Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2007

La biographie de Ranky

Ranky : Illusionniste professionnel, Président du CIEEPP

medium_PARAN_RANKY_PORTRAIT.jpgNé à Berck-Plage le 24 décembre 1939 d'une mère bretonne originaire du Finistère et d'un père ardéchois, Ranky soutient, en référence première, qu'il est un pur produit d'avant-guerre, donc le meilleur qui soit, et prétend aujourd'hui encore que c'est le mélange détonnant de ces origines opposées qui a fait de lui un artiste complet, enfin presque.
De son enfance, il garde le souvenir d'un père musicien, accordéoniste, chef d'orchestre, organisateur de bals populaires, ayant débuté en jouant de son instrument, juché sur une chaise posée sur le billard des bistrots de campagne. C'est d'ailleurs ce père facétieux, imaginatif, d'une gaité maladive, comme le clamait aux quatre vents son épouse, mais que nul ne voulait entendre, qui entraîna son fils à taper sur la batterie de la petite formation musette qu'il avait créée dans la région Berckoise.
C'est également à cette époque que notre gamin découvrit que les baguettes de batterie pouvaient aussi être des baguettes magiques. Et il ne se gênait pas, à la plus grande joie des danseurs, de faire apparaître au cours de ses prestations, un foulard par-ci, une boule par-là. De là à transformer des bongo en boîtes à apparitions de guirlandes ou à utiliser des cymbales qui prenaient feu, il n'y avait qu'un pas qu'il eut vite fait de franchir.
Le fils inventait des gags, le père l'encourageait, le public aussi, tandis que la mère et les maîtres d'école manifestaient leur
réprobation.

PREMIER IMPRESARIO
Il n'avait pas encore dix ans, lorsqu'un jour, François ouvrit la porte à un impressionnant personnage qui le dépassait en taille d'au moins soixante centimètres. Vêtu d'un pantalon chamarré et d'une veste de clown, du col de laquelle émergeait une tête allongée, aux yeux noirs perçant derrière de monumentales lunettes en écaille, Jean Merlo semblait sortir d'une bande dessinée.
De sa grosse et belle voix d’homme sûr de lui, il dit au gamin ébahi qu’il l’avait remarqué lors du dernier bal communal et que, surpris par son talent, il souhaitait le prendre en mains pour en faire un grand artiste, riche et célèbre.
Fils d’un cafetier de Berck, Merlo n’était pas un inconnu. Malgré la réticence de ses parents, il avait transformé le bistrot familial en café-cinéma. Devant le succès mitigé de son entreprise, il s’improvisa imprésario, parcourant la région en quête de jeunes talents.
L’agent artistique avait de l’allure et de l’allant : physique avenant, mi-artiste, mi-voyou, sourire enjôleur, un brin d’excentricité, un charisme étourdissant. Ayant tout pour séduire la galerie, du gamin à la rombière, de la fille de ferme à la châtelaine, il n’abolissait pas la méfiance des paysans et des commerçants réfractaires à ses boniments de saltimbanque.
En tout cas, il épata le jeune François qui ne demandait qu’à être épaté! Prétendant être le plus grand imprésario du Nord Pas-de-Calais; il ajouita dans la même phrase qu’il se proposait de faire du jeune garçon le plus extraordinaire magicien du XXe siècle !
Cette double allégation, certes flatteuse, concoctée par une imagination fertile, exigeait pour passer du rêve à la réalité, un élément palpable sur quoi asseoir ces certitudes.

PLUS JEUNE MAGICIEN DE FRANCE
D’abord un nom qui plaise et accroche le public. Ce détail fut réglé sur le champ : le prénom du jeune prodige étant François, son mentor l'américanisa en l’adoubant "Franky le plus jeune magicien du monde". Cette formule plut au gamin mais lui parut tout de même un peu abusive. Il est vrai qu'étant le plus jeune magicien de Berck-Plage il en était sans doute l'unique magicien!
Avec une lucidité étonnante pour son âge, notre illusionniste en herbe coupa la poire en deux, comme on dit : le maître et l'élève tombèrent d'accord pour : "Franky le plus jeune magicien de France".
L’affabulation sans doute encore bien grosse n’était pas déplaisante pour autant. Il est vrai qui si on n’affirme pas soi-même que l'on est célèbre, personne ne le saura jamais. Et puis, n’est-il pas vrai que chaque magicien est le plus grand magicien du monde ?
Alors, allons-y comme ça ! Il ne restait plus qu'à construire des numéros magiques présentables, ce qui fut réalisé en deux mois .Le délai était impératif car l'agent artistique avait déjà vendu le programme, avant même qu'il ne fut conçu, à de petites salles communales, des patrons de cafés, et consécration suprême, à quelques cinémas, pour leur jour de relâche.

