Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2014

TÉLÉPATHIE-1

La télépathie,

étonnante faculté paranormale

(1ère partie)

 Par Jacques Mandorla

Auteur du livre "66 tests pour développer vos capacités paranormales"

(Éditions Trajectoire)

test,livre,66,trajectoire,capacités paranormales,développer

Le mot télépathie (du grec télé, à distance et pathos, ce qu'on éprouve) est utilisé pour évoquer la communication à distance par la pensée. Dans le langage courant, on utilise plus souvent l'expression "transmission de pensée".

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée

Ce terme est apparu relativement récemment dans notre langue (1882), venant directement de l'anglais telepathy, mot créé par un chercheur célèbre, Frederic Myers (1843-1901), l'un des fondateurs de la Society for Psychical Research (S.P.R.), la fameuse Société de Recherche Psychique anglaise.

Pour Myers, "la télépathie est une communication des impressions d'un esprit à un autre esprit, en dehors des voies sensorielles connues.

Pour sa part, le docteur Alexis Carrel, auteur du best-seller "L'homme, cet inconnu", a donné une définition de la télépathie très personnelle et imagée : "L'homme peut se prolonger dans l'espace de façon plus positive encore. Au cours des phénomènes télépathiques, il projette instantanément au loin une partie de lui-même, une sorte d'émanation, qui va rejoindre un parent ou un ami. "

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée       télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée

Deux personnalités qui se sont intéressées à la télépathie : l'Anglais Frederic Myers (à gauche), l'un des fondateurs de la Society for Psychical Research et le Français Alexis Carrel, auteur du best-seller "L'homme, cet inconnu",

 

La télépathie s'intéresse donc essentiellement à la communication privilégiée entre l'émetteur d'un message télépathique (appelé l'agent) et le récepteur (appelé percipient).

Assez vite, on s'est demandé si la télépathie n'était pas constituée par des ondes invisibles à l'image des ondes radio ou des ondes radar. Certains se mirent même en tête de prouver l'existence d'un rayonnement entre l'agent et le percipient. Sans succès et à la grande joie des scientifiques. Ainsi, le plus grand physicien de tous les temps, Albert Einstein, ne croyait pas du tout à la télépathie pour la simple et bonne raison, disait-il, qu'elle défiait les lois fondamentales de la physique. Il ne pouvait concevoir, en effet, que la télépathie ne soit pas affectée par la distance existant entre l'agent et le percipient. Car cela était en totale contradiction avec la loi selon laquelle l'énergie s'affaiblit inexorablement avec la distance.

Entre les deux guerres mondiales, les recherches en matière de télépathie les plus avancées étaient faites en France, grâce aux travaux du docteur Eugène Osty, de René Warcollier et du docteur Claude Richet. Ce dernier a beaucoup travaillé avec le même télépathe : l'ingénieur Stéphan Ossowiecki qui possédait le pouvoir étonnant d'indiquer pratiquement tout le temps, sans erreur, le contenu exact de phrases ou de dessins inscrits sur des papiers mis dans des enveloppes cachetées.

Voici un exemple d'expérience effectuée sur Ossowiecki à Varsovie en 1922. On lui remit une lettre cachetée sous double enveloppe et dont le texte avait été préalablement lu par le docteur Richet qui s'efforçait, au cours de la séance, de le transmettre par télépathie à Ossowiecki.  Au bout de sept minutes, Ossowiecki se mit à parler : "Dans cette lettre, on parle du docteur Richet. Il est dit que son génie est aussi grand que son coeur. La personne qui a écrit cette lettre a signé de son nom et de son prénom ". Lorsqu'on décacheta les deux enveloppes, on trouva le texte suivant : "Le professeur Charles Richet est aussi émouvant par les qualités sublimes du coeur que par son génie scientifique. Signé Anna de Noailles ".

 

L’étonnant Wolf Messing

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée 
Le polonais Wolf Messing réussit une expérience de télépathie qui étonna (et concerna personnellement) Albert Einstein !

