Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2014

HISTOIRE ET PARANORMAL

La Révolution française occulte (2nde partie)

Par Thierry Namur

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

La Bastille est à l’origine un château construit pour protéger Paris des Anglais. Auparavant, le site a pu être un lieu de culte d’Isis. On a découvert en1905, sous ces fondations, une statuette liée au culte funéraire de la déesse.

Quand la Bastille fut achevée en 1382, son premier prisonnier, Hugues Aubriot, fut celui qui avait mené le projet et posé la première pierre. Ce prévôt avait un nom et un prénom annonciateur : Hugues est, en effet, le prénom du premier capétien élu en 987 et avec les lettres du patronyme Aubriot, on écrit " roi abattu".

La légende révolutionnaire nous apprend qu’une foule énorme de patriotes  prend d'assaut cette puissante prison forteresse et y délivre ses prisonniers.

Un des vainqueurs de la Bastille, le patriote Elie écrit : « La Bastille n’a pas été prise de force, elle s’est rendue avant d’avoir été attaquée ». Il ajoute « La résistance fut complètement nulle, on ne tira que quelques coups de fusil ».

Sur les 700 000 Parisiens de l’époque, un bon millier et une centaine de déserteurs des Gardes nationales attaquent le château. Le gouverneur capitule en échange de la vie des défenseurs. Cette  promesse n’est pas tenue, des gardes et le gouverneur sont assassinés. Des prisonniers ? il y en a… 7. Les révolutionnaires en inventeront et trouveront même le squelette du masque de fer ! Bref, tout cela n'est pas très sérieux et la dimension symbolique de cette affaire est bien plus intéressante que son aspect historique qui est essentiellement propagandiste. Dès 17 heures, une centaine d’ouvriers approchent, pioche sur l’épaule.  Ce sont les employés de l’entrepreneur Palloy. On ne sait de qui il tient l’ordre de démolir, avec un empressement qui questionne, la forteresse royale.

Carton, papier, verre, ferraille, pierres… tout est utilisé et transformé en cartes, jeu, petites forteresses, bijoux… Des apôtres de la liberté diffusent dans tout le pays des caisses où figurent ces reliques !

Palloy est un activiste. Il participe à toutes les journées révolutionnaires, poursuivra Louis XVI à Varennes, mangera de la tête de veau tous les 21 janvier, jour de l’exécution du roi. C’est aussi une parfaite girouette qui applaudira Napoléon, Louis XVIII (il est décoré de l’ordre du lis), Charles X et Louis Philippe.

Le franc-maçon La Fayette dira dès le 24 juillet 1789 : « On dirait qu’une main invisible dirige la populace. »

Maillard, payé et obéissant à on ne sait qui, animé par on ne sait quoi, est représentatif de cette main invisible. Il conduit les émeutiers de la Bastille, il est acteur de la marche des femmes sur Versailles en octobre et préside un tribunal lors des massacres de septembre. Parmi les personnages occultes, Sieyès se fait remarquer. Ce régicide « vit isolé et ne daigne point s’expliquer sur ces théories obscures. Sieyès est le sphinx de la Révolution. » Il meurt un 20 juin.

 

Notre-Dame rend un culte à la déesse Raison

La commune de Paris vouait une guerre personnelle contre la religion chrétienne et peut être contre le principe féminin représentée par la reine. Les révolutionnaires envisagent  de  démolir la cathédrale Notre Dame. Elle fut mise en vente et fut sauvée in extremis. En 1793, les statues en pierre de la porte de Juda furent condamnées à mort et des bourreaux les brisèrent ! Elles étaient accusées de véhiculer les superstitions d’hier.

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,AttisChaumette sauva le portail principal en proclamant, et cela en dit long sur le combat des mythes que se livraient toutes les sociétés secrètes, que « par condescendance philosophique » , le bâtiment devait être préservé. Il ajoute que Jésus et la Vierge étaient une représentation de la lune et du soleil. Chaumette était contre l'égalité des sexes, il s'est réjoui de l'exécution de Manon Roland et d’Olympe de Gouges, au prétexte qu'elles auraient oublié les devoirs des femmes. S'adressant aux citoyennes de Paris, il ajoutait à leur sujet : « Et vous voudriez les imiter ? Non, vous ne serez vraiment dignes d'estime qu'en vous efforçant d'être ce que la Nature a voulu que vous fussiez. Nous voulons que les femmes se respectent, c'est pourquoi nous les forcerons à se respecter elles-mêmes ». Chaumette en voulait à la déesse-mère, son champion était le dieu masculin Mithra. Il organise en 1791 une extraordinaire procession réunissant l’évêque constitutionnel Gobel, ses vicaires et des prêtres, coiffés du bonnet rouge ! C’est  Mithra victorieux…

Désormais la cathédrale rendrait un culte à la déesse raison. Une partie des Conventionnels qui a fait adopter ce bonnet mais aussi le drapeau aux couleurs bleu, blanc et rouge avaient une idée derrière la tête.

En novembre 1793, la nef de Notre-Dame était emplie des sections de patriotes couvertes du bonnet rouge pour le triomphe de Mithra ! Sous couvert d’une cérémonie ridicule, en l’honneur de la déesse Raison présente en chair et en os, on vit dans les rues de Paris un cortège partir de la cathédrale, pardon, du temple de la raison pour se rendre à la convention. Quelques  mois après cette mascarade, Chaumette, Gobel (l’évêque constitutionnel) et le créateur de ce culte nommé Clootz furent guillotinés. 

 

Le culte de l’Être suprême

Le culte de la Raison fut remplacé par celui de l’Être suprême qui n’eut pas plus de succès. Ce mystérieux Être suprême n’a pas fait souche et « les autels (chrétiens) où l’on insulta pendant 1 800 ans l’être suprême, la raison et l’humanité » n’ont pas été renversés. Les fêtes décadaires du calendrier républicain qui étaient dédiées à l’Eternel n’ont pas duré 10 ans. Les Francs-maçons, probables créateurs de ce culte, perdaient cette bataille.