PREMIERE REPRESENTATION
La première représentation eut lieu à Conchil-le-Temple, village qui comptait à l'époque, quelques centaines d'habitants et où la salle du Grand café était bondée : au moins vingt spectateurs. Après ce triomphe, le manager qui possédait un sens aigu de la mise en scène et un peu d'argent, confia à notre magicien en herbe le soin d'imaginer un fond de scène beau et pratique et de lefaire fabriquer par le menuisier du coin.
Sitôt dit, sitôt fait. Le jeune Franky était plein d'imagination.
La troupe qui s'était enrichie d'une chanteuse d'à peine quatorze ans servant également de partenaire au jeune magicien, de deux clowns guère plus âgés, se produisait devant un décor symbolique : quatre cartes à jouer en contre-plaqué de deux mètres de haut sur un mètre cinquante de large, reliés par des gonds, formant éventail.
En plus de leur fonction décorative, ces as géants servaient de loge aux artistes lorsqu'ils changeaient de costume ou ne se trouvaient pas en scène.
La fierté de notre jeune prodige : ce fond de scène universel lui permettait de présenter sa première invention personnelle, sa premiere "grande illusion" comme on dit dans le métier.
En effet, l'attraction finale garda tout son mystère dans la région, nul ne parvenant à en percer le secret, ce qui augmenta la notoriété de la petite troupe. Qu'on en juge plutôt. Devant les quatre as, visibles tout au long du spectacle et disposés, de gauche à droite, dans l'ordre "pique, coeur, trèfle, carreau", était installé un rideau permettant de les dissimuler pendant trois secondes.
Le public se mettait d'accord sur un ordre différent des as géants, par exemple : trèfle, coeur, carreau, pique. Les deux clowns fermaient le rideau durant quelques secondes et à sa réouverture l'ordre des as était miraculeusement changé.
L'effet avait beau être répété trois ou quatre fois de suite, jamais les personnes invitées à vérifier le matériel de la scène ne surent expliquer le phénomène ou imaginer le truc utilisé.

LES GOLDEN STARS
C'est à partir de cette époque que la mère de ce satané gamin commença à le suivre dans ses pérégrinations et à s'interroger sérieusement sur ses capacités bizarres qu'elle n'était pas loin de considérer comme un peu surnaturelles.
A l'âge de douze ans, deux ans après ses débuts, Franky dirigeait une troupe baptisée "Les Golden Stars", qui ne comportait pas moins de 20 artistes amateurs : clowns, imitateur, comiques en tous genres, chanteurs, pianiste, qui se donnaient en spectacle les samedis, les dimanches, les jours de fête.
Les autres jours, chacun menait sa vie comme il l'entendait et notre magicien, après avoir obtenu avec bien des difficultés son certificat d'étude primaire, le fameux CEP de l'époque, apprit, sur les conseils de ses parents, le métier d'horloger.
Apprenti horloger, membre junior du club cycliste local, François apprend aussi le piano auprès d’une vieille dame qu’il rétribue avec ses gains de manutentionnaire chez un grossiste en fruits et légumes de la ville.
Toujours passionné par la magie, l’illusionnisme, l’étrange et le bizarre, Francois s’exerça à faire tourner les tables !

SIGNES ET RENCONTRES
48ea5785d54919a3e15d62095703dd10.jpgLa vie de François est pleine de “signes et de rencontres” qui l’ont marqué. Tout jeune encore, il fait la connaissance dans une patisserie de l’écrivain Maxence van der Meersch, qui venait à Berck soigner sa tuberculose. Après la mort de cet auteur, François verra passer entre ses mains plusieurs montres qu’il avait laissées à l’horloger pour qu’il les répare.