L'un des plus grands télépathes de ce siècle fut probablement le polonais Wolf Messing. Alors qu’il n’avait que 16 ans, en 1915, il faisait des expériences devant les plus grandes personnalités mondiales de l'époque. Ainsi Albert Einstein lui-même l'invita à Vienne dans son appartement. Il avait invité aussi son grand ami, le père de la psychanalyse : Sigmund Freud. Ce dernier proposa à Messing de faire une expérience télépathique dans laquelle lui, Freud, tiendrait le rôle d'émetteur. Messing accepta et reçut l'ordre mental de Freud lui indiquant d'aller dans la salle de bains prendre une pince à épiler, avec laquelle il devait arracher des poils de la moustache d'Albert Einstein ! Ce qu'il exécuta parfaitement et fit éclater de rire l'inventeur de la théorie de la relativité.

En 1927, Messing se rendit en Inde où il rencontra le mahatma Gandhi. Ce dernier, connaissant les capacités télépathiques de Messing, lui suggéra mentalement l'instruction de prendre la flûte qui était sur la table de son bureau et de la donner à une des personnes présentes dans la pièce. Ce que fit Messing. L'homme qui reçut la flûte se mit à en jouer devant l'assistance. Tout à coup, un panier posé sur le sol commença alors à bouger et un cobra menaçant en sortit, se balançant au rythme lancinant de la musique émise par la flûte !
En 1937, Messing prédit dans un journal allemand qu'Hitler mourrait s'il osait s'aventurer un jour à l'Est de l'Europe. Cette prophétie eut pour conséquence d'irriter fortement le führer... qui mit la tête du télépathe à prix pour 200 000 marks !

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée

Stalina exigea de Wolf Messing qu'il utilise ses dons de télépathe... pour réaliser un hold-up réel dans une banque de Moscou !

 

En 1939, fuyant la terreur nazie, Messing s'enfuit en Russie où il rencontra l'année suivante Joseph Staline. Le dictateur, au courant de ses pouvoirs télépathiques, lui fit faire plusieurs expériences particulièrement difficiles, pour ne pas dire impossibles. L'une consista à pratiquer un véritable hold-up dans une banque de Moscou, uniquement par la puissance de son esprit. Messing présenta au caissier une feuille de papier blanc, tout en ordonnant mentalement de lui remettre 100 000 roubles. Selon les deux fonctionnaires de police désignés par Staline pour contrôler l'expérience, le caissier donna réellement les 100 000 roubles à Messing... qui lui rendit quelques secondes après l'expérience, déclenchant un malaise cardiaque, heureusement non mortel, chez le caissier !

Autre expérience exigée par Staline : Messing devait pénétrer dans la datcha du dictateur à Kuntsevo, sans laissez-passer et malgré la présence de très nombreux gardes entourant sa maison de campagne et rendant impossible toute entrée sans autorisation. Messing réussit pourtant à pénétrer dans la datcha et à surprendre Staline dans son bureau. Il commenta sa réussite en expliquant  qu'il avait suggéré mentalement aux gardes : "Laissez-moi passer, je suis Beria !"(Beria était le chef de la police secrète de Staline, régulièrement invité dans sa datcha). L'ordre télépathique envoyé aux gardes avait parfaitement fonctionné alors que, physiquement, Beria et Messing n'ont aucune ressemblance !

Toutes ces expériences réussies permirent à Messing d'être totalement protégé par Staline et de pouvoir bien gagner sa vie en faisant librement, sur le territoire soviétique, des spectacles où il présentait son art télépathique.

Certains historiens sont persuadés qu'en échange de cette surprenante liberté accordée en pleine dictature, Messing a pratiqué des actions secrètes de télépathie, au profit de Staline, dans les domaines politique ou militaire.

 

Wolf Messing : télépathe ou illusionniste ?