Robespierre, champion des partisans du culte de l’Être suprême, est peint par ses adversaires comme un tyran sanguinaire. Il est commode, une fois éliminé, de le couvrir de toutes les dérives de la Révolution. Il est notable et peu connu que la Constitution de 1789 est placée sous l’auspice de l’Être suprême (celles de 1793 et 1795 le seront aussi).

Cette idée n’est pas de Robespierre, qui n’était pas aux affaires à cette période et n’a donc rien inventé, mais a accompagné ce culte en affirmant : « Le peuple français reconnaît l’existence de l’Être suprême et l’immortalité de l’âme. »

Une fête célébrée le 8 juin 1794 (jour de la Pentecôte) va connaître un immense succès populaire. Cette fête célèbre l’immortalité de l’âme, la nature et le bonheur éternel des bons serviteurs de la patrie. Une procession qu’accompagne un char d’où se dresse une statue de la déesse Raison va rejoindre le Champ-de-Mars. Or au moment où ce char tiré par huit bœufs passe place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde), les bœufs s’arrêtent brutalement, faisant chanceler la statue. Cet incident est vu comme un mauvais présage. Curieusement, le cortège se dirige vers un montage où sont placés un nombre remarquable d’attributs de Mithra : un temple grec, le rocher, la grotte, et l’on a coiffé le palais des Tuileries d’un immense bonnet rouge. Le cortège passe entre des jeunes filles en blanc qui agitent des roses. Plus loin, ce sont des pétales de roses que l’on jette sur les Conventionnels. 

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

 « La fête de l’Être suprême », huile sur toile de Pierre-Antoine Demachy peinte en 1794 et montrant le déroulement de la fête de l’Etre suprême au Champ-de-Mars, à Paris (musée Carnavalet).

 

Robespierre s'oppose à la déchristianisation qu’il dénonce comme une manœuvre contre-révolutionnaire. Il veut toutefois éliminer le rituel et la superstition liés à la religion catholique : « Oui, invoquer le nom de la providence et émettre une idée de l’Etre éternel qui influe essentiellement sur les destins des nations, qui me paraît à moi veiller d’une manière toute particulière sur la Révolution, n’est pas une idée trop hasardée… » Oui, la « providence veillait » sur la Révolution et particulièrement sur lui.

Une nuit de thermidor, il est blessé d’une balle tirée dans la mâchoire. Pour éponger les caillots de sang de sa blessure, il sort un petit sac de peau blanche de sa poche sur lequel est écrit, nous dit Alain Decaux : « Le Grand Monarque » et sur le revers du sac, « À M. Archier » soit  l’anagramme « Merci cher ami », le M pouvant être la signature de Monarque ».

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Le gendarme Merda blesse grièvement Robespierre à la mâchoire 

(lithographie de Tassaert - Musée Carnavalet).

 

Après le sang du roi, de la reine, le Grand Monarque recueillait celui de son ami dans un sac qui portait son nom. Au moment où les charrettes passent devant la maison où logeait Robespierre, un gamin  muni d’un seau portant du sang de bœuf asperge le mur de la maison, puis avec le balai étend ce sang. L’assistance applaudit et manifeste sa joie. Ce geste était forcément prémédité car il s’agit d’un enfant qui, spontanément, ne peut avoir cette idée. Et puis, le sang d’un bœuf, ce n’est pas sans rappeler l’idée de sacrifice.

 

Analyse de quelques détails paraissant anodins

Ces détails de l’histoire sont précieux. Recueillis, ils forment l’inventaire des manifestations de la rusée machine qui dirige l’Histoire. Ce sont les tatouages posés par le Grand Monarque. Ils provoquent un haussement  d’épaule des intelligences contemporaines  qui les attribuent au hasard ou à la sottise de ceux qui les relèvent.

Le zodiaque inspire-t-il le Grand monarque ? Il révèle sa mécanique. Louis est né un 23 août, qui sépare le Lion (planète soleil) et la Vierge (planète terre). Il meurt le 21 janvier, premier jour du Verseau (Verse  l’eau). Nous lirons ces dates ainsi : le soleil réchauffe la Terre en versant son sang. La planète Saturne, le dieu qui mange ses enfants, est visible toute la nuit de la mort de la reine le 16 octobre.

Comme pour Osiris une coiffe de plumes ornait aussi celle de Louis XVI. Ces plumes sont aussi visibles aujourd’hui posées en haut des lits des souverains dans leurs chambres du palais de Versailles. L'emblème d'Osiris est le Djed, un pilier de taille variable. Or, place de la Concorde (Concorde, c'est aussi le nom d'une fille d'Osiris, la déesse Maat) se dresse l'obélisque sur le lieu de la décapitation de Louis XVI. Une colonne est aussi dressée à Nantes. Le jour de son sacre, sa couronne tombe sur le sol et Louis XVI murmure qu’il la trouve lourde.

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Louis XVI a son djed à Nantes. Le roi figure en haut de la colonne. À noter que, mal jointe, la tête de la statue est tombée en 1868.

 

Comme un dieu, Louis XVI était un roi guérisseur : il a « touché » plus de 2 400 malades après le couronnement et en a guéri, comme l'attestent des certificats médicaux.

 

Le roi se prénomme Louis Auguste, ce qui le relie à son aïeul Philippe Auguste, dont le fils est le premier à être roi sans élection. C’était  le 14 juillet 1223.

 

Louis XVI lit et relit l’histoire du roi d’Angleterre Charles Ier. Il s’en imprègne, expose son portrait en bonne place à Versailles. Il en copie sa vie. Comme Charles, il demande au peuple de rédiger un cahier de doléances. C’est la pression fiscale dans les deux pays qui met le feu aux poudres. Ces rois sont tous deux décapités en janvier, deviennent rois après le décès de leur frère aîné et sont remplacés par un dictateur.  L’histoire obéit à des cycles.

