Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2017

HOMMAGE

AU REVOIR, PROFESSEUR CABROL !

cabrol,professeur,mandorla,pitié-salpetriere,interview

Par Jacques Mandorla

Le 16 juin 2017, les médias ont annoncé une triste nouvelle : la disparition À 90 ans du professeur Christian Cabrol. Il avait été le premier chirurgien à effectuer une greffe du cœur en Europe : c’était le 28 avril 1968, quatre mois seulement après la première mondiale du docteur Barnard. Il avait gentiment accepté que je l’interviewe le 16 juin 2011 (soit 6 ans, jour pour jour, avant sa mort : étrange coïncidence entre les deux dates anniversaires !) dans son bureau de la Pitié-Salpêtrière. Rencontre avec un homme sympathique, modeste et plein d’humour.

Jacques Mandorla : Professeur Christian Cabrol, d’où venez-vous ?

Professeur Christian Cabrol : Je suis né dans l’Aisne, en 1925, dans une famille dans laquelle tout le monde était agriculteur. Sauf mon grand-père qui, fils d’un berger des Cévennes, était médecin de campagne à Chézy-sur-Marne : il se déplaçait à domicile, réduisait les fractures, pratiquait des accouchements… C’est lui qui m’a incité à faire mes études de médecine à Paris, en me disant : « Ce n’est pas médecin que tu dois devenir, mais chirurgien ! ».

JM : Vous êtes devenu cardiologue : était-ce une vocation ou bien souhaitiez-vous, au départ, faire un autre métier ?

Pr. CC : Il aurait été logique que je succède à mon père dans la ferme, mais je n’étais pas assez costaud. En voyant mon grand-père pratiquer son métier, je voulais absolument le remplacer plus tard, en devenant médecin dans notre village !

JM : En deuxième année d’internat, vous optez pour la chirurgie du cœur. Pourquoi ?

Pr. CC : Je dois mon orientation au professeur Gaston Cordier qui était chirurgien des hôpitaux de Paris et enseignait l’anatomie à la Faculté de médecine : sous sa conduite, j’ai consacré quatre années et rédigé deux livres sur le poumon, devenant agrégé d’anatomie. Puis, Gaston Cordier m’a fait rencontrer le professeur Jean-Claude Rudler, auprès duquel j’ai appris la chirurgie du poumon. Ce dernier m’envoie ensuite chez le professeur D’Allaines, le grand chirurgien cardiaque de l’époque en France, qui me pousse à aller aux États-Unis et m’obtient, pour cela, une bourse. Je suis donc parti en 1956 à Minneapolis pour un apprentissage d'un an dans le laboratoire expérimental de chirurgie cardiaque à cœur ouvert du docteur Walton Lillehei. Ce dernier était à peine plus âgé que trois de ses jeunes résidents… qui allaient, plus tard, faire parler d’eux : le sud-africain Christiaan Barnard, l’américain Norman Shumway et moi. Walton Lillehei nous encourageait en répétant souvent : « Tout ce que l’esprit humain peut imaginer, la main de l’homme peut le réaliser ». À mon retour en France, je voulais absolument participer au développement de la chirurgie cardiaque qui sauverait tant de gens.

JM : Quel chirurgien cardiaque vous a le plus impressionné ?

Pr. CC : Incontestablement Norman Shumway qui a disparu en 2006 à l’âge de 83 ans et auprès duquel Barnard et moi avions appris la technique de la greffe ! Dans son petit service à l’Université de Stanford en Californie, il a mis au point la greffe du cœur chez le chien, mais il n’osait pas franchir le pas chez l’être humain, car la mort cérébrale, qui aurait permis de prélever un cœur, n’était pas légale aux États-Unis.

JM : C’est finalement Christiaan Barnard qui est passé à la postérité.

Pr. CC : Oui, c’est lui qui a osé le premier ! Il réalise la première transplantation cardiaque au monde le 3 décembre 1967. Norman Shumway fait sa première transplantation aux Etats-Unis, un mois plus tard, le 6 janvier 1968. Puis, un jour, ce dernier me téléphone pour me dire : « Qu’est-ce que vous attendez pour faire une greffe du cœur en Europe ? ». Stimulé par son appel, je réalise avec mon équipe la première greffe européenne le 28 avril 1968.

JM : Quel était la principale difficulté que vous avez rencontré ?

Pr. CC : Celle de prélever un coeur battant sur un cadavre en état de mort cérébrale, qu’il fallait maintenir artificiellement en vie. Sur le plan éthique, ce n’était pas évident. Jusqu’alors la définition de la mort reposait sur l'arrêt définitif du coeur et de la respiration, et non sur la mort cérébrale.

JM : Comment avez-vous fait en France ?

Pr. CC : Trois jours avant notre transplantation est paru un décret considérant la mort cérébrale comme signe de la fin de la vie ! En réalité, pour ces greffes, personne n’a parlé d’éthique. On nous disait : « Ce n’est pas un crime, c’est un miracle : continuez ! ». Savez-vous que, pour la seule année 1968, furent réalisées 102 greffes de cœur, car tous les services cardiaques du monde entier voulaient en faire ? Malheureusement, les patients vivaient peu de temps : 18 mois au maximum. Ainsi, sur ces 102 patients, un seul survécut très longtemps : Emmanuel Vitria, 48 ans, opéré le 27 novembre par l’équipe du Professeur Edmond Henry à Marseille et qui mourut 6 738 jours, soit plus de 18 ans, après l’opération !

JM : Pourquoi un tel taux d’échec ?

Pr. CC : Ce type d’opération ne sera maîtrisé que 12 ans plus tard, en 1980, quand la ciclosporine - un agent immuno-suppresseur qui combat le rejet des greffes - est découverte par le laboratoire Sandoz, devenu aujourd’hui Novartis. Norman Shumway sera le premier à utiliser la ciclosporine, puis je le ferai aussi : nous étions, en effet, l’une des rares équipes à continuer les greffes pendant ces douze années, malgré les échecs.

JM : Vous avez fondé l’Institut de cardiologie. Pourquoi ?

Pr. CC : L'Institut de cardiologie du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière est l'un des 5 pôles lourds de prise en charge des pathologies cardiovasculaires de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. L'Institut est rattaché à l'Université Paris VI, comprend de nombreuses structures de recherche et collabore avec de nombreuses unités de recherches externes dans tous les domaines cardiovasculaires : thrombose, insuffisance cardiaque, génétique,...

JM : Comment vous est venue cette idée de l’Institut ?

Pr. CC : Elle remonte à fin août 1944, au moment où les chars du général Leclerc venaient de libérer Paris ! Je faisais ma première année de médecine. Cet événement m'a tellement marqué que, depuis, deux portraits du général me tiennent compagnie dans mon bureau. Il faut se souvenir qu'à cette époque les hôpitaux français étaient très en retard car, pendant l’occupation, les Allemands n’avaient rien fait pour la médecine. C’est le général de Gaulle qui modernisera les hôpitaux et en fera construire de nouveaux. J’ajoute qu’à leur arrivée sur notre territoire, les Américains nous apportaient de grandes nouveautés : pénicilline, anesthésie, réanimation, maîtrise de la transfusion sanguine… C’est cela qui a ensuite donné l’envie à toute une génération de « patrons » dynamiques, comme Jean Bernard, René Kuss ou Jean Hamburger, le père du chanteur Michel Berger, d’envoyer de jeunes médecins français aux États-Unis pour progresser.

JM : Pourquoi l’Institut de cardiologie a-t-il été ouvert bien plus tard ?

Pr. CC : Un premier service de chirurgie cardiaque à la Pitié-Salpêtrière fut créé par notre équipe en 1972. Puis, j’ai rencontré Francis Bouygues qui s’est proposé de construire un Institut à ses frais. J’ai ensuite eu un entretien très bref avec Edouard Balladur (« Je n’ai que 7 minutes à vous consacrer ! »), puis avec Jacques Chirac, alors Premier Ministre (« Ce projet me plaît, mais il faudrait que je sois Président de la République. En attendant, rejoignez le Conseil du RPR ! »). J’ai dû aussi rencontrer les responsables du Parti Communiste et de la CGT, Georges Marchais et Henri Krazucki, qui est devenu ensuite mon ami ! Finalement, en 2001, après 15 ans d'efforts, a été créé l'Institut de Cardiologie du Groupe Hospitalier Pitié Salpetrière à Paris. Dans cet Institut, tout a été réuni pour reconnaître, traiter et suivre au mieux les personnes atteintes de maladies du cœur et des vaisseaux. On a rassemblé le matériel pour le diagnostic, en particulier les appareils d'imagerie, ceux pour les blocs opératoires et de ranimation, les soins médicaux, les laboratoires de biologie, l’annexe de la banque de sang et la pharmacie hospitalière. Ainsi, en regroupant tout dans un même bâtiment, on peut être opérationnel 24h/24h, tous les jours de l'année !

JM : Vous avez aussi fondé l’association ADICARE. De quoi s’agit-il ?

Pr. CC : Lorsque la construction de l'Institut de cardiologie de la Pitié Salpêtrière fut confiée en 1991 à l’Assistance Publique, celle-ci, conformément à sa vocation, le conçut essentiellement comme un centre de soins. Comme rien n'y était donc prévu pour l'enseignement et la recherche, j’ai décidé de créer ADICARE avec quatre confrères de l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris : les professeurs Jean-Pierre Bourdarias, Iradj Gandjbakhch, Claude Gibert et Yves Grosgogeat. ADICARE signifie « Association pour le développement et l’innovation en cardiologie, recherche et enseignement ». ADICARE a demandé à l’Assistance Publique, moyennant finances et selon une convention dûment établie, une surface dans l’Institut pour dispenser l’enseignement qui permet de transmettre le savoir et entreprendre la recherche qui permet d'améliorer les diagnostics et les traitements. Aujourd’hui ADICARE a la jouissance, pour 30 ans renouvelables, de locaux et d'un auditorium pour assurer l'enseignement, avec un système de vidéoconférences permettant de communiquer avec des centres français ou étrangers. Elle a également trois laboratoires de recherche qui poursuivent des projets, en particulier sur la coagulation sanguine, l'assistance circulatoire et les robots chirurgicaux. Depuis sa création, ADICARE œuvre pour la promotion du don d'organes, élue en 2009, « Cause nationale ». L’association réside au 56 boulevard Vincent Auriol 75013 Paris : elle est hébergée dans l’Institut de cardiologie et possède un site Internet : www.adicare.org

JM : Vous vous êtes engagé en politique. Qu’est-ce qui vous a motivé ?

Pr. CC : On a déjà évoqué le fait que suis entré au Conseil du RPR, à la demande de Jacques Chirac, alors Premier Ministre, en échange de la construction de l’Institut de cardiologie. Je dis souvent que, depuis, nous sommes quittes : à lui la Présidence de la République, à moi la réalisation de l’Institut ! J’ai été élu conseiller de Paris pour le 13e arrondissement en 1989 et réélu en 1995, ainsi que pour le 16e arrondissement en 2001. J’ai aussi siégé comme député au Parlement européen de 1994 à 1999.

JM : Quel bilan tirez-vous de cet engagement politique ?

Pr. CC : De mes deux carrières, médicale et politique, j’ai retenu une chose : en médecine, on essaye de former des jeunes et on est satisfait quand ils deviennent meilleurs que vous. En politique, cela n’arrive jamais ! En France, les politiques ont peur de former des gens qui pourraient prendre leur place !

JM : Quand avez-vous arrêté de pratiquer la chirurgie cardiaque ?

Pr. CC : En 1990, quand j’ai atteint la limite d’âge de 65 ans. Il faut reconnaître que, sur les dernières années, je me déplaçais beaucoup à l’étranger pour y donner des conférences et présenter nos résultats : un vrai « Cardiaque circus » ! Or, aujourd’hui, les techniques évoluent très vite et les jeunes sont plus au fait des innovations. Il fallait donc tout naturellement leur laisser la place.

JM : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer dans la chirurgie du cœur ?

Pr. CC : Je lui dirai de tout mettre en oeuvre pour réussir le très difficile concours de fin de première année de médecine, en s’efforçant de bien assimiler toutes les connaissances de base qui lui sont données. Mais aussi de ne pas oublier que la vie est faite de rencontres, d’opportunités et d’ouvertures : il lui faudra donc être prêt à les saisir ! Je lui préconiserai aussi de prendre du plaisir à travailler en équipe, car on n’est rien sans les autres. Enfin, je conclurai en lui conseillant la devise du général Leclerc : « Croire, vouloir et continuer ! ».

cabrol,professeur,mandorla,pitié-salpetriere,interview

Souvenir de ma rencontre du 16 juin 2011 avec le professeur Cabrol.

24/06/2017

DEUX EXPÉRIENCES PARANORMALES CONTRÔLÉES PAR LE CIEEPP

Nous avons testé deux sujets psi étonnants : Maud Kristen (voyante) et Joseph Mac Moneagle (médium) !

Par Ranky

Auteur de l'Encyclopédie du Mystère (Éditions Trajectoire)

ENCYCLOPEDIE DU MYSTERE.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour en savoir plus sur ces deux sujets psi testés, visionnez d'abord la séquence de 9 minutes 11 secondes, extraite du film Le sixième sens. La science face au paranormal réalisé par la journaliste et grand reporter Marie-Monique Robin et la productrice Françoise Gazio, de la société « Idéale-Audience ». En France, ce film a été diffusé sur Canal + et sur Arte. J'ai élaboré (au nom du CIEEPP, Comité Illusionniste d’Expertise des Phénomènes Paranormaux, que j'ai fondé et que je préside) le protocole scientifique ayant servi à ces deux expériences révélées dans ce film.
 
POUR VOIR LA VIDÉO, CLIQUER ICI :  < ;
 
Pour compléter votre information, n'hésitez pas à lire ci-dessous le compte rendu de ces deux expériences passionnantes.
 

