Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2014

HISTOIRE ET PARANORMAL

Ces portes étranges qui s’ouvrent sur le passé (2e partie)

Par Jacques Mandorla

Dans notre précédent article, nous avons étudié le cas célèbre et extraordinaire des visions de deux touristes anglaises dans le parc du château de Versailles en août 1901. Voici d’autres exemples de portes du passé, et même du futur, existant en France !

Rappelons que certains lieux semblent avoir enregistré, à jamais, la mémoire d’événements importants, étonnants ou dramatiques qui resurgissent ensuite, à l’identique, bien des années plus tard. Ces lieux particuliers sont désignés sous le nom de « portes du passé » et mettent souvent en scène des êtres à allure plutôt fantomatique.

L’étrange aventure qu’auraient vécu les deux touristes anglaises Charlotte Moberly et Eleanor Jourdain dans le parc du château de Versailles n’est pas la seule porte du passé dans notre hexagone (voir la première partie de cette article). On en trouve beaucoup d’autres, identifiables parce qu’elles ont vu se dérouler de terribles batailles (les témoins disent entendre des chocs d’armures et d’épées, des cris de guerre et des galops de chevaux !) ou parce qu’on voit apparaître des personnages dans leurs habits d’époque.

Voici quelques exemples, classés par ordre chronologique.

 

Préhistoire

Dans la forêt de Juvigny-sous-Andaine (Orne), il est fréquent que des promeneurs ou chasseurs égarés se retrouvent dans une clairière, attirés par les lueurs de grands feux, visibles de loin : des hommes aux mines patibulaires, vêtus de la façon frustre, principalement de peaux de bêtes, se partagent, au milieu des flammes, un immense banquet pris sur une carcasse animale. Ils vivent dans des huttes, plantées autour de la place commune éclairée par un brasier.

Tous ceux qui ont observé un moment cette scène ont pensé être tombés en pleine préhistoire. Or, il se trouve que la forêt d’Andaine, riche en polissoirs, était, à l'époque de l’Âge du bronze, parsemée de petits villages forestiers.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Dans la forêt de Juvigny-sous-Andaine, des promeneurs disent apercevoir parfois des hommes de l'époque préhistorique.

An 52 avant J.-C.

À saint-étienne-du-Vigan (haute-Loire), encore aujourd’hui, des témoins affirment entendre régulièrement des cliquetis d’armes, des galops des chevaux et des cris de soldats semblant provenir d’une bataille dans le ciel.

Or, on se situe sur le lieu exact où une tribu gauloise fut massacrée par l’armée romaine en pleine Guerre des Gaules menée par Jules César (52 avant Jésus-Christ).

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

À saint-étienne-du-Vigan, des témoins disent entendre les fracas d'une bataille entre Gaulois et Romains.

 An 778

À Urepel (Pyrénées-Atlantiques), des deux côtés de la frontière franco-espagnole, des paysans disent percevoir, à dates régulières, les bruits d’armes, les hennissements des chevaux et les hurlements des combattants de la bataille de Roncevaux qui eut lieu le 15 août 778.

C’est au cours de ce combat que mourut, son épée Durandal à la main, le célèbre comte Roland qui dirigeait l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

À Urepel, des gens sont persuadés d'entendre les cris des combattants de la bataille de Roncevaux au cours de laquelle mourut Roland.

 

An 1364

À Auray (Morbihan) eut lieu, le 29 septembre 1364, une terrible bataille entre deux familles rivales de Bretagne : les Blois et les Montfort.

Depuis, des témoins projetés involontairement en pleine guerre de Cent Ans déclarent voir des chevaliers couverts de sang, armes à la main.

Ces vues du passé seraient la cause d’inexplicables décès par crise cardiaque, constatés chez des paysans de la région, retrouvés raides morts au petit matin, dans les sinistres marécages.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

À Auray, des témoins projetés involontairement en pleine guerre de Cent Ans déclarent voir des chevaliers couverts de sang, armes à la main.

An 1573

À Saint-Martin-Lys (Aude), certaines nuits du 15 août, on entend des cloches tinter, puis des chants liturgiques grégoriens s’élever des ruines de l’ancienne abbaye de Lez, les voix étant renvoyées comme des échos par les vieux pans de murailles.