 

 

Le maléfice de Varennes

Dans l’étrange révolution, plus que tout autre événement, la légendaire fuite de la famille royale, interrompue à Varennes, démasque l’intervention du Grand Monarque, le maître de l’histoire. 

Elle a lieu un autre 20 juin (1791).  La famille royale veut sortir de la tutelle parisienne en fuyant la ville et en rejoignant l’est de la France. 

Cette opération est un échec, bien que minutieusement préparée par le supposé amant de la reine, le suédois Fersen. Lequel mourra lynché par la foule exactement 19 ans plus tard... le 20 juin 1810.

La famille royale joue d’une remarquable malchance tout au long de ce voyage : la reine se perd dans les rues de Paris, les soldats ne sont pas au rendez-vous, la voiture casse une roue… Au contraire, Drouet est divinement inspiré dans ses choix quand il met le cap sur Varennes.

Trois gardes du corps, prénommés tous les trois François comme le père de Marie-Antoinette, protègent la berline, bien pourvue en provisions de viande de bœuf. Des troupes attendent les fuyards après Châlons. Les fugitifs quittent le palais des Tuileries la nuit par la cour des Princes.

Sortis de Paris, le plus difficile est accompli même s’ils sont reconnus à Chaintrix par Jean Baptiste Lagny.

Passés Châlons, les fugitifs qui se croient sauvés voient un homme s’approcher de la berline et prévenir : « Vos mesures sont mal prises, vous serez pris » pour disparaître aussitôt. L’histoire n’évoque pas plus ce curieux personnage. Qui est-il ? Pourquoi cette annonce ? S’il est royaliste, il doit se montrer plus prévenant, sinon il doit tout faire pour arrêter le voyage. C’est à n’y rien comprendre.

L'itinéraire royal passe ensuite par la commune de Sainte-Ménehould, où l’on adorait les déesses Isis et Diane. C’est de ce bourg que la chasse sera lancée.

Sainte Ménehould est née à Perthes (perte) et présente un lien direct avec le destin funeste de la Reine puisqu’elle est morte et fêtée le 14 octobre, jour du procès de Marie-Antoinette. Cette sainte a la particularité d’avoir fait jaillir une source miraculeuse. C'est au relais du Soleil d'Or (dont Robert Charroux évoque la symbolique) que Jean Baptiste Drouet (Droute-déroute), se lance à la poursuite et aidé d’une chance insolente, rejoint Varennes avant les fuyards. Il alerte les patriotes attablés au cabaret du bras d'or, nommé ainsi car le village abrite une relique de Sainte Menehould dans un bras d'or.

À Varennes la voiture arrive à la… « Tuilerie »! C’est le nom qui apparaît sur la carte de Cassini de l’époque. Revoilà symboliquement  les évadés à leur point de départ le château des Tuileries.

La reine, elle, est ironiquement saluée par l'indication de « Vienne le château ». Ce village homonyme de son lieu de naissance (le château de Vienne) est indiqué à quelques kilomètres de Varennes.

À Varennes, dont la spécialité est la tuile, tous cherchent le relais prévu en haut du village. Ce relais a été déplacé de l'autre côté de la rivière, à l'auberge : " Le Grand Monarque". C'est  aussi  au Grand Monarque que stationne un parti de hussards. Les évadés l’ignorent et, angoissés, frappent à la porte de la maison du noble Jean Baptiste Bigault (by God) de Préfontaine qui les ignore ! Bigot c’est aussi le nom du signataire avec Lasne (l’âne) et Robin, des signataires du certificat de Louis XVII.

La berline royale, en quête du relais, descend alors la rue des Religieuses, passe sous la voûte (symbole du ciel) de l'église Saint Gengoult (qui lui aussi fait jaillir des sources miraculeuses). Là, elle est immobilisée par Drouet. Les hussards du "Grand Monarque" n'interviennent pas. Pire, ils fuient sur ordres ! Le Grand Monarque laisse faire. C'est la fin du voyage ! Ultime moquerie du Grand Monarque envers Louis XVI, Saint Gengoult  est le patron des maris trompés et des chasseurs. Les malheureux élus arborant, comme les vêtements des gardes du corps et les roues du carrosse, la couleur jaune.   

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

À Varennes, la famille royale, forcée de descendre du carrosse, est accueillie dans la maison de l'épicier vendeur de chandelles Jean-Baptiste Sauce.

 

La famille royale, forcée de descendre du carrosse, est emmenée par la rue de la basse-cour (ils avaient quitté les Tuileries par la cour des Princes) et accueillie dans la maison de l'épicier vendeur de chandelles, Jean-Baptiste Sauce. Pour vérifier l’identité du roi, Sauce fait réveiller un juge nommé  Destez (d’été), qui a déjà vu le roi  (l’été est réveillé). Destez le reconnaît, s'incline et s'exclame "Oh, Sire"(Osiris). Ce 21 juin, jour du solstice d'été et de la fête Dieu, un juge a scellé le destin de la famille royale qui est consigné. 

 

Récapitulons. Le roi est arrêté par le Bras d'Or sous la voûte d'une église. Il est condamné par le « Oh sire » du juge Destez (été) au solstice de cette même saison. Les soldats censés le protéger logent au Grand Monarque et laissent faire. Trois personnages majeurs nommés Jean-Baptiste (Drouet-Préfontaine-Sauce), rappellent le destin du cousin de Jésus dont la tête fut tranchée. Clin d'œil supplémentaire, ce saint est fêté le 24 juin jour où, à Villeparisis,  les Parisiens accueillent ce roi prisonnier. 