6dc5257ead0490d75e3450084894a759.jpgÀ la même époque, Grock, le célèbre clown en tournée à Berck vint à la boutique porter ses montres à réparer. Touché par le dynamisme de l’adolescent et l’admiration que lui portait l’apprenti, il lui avoua qu’avant de devenir artiste de cirque, il avait aussi failli devenir hologer ! Le jeune François n’est pas peu fier lorsque Grock demande à son patron de confier le travail à son apprenti !

SERVICE MILITAIRE
Cette vie d’artiste et d’artisan, agréable et pleine de surprises, aurait pu se prolonger longtemps, si le service militaire n’était venu interrompre la féérie.
Cette période passée en Afrique du Nord, fut plutôt mouvementée. Forte tête, réfractaire à toute discipline imposée, Franky connut plus souvent qu’à son tour les douceurs du cachot, les délices du mitard, l’agrément de la compagnie des puces et des morpions ! Amuseur public par nature, notre magicien devenu soldat par obligation décida spontanément de s’opposer à la bêtise ambiante en entraînant quotidiennement deux de ses camarades dans des farces entrelardées de facétie et de gags hilarants.
Cet attentat au moral des troupes par la voie du rire les rendit tous trois suspects à la hiérarchie et indésirables sur le sol algérien.
Cette expulsion programmée valut à nos joyeux drilles d’être à leur tour victimes d’un curieux tour de passe-passe. Prétextant que trois soldats devaient être mutés en Afrique noire, une sorte de tribunal militaire décida de les tirer au sort, présentant à la troupe réunie dans la cour, un sac de toile rempli de petits papiers portant les noms de tous les soldats du camp. Un officier fut chargé d’extraire au hasard du mystérieux sac à malices trois papiers soigneusement pliés en quatre.
Par un extraordinaire concours de circonstance, ils portaient chacun le nom dun des trois réfractaires ! C’est ainsi que Franky fut muté au Congo et débarqua à Pointe-Noire avec un arriéré de huit jours de prison à la clé.

medium_Ranky_soldat.2.jpg

Ranky, rang du milieu, 2ème à gauche.

En Afrique noire l’armée française ne mettait pas les soldats blancs punis dans la même prison que les autochtones. Refusant tout passe-droit, allant jusqu’à menacer de se donner la mort, Franky plus forte tête que jamais, exigea de purger la totalité de sa peine, comme les autres.
Opposé à la ségrégation, il partagea donc sa géôle avec des Noirs, découvrant à ses dépens dans un cul de basse fosse les joies de la mixité sociale !
Ce ne fut pas, à vrai dire, l’épisode le plus heureux de sa vie !
A son retour en France, le jeune illusionniste choisit la capitale où il fait tous les métiers : photographe ambulant, ouvrier dans une usine de papier, tapissier, vernisseur de meubles, installateur de bureaux métalliques, etc ....

medium_PARAN_Francis_LEMARQUE.2.jpg

Blondine, Ranky et le chanteur Francis Lemarque.


PARIS
Mais voilà que le virus de la magie se réveille sommeillant au fond de notre “mirlitaire”démobilisé se réveille à nouveau, plus virulent qu'avant.Sur les conseils de Sanas, un magicien à la retraite qui avait beaucoup boulingué, il désaméricanise son nom Franky, qui devient Ranky en supprimant le F.
100281fff30dd1674424adde8d4c6cc2.jpgIl fait la connaissance de Michel Simon qui louait une chambre de “dépannage” passage du Prado. Ils se retrouvent autour d’une bouteille de vin blanc, rue Saint-Denis, à “l’Ecrevisse”, où l’acteur raconte à son jeune ami comment, il avait “fait” le clown à ses débuts, et servi de compère à un prestidigitateur.
Parallèlement à l’exercice de ses "trente six métiers, trente six misères", selon son expression, il fabrique un petit podium dissimulé dans une valise en bois de 60 cm sur 40 et 25 de haut, qu'il présentait à ses spectateurs, après être monté dessus, comme "la plus petite scène du monde"
Ce gag déclenchait immanquablement les rires et les applaudissements de l’assistance.