Nous avons testé Maud Kristen (voyante)

Les résultats obtenus sont étonnants. Vous en trouverez l’essentiel dans cette note et l’intégralité de la séance réalisée par le Comité figure dans mon livre intitulé :Le paranormal de mes yeux vu (Éditions Trajectoire).
voyant,médium,vision à distance,maud kristen,précognition,cieeppPRÉSENTATION DE MAUD KRISTEN
voyant,médium,vision à distance,maud kristen,précognition,cieeppDepuis vingt ans, Maud Kristen frappe les esprits lors d’apparitions télévisées au cours desquelles elle devine le contenu d’enveloppes scellées ou se prête à des exercices de vision à distance sous contrôles stricts.
Dans son dernier livre qui vient de paraitre, elle nous  raconte son enfance, sa jeunesse, la découverte de ses capacités extrasensorielles et le combat qu’elle mène pour que les scientifiques acceptent enfin de considérer le paranormal et la voyance comme sujets de recherche à part entière...
Comment se déroule une consultation ? Quelles en sont les limites ? Maud Kristen relate certaines expériences aux résultats étonnants, révèle ses méthodes et la part la plus secrète de son travail, notamment au service du monde de l’entreprise et des sphères du pouvoir...C’est passionnant !
Maud Kristen, voyante de réputation internationale est l’auteure de Pour en finir avec Madame Irma (éditions Calmann-Lévy) et Fille des Etoiles ( éditions J’ai Lu). La voyante Maud Kristen mène un combat incessant pour que les scientifiques acceptent d’intégrer le paranormal et la voyance comme sujet de recherche. Pour en savoir plus, cliquer sur son site : www.maudkristen.com
Le cerveau humain  étudié par des scientifiques pendant des séances de voyance.
Maud Kristen s’est  rendue aux États-Unis pour se soumettre aux investigations de Norman Don, professeur en neurologie à l’université de Chicago. Connectée à diverses machines, l’équipe de Norman Don va tenter de voir ce qui se passe dans la tête de Maud pendant qu’elle tente de communiquer par un autre sens que par les cinq connus, ce qui constituerait donc un sixième sens.
Plutôt que de prouver l’existence de capacités paranormales, l’objectif est surtout d’étudier l’activité cérébrale de Maud pendant ses voyances. Maud s’est donc pliée aux exigences des scientifiques et s’est soumise à diverses expériences : notamment, deviner le contenu de sept enveloppes scellées, avec un protocole expérimental rigoureux. Même Norman Don ne connaissait pas les documents placés dans les enveloppes, ceci afin d’éviter tout phénomène télépathique éventuel. Maud donnera une description d’une très grande justesse sur trois enveloppes.

Commentaires sur les tests de laboratoire. Sujet : MAUD KRISTEN
Les résultats complets sont à la disposition des scientifiques en faisant la demande. Les ondes cérébrales, au moment ou elle a commencé à “voir” les documents sont du type Alpha, ce qui correspond à 10 hertz soit 10 cycles à la seconde. Elles sont caractéristiques d’un état de profonde relaxation. L’hémisphère cérébral gauche et l’hémisphère droit sont par moment alignés, c’est-à-dire que leur activité est synchrone. Ce n’est pas habituel. En général les deux hémisphères ne fonctionnent pas en phase. La synchronisation des deux hémisphères cérébraux est une caractéristique de ce que les neurologues appellent un état modifié de conscience. Le professeur Don et son équipe ont remarqué que les performances Psi sont liées aux état modifiés de conscience. Norman Don raconte l’exemple  des chamans qui prennent des plantes hallucinogènes pour atteindre cet état. Ils sont alors capables de soigner des gens et d’avoir toutes sortes de capacités paranormales. Il cite également la période de rêve dans le sommeil, qui est un état très réceptif permettant à certaines personnes de faire des rêves prémonitoires qui se réalisent par la suite.
Les sujets Psi ne fonctionnent pas selon les lois ordinaires de la nature. Mais  dans les autres pays, nous sommes dans le domaine de la recherche,  nous ne sommes pas dans le domaine de la croyance dans lequel la France est confinée.
 
Le compte-rendu d’expertise de RANKY
Le protocole et les tests concernant les expériences prévues à Paris ont été établis par le CIEEPP, à la demande de Marie-Monique Robin, grand reporter, écrivain, et Françoise Gazio, réalisatrice à la télévision, pour les besoins d’un film portant le titre : “Le 6ème sens. La science face au paranormal”.
Avec Cécile Clocheret, collaboratrice de Françoise Gazio, Ranky choisit à l’aide d’un plan de Paris-Banlieue 25 sites, en éliminant les monuments trop touristiques (Arc de Triomphe, Tour Eiffel, etc.). Les fiches retenues furent ensuite placées dans des enveloppes blanches opaques, et ces dernières furent scellées, mélangées et numérotées pour pouvoir les tirer au sort par un moyen que Ranky devait choisir au dernier moment. Il rangea ensuite ces 25 enveloppes dans son attaché-case, dans l’attente du tournage.
Avec Mario Varvoglis, docteur en psychologie (qui a travaillé à l’université de Princeton) et président de l’Institut Métapsychique International, ils avaient décidé d’organiser cette expérience à Paris avec Maud Kristen.
Maud Kristen devait essayer de « voir » le futur en devinant où se trouverait Mario Varvoglis à 18 heures. Le site n’était alors connu de personne et serait  tiré au sort à 17 heures.

voyant,médium,vision à distance,maud kristen,précognition,cieepp

Maud Kristen, en train de dessiner et de décrire, sous mon contrôle, un lieu qui sera tiré au sort trois heures plus tard.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Reprise intégrale des propos de Maud KRISTEN : « En arrivant il y a des arbres de chaque côté. La vue est plutôt large. Je sens une certaine austérité, quelque chose de solennel. C’est presque pompeux. Le bâtiment, en face, a vu passer de très belles réceptions, avec des robes somptueuses. Dans ce lieu, je sens une grande concentration de matériaux précieux : marbre, bois, dorures, formes alambiquées. A l’intérieur, je vois de belles peintures et des panneaux sur les murs. L’endroit n’est pas en bon état et mériterait d’être restauré. »

A 17 h 20, Ranky tire au sort, à l’aide d’une roulette, le lieu-cible, parmi les 25 proposés. L’enveloppe n° 16 est désignée : c’est le pont Alexandre III.

LES CONCLUSIONS DE RANKY
Les conclusions de Ranky sont identiques à celles de Mario Varvoglis, docteur en psychologie. Quand on réécoute les paroles et qu’on regarde les dessins de Maud, on s’aperçoit qu’elle a bien capté l’essence de cet ensemble architectural construit pour l’Exposition Universelle, en se connectant en premier lieu sur le paysage : largeur de l’avenue, solennité des bâtiments adjacents, dôme des invalides, puis subitement, elle fait une description prodigieusement exacte de l’intérieur du Grand-Palais, situé en face. Maud termine enfin sa description par l’état de délabrement extérieur du bâtiment.
NOTE : Je me suis rendu, quelques jours plus tard, au Grand Palais. Le bâtiment était bardé d’échafaudages, de bâches, etc, car il était en rénovation
 
Si vous pensez avoir, vous aussi, la faculté de voyance, n’hésitez pas à contacter le CIEEPP par courriel à : paranormal@orange.fr
 
 
Nous avons testé Joseph Mac Moneagle (vision à distance)
Les résultats obtenus sont étonnants. Vous en trouverez l’essentiel dans cette note. L’intégralité des séances réalisées par le comité figure dans le livre ” Le paranormal... de mes yeux vu ” (Éditions Trajectoire).

Si vous pensez avoir, vous aussi, la faculté de “voir” à distance des personnages, des lieux, des événements, n’hésitez pas à contacter le CIEEPP par courriel à : paranormal@orange.fr

PRÉSENTATION DE JOSEPH MAC MONEAGLE
Joseph Mac Moneagle est agent retraité des services secrets américains. Nommé en Allemagne, en 1970, il est victime d’un grave accident cardio-vasculaire qui le plonge dans un coma profond. A la sortie de cet état, il prend conscience qu’il possède alors des facultés qu’il n’avait pas auparavant.
Il “subit” toutes sortes de phénomènes étranges : intuition exacerbée, divination et télépathie spontanées, comme si cet accident de santé avait ouvert des portes devant lui.
Des scientifiques lui proposent alors de participer à des tests auxquels il se soumet volontiers, ne serait-ce que pour essayer de répondre aux nombreuses questions qui se bousculent dans sa tête.
Les résultats obtenus sont tout simplement prodigieux, si bien qu’il est engagé par la CIA avec pour mission essentielle de décrire, par vision à distance, des lieux concernant la stratégie militaire.
Joseph Mac Moneagle fera partie du célèbre programme Star Gate, supervisé par des physiciens et issu de la “guerre froide” que se livraient à cette époque la CIA et le KGB des services soviétiques.
Ses descriptions mentales de lieux auraient été positives à 75%, soit un peu plus de 150 réussites sur 200 missions ! Il a aussi participé à d’autres programmes dont 99% des résultats sont toujours classés “Secret-Défense”.
Joseph Mac Moneagle est aujourd'hui retiré en Virginie où il est le voyant le plus décoré du monde : 38 médailles dont la prestigieuse “Légion du Mérite”. Il travaille aujourd'hui pour la police et des groupes industriels.

PROTOCOLE D'EXPÉRIMENTATION ÉTABLI PAR NOTRE COMITÉ D'EXPERTISE
1) 25 sites de Paris-banlieue ont été désignés au hasard et leur nom inséré dans 25 enveloppes opaques scellées, numérotées, mélangées puis rangées dans l’attaché-case de Ranky, dans l’attente du jour de l’expérience où une seule enveloppe sera tirée au sort.

2) Le jour de l’expérience, Joseph Mac Moneagle est aux USA, en Virginie, et est filmé pendant qu’il essaye de “voir” les images que tente de lui communiquer mentalement notre “médium”, Mario Varvoglis, docteur en psychologie et actuel Président de l’IMI (Institut Métapsychique International).

3) Le même jour, à Paris-banlieue, sur le site désigné au hasard par un moyen choisi au dernier moment par Ranky, une équipe de télévision filme notre “médium” Mario Varvoglis pendant qu’il essaye d’envoyer mentalement les images du lieu à Joseph Mac Moneagle.

Jour de l’expérience, 17 heures 20, dans les locaux parisiens de l’IMI (Institut Métapsychique International)

9f99fb600694238cc1c538b965256b48.jpgRanky tire au sort, à l’aide d’une roulette de casino, un lieu parmi les 25 proposés. La boule vient de s'arrêter sur le nombre 16 qui désigne l'enveloppe contenant le nom du lieu de l'expérience.
L’équipe de tournage du film prend place dans un véhicule. Seuls le chauffeur et Ranky connaissent le nom du lieu où ils arrivent à 18 heures : le Pont Alexandre III.

9499970f454e0b1dc683a613601387f3.jpg

Le Pont Alexandre III à Paris avec le Grand Palais au fond.

18 heures : au même moment, en Virginie, Joseph Mac Moneagle entre en méditation.

aa354a5c977824e018791cf2a7bc9eac.jpgObjectif : déconnecter sa conscience de l’environnement pour laisser émerger l’inconscient.
Joseph se concentre sur Mario Varvoglis qu’il a croisé dans des congrès de parapsychologie.



NOTE DU COMITÉ D’EXPERTISE

Le protocole n’est pas décrit ici dans sa totalité. Il est bien évident que des précautions draconiennes ont été mises en oeuvre, concernant principalement les techniques pouvant conduire à des communications intercontinentales : portables, internet etc.

CONCLUSIONS
C’est dans des conditions imparables que Joseph Mac Moneagle a donné une description époustouflante du Pont Alexandre III et de ses alentours, avec des détails incroyables, aussi bien oralement que par différents dessins et croquis.

f1fb7932017bbf28d768aeaead3a6524.jpg

Sa précision est telle qu’il parvient à décrire des parties de statues et, simultanément, certains gestes effectués par Mario Varvoglis, comme tendre un bras, regarder en l’air ou prononcer telle ou telle parole.

ced5dcff635c1572121c7b5a560e60ba.jpgAu moment même où Mac Moneagle, en Virginie, affirme voir Mario Varvoglis lever la tête sur le pont Alexandre III, celui regarde effectivement en l'air à cet endroit précis, sous le contrôle de Ranky !
La totalité de l’expérience a été filmée, tant à Paris qu’en Virginie. Tous les rushes (chutes de films) ont été répertoriés et sont conservés.

VOYAGE HORS DU CORPS

Le voyage hors du corps : mythe ou réalité ?(2ème partie)

Voici 3 remarquables témoignages de décorporation

Deux de ces 3 témoignages ont été recueillis par Ranky et publiés dans son livre "Le paranormal de mes yeux vu..." et le troisième par Jacques Mandorla dans son livre "66 tests pour développer vos capacités paranormales".

Faite nous part de vos remarques et suggestions sur notre email : paranormal@orange.fr

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

 

TÉMOIGNAGE N°1 (recueilli par Ranky)

Claude Stavisky, le magicien qui sortait de son corps

Claude Stavisky, illusionniste, membre de notre Comité d’Expertise et d’Expérimentation des Phénomènes Paranormaux (C.I.E.E.P.P., que j’ai fondé en 1976 avec plusieurs amis illusionnistes), m'a raconté les lévitations de corps qu'il faisait vers l'âge de huit ou neuf ans.

Il s'allongeait sur son lit, les jambes bien tendues, les bras le long du corps, les yeux ouverts. Au bout d'à peine une minute, il sentait son corps s'élever lentement jusqu'au plafond. Il pouvait demeurer en suspension de nombreuses secondes, mais s'il avait la malencontreuse idée de bouger, il redescendait rapidement avec l'impression de tomber du lit.

Claude s'amusait à cet exercice qu'il pouvait répéter à volonté, presque chaque soir, au coucher. Puis, ayant grandi, il ne tenta plus ce genre d'expériences qu'il avait réalisées des dizaines de fois.

Vers l'âge de dix ans, lors de l'incarcération de sa mère à la prison de la Roquette pour des suites douloureuses de l'affaire concernant son père Alexandre en 1934, Claude souffrit terriblement de cette séparation qui avait engendré en lui une faculté étrange :celle de faire venir sa mère près de son lit.

Le processus était rigoureusement le même que celui des lévitations de son corps : une fois couché, il étendait les jambes, plaçait les bras le long du corps, sans fermer les yeux, et sa mère apparaissait, debout, bien vivante. Mais dès qu'il approchait la main pour la toucher, même avec des ruses d'indien, sa mère disparaissait instantanément.

Comme pour les élévations de son corps, il faisait naître l'apparition quand il voulait. Le phénomène dura tout le temps de la durée de la détention de sa mère, soit environ un mois.

Beaucoup plus tard, devenu adulte, Claude Stavisky fit un grand nombre de tentatives pour retrouver cette capacité mystérieuse, mais il n'y parvint plus jamais.