Cette fuite au dénouement incroyable, véritable maléfice est  cartographiée dans le plan de la ville de Paris ! Il existe une rue de Varenne dont une partie est une impasse. Sous Louis XVI, elle était composée de la rue de la Planche et de Varenne. C'est sur la planche de la guillotine qu'on attachera le roi en 1793. Varennes mène à la planche. Cette rue croise directement d'autres voies qui ont un rapport direct avec Louis. La rue de Bellechasse rappelle ce grand chasseur : plus de 190 000 pièces de gibiers tués en 13 ans ! La rue Vaneau est le nom d'un révolutionnaire tué en attaquant une caserne de Suisses. La rue Barbet de Jouy abrite la résidence de l'ambassade de Suède, or Fersen était suédois. La rue de Bourgogne porte le titre de naissance    du frère aîné de Louis XVI. La rue du Bac est connue dans le monde entier par la religieuse Catherine Labouré. À Varennes, la berline dégringole la longue rue des Religieuses.

 

Un quatrain de Nostradamus

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Nostradamus a bien l'air d'évoquer la nuit de Varennes par le quatrain crypté publié en 1555 :

De nuict viendra par la forest de Reines

Deux pars voltorte Herne la pierre blanche

Le moyne noir en gris dedans Varennes

Esleu cap. cause tempeste feu sang tranche

Ce quatrain est numéroté 20 de la neuvième centurie. Numéro 20 pour la nuit du départ le 20 juin et le 9 pour l'année car la somme des chiffres de l'année 1791 = 18 qui donne 1+8 = 9. Qu'il l'ait fait exprès ou non, c'est étonnant. Il nomme Varennes dans ce quatrain et même s'il existe 31 Varennes en France, il n'y en a qu'un qui est entré dans l'Histoire.  

De nuict viendra par la forest de Reines

La berline, qui quittait la forêt d'Argonne, est entrée dans Varennes la nuit, toutes lanternes allumées. « De Reines » pourrait indiquer  le proche chemin des Dames qui  emprunté par la reine lors de son arrivée en France en 1770. 

Deux pars voltorte Herne la pierre blanche

De Paris  la reine (Herne), qui se faisait appeler Madame Rochet (rocher-pierre) voyage dans la plaine crayeuse de Champagne

Le moyne noir en gris dedans Varennes

Il y avait à Varennes trois couvents de moines, le roi portait une redingote grise. Le « moyne noir » peut être Jacques de Molay, le dernier Grand Maître des Templiers, qui fut habillé en noir avant d'être brûlé. Le noir et le blanc sont les couleurs des Templiers

Esleu cap. cause tempeste feu sang tranche

Capet seul (esleu) chez cause (anagramme de Sauce l'épicier ?)  tempeste, pour le Temple, feu pour le bûcher des templiers, sang et tranche pour la tête coupée.

C'est le charme de Nostradamus, qui utilisait la magie, de ne pouvoir être interprété qu'une fois les faits déroulés. Ajoutons que Nostradamus a cité 1792 comme année de fin d'un cycle. L'attaque des Tuileries, protégées par la garde suisse, le 10 août 1792, met fin au temps de la monarchie. Justement, on vole ce jour-là la montre de Marie-Antoinette. Reine qui partira au supplice du n°1 quai de l'Horloge. Enfin le "Herne" du quatrain peut avoir un lien avec Herne en Angleterre qui est connu pour sa tour de l'horloge. À Varennes, une tour de l'horloge rappelle le lieu où s'arrêta la berline.

 

Une vengeance posthume des Templiers ?

On ne peut fermer l’album de la Révolution sans évoquer les Templiers et leur présumée vengeance posthume. Ils sont présents, au moins symboliquement, dans la chute de la royauté. Le 13 août, la famille royale est emprisonnée au donjon du Temple, là-même où le Grand Maître Jacques de Molay fut torturé. Cette tour (attribut de Cybèle) est coiffée d'une conséquente pyramide. Tout ce petit monde vit d'abord dans l'appartement du Grand Maître. C'est du Temple, comme Jacques de Molay, que Louis XVI part pour son supplice. Comme lui, il meurt en colère et, comme lui, on le forcera à avoir les mains liées. C’est de son bûcher que Jacques de Molay, 22e Grand Maître des blancs manteaux, après 7 ans de procès, aurait prononcé une malédiction contre  les Capétiens. (À Varennes, le  juge Destez dont la reconnaissance condamne le roi se prénomme... Jacques.)

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Jacques de Molay, 22e Grand Maître des blancs manteaux

Louis XVI est le 22e souverain après Philippe le Bel, l’accusateur des Templiers. La commune de Paris poursuit une guerre personnelle contre la famille royale et l’église catholique. Est-elle la main des Templiers ? Les Templiers avaient une prédilection pour le 3 et pour son carré, le 9. Curieusement, les 3 fils de Philippe le Bel, d’Henri II et du dauphin Louis, soit 9 rois, règnent mais ne laissent pas de postérité. C’est tout simplement extraordinaire !  

Le 20 juin 1815, la rumeur de la défaite de Waterloo arrive à Paris et Napoléon abdique le 22. Un historien a comparé la Révolution à un bus d’où les passagers montent et descendent à chaque arrêt. Le Grand Monarque conduit ce bus vers un point connu de lui seul. Mais qui est- il ? Que veut- il ? Pourquoi intervient- il ? Pourquoi laisse-t-il des traces ? 

 

Dans le cadre de l’Histoire, la réponse s’impose : une puissante entité, froide, implacable et cruelle, détient en ses mains les fils qui font de ces acteurs des marionnettes.

 

08/10/2014

HISTOIRE ET PARANORMAL

La Révolution française occulte (1ère partie)

Par Thierry Namur

(Après ses deux premiers articles passionnants, « Le roi Arthur à la Maison Blanche » et « Les Beatles et l’appel aux forces occultes », voici un nouvel article proposé par Thierry Namur. L’auteur, licencié en anthropologie, recherche l'influence des mythes et des légendes dans l'Histoire).