En 1573, l’abbaye fut prise par des huguenots qui en faisaient le siège. C’était au soir du 15 août. Au cours de la nuit, ils massacrèrent les 200 moines dont les corps mutilés furent retrouvés le surlendemain par des paysans au lieu-dit La Plage. Depuis, les vestiges de l’abbaye semblent franchir les barrières du temps à cette date-anniversaire du 15 août.
À la fin du XIXe siècle, l’ingénieur Ernest Cros, un physicien qui habitait la région, passa une partie d'un 15 août dans les ruines. En bon rationaliste, il émit alors l'hypothèse que le phénomène était dû à des « règles physiques inexpliquées ».

 porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

À Saint-Martin-Lys, on entend des chants liturgiques grégoriens s’élever des ruines de l’ancienne abbaye de Lez.

An 1627

À Saint-Martin-de-Ré, sur l’île du même nom, près du vieux pont, une tentative de débarquement de troupes anglaises fut réduite à néant par un terrible combat avec les forces royales et catholiques de Louis XIII, sous le commandement du Cardinal de Richelieu. Ce fut  un épisode historique de la Guerre de Trente ans. 

Depuis, il est arrivé à des riverains, déambulant sur ce pont, de se retrouver soudainement projetés dans cette année-là. Les manifestations perçues sont uniquement sonores : gémissements de mourants et cris de guerre mille fois répétés, comme « Tue ! Tue ! ».

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles    porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

À Saint-Martin-de-Ré, des riverains, déambulant sur le vieux pont, se retrouvent soudainement projetés dans la Guerre de Trente ans.

An 1903

À Clamart (aujourd’hui dans le département des Hauts-de-Seine), en février 1903, un gamin nommé Jean-Louis Clartant vit avec sa mère dans une tour avec un pigeonnier, près de la mairie. Une nuit, il aperçoit dans l’embrasure d’une porte un chevalier en armure, âgé d’environ 50 ans, avec de gros sourcils et d’épaisses moustaches. Il affirme voir son épée déchirer de nombreuses mailles du fichu de sa mère ! Celle-ci n’ayant rien vu est persuadée que c’est son fils qui a abîmé son vêtement.

L’affaire connaît un curieux rebondissement en 1970 : une historienne de Clamart, Germaine Deschamps, fait l’étude généalogique des personnes ayant habité la tour. Elle découvre alors qu’un chevalier y avait vécu entre 1426 et 1451 : un certain Guillaume d’Esprée, Grand fauconnier du Roi de France, habillé comme les Gens d’Armes, ce corps d’élite créé en 1440 par Charles VII dit Le Victorieux. Le pigeonnier existait déjà et servait au chevalier à élever des pigeons pour nourrir ses nombreux invités !

En 1972, la mairie de Clamart n'a d'ailleurs pas hésité à faire apposer une plaque pour célébrer cet événement !

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

La tour avec pigeonnier située à Clamart, a été le siège d'un étrange phénomène en 1903 !

 

An 1925

À Paris s’est déroulée une étrange histoire de porte du passé. Elle a été racontée par l’écrivain Claude Seignolle dans son livre paru en 1969 et intitulé Invitation au château de l’étrange. Jean Romier, étudiant en médecine âgé de 24 ans, profite d’une belle fin d’après-midi de printemps pour aller réviser ses cours sur l’une des chaises des jardins du Luxembourg.  Il est abordé par un vieil homme à redingote du nom d’Alphonse Berruyer. En fin de conversation, le vieillard propose une invitation pour le jeudi suivant, à un petit concert de musique de chambre, donné dans son appartement de la rue de Vaugirard.

Seignolle.jpg

Claude Seignolle a relaté dans son livre "Invitation au château de l’étrange" l'étonnane histoire arrivée à Jean Romier, étudiant en médecine de 24 ans.

Le jeudi suivant, Jean Romier se rend chez Mr Berruyer. Au cours de cette soirée, il a une longue conversation avec un jeune séminariste passionné de musique. Puis, vers 22 heures, le jeune homme salue ses hôtes un à un et descend le bel escalier de l’immeuble. Il n’a fait que quelques pas dehors, lorsqu’il ressent le désir de fumer une cigarette. Il s’aperçoit alors qu’il a oublié son briquet chez Mr Berruyer.