Claude STAVISKY Par RANKY

STAVISKY CLAUDE 1.jpg
Claude Stavisky, personnage énigmatique hors du commun, était une figure du milieu de l’illusionnisme. Pendant de longues années il a été membre de la Fédération Française des Artistes prestidigitateurs (FFAP) et du Cercle Français  de l’Illusion Jules Dhôtel.
Il était membre, très actif, du Comité Illusionniste d’Expertise et d’Expérimentation des Phénomènes Paranormaux (CIEEPP) et avait, à ce titre, participé à de nombreux tests de sujets Psi, notamment à des expériences de télépathie, de voyance ou encore de psychocinèse (avec Jean-Pierre Girard, entre autres). Sa vie durant, il a exercé sa grande passion : la prestidigitation.

Les clients des restaurants savaient-ils que l’illusionniste qui se produisait de table en table était le fils d’Alexandre Stavisky, héros d’une célèbre affaire qui provoqua en 1934 des émeutes et fit vaciller la République ?
images-2.jpgAlexandre Stavisky, aventurier-illusionniste de la finance, avait bâti une fortune colossale sur la corruption de la classe politique de son époque. Stavisky, “l’homme aux 32 non-lieux”, l’Arsène Lupin de la IIIème République” qui muselait avocats, policiers, journalistes, députés et ministres en leur distribuant des enveloppes bien garnies. Stavisky, l’homme qui en savait trop et qui, au moment d’être inculpé, est “suicidé” d'une balle dans la tête (à 3 mètres de distance!). “L’affaire Stavisky” eut de nombreuses conséquences : suicides de plusieurs personnages, notamment d’un conseiller à la Cour d’Appel, chute de deux gouvernements et violentes émeutes fascistes de février 1934, qui ont bien failli faire tomber la République.

Arlette Stavisky la maman de Claude (à droite de le photo) et Michelle à gauche.
STAVISKY MICHELLE ARLETTE CLAUDE.jpgMais, dans la vie, tout n’est pas qu’illusion, témoin l’internement  de Claude enfant, par sa propre mère, dans un hôpital psychiatrique - lui disait “chez les fous !”- par un coup de baguette magique, manipulée par on ne sait trop quel sorcier ! Allez-donc savoir ! Près de quatorze ans d’enfermement dans un asile où il découvre la prestidigitation, le goût des mises en scène magiques et des mystifications théâtrales. Il demande à sa mère, exilée en Amérique, de remplacer les gâteries habituelles de ses quelques colis annuels par de l’argent, “pour acheter des livres de magie et des tours !”.
Vers les années 1950, des tourneurs en cinéma se produisent de commune en commune et l’un d’eux cherche un assistant. La direction de l’asile lui confiera Claude. Vers 23 ans commence pour lui une existence de nomade. Mais l’aide-projectionniste continue ses exercices de dextérité entre le documentaire et le film, car son rêve ne le quitte pas : il sera magicien ! Son patron le présentera en audition devant la grande famille du cirque Bauer qui l’engagera pour la saison 1955. Claude restera chez les Bauer jusqu’en 1958. Pendant quatre années, il présentera sous le pseudonyme de Fougestas, puis Vitiskas, ensuite sous celui de Prince Frankestas et enfin Prince Stavisky, le poste de radio éclipsé, le bonneteau aux liquides, le cadre de Bacchus et une version personnelle du panier indien dans lequel il enfermait sa partenaire, la transperçait d’épées comme une pelote d’épingles et d’où elle ressortait souriante et indemne sous les applaudissements du public.
Ce qui l’intéressait le plus, ainsi qu’il l’explique dans son livre “ Stavisky était mon père” (éditions N°1 - 1995), c’était d’inventer ses propres tours, de créer quelque chose de nouveau, d’absolument original.

images-1.jpg

Il ne voulait pas copier et imiter bêtement ce qui était dit dans un livre. Il voulait devenir un artiste, un vrai. Aucune difficulté ne le rebutait, au contraire. Il choisissait un exemple dans un livre, puis l’analysait à fond, le disséquait comme avec une souris de laboratoire, lui ouvrait les entrailles pour voir exactement de quoi il était fait. Ensuite il déclinait toutes les variations possibles du même tour. Il a toujours pratiqué ainsi : lorsqu’il s’attaquait à un tour, il l’épuisait entièrement, l’exploitait jusque dans ses moindres détails. Il se disait maniaque et perfectionniste de la prestidigitation. C’était vrai.

Claude au cirque Médrano
1056200515.2.jpgEt comme le travail finit presque toujours par payer, il connut quelques engagements prestigieux comme au cirque Médrano par exemple. Il eut, à diverses reprises, les honneurs de la télévision. Puis, plus tard, il donna des spectacles de close-up, c’est-à-dire de “magie de près”, chez les particuliers et dans les restaurants. Il avait pris goût à cette forme de prestidigitation plus confidentielle, permettant de réaliser des tours au nez et à la barbe des spectateurs.

Claude Stavisky à la télévision.
STAVISKY CLAUDE 4 TELE.jpg Claude n’était jamais aussi heureux que lorsqu’il nous accompagnait  dans nos spectacles de discothèque ou nos tournées de théâtre, surtout lorsque nous produisions notre show complet, avec toute notre petite troupe composée  de cinq ou six artistes. Il était sûr alors d’avoir intégré  “sa famille”. Toujours prêt à se rendre utile, il nous est resté fidèle pendant près de quarante ans. C’est la prestidigitation qui permit à Claude, sa vie durant, de supporter son nom si lourd à porter, car ce n’est pas facile d’être le fils de “l’escroc”. Jusqu’à son dernier souffle, Claude, illusionniste de père en fils, aura voulu illusionner son public et par là-même, quelque part, s’illusionner aussi lui-même.                Ranky

images-3.jpg“STAVISKY” avec Jean-Paul Belmondo, Annie Duperey, Michel Lonsdale, Charles Boyer, Claude Rich, François Périer, est un film d'Alain Resnais et Jorge Semprun. 1974.

Claude Stavisky, case N°105 du columbarium de Bonneuil-sur-Marne.

comité,expert,magicien,stavisky 

 

 

 

 

 

 

TÉMOIGNAGE N°2 (recueilli par Ranky)

Alexandre et son médicament hypnotique

Alexandre, avec qui j'ai entretenu de longues conversations téléphoniques, m'a fait un jour parvenir cette lettre, véritable compte rendu de ses expériences de voyage hors du corps, en vue de tenter d'éclaircir ce phénomène qui le passionnait et le préoccupait en même temps.

« Amis du paranormal, bonjour. Voici mon récit. Tout commença le 31 mars 1997. J'avais alors 21 ans et pesais plus de 100 kg. Ce jour-là, pour la 4e fois dans ma vie, je recommençais un régime. Aujourd'hui, j'ai perdu 40 kg et j'ai plus ou moins bien maintenu, par rapport à mes 3 premiers échecs complets.Vers la fin de ce régime, en juillet, il commença à m'arriver de drôles de choses, des trucs bizarres... Finalement, j'ai bien dû me rendre à l'évidence, je pouvais sortir de mon corps, le soir, en essayant de m'endormir. Je pouvais "détacher" mon âme de mon enveloppe charnelle. Je pense qu'il s'agit simplement de la première étape de la mort. Voici comment cela se passe, toujours de la même manière, étape par étape. À préciser que je ressens tout ce qui se passe dans mon cerveau. Je dois aussi vous préciser que c'est grâce au Stilnox® que je peux me décorporer. Sans Stilnox, en me concentrant, j'arrive à provoquer les cercles, mais jamais (à ce jour) je n'ai pu aller plus loin ! Hors de mon corps c'est génial : je "flotte" librement dans l'air, en direction du plafond. Je suis alors plongé dans un noir lumineux. Je garde un certain contact avec mon corps terrestre, car parfois, il y a des mains, des corps qui me frôlent, mais mon corps terrestre devient comme un fantôme ! Car ces mains, ces corps, me traversent de part en part ! Si vous pouviez sentir comme cela semble réel ! C'est comme si une vraie main me serrait avec force le bras ! Et ces corps, ces sexes en érection, me paraissent si durs et si réels que je mis des mois à ne plus en avoir peur puisqu'il n'y a, en fait, absolument rien. Je suis complètement seul dans ma chambre. J'ai une question : pensez-vous que ces mains, ces corps qui me frôlent et me traversent sont des morts avec lesquels j'entre en contact? Mes sorties hors du corps sont sensiblement pareilles les unes des autres. Je "vois" aussi parfois un "tunnel", comme dans la 4e dimension ! Je n'ai jamais essayé d'y entrer, parce que j'aurais trop peur de ne plus pouvoir en ressortir et rejoindre mon corps ! Il y a pourtant une "sortie" qui me reste unique : décorporé, je "montais" assez vite et je me sentais en pleine béatitude ! Tout d'un coup, j'ai "vu" un rectangle blanc crème s'allumer et s'éteindre. Après ça, je me suis senti redescendre dans mon corps à grande vitesse et j'ai "atterri" dedans violemment ! Ce soir-là, je n'ai pas pu ressortir de mon corps. Pensez-vous que j'ai vu Dieu ? Il me reste une dernière chose à vous dire, quelque chose que j'ai la faculté de faire sans Stilnox®, sans aucun médicament : lorsque je vais sur le matelas vibromasseur de ma grand'mère, lorsqu'il s'arrête tout seul après 20 minutes, je sors de mon corps, je passe à travers le fauteuil, et je reviens dans mon corps. Le tout dure 2 à 3 secondes. C'est très bizarre ! J'ai une dernière question à vous poser : j'ai lu plusieurs livres sur le sujet (Moody, Kubler-Ross, Jeanne Guesné...). Il paraît qu'il y a des personnes, plus ou moins dans le même cas que moi, qui décorporées voyagent librement hors de leur corps. Moi, je n'arrive pas à faire cela, je "monte" et je "descends", c’est tout ce que je peux faire pour l'instant... Connaîtriez-vous un moyen qui me permettrait de voyager "librement" hors de mon corps, comme eux ? Cela serait franchement génial !!! Je pourrais ainsi visiter le monde entier sans bouger de mon lit ! Certains disent faire comme cela le tour de la Terre en quelques secondes !!! Avec mes meilleures salutations ». Alexandre

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

L’avis de Ranky

Alexandre est un garçon charmant, très sympathique, d'une correction impeccable, érudit et parfaitement équilibré. La description détaillée des effets ressentis lors de ses "sorties de corps" ne peut en aucun cas être mise sur le compte de l'affabulation. Nous tenons cette affirmation d'un spécialiste en la matière qui, malheureusement, n'avait pas pu donner suite à ce dossier.

Alexandre raconte que c'est vers la fin de son quatrième régime amaigrissant que les phénomènes décrits se déclenchent. Il dit aussi prendre du Stilnox® et que ses décorporations sont impossibles sans ce médicament, sauf lorsqu'il se sert du matelas vibromasseur de sa grand-mère où là, sans aucun autre médicament, l'expérience peut quand même avoir lieu.

Il m'est impossible de donner une explication rationnelle sur ce cas, mais j'ai eu la curiosité de consulter un ouvrage médical spécialisé : le Stilnox® est un médicament hypnotique dont la durée de prescription est limitée à quatre semaines. Il est prescrit pour des troubles sévères du sommeil : insomnie occasionnelle ou transitoire. Les contre-indications sont nombreuses. Certains symptômes d'intolérance sont d'apparence banale, mais d'autres dénotent une dangerosité forte pouvant aller, dans certains cas, jusqu'au décès. Ce médicament peut favoriser des effets décrits par Alexandre : épisode confusionnel, dépersonnalisation, déréalisation, phénomènes hallucinatoires, modification de la libido ...

Pour moi, la décorporation d'Alexandre n'est peut-être pas entièrement un mystère !

TÉMOIGNAGE N°3 (recueilli par Jacques Mandorla)

Une autre histoire de médicament

Voici ce qu'a écrit un lecteur du livre de Jacques Mandorla ("66 tests pour développer vos pouvoirs paranormaux") et qui témoigne sous ses initiales D. L. : "Je suis enseignant dans un lycée technique et je me passionne pour la parapsychologie depuis une dizaine d'années. Le fait le plus insolite que j'ai vécu s'est produit alors que je testais des soins par magnétisme à distance sur la personne de mon beau-frère, ingénieur au CNRS, atteint de la maladie de Crohn. Une nuit, alors que je dormais profondément, j'ai eu l'impression de me retrouver dans son intestin et j'ai pu voir très nettement sa paroi intestinale où avaient lieu des saignements. Puis, sans transition, je me suis retrouvé dans une chambre. Sur la table de nuit, j'ai vu une boîte de médicaments contenant des gélules de couleur rouge et blanche. J'ai alors entendu comme une voix me dire : Il ne faut pas qu'il les prenne. Je me suis alors réveillé en sursaut : il était trois heures du matin et je pensais que je perdais la tête. Le lendemain matin, j'ai téléphoné à mon beau-frère, qui habitait en banlieue parisienne, et je lui ai raconté mon étrange rêve. Il m'a alors confirmé la couleur des gélules qu'il n'avait pas encore prises. Avant de raccrocher, il a dit qu'il me rappellerait le soir même, après avoir passé un examen à l'hôpital dans l'après-midi. L'examen confirma les saignements et les médecins interdirent formellement à mon beau-frère d'utiliser les gélules car c'était un médicament expérimental dont les effets secondaires n'était pas connus. Je n'ai jamais eu d'autres songes de cette sorte. Mon beau-frère est aujourd'hui guéri, comme je peux m'en rendre compte chaque été, chez moi à La Teste, où il vient me rendre visite ".

10:58 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (0)

VOYAGE HORS DU CORPS

Le voyage hors du corps : mythe ou réalité ? (1ère partie)

Par Jacques MANDORLA

Auteur du livre « 66 tests pour développer vos capacités paranormales : voyance, psychométrie, télépathie, psychokinèse, magnétisme, radiesthésie, hypnose, dialogue avec les morts et décorporation »

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Éditeur : Trajectoire - 368 pages - 80 illustrations - 22 €

Disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

Des milliers de témoignages évoquent le fascinant et mystérieux phénomène du « voyage hors du corps ». Celui-ci, qui peut se matérialiser de différentes manières, est connu sous de nombreuses appellations : décorporation, dédoublement, "OBE" (Out of the Body Experience), "N.D.E." (Near Death Experience), lévitation, don d’ubiquité, téléportation... + Un test étonnant à faire chez vous (voir en fin de cet article)

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Gravure de l’artiste italien Luigi Schia­vonetti, intitulée «The soul leaves the body at the moment of death » (1808).