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Mithra sacrifiant le taureau.

La Révolution de 1789 est une période courte et brutale de notre histoire. C’est un méli-mélo d’acteurs  débordés, jetés à la guillotine et immédiatement  remplacés.  Elle est le fait, nous dit-on, d'une population unanime désireuse de renverser une monarchie fatiguée. Il n'en est rien. En réalité, des approches différentes  montrent l'action de sociétés secrètes multiples et rivales coiffées et manipulées par une entité occulte.  

Pour cacher la forêt occulte, l’arbre des Francs-Maçons est souvent sollicité. Ils sont  présents mais leur influence est rendue caduque par l’appartenance de tous les protagonistes à des  loges accueillant toutes les idéologies. La famille royale elle-même appartient à la loge des Trois Frères de l’Orient de Versailles. La princesse de Lamballe, amie de la reine et assassinée, est Grande Maîtresse de la « Mère loge écossaise. »

 

La main du Grand Monarque

Illuminés bavarois, Rosicruciens, services secrets étrangers, sociétés occultes, sociétés secrètes politiques, Mithraïstes, fraternités… Toutes ces fourmilières s’agitent et activent leurs réseaux pour s’imposer. Mais toutes ces ombres ne sont que des illusions derrière lesquelles se devine une main beaucoup plus inquiétante : celle du Grand Monarque. Ce Grand Monarque, dont le nom sous cette forme apparaît deux fois dans la Révolution, régit par ses interventions le destin des trônes et des peuples. Il a, ici, un objectif précis : sacrifier rituellement la famille royale et placer, à la tête de la révolution, un avatar solaire mithraïste (Napoléon).

Difficile à cerner, cette entité structurée qui échappe à l’histoire conventionnelle, marque ses marionnettes par des dates, des nombres, des signes, des anagrammes, des symboles. Elle les étiquette aux mythologies antiques pour mieux les contrôler. Ainsi, pour fêter la naissance du futur Louis XVI, Rameau compose un ballet qu’il appelle "La naissance d'Osiris". À peine né, le roi était marqué par Osiris le Dieu d’Égypte coupé en 14 morceaux.  

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

À peine né, Louis XVI était marqué par Osiris le Dieu d’Égypte coupé en 14 morceaux.  

 

En 1789, la France est un pays riche et prospère à l’État endetté. La sécurité que lui offre la livre tournois lui donne une parfaite stabilité monétaire. Grâce à sa marine, elle est le premier exportateur européen. Les échanges intérieurs s'épanouissent. Elle bénéficie d'un prestige culturel fort et d'une langue parlée par les élites de la planète, avides de responsabilités, pas de révolution. Sa population instruite, civilisée, compte 28 millions d'habitants, ce qui en fait le pays le plus peuplé d'Europe, mais pas particulièrement voué à un bouleversement général. Rien ne laisse penser que ce peuple, certes frondeur, va s’étriper, tuer les figures royales puis mettre l’Europe à feu et à sang.

 

Des phénomènes météos et célestes inhabituels

Ce sont les premiers signes des grands malheurs.

Un an, jour pour jour, avant l’émeute parisienne, le 13 juillet 1788, une « grande tornade » ruine la  partie nord de la France.

Des amoncellements de grêlons gelés mettront, cet été-là, 3 jours à fondre !

Des aurores boréales sont vues à Metz.

Toujours en 1788, on remarque  d’inhabituelles chutes de météorites et des hécatombes d’oiseaux.

Les mois d’été, en particulier celui d’août 1790, sont caniculaires. Le 24 mai 1798, les astronomes de l’observatoire de Paris notent, stupéfaits, le changement d’aspect du soleil : « La sphère incandescente s’est trouvée entourée d’un cercle lumineux ». Les scientifiques sont incapables d’expliquer le phénomène. Sa soudaineté et son caractère unique les déconcertent.  En préambule de cette curiosité, un culte remarqué est rendu au soleil à Bordeaux le 4 mai 1798. Ce même jour, Bonaparte quitte Paris pour accomplir la campagne d’Egypte.

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis  Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

De nombreux signes célestes annoncent la destinée funeste de la monarchie de France.

Ces signes célestes, simples manifestations scientifiques pour beaucoup, annoncent la destinée funeste de la monarchie de France.

La genèse de la Révolution se découvre sans doute en Phrygie (un ancien pays d’Asie Mineure, aujourd’hui en Turquie). Les Phrygiens avaient développé une mythologie naturaliste, fondée sur les cycles saisonniers et la force productive et féconde de la nature. Son panthéon comprenait la déesse Cybèle (« la gardienne des savoirs ») ou Ma (la déesse-mère), Attis et Men (divinité lunaire qui évoluera ensuite en Mithra). Ces figures, reprises par les Grecs (Déméter, Aphrodite) et les Romains, ne cessent de s’adapter et se développer au gré des régions où elles sont véhiculées. Ces cultes éteints, mains du Grand Monarque, vont pourtant montrer leur patte et leur existence dans cette Révolution.

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Cybèle avec ses attributs traditionnels : corne d'abondance, lion et couronne en forme de remparts.

 

Le roi et le dauphin coiffés du bonnet rouge

Le Grand Monarque est cité dans plusieurs prophéties : Orval, Nostradamus, Prémol. Pour cette dernière, il est écrit que le Coq (la République) chantera la gloire du Grand Monarque. Ce Grand Monarque se cache, dans sa prédiction, pour les 20 juin significatifs de 1789, 1791, 1792 et 1815.

C’est comme si des fenêtres temporelles s’ouvraient pour permettre l’action de sa main invisible.

À Versailles, le 20 juin 1789, au solstice d’été, le Tiers état fait le serment du jeu de paume.