Ranky, créateur du Comité illusionniste d’expertise et d’expérimentation des phénomènes paranormaux (CIEEPP), co-fondateur de ce blog et auteur, entre autres, de "l'Encyclopédie du Mystère" (Editions Trajectoire), nous dévoile la vérité sur Wolf Messing.

C’était un illusionniste dont on connaît bien le parcours. Né près de Varsovie en 1899, il débute sa carrière de magicien dans un cirque puis est engagé dans une  troupe d’artistes où il est remarqué par l’agence Goskoncert.

Il met alors au point un numéro de télépathie dont il révèle à un journal, à quelques confrères magiciens et à l’Académie de médecine de Russie  une partie de la technique en ces termes : « Il ne s’agit pas de lecture de la pensée mais plutôt, si je peux m’exprimer ainsi, de lecture des muscles... Lorsque quelqu’un pense intensément à quelque chose, les neurones envoient des impulsions à tous les muscles de l’organisme. Leurs mouvements, insensibles pour un oeil non averti, peuvent aisément être ressentis par les miens. Souvent je parviens à lire les pensées sans aucun contact. Dans ce cas, c’est la fréquence de la respiration, le battement du pouls, le timbre de la voix, l’aspect de la démarche…, qui me servent d’indice... ».

Wolf Messing initia sa femme Aida Mikhailovna, qui l’accompagna un temps dans ses prestations, puis il employa de 1961 à 1974 un assistant magicien nommé Ivan Ovskaya. 

Par contre, les “exploits” décrits dans les journaux et magazines sont bien réels, considérés comme des capacités télépathiques authentiques par les tenants du “surnaturel” et des numéros de music-hall par ses confrères illusionnistes.

Messing avait atteint une très grande notoriété en se produisant devant des sommités politiques alors qu’une multitude de magiciens faisaient la même chose en donnant leur spectacle dans les cirques et les foires. Il est d’ailleurs fort possible que les pontes de l’époque aient été abusés car le talent de cet homme était immense.

 

Les expériences de Messing expliquées par le Cumberlandisme

Wolf Messing employait une technique nommée « Cumberlandisme », terme venant du nom de Stuart Cumberland (1857-1922), un magicien anglais s’étant intéressé le premier à cette méthode de “divination”.

Voici une explication simplifiée de cette technique demandant évidemment un long entraînement. L’illusionniste sort de la salle où a lieu l’expérience. L’auditoire se met d’accord sur le choix d’une des cartes retournées sur la table, par exemple la dame de carreau. L’illusionniste rentre dans la salle. Il place en face de lui le spectateur qui a montré la carte choisie à l’auditoire, puis retourne toutes les cartes. « Voici la carte choisie ! » dit-il en désignant la dame de carreau. Pour le spectateur, c’est la télépathie qui a permis de retrouver la carte. Tout trucage paraît impossible sauf en cas de compérage. Or, il n’y a pas de compère. Il n’y a pas de télépathie non plus. L’illusionniste observe le témoin et détecte le moindre signe physique quand il retourne la bonne carte : mouvement des lèvres, relâchement dans la position d’une main, sursaut musculaire ou nerveux…, un signe imperceptible que l’illusionniste peut aussi détecter chez les témoins de l’expérience et qui est provoqué au moment précis où la dame de carreau dans notre exemple est retournée : une jambe qui remue, un visage qui se modifie, une tête qui bouge et tout signe inconscient d’approbation du résultat positif.

Il est à noter que le sujet, et même l’auditoire presque entier, adoptent la plupart du temps des visages impassibles et une immobilité corporelle car ils s’efforcent de mettre l’illusionniste dans l’impossibilité de deviner quoi que ce soit. Cette attitude pourrait faire penser, à juste titre, qu’ils ont une petite idée de la technique pouvant être employée. En réalité, ils jouent en faveur de l’illusionniste : plus ils veulent demeurer immobiles, plus les signes seront nets pour l’expérimentateur. Ce sont donc les mouvements involontaires inconscients qui permettent de lire dans la pensée.