Le voyage hors du corps est défini comme la sensation, pour un individu, de quitter mentalement son corps physique pour se retrouver virtuellement à un autre endroit, au moyen d'un autre corps, invisible celui-là, appelé par certains chercheurs « corps astral » ou « corps éthérique ».

Les témoignages relatifs à ce phénomène proviennent de deux sources distinctes

La première source est constituée de personnes ayant été plongées dans un coma profond (suite à un accident de la route, une maladie grave, un stress très violent…) au cours duquel elles sont considérées, pendant une certaine période, comme mortes cliniquement, mais reviennent ensuite à la vie. On parle alors de « N.D.E. » (Near Death Experience) ou encore d’état de mort imminente (E.M.I.), d’expérience de mort approchée (E.M.A.), d’expérience aux frontières de la mort, d’expérience de mort-retour… Rappelons qu'aujourd'hui une personne est médicalement déclarée en mort clinique lorsque ses tracés d'encéphalogramme et d'électrocardiogramme sont entièrement plats, et non plus lorsque son coeur s'est arrêté de battre.

La seconde source est constituée de personnes tentant des expériences ayant pour objectif de se « décorporer » volontairement (voir le test proposé en fin d'article).

Trois autres phénomènes, beaucoup plus rares, font partie du même concept : la lévitation, l’ubiquité et la téléportation

La lévitation est l’élévation du corps physique dans l'espace, sans appui ni aide matérielle. Le cas le plus célèbre est celui du moine italien Joseph de Copertino (1603-1663). Il embarrassa beaucoup le Vatican car il perturbait très souvent les messes dominicales célébrées dans son monastère, s'élevant brusquement dans les airs devant les yeux ébahis des autres moines ! Le meilleur témoignage que l'on possède est celui de l'ambassadeur d'Espagne à la Cour papale qui, en 1645, se rendit au monastère de Grottaglie où Copertino vivait : « Il se mit à voler une douzaine de pas au-dessus de la tête des assistants, jusqu'au pied de la statue de la Vierge Marie. Peu après lui avoir rendu hommage, il redescendit au sol puis retourna tout droit à sa cellule, nous laissant là interloqués ».

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Au XVIIe siècle, le moine italien Joseph de Copertino a été vu par de nombreux témoins en pleine lévitation au monastère de Grottaglie où il vivait (gravure anonyme de 1880).

L'ubiquité (du latin ubique, en tout lieu), appelée aussi « bilocation », survient quand une personne est vue physiquement à deux endroits en même temps. L’écrivain Marcel Aymé évoque ce phénomène dans son ouvrage « Le passe-muraille », publié en 1941 : « Il y avait à Montmartre, dans la rue de l'Abreuvoir, une jeune femme prénommée Sabine qui possédait le don d'ubiquité. Elle pouvait à son gré se multiplier et se trouver, de corps et d'esprit, en tant de lieux qu'il lui plaisait souhaiter ».

Enfin, la téléportation est le fait, pour un personnage, de se déplacer instantanément d’un point à un autre à la vitesse de la lumière, comme le relatent de nombreux auteurs de science-fiction dans leurs romans. Ce phénomène n’est encore, à ce jour, qu’à l’état de recherche théorique, pourtant certains spécialistes ne désespèrent pas de pouvoir le réaliser dans le futur : pour s’en convaincre, ils affirment que l’invention de l’hologramme en représente la première étape.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

 Illustration du phénomène de téléportation sur la couverture du magazine américain « Science Fiction Quarterly », paru dans les années 1950 (Collection Agence martienne)

Un phénomène présent dans toutes les civilisations

Pour les sceptiques, les phénomènes de voyage hors du corps ne sont que des hallucinations, des rêves ou parfois même de la supercherie pure et simple.

Les convaincus, à l'opposé, soutiennent que la meilleure preuve de la réalité du voyage hors du corps repose sur la véracité des récits fournis par tous ceux qui ont vécu une telle expérience. C'est le cas du docteur américain Charles Tart, fondateur de la psychologie transpersonnelle : « Étant donné sa distribution apparemment universelle dans toutes les cultures et à travers toute l'histoire, le dédoublement constitue ce que le psychiatre Carl Jung appelle une expérience archétypique, donc potentiellement accessible à de nombreux êtres humains, pour la simple raison qu'elle participe de la nature humaine ».

Les voyages hors du corps sont relatés, depuis des millénaires, dans de nombreuses civilisations

Les premiers écrits de l'Inde mentionnent que, parmi les huit « siddhis » (pouvoirs surnaturels) de l'être humain, le sixième est celui « qui permet de voler dans le ciel ».

Pour les Égyptiens de l’époque des pharaons, chaque personne possédait, à côté du corps physique, un autre corps, appelé « ba », ayant la forme d'un oiseau à visage humain, symbole de ce qui peut échapper aux lois de la pesanteur.

L'Ancien Testament relate que le prophète Élisée parvint à déjouer l'attaque des Syriens en se transportant virtuellement dans la chambre du roi syrien pour y lire ses plans d'attaque ! La bataille, le lendemain, ne fut plus alors qu'une simple formalité pour Élisée.

Dans la religion chrétienne, des chercheurs ont relevé de nombreux cas de voyage hors du corps, comme ceux de Jésus-Christ, lors de sa résurrection, ou de Saint Paul qui mentionne, dans l'épître aux Corinthiens, « la corde d'argent » qui relierait le corps spirituel au corps physique et serait un véritable cordon ombilical des voyageurs de l'astral. Ce cordon est décrit, par ceux qui disent l'avoir vu, comme une sorte de câble d'apparence élastique, censé donner à la personne qui voyage l'énergie qui la maintient en vie. Toute rupture du cordon signifierait une mort immédiate.

Chez les Indiens d'Amérique du Nord, on dit que les « chamans » possèdent le pouvoir de quitter leur corps, par leur simple volonté, afin d'accompagner l'âme des morts jusqu'à la terre des ancêtres.

Les témoignages d'Hemingway et de Lindbergh

De nombreux écrivains ont raconté leurs propres expériences en matière de voyage hors du corps : Aldous Huxley, Arthur Koestler, Emily Brontë, Guy de Maupassant, Jack London... Ou encore Ernest Hemingway qui, au moment précis où des éclats d'obus lui criblèrent les jambes, en juillet 1918, vécut alors une expérience de voyage hors du corps : « Mon âme, ou quelque chose qui sortait de mon corps comme quand vous tirez un mouchoir de soie de votre poche, se déploya autour de moi, puis revint et réintégra mon corps : mais je n'étais pas mort ».

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Une autre célébrité du vingtième siècle vécut aussi une expérience de voyage hors du corps : Charles Lindbergh. Celle-ci survint au cours de son inoubliable traversée en solitaire de l'Atlantique de mai 1927, à bord du Spirit of Saint Louis. Alors qu'il en était à sa vingt-deuxième heure de vol, Lindbergh fut enveloppé d'un épais brouillard et commença à ressentir les effets de la fatigue : « J'étais hors du temps et de la matière. Je sentis que je me séparais de mon corps tout comme j'imagine l'esprit se dégageant de notre forme corporelle. Je flottais dans le cockpit, à travers le fuselage, puis j'obliquais vers le haut, à l'extérieur de l'appareil, avant de prendre une forme qui, j'en avais conscience, ne ressemblait en rien à la forme humaine que j'avais laissée dans un avion volant à grande vitesse. Mais je restais lié à mon corps par un long câble si ténu qu'un simple souffle aurait pu le rompre ».

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Les 11 phases d'un voyage hors du corps, selon le docteur Raymond Moody

L’Américain Raymond Moody, docteur en philosophie, est le premier chercheur à avoir popularisé le sujet. Dans son best-seller « Life after life » (« La vie après la vie »), paru en 1975, Moody analyse 150 témoignages de personnes revenues à la vie.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Il appela ce phénomène « N.D.E. » (Near Death Experience), expérience de mort imminente (E.M.I.), et découvrit l’existence de 11 phases caractéristiques et communes à tous ces cas :

1) L'insolite : les rescapés de la mort ont beaucoup de mal à décrire, en termes clairs et simples, le monde dans lequel ils entrent.

2) L'audition du verdict : la plupart des dédoublés assurent avoir entendu les personnes autour d'elles - médecins ou simples passants - les déclarer morts. Cependant ils sont incapables de bouger ou de parler pour manifester qu'ils sont toujours vivants.

3) Le sentiment de sérénité : dans la situation de mort imminente, les gens ne ressentent plus de douleur mais, au contraire, une sensation agréable.

4) Le bruit : les dédoublés n'entendent plus les bruits environnants, mais des sons inhabituels comme de la musique très belle ou, à l'inverse, des bourdonnements insupportables.

5) Le tunnel obscur : la majorité des sujets se sentent comme aspirés dans un tunnel obscur, un puits ou un espace tubulaire.

6) L'abandon du corps : à l'issue de la traversée du tunnel, les sujets ressentent alors un phénomène de décorporation, c'est-à-dire de dédoublement entre leur corps physique et leur corps astral.

7) La rencontre avec les autres : les personnes qui approchent de la mort semblent alors rencontrer des parents, des amis ou des entités spirituelles qui veulent faciliter leur passage vers la mort.

8) L'être de lumière : ce phénomène est certainement la caractéristique la plus importante des N.D.E. La lumière est d'abord pâle, puis elle augmente d'intensité pour devenir éclatante, sans éblouir le sujet. Cet être de lumière semble donner amour et chaleur et son identification est liée à la croyance religieuse de l'individu (le Christ pour un chrétien, un ange pour un israélite...).

9) Le défilé de la vie : la plupart des dédoublés voient défiler en accéléré -comme les "flash-back" d'un film - les séquences importantes de leur vie.

10) La frontière : certaines personnes disent avoir aperçu comme une limite, une porte ou une barrière symbolisant la ligne de séparation entre la vie et la mort.

11) Le retour : tous ceux qui témoignent de leur voyage aux portes de la mort en sont bien sûr revenus, sinon ils ne pourraient pas en parler. Pourtant, certaines personnes disent avoir lutté afin de ne pas revenir dans leur corps physique.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Dans « La montée des bienheureux vers l'empyrée », tableau peint par Jérôme Bosch vers 1505, la vision du tunnel représenterait, selon certains chercheurs, une expérience de mort imminente (musée du palais Grimani - Venise).

Quinze ans après la parution du best-seller de Raymond Moody, le phénomène de N.D.E. a connu une médiatisation planétaire grâce à la sortie du film « L'expérience interdite », réalisé en 1990 par Joël Schumacher, avec Kiefer Sutherland et Julia Roberts dans les rôles principaux.

Voyage hors du corps,décorporation,lévitation,NDE,OBE,téléportation,66 tests

Le phénomène de N.D.E. a été mondialement médiatisé en 1990 grâce lors de la sortie du film « L'expérience interdite » réalisé par Joël Schumacher, avec Kiefer Sutherland et Julia Roberts dans les rôles principaux.

Existe-t-il des preuves scientifiques du voyage hors du corps ?

Une  importante étude scientifique sur les N.D.E. a été réalisée récemment (2008) par le « Coma Science Group », dépendant du Centre de Recherches du Cyclotron et du Département de Neurologie de l’Université de Liège (Belgique). Le rapport qui a été publié, intitulé « Expériences de mort imminente : phénomènes paranormaux ou neurologiques ? », propose une nouvelle hypothèse : « Les N.D.E. sont des phénomènes physiologi­ques et neurologiques qui ont, de tout temps, suscité la curiosité et généré des mythes et légendes. La vision d’un tunnel et d’une lumière brillante, l’entrée dans un autre monde sont des caractéristiques des N.D.E. qui ont pris une signi­fication spirituelle pour de nombreuses person­nes. Différents auteurs ont proposé des modèles transcendantaux ou psychologiques. Cependant, des études neuroscientifiques menées dans diffé­rents contextes, dans lesquels peuvent apparaître des O.B.E., montrent un rôle important de la jonc­tion temporo-pariétale, région associée à l’inté­gration des informations multisensorielles et à la conscience de soi. L’étude des O.B.E. pourrait permettre de connaître les fonctions et les structu­res qui sous-tendent les aspects de la conscience en condition normale telles que la conscience corporelle, la perspective visuo-spatiale égocen­trique, la conscience de soi et l’agentivité c’est-à-dire la conscience d’être l’agent, l’acteur de nos actions, pensées et sentiments ».

TEST : essayez de voyager hors de votre corps

Voici une expérience que vous pouvez tranquillement réaliser chez vous.

Méthodologie

Allongez-vous sur un canapé ou un lit. Faites l'obscurité et veillez à ne pas être dérangé. Vérifiez que vos vêtements soient amples et ne vous serrent pas. Relaxez-vous mentalement et physiquement. Fermez les yeux et respirez avec régularité, la bouche légèrement entr'ouverte.

Vous allez maintenant glisser vers le sommeil en vous concentrant sur une image qui vous apaise. Dès que vous ressentez les vibrations, contrôlez-les en les guidant consciemment à travers votre corps, de la tête aux pieds et inversement. Quand vous aurez réussi à provoquer ces ondes vibratoires, vous pouvez maintenant quitter votre corps : pour cela, concentrez-vous en pensant fortement combien il serait agréable de flotter dans l'air. Fixez-vous sur ces pensées et votre forme astrale devrait alors commencer à s'élever. Quand vous souhaitez revenir à votre corps physique, concentrez-vous sur la réunion de vos deux corps : le corps mental que vous souhaitez quitter et le corps physique que vous voulez retrouver.

Test de la boîte

Faites mettre, par un tiers, cinq objets différents dans une boîte fermée. L'objectif consiste à vous dédoubler mentalement afin de vous rendre, par l'intermédiaire de votre corps astral, à l'intérieur de la boîte et d'y « voir » distinctement chacun des objets. Faites ensuite comparer votre description à la liste exacte des cinq objets se trouvant réellement dans la boîte… en essayant de faire aussi bien que le médium américain Alex Tanous, testé pendant les années 1970 par le docteur Karlis Osis. Alex Tanous est, en effet, parvenu à en identifier 58% !

Merci de nous transmettre vos témoignages sur : paranormal@orange.fr

Dans notre prochaine newsletter, nous diffuserons la seconde partie de cet article, consacrée à 3 témoignages de personnes ayant expérimenté une sortie hors de leur corps.