Le 20 juin 1792, les émeutiers envahissent les Tuileries, insultent et menacent la famille royale. Dans le salon au nom évocateur de l'œil de bœuf, Louis XVI est coiffé d’un bonnet rouge qu’il garde jusqu’au soir. Ce bonnet rouge, dit bonnet phrygien, est un symbole de la Liberté dont se paraient dans l’Antiquité les esclaves affranchis. Il est introduit en 1792 par le jacobin Grangeneuve, puis mis par le président de l’assemblée Thuriot. Mais c’est surtout le général Dumouriez, promu ministre, qui l’impose. Le bonnet rouge est un attribut de Mithra, le Dieu des soldats, le soleil invaincu. Le culte de ce Dieu, réservé aux hommes, est strictement interdit par les empereurs chrétiens romains en 391. Le gouvernement révolutionnaire oblige les curés assermentés à porter ce bonnet rouge ! Faut-il voir là une revanche des servants de Mithra ?

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Un fait est peu connu : un prêtre en carmagnole et bonnet rouge récitait en silence (sous peine de mort) la prière des agonisants lors du passage de la charrette qui conduisait Danton au supplice.

Louis  XVI, ce 20 juin, est contraint de boire du vin qui est aliment de communion pour le culte de Mithra. Ce culte communie aussi au pain. Le roi, la reine et le dauphin étaient appelés « le boulanger, la boulangère et le petit mitron. »

Dans le défilé, un individu présente au roi un cœur de veau sanglant où  est inscrit « Cœur des aristocrates ». 

Son ordre dans les Louis de France, seizième, le prédestine à Mithra qui était fêté le 16 de chaque mois ! Le dauphin, tel Attis, se fait coiffer du bonnet rouge ce même jour. Malgré la chaleur, l’enfant le porte deux heures. On l’en recoiffera dans la prison du Temple. Curieusement, la foule haineuse n’oblige pas la reine à porter ce bonnet car le culte de Mithra est réservé aux hommes. Voilà une foule bien informée !

Cette journée sera reprise par les journaux sous le titre des visiteurs de la « Ménagerie royale d’animaux vivants établis aux Tuileries ». Pendant la Révolution, le roi et la reine seront constamment raillés comme des animaux.      

 Il est impensable, au début de la Révolution, de tuer les souverains qui sont des figures quasi divines. Les députés du Tiers état, convoqués pour les états généraux, sont modérés. Danton, Robespierre et leurs amis sont contre la peine de mort. Pourquoi nos acteurs vont-ils accomplir ce sacrilège : tuer la figure sacrée du roi, de la reine et laisser le dauphin Charles mourir dans le dénuement ?  L’exécution du roi en 1793 s’apparente au sacrifice rituel du taureau par Mithra.  Mithra le dieu persan solaire coiffé du bonnet rouge, qui subjugue et saigne le taureau pour arroser la terre de sang et assurer de bonnes cultures. Dans le culte, le dévot se faisait asperger du sang fumant, le plus souvent d’un bœuf. L’énergie vitale de la bête régénérait l’âme et le corps de l’officiant.

Un scorpion est accroché au sexe du taureau ce qui se conçoit quand on connaît la difficulté du roi pour honorer la reine ! Ce taureau est aussi poursuivi par un chien qui peut symboliser l’acharnement des révolutionnaires.  

De sa prison du Temple, Louis lui-même compare sa mort à un sacrifice. Il propose une énigme à un proche : « Comment, vous ne  devinez pas le mot ? Il m’est pourtant bien applicable. Le mot est sacrifice. » 

Louis XVI a la corpulence d’un bœuf : il est gros, fort et mesure près de deux mètres. 

Avant sa mise à mort, on sert du bœuf au roi pour son dernier repas. Au pied de l’échafaud, le roi refuse d’avoir les mains attachées, comme on lie les pattes du taureau avant le sacrifice. On l’y oblige cependant et l’abbé qui l’accompagne lui dit : « Acceptez ce sacrifice Sire, ce nouvel outrage est un dernier trait de ressemblance entre Votre Majesté et le Dieu qui va être sa récompense. »

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Ce tableau sur bois de Rembrandt, peint en 1655 et intitulé « Le Boeuf écorché » (aujourd’hui au Louvre) a été acheté par Louis XVI en 1783.

Résigné, le roi veut parler à la foule mais il en est empêché. En colère il frappe l’échafaud du pied. Il est brutalement empoigné et allongé sur la planche, la tête face aux Tuileries, en direction de l’île aux Juifs. Le sang gicle et arrose le plateau. Les « spectateurs » ont été refoulés loin, derrière plusieurs rangées de soldats et d’officiels. C’est alors, rapporte la gazette Révolutions de Paris qu’ : « Un citoyen monta sur la guillotine même, et plongeant tout entier son bras nu dans le sang de Capet qui s'était amassé en abondance, il en prit des caillots plein la main, et en aspergea par trois fois la foule des assistants qui se pressaient au pied de l'échafaud pour en recevoir chacun une goutte sur le front. - Frères, disait le citoyen en faisant son aspersion, frères, on nous a menacés que le sang de Louis Capet retomberait sur nos têtes! Eh bien, qu’il y retombe ! Le sang d'un Roi porte bonheur ! Le sang du taureau (le souverain ici) arrose le peuple qui se régénère. Le bourreau crie : «  Allez donc, je vais vous donner un baquet où vous pourrez les tremper plus aisément. »

Le philosophe espagnol José Ortega y Grasset écrit que « le sang répandu permet la libération d’esprits. Ce sang est mystérieux et effrayant. Il porte la vie et quand il est répandu et que le sol en est taché, le paysage tout entier s’excite et devient fou. » Alors le sang d’un roi, vous imaginez.

Son corps sera mélangé, dans sa bière mise à nu, à de la chaux et à de la terre.

Les adeptes de la thèse de la lignée du roi perdu, descendant de Jésus, remarqueront que Louis XVI et son épouse, les usurpateurs capétiens, sont ensevelis après leur exécution dans la fosse commune du cimetière de... la Madeleine !