UNE SCENE PORTATIVE
Un mini-rideau de scène, un éclairage succint et un magnétophone s’escamotent dans la valise. Une fois le matériel rangé en cinq minutes, il n’y a plus qu’à prendre le métro pour se rendre d’une représentation à une autre.
A l'aide de ce matériel démontable, il se lance dans les séances de "bistrots" où il fait la "manche", organise des tombolas entre les numéros d'illusion présentés, au cours desquels, pour la plus grande joie des spectateurs, ce sont toujours les chauves qui gagnent des peignes !

medium_DOUSTE_BLAZY.jpg

Plutôt que d'épater le public, Ranky cherche à le distraire. Ici il vient de jouer un bon tour à l'ex-ministre de la Culture Douste-Blazy

Succèdent alors des séances agréées par le Ministère de l'Éducation Nationale pour les enfants des écoles, des tournées en camion aménagé pour des représentations dans les stations de cures thermales. Ranky organise et obtient son indépendance en devenant un artisan de l'illusion.
Quelques années plus tard, il rencontre Blondine, coiffeuse esthéticienne et comme lui enfant de la balle, qui deviendra son épouse et avec qui, partageant les mêmes ambitions et affinités, il travaillera en parfaite harmonie.

medium_PARAN_BLONDINE_1.2.jpg



Ranky et Blondine créent un magasin de "trucs" réservés aux magiciens illusionnistes et fabriquent un matériel très évolué pour leurs confrères en magie. Tous les grands noms de la profession viennent faire leur "marché" chez eux pour bénéficier de leur expérience et de leur compétence : Garcimore, Dominique Webb, Kassagi, Jean Le Poulain, les tournées Baret, Perette Souplex, etc…

medium_S_ET_M_FLEUR_VIVANTE_1.2.jpg

La fleur vivante, une réalisation de Ranky

Ranky invente aussi une machinerie pour la présentation de films publicitaires destinés à une chaîne de télévision Sud-américaine. Le couple se rend trois ou quatre fois par an au Vénézuela, pour présenter ses numéros à Radio Télévision Caracas et sera, pour un temps, plus connu en Amérique qu'en France !

medium_PARA_R_and_B_MUSIC-HALL.2.jpg

Apparitions, transformations et disparitions de soieries, fleurs, ombrelles et colombes, un numéro féerique de Ranky et Blondine.


MAGIE ROUGE
Il existait la magie blanche, la rose, la noire : il manquait la rouge. Ranky l'inventa, offrant par cette spécialité à l'illusionnisme une des plus grandes nouveautés de notre époque.
Depuis 1977, Fantastic-Horror-Show fut désigné par un sondage annuel, durant 18 années consécutives : "Spectacle visuel N°1 au hit Parade des clubs discothèques".
Ce spectacle ne peut, en aucun cas, être comparé à un autre. Ce n'est pas de la magie classique, ni du grand guignol, mais une suite de tableaux traitant de thèmes tels que: la folie, la médecine officielle ou les médecines parallèles, la réincarnation, les forces paranormales, la violence, la drogue, la mort, etc.

medium_PARAN_OPERATIONS.2.jpg

La chirurgie à mains nues présentée par le docteur fou.

Pour conclure, voici comment la très sérieuse revue Science-Frontières, fondée par Jean-Yves Casgha, parle de Ranky dans son numéro de Juin 2006 : «Magicien de renommée internationale, Ranky vient encore une fois de nous jouer un tour dont il a le secret avec son dernier ouvrage, "Le paranormal de mes yeux vu...", qui raconte les étranges expériences auxquelles il a assisté.Tour à tour magicien, marchand de trucs, créateur du Comité Illusionniste d'Expertise et d'Expérimentation des Phénomènes Paranormaux, initiateur d'une école de magie, écrivain, musicien, peintre, cet artiste n' a pas fini de nous étonner.

============================================

Ranky est l'auteur de plusieurs livres

Visitez nos catégories intitulées :

Blog intime

Références :
PRESSE.
Principaux magazines ayant consacré interviews, articles de fond, reportages etc..