À SUIVRE

 

 

10:58 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (0)

ORBES ET PHOTOS MYSTÉRIEUSES

 SIGNATURE PHOTO.jpgIMPORTANT

Devant la recrudescence, à laquelle nous ne pouvons plus actuellement faire face, concernant les demandes d'expertises-photos, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir répondre à ces deux questions, en nous contactant sur notre adresse mail : paranormal@orange.fr

Nous vous remercions de votre précieux apport à la recherche paranormale.

1) Comment avez-vous connu notre blog ?

Par hasard - Par un intermédiaire - Par un ami - Autre (préciser)

2) Aviez-vous déjà consulté le dossier "Orbes et photos mystérieuses" avant de nous contacter ?

Oui - Non

3) Vos remarques éventuelles sont les bienvenues

Merci

ORBES ET PHOTOS MYSTÉRIEUSES :

DES RÉPONSES !

                                                                                  Par Ranky

Auteur de l'Encyclopédie du Mystère (Éditions Trajectoire)

ENCYCLOPEDIE DU MYSTERE.jpg

IMPORTANT

Cette catégorie a été mise en ligne il y a de nombreux mois et certains de nos correspondants ont été déçus de n'obtenir aucune réponse de notre part concernant leur envoi de photos.

Il faut savoir que notre intention première était de fournir des expertises personnelles et non collectives, mais que nous avons été rapidement dépassés par le nombre incroyable de clichés reçus (plus de mille en peu de temps !!!)

Et, malheureusement, notre ami Claude Géraldy, magicien-expert de haut niveau et aussi excellent technicien en photographie, qui s'occupait plus précisément de ce dossier, est décédé. Pour couronner le tout, le laboratoire photo, passionné par nos recherches, est devenu payant. Vous le savez, nos investigations sont effectuées par des bénévoles. Mais nous sommes à la recherche de nouvelles solutions...

Rassurez-vous, chers correspondants : toutes les photos reçues ont été étudiées et classées en plusieurs catégories que vous allez pouvoir consulter maintenant. Vous reconnaitrez facilement la catégorie dans laquelle se situe votre photo et vous aurez ainsi une réponse à votre demande.
Nous possédons une explication possible pour chacune de ces photos.

Sachez cependant qui si l'une de vos photos avait posé un problème au niveau d'éventuelles manifestations spiritualistes, nous ne vous aurions pas laissé sans réponse.

Soyez rassuré, si par un hasard improbable, votre photo persiste à vous poser problème, n'hésitez pas à nous le faire savoir en exposant vos suggestions sur : paranormal@orange.fr ou dans les Commentaires.

 

LES ORBES, C'EST QUOI ?                                       

Les orbes (du latin orbis : roue, rond ou cercle) et autres phénomènes lumineux apparaissant principalement sur les photos numériques : elles sont de diverses provenances, aucune n'est clairement définie et plus précisément, toutes sont sujettes à caution.
Les tenants du Paranormal y voient des forces inconnues, la manifestation d’entités, des messages de l’au-delà, etc.
Pour les rationalistes, il s’agit de phénomènes optiques bien répertoriés.
Au sein de notre Comité d’expertise, le travail des expérimentateurs consiste donc, dans un premier temps, à éliminer les sources physiques de ces phénomènes optiques ainsi que les trucages et montages photographiques imaginés par quelques esprits tordus.
C’est seulement après que l’on peut envisager d’éventuelles manifestations spiritualistes.
En règle générale, il ressort de nos investigations que les convaincus du “surnaturel” sont incapables de prouver l’origine paranormale des orbes, et que les rationalistes ne peuvent pas toujours fournir d’explications scientifiques.
Il est indiscutable que si beaucoup de photos trouvent une explication scientifique, d’autres demeurent mystérieuses, en nous faisant penser toutefois à des phénomènes d’énergie inconnue.

LES ADEPTES DU PARANORMAL ET LES ORBES.

Les tenants inconditionnels du paranormal pensent que les orbes apparaissent dans des lieux supposés hantés : vieilles bâtisses, châteaux ou encore endroits privés où des personnes ont connu un deuil.

Mais non, en réalité les orbes apparaissent partout.

C’est vers les années 1990-95 que l’idée d’origine paranormale est apparue, aidée par la prolifération des appareils photo et vidéo numériques ainsi que par certaines émissions télé, Internet, etc.. Il existe différentes hypothèses à leur sujet.

La plus courante est que les orbes seraient des fantômes, des esprits errants ou encore des anges.

Autre hypothèse : les orbes seraient des boules de plasma ou encore des OVNI : la raison étant qu’ils représentent des objets non identifiés semblant flotter dans l’espace.

LES RATIONALISTES ET LES ORBES.

Le phénomène des orbes, qui apparaissent le plus souvent sur des photos prises à l’aide de flash, est bien connu des photographes qui l’expliquent rationnellement comme des artéfacts produits par la réfraction et la diffraction de la lumière sur des poussières, des gouttes d’eau, des insectes, des fils d’araignée et autres petits objets présents entre le sujet de la photo et l’objectif de l’appareil.

Afin d’illustrer cette étude voici une copie du mode d’emploi éditée par le fabricant du Sony DSC-H50 :

 MODE D'EMPLOI Sonny.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut savoir que des orbes ont été détectées sur des photos argentiques mais que, depuis l’apparition des appareils numériques, elles se sont multipliées  pour diverses raisons techniques : par exemple, le flash se trouve plus près de l’objectif de l’appareil, ce qui favorise la réflexion de la lumière sur le cliché.

Les orbes sont aussi souvent présentes sur des photos prises sous l’eau car les particules et les micro-organismes en suspension sont innombrables.
Les tenants inconditionnels du paranormal rejettent la majorité des explications rationalistes par le fait, entre autres, que des orbes n’apparaissent que sur un seul cliché même si la scène photographiée l’a été par deux photographes différents. Mais si l’une des deux photos ne révèle aucune orbe, c’est tout simplement que l’angle de prise de vue est différent. 

Certaines orbes présentent des couleurs irisées dues à la décomposition et l’interférence de la lumière par des particules, ce qui donne des images facettées dans lesquelles les tenants du paranormal peuvent voir des visages, surtout en agrandissant les clichés. Il s’agit là de ce que je nomme  « l’effet nuage ».

L'EFFET NUAGE, C'EST QUOI ?

Nous l'avons vu en exemple, un peu plus haut dans le texte, la décomposition et l’interférence de la lumière donnent des images facettées dans lesquelles on voit des visages, surtout en agrandissant les clichés. Il suffit souvent de deux, trois ou quatre zones ombrées différentes de forme ou de couleur, simulant  des yeux, un nez, une bouche, pour évoquer un visage. Ce phénomène est bien connu. Mais il ne se situe pas que dans les phénomènes physique de la lumière. On le rencontre couramment dans la vie de chaque jour et il n'y a rien d'extraordinaire à ce qu'il apparaisse sur nombre de photos et c'est même sur ce support qu'il se révèle le plus facilement. Un enchevêtrement de branches et de feuilles d'arbre, par exemple, révélera une figure humaine qui se trouvera fixé sur le cliché où vous le découvrirez facilement, alors qu'en marchant devant ce même arbre, il vous sera impossible de le voir. L'effet nuage se révèle surtout dans... les nuages et tout le monde connaît ce jeu d'enfant qui consiste à y découvrir des formes d'animaux, des visages, des objets, d'où le nom que je lui ai attribué.

109px-Rock_Face.jpgPar extension on trouve aussi des images dans les tâches d'humidité, sur les vieux murs, les rochers, les eaux stagnantes et sur bien d'autres supports.
Quelquefois  une extraordinaire coïncidence, ou un effet de l'imagination, fait qu'une ressemblance avec une personne décédée interpelle l'auteur de la photographie. Alors il faut rester réaliste et chercher une explication rationnelle que l'on ne trouve pas forcément de suite, surtout si l'on est dans une épreuve de maladie ou de deuil, par exemple.
Je dois  admettre que certaines photos nous posent quelquefois, à nous aussi, des problèmes compliqués à résoudre, mais concernant cet effet nuage leur résolution apparaît pratiquement toujours au bout de nos investigations.
 
LA PARÉODOLIE, C'EST QUOI ?
Pareidolie-Visage-Objet-21.jpgLa paréidolie est une illusion générée par le cerveau. Les exemples dans la vie de tous les jours sont innombrables : formes familières dans des tâches, des objets des nuages et, comme nous le voyons dans le sujet de notre dossier, les photographies.
visage-mars-pareidolie.jpgLe "visage de Mars" est un des exemples les plus célèbres. Cette illusion d'optique est due à l'imbrication de zones de lumière et d'ombre.

Le phénomène de paréidolie est parfois extrêmement troublant pour certaines personnes qui le considèrent souvent comme une intervention d'un proche décédé.

Il y a presque toujours une explication rationnelle à ce phénomène, mais il faut surtout essayer d'en trouver le sens pour la personne. Mais, là, ce n'est plus de notre domaine mais celui de la médecine.

Ma petite idée : une majorité de personnes admettent les illusions en tant que telles, mais certaines autres les transforment en hallucinations. Il faut garder suffisamment d'esprit critique afin de reconnaitre qu'un proche décédé, par exemple, apparaissant sur un cliché pris dans un endroit improbable est un accident sans aucune signification. Ne vous parait-il pas extraordinaire que Jésus ou la Vierge Marie aient attendu l'invention du numérique ou la matérialisation d'une tâche d'humidité sur un mur, même de cathédrale, pour apparaître de cette façon aussi ridicule qu'inutile ? Ne s'agirait-il pas d'un effet d'imagination ?

                                        Qu'en pensez-vous ?

                                                                                                      RANKY

 

Analyse de photos mystérieuses

 PETITS MALINS, ESPRITS MAL TOURNÉS, SCEPTIQUES, VOYOUS...

Malheureusement, dans ce domaine comme dans bien d'autres : voyance, médecines parallèles, phénomènes paranormaux en général, il existe une catégorie d'individus prêts à monter n'importe quel canular ou à raconter des histoires humoristiques douteuses, destinés à ridiculiser ceux qui recherchent des explications dans le domaine appelé paranormal.

Ces individus n'ont aucune conscience du mal qu'ils créent, notamment chez certaines personnes troublées par l'apparition sur une photo du visage d'un être cher disparu, même s'il s'agit souvent d'une formidable coïncidence ou d'un effet de leur imagination.

N'étant pas spécialiste en psychologie, je ne développerai pas ce sujet mais il me semble que ces humoristes d'occasion n'ont aucune notion de ce qu'est tout simplement l'intelligence du coeur. Je ne citerai que deux cas significatifs parmi près d'une centaine.

LA PHOTO DE FRANCK

LA PHOTO DE FRANCK 1.JPG
Voulant soi-disant photographier son jardin à travers le rideau du salon pour faire un "effet de flou", Franck nous dit avoir été surpris par cette apparition d'un visage qui lui rappelle un ami décédé.

LA RÉPONSE DE L'EXPERT :

Franck,

Si vous vous  contentiez d'être un petit farceur, on pourrait peut-être s'en amuser. Mais tel n'est pas le cas et vous devenez particulièrement odieux en nous racontant  votre grand chagrin lorsque vous avez reconnu le visage apparaissant derrière le rideau comme étant celui de votre meilleur ami décédé après un long coma, dans un terrible accident de voiture alors que votre photo est un montage. En effet, nous prenant sans doute pour des imbéciles, vous avez  intercalé un masque en bois entre la vitre et le rideau (destiné à flouter l'image du visage plutôt que le jardin !) d'une fenêtre. Il semble exclu que vous compreniez un jour que toutes les opinions sont respectables et qu'il est inutile d'adopter une attitude moqueuse ou intolérante à l'égard de quelque croyance que ce soit. Et vous ne comprendrez probablement jamais, non plus, que nous vous ayons désabonné de notre newsletter.

 LA PHOTO DE JOSY 

Josy est une jolie jeune femme dont l'auto-portrait en pied, délicieusement déshabillé, est agrémenté "d'orbes" de diverses couleurs. On en trouve sur le bout d'un sein, vers le nombril et au hasard de l'inspiration de notre artiste photographe qui s'est donnée bien du mal pour réaliser ce cliché artistiquement réussi. Dommage que josy ne souhaite plus sa diffusion.

LA RÉPONSE DE L'EXPERT : Josy, ainsi que je vous l'ai dit en direct au cours d'une TVweb animée par notre ami Jean-Claude Carton, les préservatifs ce n'est pas là que ça se met. Mais je ne vous apprend sûrement rien. Voici une tournure d'esprit plutôt singulière qui relève plus de la facétie que de l'arnaque. Oh! la coquine ! Allez, on ne vous en voudra pas.

LA PHOTO 1 DE MARIE-VÉRONIQUE

LA PHOTO 1 DE MARIE VERONIQUE .jpg
À gauche de la chanteuse lyrique, un visage apparaît dans l'orbe, à l'envers et semblant chanter.


LA RÉPONSE DE L'EXPERT : Voici l'exemple parfait de l'apparition d'un visage dans une orbe, provoquée par l'interférence et la décomposition de la lumière. Il s'agit en fait également de "l'effet nuage" dû  à l'image irisée et facettée et seulement visible à l'agrandissement du cliché.

LA PHOTO 2 DE MARIE-VÉRONIQUE

LA PHOTO 2 DE MARIE VERONIQUE.jpg
À gauche de ce beau portrait de Maria Callas, un visage apparait, comme imprimé sur le rideau. (Photo droits réservés)
 
LA RÉPONSE DE L'EXPERT : La photo est très intrigante. Non seulement elle provient de notre même internaute et concerne comme son premier cliché une chanteuse lyrique mais en observant attentivement la photo on s'aperçoit que par une formidable coïncidence, le visage comme "imprimé" semble être le reflet de la position de celui de Maria Callas : les deux yeux sont tournés exactement dans la même direction bien que le visage "imprimé" soit tourné plus à droite. Le plis du rideau visible près de l'oeil droit de la cantatrice se retrouve également près de l'oeil droit "imprimé". La bouche est pratiquement identique sur les deux visages quoique décalée sur le visage "imprimé". De telles photographies peuvent effectivement être traumatisantes pour des personnes non averties. Seules des observations plus poussées nous ont permis d'établir qu'il s'agit bien d'un "effet nuage" plutôt extraordinaire.
 
LA PHOTO DE PEDRO
7c988a81e79b3f54e1583efb93b76728.jpg
En photographiant les sapins de son voisin, Pédro a eu la surprise de voir apparaitre un visage impressionnant de réalisme dans les branches (à l'intérieur du cercle).