Le Grand Monarque montre sa patte par l’officier public qui signe l’acte de décès du roi qui s’appelle … Le Grand.

Le roi Saint Louis déclarait sa fonction royale « un Sacerdoce » et il l’avait prescrit dans son Ordonnance Royale de 1254 (article 39). Le  roi Louis pouvait se revendiquer de se croire de droit divin.

Il y a dans cette Révolution une opposition entre l’église et son champion, Louis XVI et les Mithraïstes. Le 25 décembre, jour de naissance de Mithra et de Jésus, Louis XVI écrit son testament où il réaffirme puissamment sa foi en l’église catholique. La rupture entre Danton et Robespierre se fait un 25 décembre. Dès 1814, le roi martyr est appelé « Nouveau Rédempteur » et en1815, on veut en faire un saint. Sa canonisation est régulièrement demandée, encore aujourd’hui. Le Pape Pie VI a deviné cette sape religieuse en écrivant le 17 juin 1793 : « Le roi très chrétien Louis XVI a été condamné au dernier supplice par une conjuration impie, et ce jugement s’est exécuté. »

La chapelle expiatoire de Paris, élevée par l’architecte Fontaine (eau) à l’endroit de l’inhumation du roi en 1815, présente le vitrail  d’un soleil à 16 branches. En Egypte, chaque taureau sacré avait son tombeau sur lequel on dressait, comme pour Louis, une chapelle funéraire. Osiris s’incarnait dans le taureau-bœuf Apis qui devenait Osiris à sa mort.

On peut fermer les yeux sur le caractère magique de l’histoire de France. Il faut cependant admettre que cette première exécution à l’apparence d’un sacrifice et que Louis XVI est placé sous deux aspects du soleil : le soleil diurne avec Mithra et le soleil nocturne avec Osiris. Osiris qui était comme le roi d’une fratrie de 5 enfants.

 

Le sacrifice du cheval blanc

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Le gisant de Marie-Antoinette dans la basilique de Saint Denis montre la reine la poitrine quasiment dénudée et se tenant un sein d’une main. Est-ce une allégorie de la mère nourricière ? On s’attendrait plutôt à la voir les mains jointes pour la prière ,comme son royal époux. Mieux, sa poitrine, rituel magique, doit constamment être nettoyée car les visiteurs l’utilisent comme talisman en la touchant.

 

Marie-Antoinette peut être assimilée au principe féminin, à la déesse-mère, aussi appelée Ma, qui est la première syllabe de son nom. Depuis la nuit des temps, les déesses, mères de toutes choses, sont craintes et adorées. Ishtar, Aphrodite, Cybèle, Isis (la déesse aux mille noms) et Marie… expriment, comme une poupée russe, sous différents noms le principe féminin. L’inspiration est la même : la femme et la mère en particulier et à travers elle, la fécondation, la nature et la végétation renaissante.

Y sont associés le rocher (lors de la fuite de Varennes, son passeport est au nom de Rochet), la grotte (à Versailles, elle a dans son hameau une grotte personnelle) et la source (l’eau), mais aussi la lune, la rose, la  souveraineté, la terre, la virginité, les épis. Un détail  rapproche la reine de la déesse mère Aphrodite, épouse Héphaïstos. C’est un dieu forgeron plutôt « contrefait » qu’elle trompe. Louis XVI avait une forge à Versailles. La brillante Aphrodite symbolise la passion que rien n’arrête. La passion du jeu de la reine nuira à sa réputation.

Cybèle, comme Marie-Antoinette, s’entoure de jeunes gens. Des libelles injurieux et exagérés sur ses supposés vices affaibliront la monarchie. Une des représentations de Marie-Antoinette est celle de la reine travestie en bergère et jardinant dans son hameau naturaliste de Trianon. Une chanson y est associée : "Il pleut bergère, rentre tes blancs moutons". Cybèle était la déesse des pâtres et bergers ! Cybèle est présente sur l’arc de triomphe! Peut-être parce qu’elle est servie par un clergé phrygien.

Évidemment, Marie-Antoinette n’est pas une déesse mère, même si d’aucuns, à travers des livres et des commentaires, semblent lui vouer un véritable culte, mais elle en a des aspects. C’est ce reflet de déesse que le « Grand Monarque » champion du principe masculin, va sacrifier ! 

 

Marie-Antoinette est marquée par le nombre 16

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

Portrait de Marie-Antoinette : toujours la rose… attribut féminin par excellence.

À 14 ans, Marie-Antoinette arrive en France. Elle se dénude entièrement sur l’île aux épis (Isis et Cybèle sont déesses aux épis), au milieu du Rhin. Elle laisse ainsi symboliquement, à la frontière, ses attributs autrichiens. La Dauphine est ensuite accueillie par une tapisserie représentant le mariage de Jason et Médée décrite ainsi par Goethe : « À gauche du trône, on voyait l’infortunée fiancée en proie aux tourments de la mort la plus cruelle. À droite, Jason déplorait la mort de ses enfants, tandis que la furie qui les avait tués s’envolait sur un char attelé de dragons. » Quelle prémonition quand on connaît le tragique destin du couple royal et de ses enfants.

La reine est marquée par le nombre 16. Elle se marie un 16 (mai), épouse Louis 16, meurt un 16 (octobre), appartient à une famille de 16 enfants. Au tarot, la seizième carte représente la Tour ou maison Dieu. C'est la carte de l'effondrement. On y voit une tour foudroyée qui se renverse. Des personnages sont projetés à terre. Le jour attribué à cette carte est le lundi, jour de la mort de Louis XVI et le signe est celui du capricorne. Le roi a été condamné à mort le dernier jour du capricorne.