Il remonte l’escalier et sonne. Personne n’ouvre. À force de tambouriner à la porte, le concierge de l’immeuble, alerté, monte. Il répond à Jean Romier qu'il veut parler à monsieur Berruyer : « Monsieur Berruyer ? Connais pas ! Il y a 20 ans que l’appartement est inoccupé ! ». On se retrouve au commissariat du quartier en présence d’un certain Mr Mauger, propriétaire de l’appartement en question. Le récit du jeune homme, pris pour un cambrioleur, étonne tout le monde. En réalité, Mr Berruyer était un aïeul de Mr Mauger et il a bien occupé l’appartement, mais il était mort depuis plus de 20 ans !

On se décide finalement à ouvrir les portes de l’appartement : les sols sont couverts de poussière. Sur un meuble, une photographie : Jean Romier reconnaît le jeune séminariste avec lequel il avait pris tant de plaisir à discuter ! Mr Mauger lui répond du tac au tac : « Cela m’étonnerait beaucoup que vous ayez pu parler avec lui ce soir : c’était mon grand-oncle et il est mort en Afrique où il était missionnaire ! ». Jean Romier n’en revient pas : « Mais il y a à peine 3 heures, nous étions là, au bord de cette cheminée, à causer en fumant ». Tout en disant cela, il s’approche du tablier de marbre de la vieille cheminée, le bras tendu : là, il voit son briquet… couvert de poussière !

 

An 1951

À Puys (Seine-Maritime), le 4 août 1951, Dorothy et Agnès Norton, deux Anglaises (encore !) en vacances près de Dieppe, disent avoir entendu à 4 heures du matin « des cris, des rafales d’armes à feu, des bruits d’avion, des explosions d’obus » provenant de la plage.

Neuf ans plus tôt, le 19 août 1942, eut lieu à cet endroit l’opération Jubilée, répétition du débarquement de 1944, qui impliqua 3 bataillons canadiens et un commando de la Marine Royale britannique. Le bilan fut terrible : 1 200 morts et 2 500 blessés.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Faut-il croire aux portes du futur ?

À côté des portes du passé qui projettent des témoins dans de surprenantes batailles historiques, il existerait aussi des portes laissant entrevoir l’avenir.

La plus étonnante serait située à Crussol, près de Saint-Péray, en Ardèche. Et, insigne honneur, elle a été expérimentée par Bonaparte en personne, lequel confia un jour dans les salons des Tuileries son témoignage à une comtesse qui écrira un livre intitulé Mémoires de Madame de Rémusat 1802-1808, retraçant la vie à la Cour au temps de Napoléon Ier.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Bonaparte confia, un jour, à la comtesse de Rémusat avoir,  jeune sous-lieutenant, pénétré une porte du futur dans les ruines du château de Crussol en Ardèche.

 

En 1786, Bonaparte vient d’être reçu sous-lieutenant. Il n’a que 17 ans et est alors affecté au régiment d’artillerie de La Fère basé à Valence. Un jour de permission, il visite le château en ruines de Crussol, construit au XIIe siècle par un seigneur local nommé Gérald Bastet. Intrigué par une étonnante fenêtre ovale en forme d’œil-de-boeuf, le jeune caporal escalade le mur et se réfugie à l’intérieur de cette ouverture pour méditer.

Des années plus tard, il a affirmé avoir alors vu défiler des images très nettes des futures grandes batailles de sa Campagne d’Italie et d’une grandiose cérémonie de sacre dont il serait le héros et dans laquelle il figurait, tenant entre ses mains un sceptre et une boule représentant le Monde. Puis un violent orage a éclaté au-dessus des ruines, effaçant brusquement toutes ces visions.

Napoléon, très superstitieux, pensait que ce trou de Crussol était l’un de ces yeux ouverts en permanence, dans lesquels peuvent s’entrevoir les grands moments de l’avenir.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Ruines du château de Crussol : on aperçoit l'oeil-de-boeuf ovale dans lequel Bonaparte s'est installé, voyant alors - dira-t-il - défiler des images très nettes de son avenir.

08/08/2014

HISTOIRE ET PARANORMAL

Ces portes étranges qui s’ouvrent sur le passé (1ère partie)

Par Jacques Mandorla

Certains lieux semblent avoir enregistré, à jamais, la mémoire d’événements importants, étonnants ou dramatiques qui resurgissent ensuite, à l’identique, bien des années plus tard. Ces lieux particuliers sont désignés sous le nom de « portes du passé » et mettent en scène des êtres à allure fantomatique.