LA RÉPONSE DE L'EXPERT : l'enchevêtrement des branches donne ici un portrait étonnant. L'intervention paranormale est exclue. Il s'agit d'extraordinaires coïncidences dans la disposition des branches, du feuillage, des zones d'ombre et de lumière.

LA PHOTO DE MINO

0dd9e91af1d28f341809ab896c5b666f.jpg
Mino nous a communiqué plusieurs clichés comportant une tache caractéristique sur le côté gauche.


LA RÉPONSE DE L'EXPERT : il n'y a rien de paranormal dans cette photo, ni dans les autres, par ailleurs très artistiques, communiquées par Mino. Les taches sont provoquées par l'index ou le majeur de l'opérateur. Donc, attention de ne pas obturer partiellement l'objectif par un doigt.

LA PHOTO DE LAETITIA

960269686081adbbc3f3b57988ae01b7.jpg
Laetitia nous envoie cette photo prise le 21 décembre 2007 et nous dit :” Regardez la fenêtre, on voit bien une entité ” (mettre la photo en plein écran).

LA RÉPONSE DE L'EXPERT : nous avions souhaité de Laetitia qu'elle refasse une ou deux photos au même endroit. Laetitia n'a pas donné suite. Nous avons une idée sur sa démotivation.

LA PHOTO 1 DE “ROSEDESVENTS”

bb51c9e7c8be12bc6956a3cbcd331b21.gif

Aux dires de Rosedesvents en prenant des photos dans la maison de son père décédé, des visages apparaissent un peu partout, et principalement sur les objets ayant appartenu au défunt.

LA PHOTO 2 DE "ROSEDESVENTS"

ed6dcf93dacc2cb9a5368ff9fa6ba852.gif

LA RÉPONSE DE l'EXPERT : nous attendons d'autres photos de Rosedesvents pour continuer nos investigations. Il semblerait que de nombreux visages apparaîtraient aussi dans la propre maison de Rosedesvents : nous attendons des photos pour les expertiser.

LA PHOTO 3 DE "ROSEDESVENTS"
adf9fb1ff9883f4693eb445978391c7d.jpg
(Détail)
a93412e78dc7e76124bc12aeba40be1c.gif
LA RÉPONSE DE L'EXPERT : "L'orbe" provient d'une réfraction de la lumière. La conclusion, émise par Rosedesvents elle-même, confirme bien notre réponse concernant "l'effet nuage" : j'ai agrandi quelques parties dans cette sphère et on aperçoit des visages.
 

LA PHOTO DE “DIDIER”

a10b70960b80d339a9437f1556b8a9e4.jpg

Se tirant lui-même le portrait à l’aide d’un téléphone portable, Didier a eu la surprise de découvrir ce cliché qu’il interprète comme étant la tête d’un décédé.

LA PHOTO DE "NELLY"

753a437471e30c271f34d92d39fad63b.jpg

Cette photo laisse apparaître plusieurs visages, visibles à l'agrandissement, ainsi que la silhouette blanche de la représentation bien connue de Sainte Thérèse de Lisieux. 

LA RÉPONSE DE L'EXPERT : cette réponse concerne les quatre photos précédentes qui ont été choisies parmi une soixantaine, juste pour l'exemple. Le lecteur constate que nous demandons aux auteurs de ces clichés de photographier, à nouveau, les mêmes endroits afin que nous puissions confirmer nos doutes concernant le réel désir de ces photographes de participer à une recherche sérieuse. En effet, la recherche de la vérité dans le domaine paranormal n'est pas un jeu.

LA PHOTO 1 DE "JEAN-CLAUDE"

10faafa7c62d9a86241d9a08f455473b.jpg
Cherchez bien, cette photo comporte une particularité véritablement étrange. Le couple, composé de Jean-Claude Carton animateur de radio bien connu (décédé en 2015) et de sa compagne, a dû rebrousser chemin à cause d'un mal-être grandissant au fur et à mesure qu'il se dirigeait vers le sommet de ce mont.

LA RÉPONSE DE L'EXPERT : Jean-Claude conduit une voiture en vue d’atteindre le château de Montségur qui culmine à 1207 mètres d’altitude et qui fut un haut lieu du Catharisme. Cette forteresse ariégeoise fût le théâtre de terribles événements. Après 10 mois de luttes infructueuses pour envahir cette forteresse, l’armée royale composée de 6 000 hommes donnera l’assaut final le matin du 16 mars 1244. On demandera aux 500 prisonniers de renier leur foi nouvelle ou de périr sur le bûcher. 207 “Parfaits” connurent ainsi le supplice des flammes, ce qui aujourd’hui encore alimente les spéculations et les rumeurs les plus folles.
Au cours de l’ascension, Jean-Claude est soudainement en proie à un étrange mal-être qui l’oblige à s’arrêter. Il confie alors le volant à sa compagne qui, prise de tremblements dans les virages, est contrainte à son tour d’arrêter la voiture.
Très inquiets, ils décident alors de regagner le parking situé plusieurs centaines de mètres plus bas où ils voient leurs malaises respectifs disparaître totalement et d’où ils prennent ces photos.

LA PHOTO 2 DE "JEAN-CLAUDE"

1c87dd77c89d363ebd82c2c53f7a5eda.jpg

Cette deuxième photo, prise sous un angle différent, fait apparaitre le même phénomène.
Au centre des clichés, au-dessus de la végétation, on distingue très nettement deux personnages. À leur gauche, se trouve une tête de “démon”. Au niveau des genoux du personnage de droite, on voit avec précision 4 cercueils.
LA RÉPONSE DE L'EXPERT
: ces photos, accompagnées de phénomènes physiques ressentis simultanément par deux personnes, sont parmi les plus étranges que nous ayons reçues.

Le fait extraordinaire est que les éléments insolites qui apparaissent sur les photos accompagnent simultanément des "malaises" ressentis par les deux voyageurs. Nous n'avons pas d'explication.
Photos Jean-Claude Carton.

 

LES PHOTOS DE "THOMAS ET MAXIME"

LA RÉPONSE DE L'EXPERT : Comme pour Jean-Claude Carton, ce ne sont pas les photos elles-mêmes qui nous posent problème car celles de Thomas et Maxime ne présentent pas autre chose que des orbes (voir les explications données dans le premier article de ce dossier) mais les réactions  similaires et simultanées, ressenties par les trois protagonistes de l'histoire qui demeurent mystérieuses, ces "malaises" indéfinissables dont ils ont parlé seulement après avoir pris connaissance des photos.

 VOICI L’ÉTONNANTE HISTOIRE DE THOMAS, MAXIME ET FRED.
Il y a quelque temps, sur un lieu de fouilles archéologiques, Maxime et Fred avaient déjà été témoins de phénomènes étranges.
Thomas ayant rejoint cette équipe, ils se rendent à nouveau sur les lieux en empruntant un petit chemin goudronné débouchant sur un sentier herbeux. Au moment précis où Thomas pose le pied sur ce sentier herbeux , il ressent une douleur vive au niveau du sternum. Inquiet, il se place entre Thomas et Fred, pensant conjurer cette douleur qui ne cesse d’augmenter au fur et à mesure qu’ils progressent en sous-bois. Les trois amis s’aperçoivent alors, qu’ils ressentent exactement la même douleur.
Maxime refuse alors de continuer sa marche et fait demi-tour, bientôt suivi de ses deux collègues. Étrangement, en quittant le sentier, la douleur des 3 hommes cesse instantanément.
Revenu au camp, Thomas voit en sortant de la tente une petite boule lumineuse, bleutée, très claire, zigzaguer au ras du sol en se dirigeant vers le chemin du chantier archéologique, et disparaitre. Pensant avoir affaire à une hallucination, Thomas interroge un autre collègue de travail qui lui confirme avoir vu, lui aussi, cette boule volante.

71293e3d0a74afe482c8128b15210b67.jpg

C’est à la fin des fouilles, à la tombée de la nuit que Thomas prend une photo, en souvenir, à la limite du sentier menant au bois. Mais, impossible d’obtenir la photo souhaitée. Thomas avance alors de quelques pas, quittant le chemin goudronné pour celui du sentier herbeux. Il reprend une photo sur laquelle apparaîtra une boule blanche.Thomas court alors chercher Maxime et ils reprennent quelques photos de cet endroit où ils avaient ressenti les mêmes douleurs. Sur l’une d’elle, la boule est à nouveau présente, faisant se poser à nos amis de préoccupantes questions !

LA PHOTO DE LA "BABUSHKA LADY"

babouchka-femme
LA RÉPONSE DE L'EXPERT : Une femme, témoin de l’assassinat du président Kennedy à Dallas, est apparue sur plusieurs clichés et films en train de filmer l'assassinat de JFK, mais n'a jamais pu être officiellement identifiée (elle est juste à gauche de l'homme en chemise et porte un foulard rose sur la tête). Elle a été vue alors que tous les autres témoins se mettaient à l'abri. La police a saisi le film et ne l'a jamais rendu.

LA PHOTO DES LUMIÈRES D'HESSDALEN

hessdalen
LA RÉPONSE DE L'EXPERT : Ce phénomène a lieu dans la vallée de Hessdalen en Norvège. Des lumières, qui peuvent éclairer le niveau du sol pendant une heure, ont été repérées depuis la 2ème Guerre mondiale et ont été photographiées des milliers de fois. Le phénomène n'a jamais pu être expliqué.

EN GUISE DE CONCLUSION

Depuis l'invention de la photographie ce support s'est révélé immédiatement idéal pour exciter l'imagination, développer les facultés de raisonnement et d'analyse et aussi le goût artistique, peut-être plus que les images animées qui permettent de revenir en arrière, enlevant ainsi la force de l'image fixe qui, elle, permet à l'imagination de naviguer dans une sorte de temps suspendu.

Mais ce n'est pas parce que nous sommes parfois incapable de donner une explication rationnelle que cette explication n'existe pas et que, pour autant, nous devions basculer dans les théories fumeuses, le paranormal et pourquoi pas le surnaturel, même si certains clichés demeureront probablement toujours inexpliqués.

 Nous espérons vous avoir fourni quelques clés pour décanter les mystères de ce domaine passionnant des photos mystérieuses.

                                             Qu'en pensez-vous ?

N'hésitez pas à nous exposer vos suggestions sur : paranormal@orange.fr ou dans les Commentaires.    

                                                                                               RANKY

 

======================

PEAUFINEZ VOS CONNAISSANCES

Par Ranky et Jacques Mandorla

auteurs de "L'Encyclopédie du Mystère"

et de "66 tests pour développer vos capacités paranormales"

bob,toute la vérité,ranky,mandorla,émission,web-radio,web-tv,bltv   bob,toute la vérité,ranky,mandorla,émission,web-radio,web-tv,bltv  

Voici de nouvelles photos mystérieuses, que certains qualifient de "paranormales". N'hésitez pas à nous faire part de vos réactions, soit en laissant un commentaire en fin d'article, soit en nous écrivant sur paranormal@orange.fr

 

CHIEN FANTÔME ?

bd6691d667fa10f32d695459aeb3b2f9.jpg

Lorsque Lady Hehir s’est fait photographier par son amie madame Filson, en 1927, avec sa chienne Tara (qui semble être de la race Airdale), personne n’a rien remarqué d’anormal.
Ce n’est qu’au développement du cliché qu’est apparue… la tête d’un second chien sur l’arrière-train du premier !
On pourrait penser qu’il s’agit de la queue de Tara… mais celle-ci est nettement visible en bas à gauche.
Deux faits sont étonnants :
- Les deux amies ont alors reconnu une petite chienne nommée Kathal qui jouait souvent avec Tara,
- Kathal est morte un mois avant que cette photo ne soit prise.
Le négatif de cette photo a été soumis au British College of Psychic Science, qui n’a pas trouvé d’explication.


LÉVITATION D'UNE PERSONNE

13daf810bc96f85a94f352f90bdf8ac5.jpg

La personne qu’on voit décoller du sol s’appelle Collin Evans et s’élève au milieu de 300 spectateurs au Temple Square de Londres. Cette photo a été prise en 1938.


PHÉNOMÈNES LUMINEUX

89a862537be88095dbc41ebebcb6e834.jpg

Elle montre d’étranges « fumées » blanches, capturées par l’appareil d’un certain Mark, au moment où ce dernier photographie sa copine prénommée Roberta, en train de poser devant l’hôtel Magnolia Mansion à La Nouvelle-Orléans (Louisiane). Cette photo a été prise en février 2005, vers 18 heures.

Ci-dessous, un phénomène semblable photographié aux USA.

89c996192e60f2aa278c45b2a51847d4.jpg


POLTERGEIST

698ce77d8a442f6ba47441acbec63b4e.jpg

Le plus connu des phénomènes de poltergeists est celui de Rosenheim (Allemagne). La « responsable » de ces déplacements d’objets était Anne-Marie, collaboratrice du cabinet d’avocats où se déroulaient ces phénomènes. On la voit ici à gauche, au moment où une assiette se déplace en l’air. À droite, un autre objet en lévitation par son action involontaire.

IMAGE PROJETÉE PAR LA PENSÉE

12b66acacd1c6762b4705d947e491c44.jpg
de292991231975f7553b0cda0464dcde.jpg

Ted Serios, sujet psi américain, était semble-t-il capable de projeter une image, uniquement par sa pensée, sur la pellicule d’un appareil photo Polaroïd®, dont l’objectif avait été préalablement obstrué.
Voici, par exemple, à gauche, l’image obtenue par Ted Serios du tableau de droite, exposé au musée de Chicago.


LÉVITATION D'UN OBJET

27d60d78ee69a41b54ae41d09f93314e.jpg

Le célèbre astronome Camille Flammarion (1842-1925) observa de nombreuses lévitations au cours de séances de spiritisme. Voici la photo prise pendant l’action du médium Auguste Politi, dont les yeux avaient été bandés, sur une table qu'on voit décoller nettement du sol.

5036f92454a866c67ade828c1123d92e.jpg

Un autre cliché d’un phénomène de lévitation où une chaise s’élève brusquement du sol.


