison Rose ». Le gardien du phare de l’île, Mr Simmonneau, a épousé en 1945 une Rose Joséphine Louise. Il avait passé son enfance à la pointe des corbeaux sur l’ile d’Yeu. Son homonyme a produit la série Napoléon.  

Les historiens l’affirment : Waterloo est un Marengo à l’envers

La bataille de Marengo qui oppose Bonaparte aux Autrichiens en juin 1800 et celle de Waterloo en juin 1815 présentent des singularités. Toutes deux données en juin, elles ont d’abord un déroulement favorable pour l’attaquant, l’Autriche et la France, mais sont perdues par l’irruption surprise de renforts. A Marengo, le destin que Napoléon nomme son étoile scintille et retourne une situation désespérée. A Waterloo, cette même étoile est sans éclats.

A Marengo, le général Mélas, trop confiant, rédige un bulletin de victoire et laisse la conduite de la fin de la bataille à ses subordonnés. Napoléon trop confiant, laisse le fougueux Ney conduire la bataille. A Londres aussi on annonce la bataille de Waterloo perdue alors qu’à Notre Dame on célèbre le Te Deum de la victoire. 

Tout y est à l’envers. A Marengo, le général Desaix éloigné du champ de bataille, avant d’en recevoir l’ordre, fait demi-tour et marche au canon pour renforcer Bonaparte. Il transforme par son initiative une défaite annoncée en victoire. A Waterloo, même scénario, Grouchy entend le canon qui gronde au loin, mais malgré les suppliques de ses lieutenants préfère rester à Wavre.   Le général Kellermann qui donne la victoire à Marengo charge dans les mêmes conditions à Waterloo, mais décidément, tout est à rebours et sa charge pourtant valeureuse se brise sur les carrés anglais. A Marengo, le général Desaix combat en civil. A Waterloo le général anglais Picton est lui aussi en vêtements civils. Ils meurent tous deux sur le coup frappé d’une balle. Waterloo devait être l’affaire d’un déjeuner, Marengo passe dans la postérité culinaire avec son « poulet ou veau Marengo ».

Il existe une avenue Marengo en Belgique à Waterloo. A Waterloo, un cheval monté par Napoléon s’appelle… Marengo. 

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Le cheval Marengo qui portait Napoléon à Waterloo.  

Les ailes impériales

Napoléon place son empire sous les ailes en choisissant l’Aigle et des Abeilles. On lui avait proposé   successivement l’aigle, le lion, l’éléphant, le coq, l’abeille. A Sainte-Hélène il réside pendant près de deux mois au pavillon des Briars sous la surveillance de l'amiral Cockburn. Briars se traduit en français par « les églantiers ». Les églantiers que l’on peut lire les Aigles entiers. Cockburn, le premier geôlier avant Lowe se décompose en Cock-coq, l’oiseau et burn qui se traduit par brûler. Le coq à brûler. Le fils de l’aigle est aussi un oiseau, l’Aiglon, qui naît le 20 mars au printemps comme tous les oisillons. Le navire qui ramène les cendres impériales à Paris en 1840, est la « Belle Poule »… Ce sont les coqs gaulois des drapeaux de la garde nationale qui forment la haie depuis Neuilly jusqu'aux Invalides. Etre un aigle, se faire surveiller par un coq (Cokburn) et voyager avec une belle poule, le mystérieux inconnu ironise. 

A Waterloo, les Français vont s’acharner à prendre pied au Mont Saint Jean. Le symbole et surnom de saint Jean l'évangéliste est l'aigle, car selon la légende c’est ce rapace qui lui aurait servi de pupitre lors de son exil sur l'île de Patmos où il rédige l'Apocalypse. Le Mont Saint Jean c’est l’apocalypse de l’Aigle qui écrit le Mémorial sur l’île de Sainte-Hélène. 

Napoléon,Bonaparte,marionnette,Égypte

Les Buttes Chaumont

Une curiosité parisienne nous plonge, par le bec de son rapace, dans le parc des buttes Chaumont qui a la forme d’une tête d’aigle. L’œil du rapace est matérialisé par une île placée au centre du parc. Mais pourquoi avoir choisi ce site et pas un autre ? Les buttes Chaumont sont élevées sur l’ancien dépotoir de Montfaucon. Les contours de cette île se calquent grossièrement sur celui de l’île de Sainte-Hélène. Cette tête de rapace, est un clin d’œil de ses deux concepteurs (Haussmann et Napoléon III) pour rendre hommage à Napoléon Ier. La pupille de l’œil et point culminant de l’île, le grand rocher, est un amoncellement artificiel et naturel de rocs qui donne un caractère sauvage au site. Au sommet de cette élévation s’élève un temple dédié à la Sybille, une prêtresse réalisant des divinations. Elle s’exprimait souvent de manière sibylline, histoire de limiter les possibles contestations. Le point culminant de l’île de Sainte-Hélène est le pic de Diane. Ce piton règne sur un monde minéral et végétal. A Paris, le parc laisse couler une cascade que l’on retrouve, l’empereur l’avait remarqué, à Sainte-Hélène.  

À SUIVRE