Dans l’Antiquité grecque, le site de la bataille de Marathon(qui eut lieu en 490 avant notre ère), situé à 40 km au sud d’Athènes, était déjà réputé constituer une porte vers le passé. À date régulière, des témoins ont dit se retrouver transportés en pleine bataille entre Grecs et Perses.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Le site de la bataille de Marathon (qui eut lieu en 490 avant notre ère), situé à 40 km au sud d’Athènes, serait une "porte du passé".

 

L’exemple le plus spectaculaire de ce phénomène s’est, de l'avis de beaucoup de spécialistes, passé en France pendant l'été de l'année 1901.

 

Versailles, porte royale vers le passé ?

Le poète Jean Cocteau écrivit dans la préface du livre Les fantômes de Trianon paru en 1959 : « Si, un jour, les avions volaient à la vitesse de la lumière, ils atteindraient un univers dont une porte s’est ouverte par erreur le 10 août 1901 pour Miss Moberly et Miss Jourdain ».

Il faisait allusion à un phénomène extraordinaire qui s’était passé, au début du XXe siècle, au château de Versailles. Ce jour-là, dans l’après-midi, deux touristes anglaises Charlotte Moberly et Eleanor Jourdain ont décidé de visiter le célèbre château.

Charlotte Moberly (1846-1937) est la fille d’un responsable de l’Église d’Angleterre. Âgée de 55 ans, elle exerce la fonction de principale d’un collège de filles à Oxford. Elle vient juste de recruter comme adjointe Eleanor Jourdain (1863-1924), âgée de 38 ans. En août 1901, les deux amies décident d'aller visiter la France et, plus particulièrement, le château de Versailles.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles  porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles 

Les deux Anglaises Eleanor Jourdain (à gauche) et Charlotte Moberly affirment avoir vécu une étrange aventure en août 1901 dans le parc du château de Versailles.

 

Au cours de leur visite, elles se dirigent vers le Petit Trianon, sans connaître le bon chemin. Le temps est couvert. Elles ont alors l’impression de pénétrer dans un univers qu'on qualifierait aujourd'hui de virtuel. Elles disent avoir aperçu une femme en train de secouer une nappe blanche et deux jardiniers qui conversent près d’une brouette, tous habillés en tenues d'époque royale.

Les deux visiteuses ressentent une impression grandissante d’inquiétude. Le paysage leur paraît irréel, semblable à une tapisserie.

Près d’un petit kiosque, un homme arrive en courant et leur dit : « Mesdames, il ne faut pas passer par là. Par ici, cherchez la maison ». Plus loin, effectivement, apparaît la maison, le Petit Trianon : sur le devant, une dame semble lire : ses cheveux sont blonds et elle est coiffée d’un chapeau de paille : elle ressemble étrangement à Marie-Antoinette. Les deux touristes anglaises se sont-elles réellement retrouvées face à la Reine, remontant le temps jusqu’en 1789 ?

Puis, un jeune homme leur demande de le suivre. Elles quittent alors les jardins de Trianon.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Le deux Anglaises se dirigent vers le Petit Trianon, sans connaître le bon chemin. Elles ont alors l’impression de pénétrer dans un univers qu'on qualifierait aujourd'hui de virtuel.

 

Miss Jourdain retournera, seule, à deux reprises sur les lieux. Cinq mois plus tard, le 2 janvier 1902, elle dit avoir vu deux hommes vêtus de tuniques qui remplissent une charrette de fagots, puis avoir entendu des voix de femmes alors qu’en même temps retentit une étrange musique. Elle y retourne 6 ans et demi plus tard, pour la troisième fois : le 12 septembre 1908, elle assiste à la dispute de deux femmes.

Charlotte Moberly et Eleanor Jourdain ont raconté leur étrange histoire dans un livre intitulé An adventure dont la première édition parut à Londres en 1911. L’édition française, sortie en 1959 et préfacée par Jean Cocteau, a pour titre Les fantômes de Trianon.

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

Marie-Antoinette en chemise (portrait peint en 1783 par Elisabeth Vigée Le Brun). Sur ce tableau, elle porte un chapeau de paille comme celui décrit par les deux Anglaises.