COUVE SCIENCE ET INEXPLIQUE N°14.jpgScience et Inexpliqué.

Editions de Sèvres 31 bis, rue de Sèvres 92100 Boulogne-Billancourt.

Mars-Avril 2010. N°14


64d1d16f132ccdebce2a7c815926e92d.jpgScience-Frontières.
8, bis rue du Chemin de fer 94110 Arcueil.
Avril 1996. N°7.
Juin 2006. N° 119.






0cdea63ec6f2f5744aa93942d2230b9d.jpgLa revue de l'Au-Delà.
Editions Menssana
24, rue de l'Aude 75014 Paris.
N° 90. Avril 2005.






a87bf6ea545cf8ced99ac5cb33f61b55.jpgFacteur X.
Edité par ALP/ Marshall Cavendish Paris.
France- Canada- Suisse- Belgique-
N° 26






b9f0bb1399cd25fa36992972ef2c51fc.jpgPsi-Réalités.
N° 9.Septembre 1978.
N° 11.
N°12.






4dc66adfa2c87333a2c0576357940378.jpgParis-Match.
N° 1456.
22 avril 1977.







L'écran Fantastique.Novembre 1984-
Rock-Music.
Août 1988.

Actuel.Juillet Août 1989. N° 121-122.
VSD.22 au 28 juillet 1993. N° 829.
Mystères. Mai 1994. N°11.
L'Evénement. du 14 au 20 avril 1994. N°493.
Destins. Janvier Février 1996. N°13.
Incroyable et Scientifique. Août Septembre 19 . N°14
à suivre..

RADIO.
Page en cours de création.

TELEVISION.
Ranky participe à de nombreuses émissions télévisées. Nous ne citons ici que les plus importantes.

Samedi-Soir Philippe Bouvard.(avec Pierre Dac, Francis Blanche, Jean-Pierre Cassel, le catcheur Roger Delaporte, Claude Stavisky.)
Devine qui vient ce soir Suisse Romande (avec Jean-Pierre Girard.)
Diffusion 25 décembre 1976

Vendredi Magazine FR3 ( avec Jean-Pierre Girard, Alfred Krantz, Robert Tocquet, Le commandant Tizané, Le professeur Hans Bender, Le professeur Rémy Chauvin, l'astrologue Joelle de Gravellaine, L'hypnotiseur Alafourd, Le journaliste Richard Rein, le docteur Nicole Gibrat, le magicoloqgue André Sanlaville )
Diffusion 1er avril 1977

Aujourd’hui Madame Antenne 2
Diffusion 1er juillet 1977

Parascope R T Belge
Diffusion 20 septembre 1978

Mi-Fugue Mi-Raison Patrice Laffont Antenne 2 (avec Alain Bougrain-Dubourg,)
Diffusion 9 janvier 1980

Fantastico Radio Caracas Télévision
Diffusion 27 septembre 1980

Fantastico Radio Caracas Télévision
Diffusion 5 octobre 1981

Cable News International INC Télévision Américaine
Diffusion 15 septembre 1988

Ciel Mon Mardi Christophe Dechavanne TF1 (avec Le chirurgien Guy Deloche, Fabrice Lucchini,
Diffusion 23 mai 1989

Ca va Tanguer France 2
Diffusion 25 avril 1990

Zapper n’est pas jouer Vincent Perrot FR3 (avec Carole Laure,
Diffusion 9 février 1993

Mystères Alexandre Baloud TF1
Diffusion 29 mars 1993

Mystères TF1
Diffusion 28 mai 1993

Mystères TF1
Diffusion 4 février 1994

Mystères TF1
Diffusion 11 mars 1994

L’Odyssée de l’Etrange Jacques Pradel TF1 (avec Jean-Marie Legall,
Diffusion 21 juin 1995

La Parapsychologie à travers le Monde. Télévision américaine
Diffusion 15 décembre 1996

Pourquoi-Comment Sylvain Augier (avec
Diffusion

Le sixième sens. Marie Monique Robin. Canal+ (avec Maud Kristen, Mario Varvoglis, Joseph Mac Monéagle)
Diffusion 19 janvier 2003.
Diffusion 17 septembre 2006.