COMBUSTION SPONTANÉE

fb6fa7f88ace3fd1b7aef4bd6adae3aa.jpg

Photo de la combustion spontanée à Londres du corps d'un SDF connu sous le nom de Bailey. Ce dernier, avant de mourir, avait mordu si fortement avec ses dents la rampe de l'escalier, que les pompiers ont été obligés d'écarter ses mâchoires à l'aide d'une barre de fer pour pouvoir le libérer...
Dans le rapport des pompiers, on lit : « Il y avait une fente d'environ 10 cm au milieu de l'abdomen d'où des flammes sortaient encore, avec la force d'un chalumeau ».

On n'a trouvé, à proximité du cadavre, ni branchement de gaz ou d'électricité, ni allumettes. Les experts ont calculé qu’il a fallu une température de près de 1 500°C pour parvenir à ce résultat.

Réponse du Blog Paranormal : « Parler de combustion spontanée est inapproprié. C’est même le contraire qui se produit. Les médecins légistes, policiers et scientifiques concluent toujours à un processus d’ignition s’étalant sur plusieurs heures. À chaque nouvelle enquête, il apparaît qu’il y avait toujours près de la victime une matière en combustion : cigarette, appareil en court circuit, bougie, etc. C’est bien la rareté du phénomène (entre 40 et 50 cas annuels dans le monde) qui rend son étude difficile. Et ce sont, encore une fois, les médias à sensation qui entretiennent une atmosphère douteuse, souvent à connotation paranormale, ce qui n’a rien à voir. Certes, les cas sont spectaculaires. Le scénario est pratiquement toujours identique : une partie seulement du corps, et très rarement le corps entier, est carbonisée. Le feu ne se propage jamais dans l’environnement immédiat de la victime. L’exemple de Léon Eveil, retrouvé entièrement carbonisé dans sa voiture le 17 juin 1971 dans l’Aube, est très significatif. La chaleur dégagée a été extrêmement élevée, au point de faire fondre une partie du pare-brise du véhicule mais, fait qui demeure mystérieux, en laissant les sièges et le tableau de bord quasiment intacts ! Les premières descriptions du phénomène remontent au XVIIe siècle et se produisaient certainement aussi au Moyen-Âge et encore avant, périodes où les victimes ne devaient pas échapper à l’accusation de sorcellerie. Toutes sortes d’hypothèses ont été avancées, de la scientifique à la plus fantaisiste, comme l’imprégnation alcoolique. L’explication la plus raisonnable, que l’on nomme « effet chandelle », découle de l’expérimentation consistant à enduire de graisse humaine une éprouvette en Pyrex, recouverte ensuite d’une couche de peau que l’on enveloppe de tissu. Une extrémité du cylindre est alors enflammée et, après une heure environ, l’éprouvette est entièrement consumée. Une autre expérience consiste à envelopper en partie un os de gigot ayant conservé en épaisseur quelques centimètres de viande. En fin de combustion, on obtient un amas de cendre, l’os étant calciné, et la partie du gigot non recouverte de tissu de coton est presque intacte ».



PHÉNOMÈNES LUMINEUX

7c31e9799c51bb2612cc216cdddf7e83.jpg

Photographie d’un phénomène lumineux blanchâtre, prise avec un Polaroïd® par le sujet psi français Jean-Pierre Girard dans un château du XVIIe siècle situé en Bourgogne, en présence de cinq témoins, dont un professeur de physique de l’université d’Orsay.

4d3f4a7686000f0427825a9ad6bcabed.jpg

Photo prise en 1991 du même type de phénomène. Âgé de deux ans, Greg Sheldon Maxwell, pointa ses mains en l’air en s’exclamant « La vieille dame est encore là ! », au moment précis où son père prenait la photo, sans rien remarquer d’anormal !


APPARITIONS

4f6165040ba4890c70be9464b470d01c.jpg

Apparition d'une forme lumineuse (à droite du prêtre) au cours d’une messe de mariage en Hollande.

dc146fc67d4a3c8aeabd7bec74cce082.jpg

Autre phénomène lumineux, photographié cette fois en plein jour sur la Place Saint-Pierre à Rome, par madame Denise Martin.



TRANSCOMMUNICATION INSTRUMENTALE

medium_ROMY_SCHNEIDER.jpg

Photo dite de "transcommunication instrumentale", procédé appelé aussi T.C.I. qui permettrait d'entrer en contact avec des disparus, à l’aide d’un magnétophone, d'un magnétoscope ou d'écrans d’ordinateurs.
Sur cette photo apparue sur un écran de télévision, certains croient reconnaître le visage de l'actrice disparue, Romy Schneider.

===================

Donnez-nous votre avis sur ces mystérieuses photos paranormales !

Par Ranky et Jacques Mandorla, auteurs de "L'Encyclopédie du Mystère" et de "66 tests pour développer vos capacités paranormales"

bob,toute la vérité,ranky,mandorla,émission,web-radio,web-tv,bltv   bob,toute la vérité,ranky,mandorla,émission,web-radio,web-tv,bltv  

Voici 13 photos étonnantes que nous avons relevées dans la presse internationale et sur Internet.

Toutes obligent à se poser la question : s'agit-il d'une photo authentique (dans ce cas, qu'est-ce exactement ?) ou bien d'une photo truquée (ce que les Anglo-Saxons appellent "fake").

N'hésitez pas à nous donner votre avis (en précisant le numéro de la photo concernée) soit dans la rubrique Commentaires (à la fin de cet article), soit sur notre adresse email : paranormal@orange.fr

Nous publierons les propositions les plus intéressantes dans notre prochaine newsletter.

 Photo n°1 : combustion spontanée ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Des corps humains peuvent-ils s'enflammer spontanément, puis se consumer en laissant un tas de cendres ?

 

Photo n°2 : fée ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Cette créature, montrée par un policier, pourrait-elle être le cadavre d'une fée ?

 

Photo n°3 : géant ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Ce squelette, exhumé par des archéologues, serait-il la preuve que des géants habitaient sur Terre à une certaine époque ?

 Photo n°4 : homme-aimant ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Certains hommes possèdent-ils un corps magnétique, ce qui leur permettrait d'attirer les objets métalliques ?

 Photo n°5 : fantôme ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantôme,fée,larmes,statue,Vierge

L'image d'un fantôme peut-elle être capturée sur une photo comme sur ce cliché pris en 1936 dans le château de Raynham Hall à Norfolk (Angleterre) ?

 Photo n°6 : monstre terrestre ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Quelle est cette créature bizarre, trouvée en juillet 2008 sur la plage de Montauk (État de New York) ?

 Photo n°7 : lévitation ?

1bcba8e907600191e256a30763db6ed6.jpg

Comment le célèbre sujet psi français Jean-Pierre Girard parvient-il à réaliser la lévitation d’une boîte en plastique, servant à mettre une pellicule photo ? (Expérience faite à l’Øersted Institute de Göteborg en Suède).

 Photo n°8 : transpercement ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Est-il possible de se transpercer le visage sans ressentir aucune douleur (photo prise au "Festival végétarien" qui a lieu, chaque année, à Phuket en Thaïlande) ?

 Photo n°9 : spirale dans le ciel ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Quel est cet étrange phénomène qui s'est passé dans le ciel de Tromsö (Norvège), le 9 décembre 2009 vers 8h du matin ?

 Photo n°10 : zombie ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Est-il possible que cette personne, vivant en Indonésie, soit revenue d'entre les morts, après s'être échappée du cercueil où elle avait été enfermée ?

 Photo n°11 : pouces brûleurs ?

f45427503f9c25964d666458f6fd716a.jpg

Comment ces étranges empreintes de brûlures, en forme de pouces, ont-elles été réalisées sur un livre de sermons, rédigé en 1595 par Jakob Rem, appartenant à la bibliothèque du Décanat de Hall, près d’Innsbruck (Autriche) ?

 Photo n°12 : larmes de sang ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantômefée,larmes statue,Vierge

Comment expliquer ces larmes de sang, apparues en 1995 sur le visage d'une statue de la Vierge Marie en Italie ?

 Photo n°13 : monstre marin ?

photo paranormale,mystère,orbe,monstre,fantôme,fée,larmes,statue,Vierge

Quel est donc cet étrange animal photographié en 2015 par un scientifique : un éléphant de mer ? une otarie ? un morse ? un monstre marin jusqu'ici inconnu ?

La vérité sur les mystérieuses photos paranormales !

Par Ranky et Jacques Mandorla

 Voici les informations, recueillies auprès des fidèles de notre blog, sur les 13 photos étonnantes que nous avons publiées récemment. Ainsi que nos commentaires pour chacun des clichés présentés.

Vous pouvez toujours nous donner votre avis (en précisant le numéro de la photo concernée) soit dans la rubrique Commentaires (à la fin de cet article), soit sur notre adresse email : paranormal@orange.fr

 Réactions générales

Christiane RIEDEL : « Je trouve que vos photos sont très amusantes et piquent la curiosité. Heureusement que vous êtes là pour intriguer vos lecteurs et stimuler leur capacité d'analyse, de réflexion, de raisonnement. La vie est infiniment vaste, tellement plus vaste que ce que nous pouvons imaginer. Je n'ai pas de réponse à vos questions, je reste perplexe, mais j'attends vos explications avec impatience ».

Daniel DANLOUP : « Je suis cartésien, je pense que des montages peuvent être faits : montages photo (pour le géant disparu de la photo n°3) ou encore pour l’animal de la photo n°6 (montage fait par des étudiants en médecine ou en spécialité vétérinaire) ! ».

Fabrice LORANCHET : « Toutes ces photos reflètent la réalité. Il suffit de sortir du cartésianisme et d'accepter que nous ne détenons pas toute vérité et tout le savoir, loin de là. Par peur de l'inconnu,  une partie de l'humanité s'enferme dans les limites de ses cinq sens et de ses trois dimensions. En acceptant de s'ouvrir à l'immensité de ce qu'il ne voit pas, ne quantifie pas, ne maîtrise pas, il dépassera ses limites, redeviendra un aventurier et s'émerveillera de tant de découvertes sur l'inconnu ».

 Propositions de solutions

Photo n°1 : combustion spontanée ?

Des corps humains peuvent-ils s'enflammer spontanément, puis se consumer en laissant un tas de cendres ?

Réponse de Thierry NAMUR : « Le "Nigerian Herald" du 27 décembre 1976 rapporte un cas de 6 personnes victimes en même temps d'un cas de combustion spontanée... Des enfants sont aussi (rarement ) la proie de ce curieux, réel et inexpliqué phénomène ».

Réponse du Blog Paranormal : « Parler de combustion spontanée est inapproprié. C’est même le contraire qui se produit. Les médecins légistes, policiers et scientifiques concluent toujours à un processus d’ignition s’étalant sur plusieurs heures. À chaque nouvelle enquête, il apparaît qu’il y avait toujours près de la victime une matière en combustion : cigarette, appareil en court circuit, bougie, etc. C’est bien la rareté du phénomène (entre 40 et 50 cas annuels dans le monde) qui rend son étude difficile. Et ce sont, encore une fois, les médias à sensation qui entretiennent une atmosphère douteuse, souvent à connotation paranormale, ce qui n’a rien à voir. Certes, les cas sont spectaculaires. Le scénario est pratiquement toujours identique : une partie seulement du corps, et très rarement le corps entier, est carbonisée. Le feu ne se propage jamais dans l’environnement immédiat de la victime. L’exemple de Léon Eveil, retrouvé entièrement carbonisé dans sa voiture le 17 juin 1971 dans l’Aube, est très significatif. La chaleur dégagée a été extrêmement élevée, au point de faire fondre une partie du pare-brise du véhicule mais, fait qui demeure mystérieux, en laissant les sièges et le tableau de bord quasiment intacts ! Les premières descriptions du phénomène remontent au XVIIe siècle et se produisaient certainement aussi au Moyen-Âge et encore avant, périodes où les victimes ne devaient pas échapper à l’accusation de sorcellerie. Toutes sortes d’hypothèses ont été avancées, de la scientifique à la plus fantaisiste, comme l’imprégnation alcoolique. L’explication la plus raisonnable, que l’on nomme « effet chandelle », découle de l’expérimentation consistant à enduire de graisse humaine une éprouvette en Pyrex, recouverte ensuite d’une couche de peau que l’on enveloppe de tissu. Une extrémité du cylindre est alors enflammée et, après une heure environ, l’éprouvette est entièrement consumée. Une autre expérience consiste à envelopper en partie un os de gigot ayant conservé en épaisseur quelques centimètres de viande. En fin de combustion, on obtient un amas de cendre, l’os étant calciné, et la partie du gigot non recouverte de tissu de coton est presque intacte ».

 Photo n°2 : fée ?

Cette créature, montrée par un policier, pourrait-elle être le cadavre d'une fée ?

Réponse de Thierry NAMUR : « Cette photo peut être un canular. Rappelons-nous le temps des photos truquées des membres du Politburo soviétique que l'on gommait quand ils tombaient en disgrâce ! ».

Réponse du Blog Paranormal :« Bien vu Thierry NAMUR : il s'agit d'un canular, réalisé à l'aide d'une maquette, qui circule sur Internet ! ».

 Photo n°3 : géant ?

Ce squelette, exhumé par des archéologues, serait-il la preuve que des géants habitaient sur Terre à une certaine époque ?

Réponse du Blog Paranormal : « Cette image a commencé à circuler sur Internet début 2004. Il était alors affirmé que ce squelette d'un géant aurait été découvert par la compagnie saoudienne "Aramco Exploration". En réalité, ce canular archéologique provenait du site créatif "Worth1000.com", spécialisé dans la réalisation de photomontages. L'image d'origine représentait une vue aérienne d'une fouille de dinosaure, à la sortie de Hyde Park, effectuée par des chercheurs de l'Université Cornell ».

 Photo n°4 : homme-aimant ?

Certains hommes possèdent-ils un corps magnétique, ce qui leur permettrait d'attirer les objets métalliques ?

Réponse du Blog Paranormal : « Nous recevons, de temps en temps, des photographies de personnes les représentant avec des instruments de cuisine collés sur la poitrine : fourchettes, couteaux, plats en inox, fer à repasser, tous ces ustensiles étant censés tenir par la force magnétique de leur corps. Ainsi qu'on peut le constater sur la photo suivante, l'illusionniste Ranky fait la même chose et certains de ses collègues aussi. Alors, il ne reste plus qu'à ces hommes et femmes "magnétiques" qu'à venir comparer si le procédé est le même chez eux et chez nous. Simple, non ? ».

À ce jour personne n'a répondu à notre appel ! Sans commentaire !

 Photo n°5 : fantôme ?

L'image d'un fantôme peut-elle être capturée sur une photo comme sur ce cliché pris en 1936 dans le château de Raynham Hall à Norfolk (Angleterre) ?