Si le sacrifice du roi peut être comparé à celui du bœuf, la mort de la reine peut l’être à celui du cheval blanc. À Rome, on sacrifie le 15 octobre un cheval dont la tête coupée est garnie de grains puis clouée. Le sang du cheval était conservé jusqu’au 21 avril (la reine quitte Vienne à jamais dans l’affliction générale un 21 avril). La reine était excellente cavalière. Les anthropologues remarquent que les traditions associent le binôme cheval blanc-bœuf dans les sacrifices liées à la fertilité et au renouveau. Ainsi Achille déclare : « Vous aurez beau immoler taureaux et chevaux, vous n’en périrez pas moins d’une mort cruelle ». Le cheval est le coursier qui tire le char d’Apollon ou de Mithra. Hébert dans son numéro 199 du père Duchêne écrit, en évoquant la reine en route pour l’échafaud : « Ses beaux chevaux blancs si bien panachés ne la conduisaient pas, mais deux rossinantes qui semblaient avoir envie de galoper pour aller plus vite au lieu fatal… »

Symboliquement, le cheval est associé à l’eau. Le guichetier de Marie-Antoinette à la Conciergerie se nomme Larivière. Le Grand Monarque est un cynique. Les avocats de la reine s’appellent Chauveau-Lagarde (la garde à cheval) et Tronson-Ducoudray (Tronçonner le cou de la reine). Auparavant ceux du roi s’appelaient Tronchet, Desèze et Malesherbes (Trancher la mauvaise herbe de seize, Tronchet peut aussi être vu comme la tête). Si c’est là l’humour du Grand Monarque !

Le procès de la reine s’ouvre le 14 octobre. Une honteuse accusation d’inceste va lui être reprochée. Pourquoi les révolutionnaires profèrent-ils une telle bêtise ? Cette  injustice ne peut se comprendre, qu’en comparant l’inceste de Cybèle et d’Attis, et des déesses en général. Ces mêmes jours, la profanation des tombes royales à Saint-Denis bat son plein : le 14 octobre, la tombe de Louis XIV est saccagée dans la crypte et le 16 la sépulture de Louis XV, qui avait accueilli la dauphine en France, est mise à sac. C’est encore du 14 au 16 octobre (1840) que la tombe de Napoléon, l’Empereur de la République, est ouverte à Sainte Hélène.

La statue de la déesse Cybèle était transportée une fois l’an dans toute la ville de Rome sur un char tiré par des bovidés. On sacrifiait à cette occasion un taureau et l’on aspergeait les fidèles avec le sang de la bête. Ce 16 octobre 1793 (jour du bœuf dans le calendrier républicain) la reine pâle, aux blancs cheveux et vêtue de blanc, est décapitée. Comme pour le roi, cette exécution va être l’objet d’un rite magique. Le citoyen Maingot (Main de  dieu ?) est  caché sous l’échafaud et recueille le sang de la martyre. Découvert, arrêté et fouillé, il porte un œillet et des images pieuses sur lui. Il est tatoué sur les bras des lettres GB et JHS. «  Il y a là assez pour l’envoyer à la guillotine » assure André Castelot. Pourtant, bien que jugé deux fois, il est acquitté et ses effets, y compris les mouchoirs ensanglantés du sang royal, lui sont rendus.

La destinée du corps de Marie-Antoinette, pour laquelle aucune fosse n’a été préparée, reste floue. Il serait resté plusieurs jours sur le sol du cimetière. Pour y féconder la terre ?

 

Le sacrifice de l’agneau

Le fils cadet de  Louis XVI, né pendant la période pascale sous le signe du bélier, meurt à 10 ans le 8 juin 1795 (20 prairial), un an jour pour jour, après l’étrange fête de l’Être suprême. Emmuré au Temple dans un cachot, ce roi non consacré meurt dans un dénuement total.

Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis     Mithra,taureau,boeuf,Cybèle,bonnet rouge,Louis XVI,Marie-Antoinette,Louis XVII,Révolution,Grand Monarque,Attis

À gauche, buste d’Attis portant le bonnet phrygien. Il est à la fois le fils et l’amant de Cybèle. À droite, buste de Louis XVII. Le Prince est né le 27 mars. Les fêtes célébrant le renouveau d’Attis se déroulaient du 22 au 27 mars, lors de l’équinoxe du printemps. L’animal qui le symbolise est le coq, symbole aussi de la République. Attis, qui meurt jeune, est végétalisé sous la forme du pin. Or, le prince naît le 20 prairial du calendrier révolutionnaire, sous le signe d’un arbre !

L’abbé Allègre, dans un texte au style romantique recueilli en 1888, voit cette mort comme celle de l’agneau sacrifié. Cette comparaison est partagée dans d’autres textes : «  Au moment où le ciseau accomplissait ce sacrifice, (on lui coupe les cheveux - NDA) le commissaire de service entra, suivi de Meunier et de Vandebourg, qui apportaient le dîner. Le commissaire regarda d’un œil satisfait ce qui se passait ; mais le bon Meunier s’écria tout d’abord :

- « Oh ! Pourquoi donc avez-vous haché ainsi ses cheveux, qui lui allaient si bien ? »

- « Tiens, répliqua la gouvernante, ne vois-tu pas, citoyen, que nous jouons au jeu du Roi dépouillé ? »

Et tous, à l’exception de Meunier, se prirent à rire autour de l’agneau tondu, qui baissait en silence sa tête esclave et déshonorée, comme celle de ces premiers Mérovingiens que l’on tondait pour les dégrader. L’enfant demeura triste et abattu le reste du jour. Je ne sais si les railleries dont on l’accablait, si l’étrange sensation qu’il éprouvait de se sentir rasé, si le besoin même du sommeil, vinrent en aide aux deux verres de mauvais vin qu’on lui fit prendre dans la soirée. Quoi qu’il en soit, le malheureux, poussé à bout, se rendit enfin et Simon célébra sa victoire en s’écriant : « Enfin, Capet, te voilà jacobin ! » Et le bonnet rouge brilla sur le front du petit-fils de Louis XIV. 

À SUIVRE