Ces expériences peuvent aussi se faire par contact musculaire. La méthode permet de retrouver des objets dissimulés (voir le test n°3 que nous vous proposons dans notre 3e article). Si elle est effectuée par un illusionniste, ce dernier tient alors la main du spectateur et c’est ce spectateur qui le guide inconsciemment vers la cachette par de légers mouvements de ses muscles : hésitations, résistance, tressaillements, doigts qui bougent,… finissent par désigner l’endroit choisi.

 

Les scientifiques et la télépathie

Nous avons déjà signalé qu'entre les deux guerres, la France a sans doute été le pays le plus en avance sur les travaux concernant la télépathie, grâce, entre autres, aux recherches du docteur Claude Richet, de René Warcollier et d'Eugène Osty.

Le docteur Eugène Osty, qui fut le président de l'Institut Métapsychique de Paris et l'auteur de La connaissance supranormale, a fait beaucoup d'expériences dans les années 1920 et 30 sur des sujets aux fortes facultés parapsychologiques comme, par exemple, Pascal Forthuny et Jeanne Laplace.

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée

Le docteur Eugène Osty, qui fut le président de l'Institut Métapsychique de Paris, a fait beaucoup d'expériences sur la télépathie dans les années 1920 et 30.

Il a résumé le fruit de ses recherches sur la télépathie en 4 conclusions principales :

1) Ce phénomène est indépendant de la distance entre les deux sujets (il est curieux de noter que, cinquante ans plus tard, on a revérifié cette donnée, lors de l'expérience de télépathie qui eut lieu en 1971 au cours du vol spatial Apollo 14 : l'astronaute Edgar Mitchell essaya de transmettre, avec succès semble-t-il, alors qu'il était en orbite autour de la Lune, les symboles des cartes de Zener (voir le principe de ces cartes dans la troisième partie) à quatre sujets récepteurs sélectionnés, résidant sur Terre.

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée

Une expérience de télépathie aurait eu lieu en 1971 avec l'astronaute Edgar Mitchell servant d'émetteur, au cours du vol spatial Apollo 14.

 

2) Les facultés psy sont sujettes à des "éclipses". Ainsi, un choc émotionnel peut faire apparaître ou disparaître cette faculté chez un individu.

3) Les états affectifs se transmettent beaucoup plus facilement que les idées intellectuelles.

4) Il existe une complémentarité affective très forte entre l'émetteur (agent) et le récepteur (percipient).

Par contre, pour l'ingénieur français René Warcollier, mort en 1962, "le subconscient peut être considéré comme contenant fréquemment le message télépathique exact. A peu près comme un cliché non développé contient une photographie et que, lors du développement par le révélateur, c'est-à-dire lors de l'émersion dans le conscient, le message se déforme par un mécanisme analogue à celui de l'illusion ".

René Warcollier, encouragé par le docteur Osty, a beaucoup travaillé sur la télépathie expérimentale, employant systématiquement des batteries d'agents et de percipients afin d'obtenir des statistiques les plus fiables possibles.

Ces recherches ont été centrées sur la télépathie sensorielle et surtout sur la télépathie visuelle car pour Warcollier "les images spontanées qui apparaissent dans l'esprit d'un percipient sont aussi involontaires que ses mouvements musculaires. Cela m'a semblé plus approprié à ma recherche particulière : détecter une image déterminée et surtout une sensation visuelle."

À travers ses recherches, René Warcollier s'est rendu compte d'un fait essentiel : si les expériences se faisaient dans un climat sympathique, ses sujets obtenaient des résultats nettement meilleurs. Ainsi, le taux de succès des tests télépathiques passa de 6% à 35% lorsqu'il améliora l'ambiance des conditions d'expérimentation !