Réponse du Blog Paranormal :

 « Après l'invention de la photographie, de nombreuses photos, dites "photos spirites", ont circulé dans le monde entier. Beaucoup n'étaient que des trucages, pas toujours habiles d'ailleurs. Ce cliché est devenu célèbre sous l’appellation du « fantôme de la femme brune » (Brown Lady Ghost). Il a été pris en 1936 dans le château de Raynham Hall à Norfolk (Angleterre) par le capitaine Hubert Provand et publiée dans le magazine Countrylife ».

 Photo n°6 : monstre terrestre ?

Quelle est cette créature bizarre, trouvée en juillet 2008 sur la plage de Montauk (État de New York) ?

Réponse du Blog Paranormal :

 « Cette drôle de créature - avec un bec mais aussi des dents, de longues griffes, une queue -, a été trouvée sur la plage de Montauk sur Long Island (État de New York). Les hypothèses sont nombreuses : un raton laveur ou un coyote en décomposition pour avoir séjourné trop longtemps dans la mer, une tortue qui aurait perdu sa carapace, le résultat d'une expérience scientifique d'un centre officiel de tests sur les animaux qui se trouve à proximité, le "Plum Island Animal Disease Center" ou encore une image créée sur ordinateur pour le lancement sur la chaîne "Cartoon Network" d’une émission sur le thème de la cryptozoologie (étude des animaux inconnus) intitulée "The Secret Saturdays"». 

 Photo n°7 : lévitation ?

Comment le célèbre sujet psi français Jean-Pierre Girard parvient-il à réaliser la lévitation d’une boîte en plastique, servant à mettre une pellicule photo ? (Expérience faite à l’Øersted Institute de Göteborg en Suède).

Réponse du Blog Paranormal : « La psychokinésie (PK) serait la faculté de pouvoir déplacer, déformer ou mettre en lévitation, des objets. La PK est étudiée par les parapsychologues, mais la communauté scientifique considère que ceux-ci n'ont pas réussi à prouver la réalité des phénomènes psi et que les effets psychokinétiques produits relèvent de l'illusionnisme. C'est aussi l'avis de la majorité des illusionnistes. Cependant, certains scientifiques et universitaires considèrent ces facultés comme réelles. Et un nombre important d'illusionnistes, aussi bien professionnels qu'amateurs, ayant assisté à des expérimentations en laboratoire scientifique ont reconnu que les sujets psi observés, et parmi ceux-ci Jean-Pierre Girard, n'avaient utilisé aucune technique illusionniste connue à ce jour ». 

 Photo n°8 : transpercement ?

Est-il possible de se transpercer le visage sans ressentir aucune douleur (photo prise au "Festival végétarien" qui a lieu, chaque année, à Phuket en Thaïlande) ?

Réponse du Blog Paranormal : « En pratiquant toutes sortes de mortifications, transpercements et certaines tortures, les fakirs, ascètes de l'Inde, cherchent à accéder à la sainteté. Mais il existe aussi, dans de nombreux pays, des fakirs illusionnistes présentant sur les places publiques des numéros pseudo-paranormaux. Ce sont, avant tout, des mendiants qui n'hésitent pas à réaliser des exercices quelquefois violents et dangereux. Malgré tout, ces fakirs illusionnistes présentent souvent les deux facettes de la spécialité : ascètes et illusionnistes. Concernant plus particulièrement la photo que nous vous présentons, il faut savoir que c'est le nerf trijumeau qui innerve le visage. Le nerf V innerve la peau mais pas l'angle de la mâchoire, là où le "fakir" se transperce le plus couramment. Le nerf V1 innerve l'aile du nez, le front, l'oeil : des endroits où, en principe, il ne se transperce pas. Le nerf V2 innerve la lèvre supérieure qu'il vaut mieux éviter de transpercer si on n'est pas instruit en anatomie, ce qui s'apprend sur le terrain. Le nerf V3 innerve la lèvre inférieure et le menton : à éviter, mais on remarquera que certains "artistes" n'hésitent pas à souffrir quand même un peu afin d'impressionner leur public. Il existe aussi un procédé illusionniste consistant à ajuster subrepticement un élément (appelé "fake" dans le jargon de l'illusionnisme) qui imite une partie du corps humain (fausse bouche, fausse langue,etc...) et que le fakir transperce alors sans dommage ! ».

POUR EN SAVOIR BEAUCOUP PLUS :

Rendez-vous dans CATÉGORIE et cliquez sur HOMMES PHÉNOMÈNES.

Attention, les vidéo peuvent heurter certaines sensibilités.

 Photo n°9 : spirale dans le ciel ?

Quel est cet étrange phénomène qui s'est passé dans le ciel de Tromsö (Norvège), le 9 décembre 2009 vers 8h du matin ?

Réponse de Thierry NAMUR : « Voici l'explication donnée dans la revue "Ciel et espace" par J.L. Dauvergne. Le pot aux roses a finalement été dévoilé par la BBC. Il s’agit d’un missile intercontinental russe Bulava défectueux, lancé depuis le sous-marin Dmitry Donskoi, basé en mer Blanche. D’une portée de 8 000 km, l’engin effectue une parabole sortant largement de l’atmosphère. À la fin de la combustion du second étage, les observateurs ont vu une draperie bleutée pointant vers un cercle sombre. Un incident est survenu à la mise à feu du troisième étage. Le missile est alors littéralement parti en vrille. Les gaz échappés lors de cette spirale folle se sont ensuite répandus dans l’espace. Leur vitesse initiale importante explique la croissance rapide de la spirale. Pour bien comprendre ce que les observateurs ont vu, il faut préciser qu’ils se situaient près de l’axe de tir, en direction opposée à la trajectoire du missile. Une fois vidés les réservoirs du troisième étage, le centre de la spirale est soudain devenu vide de gaz, formant ainsi un nouveau cercle sombre, de taille croissante à mesure que le gaz alentour s’éloignait ».

Réponse du Blog Paranormal :

 « C'est l'exacte vérité ! Merci à Thierry NAMUR ».

 Photo n°10 : zombie ?

Est-il possible que cette personne, vivant en Indonésie, soit revenue d'entre les morts, après s'être échappée du cercueil où elle avait été enfermée ?

 Réponse du Blog Paranormal :« La zombification, c’est quoi ? En général, il s’agissait d’une punition infligée par les sorciers, les prêtres vaudous (boko ou hougan) seuls capables, d’après les adeptes de ces croyances, de créer des zombies. On faisait absorber au pénitent des poisons violents, extraits de certains poissons, qui donnaient aux victimes les apparences de la mort. La personne était enterrée publiquement dans les heures qui suivaient et déterrée  au cours de la nuit suivante. On lui administrait alors un antidote provenant d’une plante  le "Datura Stramonium"  et diverses drogues destinées à la maintenir dans un état d’hébétude. Le zombie ne pouvait plus avoir de raisonnement ni communiquer avec les autres. Il perdait toute notion de danger. Sa seule idée était de se nourrir pour survivre. Le zombie était alors employé comme esclave, surtout dans le travail des champs. Le manque d’oxygène dû au temps passé sous terre et la drogue agissaient donc en affectant certaines zones du cerveau et plongeaient la victime dans un état semi-comateux. En 1976, une femme victime de la jalousie maladive de son mari a été déclarée décédée, enterrée puis retrouvée vivante, trois ans plus tard, par sa mère qui l’a formellement reconnue grâce à divers signes et principalement à une cicatrice à la tempe. De nos jours, il est plus compliqué de « zombifier » quelqu’un, les enterrements étant interdits le jour même du décès. Si la personne n’est pas réveillée assez rapidement, le risque est de se retrouver avec un handicapé. Or il faut que le « zombifié » reste capable d’écouter, de répondre et d’obéir pour être rentable ! ».

 Photo n°11 : pouces brûleurs ?

Comment ces étranges empreintes de brûlures, en forme de pouces, ont-elles été réalisées sur un livre de sermons, rédigé en 1595 par Jakob Rem, appartenant à la bibliothèque du Décanat de Hall, près d’Innsbruck (Autriche) ?

Réponse du Blog Paranormal : « Le premier chercheur a se pencher sur le phénomène des "empreintes brûlées" fut Auguste Ludwig, un prêtre et professeur d’Université allemand. Entre 1910 et 1948, date de sa mort, il releva de nombreux cas de ce type : empreintes brûlées de doigts ou de mains sur des tissus d’église, sur des livres de prières ou de messes, sur des tables… À l’époque, on parlait de traces laissées par les âmes du purgatoire en souffrance ! D’autres interprétations faisaient état de signes envoyés par le Démon ou bien de matérialisation d’âmes. Le célèbre Camille Flammarion cita le cas d’une sœur prieure qui vivait dans un cloître à Denain et qui, après avoir été touchée, selon elle, par le « fantôme » d’une religieuse décédée quelques semaines auparavant, ressentit une intense brûlure sur un bras qui laissa cinq marques rouges ! À ce jour, aucune explication scientifique pertinente n’a été donnée à ces phénomènes des "empreintes brûlées" ».

 Photo n°12 : larmes de sang ?

Comment expliquer ces larmes de sang, apparues en 1995 sur le visage d'une statue de la Vierge Marie en Italie ?

Réponse du Blog Paranormal :« Nous ne pouvons pas nous prononcer sur cette photo datée de 1995 car nous n'étions pas sur les lieux à cette époque. Mais il faut savoir que les photographies ou statues de la Vierge Marie qui pleure des larmes de sang sortent, la plupart du temps, de l'imagination débridée d'individus sans scrupule essayant presque toujours de créer une secte religieuse. C'est, du moins, la conclusion des quatre enquêtes menées par notre comité d'expertise. Et la conclusion des quatre enquêtes policières, elles, se sont soldées par des condamnations pour escroquerie, faux témoignages, manipulation mentale et exercice illégal de la médecine. Dans un seul de ces cas, nous avons pu mettre la main sur une statue magnifiquement truquée dont le procédé ingénieux aurait pu faire la fortune de l'inventeur dans le domaine industriel. Dans les trois autres cas, l'arnaque était perpétrée grâce au scénario des visites guidées, à l'aide d'un timing impressionnant de  précision et aussi à des flacons de sang de poulet. Mais nous ne désespérons pas d'assister, un jour, à un vrai miracle !».

 Photo n°13 : monstre marin ?

Quel est donc cet étrange animal photographié en 2015 par un scientifique : un éléphant de mer ? une otarie ? un morse ? un monstre marin jusqu'ici inconnu ?

Réponse de Thierry NAMUR : « La photo n°13 me fait penser à ces êtres microscopiques et peu appétissants qui peuplent notre environnement ».

Réponse du Blog Paranormal : « Excellente suggestion de Thierry NAMUR : il s'agit d’un Paramacrobiotus, un petit être - de 0,1 à 1,5 millimètre de long - de la famille des tardigrades. Son corps, divisé en 4 parties, possède 8 pattes terminées par des griffes. Cet animal vit principalement dans les zones où se trouve de la mousse (qui est son aliment naturel). Il est doté de capacités extraordinaires : il résiste 1 000 fois mieux que l’être humain aux rayonnements X, il supporte des pressions énormes et peut même survivre plusieurs jours à des températures proches du zéro absolu soit à - 272,8°C ! ».

                                                                                                      A BIENTÔT
                                                                                         SIGNATURE PHOTO.jpg
 

10:58 Publié dans ORBES | Lien permanent | Commentaires (3)

ACTUALITÉS

VIENT DE PARAÎTRE

Ce livre va vous apprendre à faire du bien à votre animal préféré !

magnétisme,animaux,massage,radiesthésie,mandorla,lacroix-breton,michel klein

Par Myriem LACROIX-BRETON et Jacques MANDORLA - Préface du docteur Michel KLEIN vétérinaire

Éditions Grancher – 240 pages – 18 euros

Livre disponible en librairie, sur www.amazon.fr et sur www.fnac.fr

Savez-vous que vous pouvez soulager votre animal familier par simple utilisation de vos mains ?

En effet, les caresses, les massages ainsi que le reiki et le magnétisme peuvent apporter facilement un réconfort important à votre compagnon à quatre pattes.

Si ces techniques, fondées sur le contact direct avec le corps de l'animal, n'ont pas la prétention de se substituer à la médecine vétérinaire traditionnelle, elles peuvent être d'un bon secours dans de nombreux cas sans gravité ou dans des situations chroniques n'ayant pu être résolues autrement.

À l'aide d'un grand nombre de schémas, de conseils et d'exemples, Myriem LACROIX-BRETON, magnétiseuse et radiesthésiste professionnelle, et Jacques MANDORLA, journaliste d’investigation (auteur, entre autres de l’ABC du Magnétisme, ABC de la Radiesthésie, ABC des ondes nocives) vous guident pas à pas dans les soins que vous pouvez procurer à votre chien, chat, lapin, oiseau mais aussi à votre cheval ou à vos vaches.

magnétisme,animaux,massage,radiesthésie,mandorla,lacroix-breton,michel klein

Ainsi, en caressant ou en massant votre animal, ou encore en apprenant à vous servir de votre magnétisme, vous pourrez l'aider en cas d'anxiété, de constipation, d'eczéma mais aussi de stress, de nervosité, etc.

À l'issue d'une enquête illustrée d'extraordinaires et émouvants exemples vécus, ce livre prouve non seulement que chacun de nous peut soulager les petits bobos de son animal familier, mais également que les animaux peuvent parvenir à guérir les êtres humains.

Table des matières

Préface du docteur Michel Klein

Chapitre 1 : Un animal familier par Français !

Chapitre 2 : Test : qui est le plus heureux, votre animal ou vous ?

Chapitre 3 : Utilisez vos mains pour soulager les douleurs de votre animal

Chapitre 4 : Tout savoir sur le magnétisme

Chapitre 5 : Magnétisme et autosuggestion

Chapitre 6 : Apprenez à ressentir les problèmes de votre animal

Chapitre 7 : Apprenez à magnétiser votre animal

Chapitre 8 : Soulagez votre animal par le magnétisme

Chapitre 9 : Les guérisons les plus surprenantes de Myriem Lacroix-Breton

Chapitre 10 : Les guérisons de magnétiseurs professionnels

Chapitre 11 : Les guérisons de magnétiseurs non professionnels

Chapitre 12 : L’animal guérisseur

Chapitre 13 : Comment retrouver un animal disparu

Adresses utiles

Lexique

Bibliographie

10:52 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (1)