 

Hasards curieux ou analogies troublantes

Différents faits ont été notés par les chercheurs en paranormal. Ainsi, un petit kiosque avait été prévu dans le nord du jardin par Antoine Richard, le jardinier de Marie-Antoinette. Ce kiosque figure sur un plan soumis en 1774 par celui-ci, mais n’a jamais réalisé. Pour le chercheur Robert Amadou : « Il semblerait que les demoiselles eussent pris connaissance des projets déçus du jardinier, plutôt que de la réalité historique du passé ».

Par ailleurs, un autre chercheur, Guy Lambert, remarque qu’elles n’ont pas signalé des éléments appartenant au Petit Trianon de 1789, comme le Jeu de Bague ou le Belvédère : ne serait-ce pas plutôt l'édifice de 1774 qu’elles auraient visité ? En effet, si l’on porte sur un plan des jardins du Petit Trianon les divers épisodes de l’aventure, ceux-ci se concentrent alors autour de la maison du jardinier Antoine Richard.

Toutefois, il semble qu’un pavillon correspondant au signalement du kiosque existait réellement en 1774. Les Anglaises auraient donc vu le Trianon de 1774, et il ne serait pas nécessaire d’invoquer un rêve de jardinier.

 

Quand les apparitions se succèdent à Versailles

Étrangement, depuis 1901, ce phénomène n’a cessé de se reproduire dans le Parc du château de Versailles : 1908 (la famille Crooke aurait rencontré, par deux fois, une femme en train de dessiner), 1928, 1935, 1937, 1938, 1949, 1955 (le 21 mai, un avoué londonien et son épouse disent avoir croisé, dans une allée du parc, une femme en robe jaune et deux hommes avec des vêtements du XVIIIe siècle).

Comme la plupart des témoignages proviennent de sujets de sa gracieuse Majesté, on peut se demander si ces derniers ne seraient pas plus sensibles que les autres à la présence de fantômes !

L’écrivain français Jean-Jacques Barloy a tenté une analyse statistique des divers témoignages. Des constantes reviennent souvent : une femme, des hommes en tricornes, une atmosphère chargée d’électricité, des témoins oppressés. Il a, de plus, recueilli plusieurs témoignages contemporains inédits : une visiteuse de Trianon aperçoit, parmi les arbres, une femme en robe longue avec une ombrelle (printemps 1965). Une autre voit des vitrines pleines de perruques. Deux dames remarquent des femmes avec des chapeaux en forme de bateaux et les retrouvent ensuite, très ressemblantes, sur un tableau. Des dizaines de visiteurs aperçoivent des lumières qui éclairent le théâtre et se déplacent. Un témoin voit, d’une chambre de Trianon, des femmes en robes de cour qui dansent...

 

Tentatives d’explication

De très nombreuses hypothèses ont été formulées pour cet étrange phénomène qui se serait déroulé dans le parc du château de Versailles. Voici les 8 principales.

Hypothèse n°1 : les deux Anglaises auraient monté un canular. Celui-ci aurait tellement bien fonctionné qu’elles ne purent dire la vérité ensuite, d'une part pour ne pas se ridiculiser et d'autre part afin de ne pas freiner les ventes de leur livre An adventure qui obtint un grand succès en librairie.

Hypothèse n°2 : elles auraient rencontré des personnages costumés en train de répéter l’une animations des fêtes que le comte Robert de Montesquiou-Fezensac donnait à l’époque dans le parc de Trianon. Cependant, après vérification, aucune fête n’a eu lieu ce jour-là à Versailles.

Hypothèse n°3 : il s’agirait d’une hallucination ou plutôt d’une mislocation, c’est-à-dire d’une fausse localisation des objets à la suite de perceptions confuses et d’interprétations erronées. Les deux demoiselles auraient vu des objets ou des personnages réels, mais elles auraient ensuite tout embrouillé, peut-être sous l’effet d’un repas trop arrosé. Pourtant, on peut objecter que le décor décrit par elles diffère vraiment trop de celui de 1901.