Voici ci-après le résultat d’un test réalisé par deux télépathes de René Warcollier :

télépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de penséetélépathie,Zener,Rhine,Einstein,Warcollier,Richer,Osty,Nautilus,Staline,Messing,Karpov,Kasparov,jumeaux,mère,transmission de pensée

À gauche, l'image envoyée par l'émetteur et, à droite, le dessin exécuté par le récepteur du message télépathique.

Dans le prochain article, nous évoquerons les relations télépathiques étonnantes mère/enfant d'une part, et entre jumeaux d'autre part.

À SUIVRE

13/04/2014

C'EST QUOI LE PSI ?

C’est quoi le Psi ?

Par Ranky

Auteur de "Encyclopédie du Mystère"

(Éditions Trajectoire)

mystere,encyclopédie,paranormal

 J'y crois, j'y crois pas, telle n'est pas la question.

La question est de savoir.

"Psi" est la 23ème lettre de l’alphabet grec sous laquelle sont répertoriés les phénomènes que l’on est incapable d’expliquer rationnellement.
Les scientifiques ne valident une expérience que si elle est reproductible à volonté. Par exemple, dans le tour de la fumée de cigarette projetée à l’intérieur d’un bocal en verre obturé, la réaction chimique utilisée pour produire l’effet “magique” fonctionne à tous les coups. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène Psi.
Cependant, un effet non reconnu par la science peut tout de même être bien réel. Ce n’est pas parce qu’une chose est inexpliquée qu’elle n’existe pas. L’inexpliqué d’hier est souvent expliqué aujourd’hui. De même, l’inexplicable d’aujourd’hui sera peut-être expliqué demain.
Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à ces pratiques “sulfureuses”, un maximum de personnes, chacune imprégnée de sa propre “bonne foi”, ont fait barrage à mes tentatives de recherches et même à  de simples tentatives d’explication :
1) Les margoulins des sciences occultes, jouant sur la crédulité humaine, furieux de mon intrusion dans leur domaine commercial.
2) Les inconditionnels des sciences occultes, toujours prêts à avaler n’importe quelle niaiserie.
3) Une majorité de scientifiques pas toujours très rationnels, qui refusent systématiquement d’étudier ces phénomènes inexpliqués appelés Psi. Déjà que dans leur propre domaine de recherche les apriorismes sont prédominants :
BOEING 747 Photo Wikipédia.jpg- Les plus lourds que l’air ne voleraient jamais en regard de la pesanteur qui plaque  tout sur la terre. Il n’avaient, apparemment, même pas observé les oiseaux qui sont bien des plus lourds que l’air, enfin, me semble-t-il ?

 


PHONOGRAPHE.jpg

 

 

- Le premier phonographe était un canular : il y avait un ventriloque dans la salle.

Les précurseurs sont presque toujours écartés :

Jean Rostand

JEAN ROSTAND.jpg- Jean Rostand, auteur de recherches sur la parthénogénèse expérimentale, fut copieusement décrié. Il disait : "Les pouvoirs de la science nous créent plus de soucis qu’ils ne nous apportent de lumières…".

 

 

William Harvey

WILLIAM HARVEY.jpg- Le médecin anglais William Harvey fut conspué lorsqu’il découvrit la circulation sanguine.

 

 

 

 

Ignaz Philipp Semelweis

Ignaz Philipp Semelweis.jpg- Le pouvoir désinfectant de l’eau de javel, donc l’invention de l’antisepsie, découvert par Ignaz Philipp Semelweis valut à ce docteur en obstétrique, d’être la risée de la communauté médicale pendant cinquante ans.

 

 

 

DES DÉCOUVERTES SUSPECTES
Mais le progrès continue et chaque siècle apporte de nouvelles hypothèses ou découvertes, quelquefois plus ou moins suspectes. Et la suspicion perdure, comme au Moyen Âge ! Avec, aujourd’hui encore, des dossiers controversés. Nous verrons pourtant un jour que l’homme invisible, comme dans les films de science fiction, deviendra une réalité scientifique.

