Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2019

HISTOIRE ET PARANORMAL

La vie d’Alix le Clerc par Thierry NAMUR

alix,sainte,Jésus,Lorraine,paranormal

Portrait d'Alix le Clerc, tiré du livre "Alix le Clerc, dite en religion Mère Thérèse de Jésus", paru en 1889.

Alix le Clerc est une lorraine du XVIIème siècle béatifiée en 1947. Elle est créatrice d’une œuvre permettant aux jeunes filles pauvres d’aller à l’école. Sa vie est emplie de merveilleux et il est intéressant de la lire avec des yeux d’hommes du XXIe siècle. À la fin de ce texte, chacun sera libre : il est permis d’adopter plusieurs attitudes de penser ce qu’il veut de cette vie.

Les informations de ce texte proviennent d’un livre édité en 1889 qui compulse les écrits de contemporains d’Alix mais aussi postérieurs à elle. Son vocabulaire et son style surprennent la personne lambda. Mais il faut faire avec pour non pas comprendre mais admettre qu’un autre monde existe.     

Apparition d’un phénomène paranormal

Alix est d’abord une jeune fille comme les autres, qui aime rire et s’amuser. Elle tombe malade gravement et cette maladie la change totalement et lui montre la petitesse de sa condition. Une maladie qui conduit à une conversion n’est pas rare chez les Saints. Elle perçoit qu’elle peut être ‘’une vierge consacrée à Dieu est un sublime emploi’’. L’auteur compare la conversion d’Alix qui se voue perpétuellement à Jésus-Christ, avec celle de Catherine de Sienne :’’Il me sembla que l’on m’eut ôté tout ce qui était en mon intérieur et qu’on y eut placé un autre esprit.’’ Alix se trouve ‘’ravie en esprit’’. ‘’ Son biographe écrit : ‘’Notre Seigneur fit délicieusement sentir à sa généreuse épouse combien sa prière lui était agréable ; il la transporta un instant hors de la région des sens et se montra à elle plein de grâces et de majesté’’

Ensuite, à la messe, elle est la proie d’un phénomène paranormal. Elle entend le son d’un tambour. Ce son est harmonieux et charme la jeune fille. Elle n’entend plus rien de ce qui se passe autour d’elle. Le phénomène se reproduit la semaine suivante : ‘’Comme j’aimais fort danser, ce son me captivait et j’y prêtais l’oreille avec un plaisir extrême…mon esprit fut fortement saisi, et, hors de moi-même, il me sembla voir en l’air un démon qui battait ce tambour et une troupe de jeunes gens qui le suivait joyeusement. ’’Comme Alix aime danser cette vue la précipite dans ‘’ la honte et l’épouvante ‘’ car elle se reconnaît parmi cette jeunesse qui suit ce démon qui veut ’’ sa perdition’’. Elle interprète cette vision pour l’écarter Alix ‘’des joies fugitives de la terre, Dieu l’avait enchaîné à son existence.’’

Bien que ‘’ pensant ne pas avoir beaucoup de péchés’’ Alix fait une confession générale qui conduit à une nouvelle vision :’’ Il me sembla voir une procession vêtue de blanc’’ qui la conduit à quatre colonnes couvertes de belles étoffes et ‘’ entre deux de ces colonnes sont assise Sainte Claire et Sainte Elisabeth. ‘’ Elle leur demande de l’accueillir dans leur ordre mais toutes deux refusent et lui montrent un berceau indiquant là quelle serait sa vocation.  

Alix novice, la famille le Clerc n’a pas renoncé à raisonner sa fille. Le père est en chemin pour manifester son autorité et une lumière céleste apparait et lui fait comprendre la volonté divine.