Hypothèse n°4 : il s’agirait d’un rêve éveillé. En 1954, Léon Rey, archiviste paléographe, attire l’attention sur un point important et fort étrange du récit de Miss Jourdain et de Miss Moberly : la description du kiosque. Ce kiosque ne correspond à aucun bâtiment existant en 1901, mais on sait qu’un kiosque avait été prévu dans le nord du jardin par Antoine Richard, le jardinier de Marie-Antoinette, puisqu’il figure sur un plan soumis en 1774 par celui-ci, mais ne fut jamais réalisé.

Hypothèse n°5 : il s’agirait d’un rêve fait par Marie-Antoinette et perçu télépathiquement par les deux Anglaises. Miss Jourdain et Miss Moberly ont peut-être capté un rêve, non pas celui d’un jardinier, mais celui de Marie-Antoinette. Cette hypothèse est de Miss Moberly elle-même. Le dernier chapitre de leur livre, écrit par elle seule, est intitulé Une rêverie. Miss Moberly s’intéresse à ce qui s’est passé le 10 août 1792. Ce jour-là, 109 ans jour pour jour avant qu'elles ne se rendent à Versailles, eut lieu un étrange événement historique : Louis XVI, Marie-Antoinette et d’autres membres de la famille royale entrent, de bonne heure le matin, dans la salle où est réunie l’Assemblée législative. À l‘extérieur, au-delà des grilles, la foule hurle des menaces à l’encontre du roi. L’Assemblée ne permet pas à la famille royale de se placer à l’endroit qui lui est normalement dévolu, mais la refoule dans une sorte de réduit plutôt inconfortable : elle y restera jusqu’à dix heures du soir. Louis XVI a droit à un repas, mais on ne sait si c’est le cas de la reine.

Hypothèse n°6 : on serait en présence d’une connaissance paranormale. Miss Jourdain et Miss Moberly auraient pu avoir bénéficié d'informations sur les jardins de Trianon à la suite d'une relation télépathique avec une personne ayant eu accès à des documents historiques.

Hypothèse n°7 : certains radiesthésistes estiment que Versailles serait un site fortement chargé en énergie. Le château serait alors le théâtre de phénomènes surnaturels car des courants telluriques y parcourraient le sol. Des chercheurs se demandent d’ailleurs si ce n’est pas la connaissance de l'existence de telles particularités qui aurait incité Louis XIV à choisir Versailles comme capitale royale.

Hypothèse n°8 : cette porte du temps serait explicable par la théorie de la relativité d'Einstein

porte,passé,einstein,seignolle,napoléon,marie-antoinette, anglaises,Moberly,Jourdain,Trianon,Versailles

« Ces dames ont trébuché dans le temps » aurait dit Albert Einstein en évoquant l’étrange aventure des deux Anglaises à Versailles, après avoir émis sa théorie de la relativité quatre ans plus tard, en 1905.

Selon le célèbre physicien, il est en effet théoriquement possible, pour les deux Anglaises de voir Marie-Antoinette se promener dans les jardins de Versailles en 1789, à condition de se situer dans l’espace à 112 années-lumières de la Terre et de regarder vers celle-ci avec un puissant télescope : elles y verraient alors les images d’événements ayant eu lieu 112 ans auparavant !

Il s’agit là du thème de l’univers parallèle qui intéresse les physiciens, les romanciers et les cinéastes. Nous vivons dans un univers à quatre dimensions : la longueur, la largeur, la hauteur et le temps. Les trois premières peuvent être parcourues dans les deux sens. Le temps, lui, ne peut l’être que dans un sens seulement et à une vitesse constante. On peut donc imaginer un autre univers, un autre espace-temps, où le temps pourrait, lui aussi, être parcouru dans les deux sens et à vitesse variable.

Supposons que ces deux univers - comparables à deux trains roulant sur des voies parallèles - entrent parfois en collision, et que des portes s’ouvrent alors, permettant de passer de l’un à l’autre. On appelle ces portes des « points de conjonction spatio-temporels ».

Emboîtant le pas d’Einstein, plusieurs physiciens n’hésitent pas aujourd’hui à affirmer que les fameux trous noirs de l’espace, ces masses de matière dense qui aspirent les étoiles, pourraient parfaitement jouer le rôle de portes du passé.

À SUIVRE

Dans le prochain article, nous verrons qu'il existe beaucoup d'autres portes du passé en France… et nous évoquerons aussi l'existence de la porte du futur qui s'ouvrit devant les yeux de Bonaparte, jeune caporal de 17 ans, dans les ruines du château de Crussol !