JACQUES BENVÉNISTE, UN EMPÊCHEUR DE TOURNER EN ROND
 Le docteur Jacques Benvéniste pratiquait la réanimation à une époque où cette spécialité balbutiait encore, prouvant ainsi son esprit novateur, avant de découvrir l’activité de molécules mises en mémoire dans l’eau, et ses écrits mettront en fureur la communauté des biologistes.

LA MÉMOIRE DE L’EAU
Cette découverte concernant la lutte contre les allergies est pourtant d’une importance capitale pour la santé publique. 
Que pensez-vous qu’il arriva à notre homme visionnaire ? À cause de ses recherches “bizarroïdes”, Benvéniste fût relégué au rang de marginal, ses budgets  de recherches réduits, de même que son équipe et ses locaux. On le cantonna dans une baraque préfabriquée pour y attendre sa retraite, et surtout pour l’obliger à abandonner sa méthode expérimentale afin de ne plus perturber les “fonctionnaires de la recherche” par ses découvertes fumeuses.

Jacques Benvéniste dessiné par Patrice Serre. Photo Science-Frontières.
JACQUES BENVENISTE 1935-2005.jpg
Rabroué, insulté, il n’en continua pas moins ses recherches jusqu’à son décès précipité par ces barbaries et autres tortures morales.
Je traiterai ce dossier de “La mémoire de l’eau”, toujours considéré par la gent scientifique comme une aberration de l’esprit, donc classé Psi, dans un prochain article.
Dans le domaine de la recherche médicale, par exemple, il faut souvent attendre des décennies, et même parfois plus d’un siècle, pour enfin valider certaines techniques, et de surcroit se les approprier en vertu d’une monopolisation moyenâgeuse, au point de poursuivre pour exercice illégal de la médecine, les utilisateurs précédents et même les inventeurs de ces découvertes. Citons des méthodes aujourd’hui parfaitement fiables comme le magnétisme, l’hypnose médicale, l’acuponcture, et plus récemment l’homéopathie, l’ostéopathie, la phytothérapie, pour ne citer que celles-là.

4) Une majorité d’illusionnistes, estimée à l’époque à 97%, dont j’étais devenu dès les années 1970, la bête noire.
Sans être classé “Suppôt de Satan”, la plupart voyaient en moi un complice des voyous de la parapsychologie, même ceux qui ne se gênaient pas pour vendre des horoscopes lors de leurs séances de prestidigitation. Un comble !

Il n’est pas nécessaire d’être voyant pour deviner les difficultés engendrées par ces quatre catégories d’individus auxquelles ont pouvait encore ajouter une certaine presse.

Mais revenons à notre question : c’est quoi le Psi ?
La parapsychologie, appelée aussi métapsychique, est l’étude scientifique des phénomènes réputés paranormaux. Scientifiquement, ces phénomènes peuvent se définir comme des interactions esprit-matière, impossibles à expliquer par nos cinq sens.
Les définitions et le champ d’étude sont vastes et malgré mes études sérieuses sur le sujet, qui me permettent entre autres de pouvoir tenir conversation avec les chercheurs-spécialistes, je dois bien convenir que ces investigations n’entraient pas non plus, lors de mes premiers contacts avec le “paranormal”, dans le cadre de mes préoccupations primordiales.
Ce qui importait le plus à mes yeux, c’était principalement de faire le tri entre le vrai et le faux, de par mes connaissances et celles de certains confrères, de constituer une barrière de sécurité pour les chercheurs, dont un certain nombre m’ont ouvert les portes d’un savoir inhabituel.
Et c’est ainsi que j’ai dû me rendre à l’évidence : il existe bel et bien des phénomènes troublants qu’une conscience honnête ne peut pas rejeter, même si la raison le voudrait.
Ainsi les tensions qui m’opposaient à une majorité de collègues, qui assimilaient le Psi à des pratiques de spiritisme ou de sorcellerie, reposaient sur un vaste malentendu. Ils n’avaient pas compris le sens de mes interventions.