La vie continue et Alix est dans l’embarras. Son directeur de conscience à qui elle doit obéissance absolue, qui est pour elle ‘’ l’organe du ciel’’ lui demande de rejoindre les Clarisses. Or l’appel divin de ses visions lui ordonne de créer un ordre. Elle passe la nuit en prière et est ‘’tout à coup saisie de crainte et d’un grand tremblement.’’ Elle voit Marie qui lui remet l’enfant Jésus dans les bras ! ’’ La possession de ce précieux trésor l’inonda de délices’’ et lui montre ainsi la voie. Un 2 février, Marie lui représente le bébé Jésus et lui dit :’’Je te le donne afin que tu le nourrisses jusqu’à ce qu’il soit grand.’’ Elle reçoit en même temps un enseignement lui enjoignant comment faire. :’’Je fus portée à des choses bien hautes de la connaissance de Dieu… mais ce langage du ciel n’a pas d’équivalents sur la terre. Je ne saurais rien dire de tout cela sinon que Dieu est un pur esprit et que je n’avais connaissance que d’un tout petit brin de sa grandeur et de sa perfection…’’ Elle dira ‘’ être portée au petit ménage de Vierge avec le petit Jésus… je me consolai beaucoup de les voir…leurs petits meubles., leurs lits à part, le petit siège de Jésus.’’ Questionnée, elle dit : ‘’Peut-être je me trompe moi-même, ou bien suis-je possédée, ou quelque chose encore dont je n’ai pas idée.’’

alix,sainte,Jésus,Lorraine,paranormal

On présente l'enfant Jésus à Alix qui découvre ainsi sa vocation

Dans la vie spirituelle, tout est sujet à l’égarement et à l’illusion. Le référent dans la vie de l’ordre naissant est Pierre Fourier, lui aussi béatifié. Pour Alix, Fourier est un phare spirituel à qui elle doit obéissance complète. Il excite le zèle des sœurs en leur proposant Jésus lui-même comme modèle.’’ Il les exerçait à une grande soumission d’esprit à un grand détachement de leur propre volonté et jugement... Elles lui déféraient en tout ; de sorte qu’elles ne faisaient rien sans sa permission.’’ écrit mère Milly. Le père d’Hangest dit qu’Alix était celle que Fourier ‘’ s’appliquait le plus à mortifier et à humilier, sans doute pour faire contrepoids aux faveurs extraordinaires qu’elle recevait du ciel’’. Aucune révolte des sœurs devant ces mauvais traitements :’’ Elles sont persuadées que Dieu est le mobile de toutes les actions du père.’’

alix,sainte,Jésus,Lorraine,paranormal

Saint Pierre Fourier, qui fut son complice et son mentor

"Notre Seigneur prend grand plaisir à une âme obéissante’’ dit Alix.   ‘’ Elle obéissait à tous et cela avec une docilité, une soumission ravissante. ‘’ Le biographe d’ajouter ‘’ Dieu aime l’obéissance aveugle qui va jusqu’à la sainte démence.’’ Les mémoires écrivent que :’’ le révérend père (Fourier) prenait plaisir à exercer son obéissance…on la voyait par ordre mendier, porter des souliers mal cousus… et elle était heureuse d’expier les vanités de sa première jeunesse.’’ Alors que sa mère est mourante et qu’Alix est à son chevet, le père, ‘’ pour exercer son obéissance, lui demande de quitter sa mère pour parer l’église…’’ ‘’Dans la vie spirituelle, tout est sujet à l’illusion et à l’égarement, hormis l’obéissance.’’ Aujourd’hui, nous savons que l’obéissance peut être utilisée par des prétendus religieux sans scrupules.

Pierre Fourier s’inquiète des récréations des sœurs qui répondent qu’elles confectionnent des instruments de pénitence. De quoi s’agit-il ? D’haires (chemises rugueuses, portées par mortification), de cilices (ceintures de crin ou de métal), de de pointes de fer, chaines compressées sur leur peau. Ces objets leur sont familiers pour ‘’ satisfaire cette sainte haine d’elle-même.  Il y avait dans l’abbaye un lieu retiré témoin des saintes rigueurs qu’elles s’appliquaient plusieurs fois par jour.’’ L’auteur du livre tente de justifier ces pratiques : ‘’ Que sont les excès de l’amour des Saints en regard de ceux de l’amour de Dieu pour nous ? Nous sommes loin de la flagellation et du calvaire !’’

alix,sainte,Jésus,Lorraine,paranormal

Un cilice '' pour se donner la discipline''

Une sœur qui vit avec Alix dit :’’…nos mères faisaient des austérités et des pénitences prodigieuses ; elles jeunaient, couchaient sur des ais, dormaient une heure ou deux …portaient continuellement l’haire sur des ceintures remplies de clous aigus, prenaient la discipline trois fois par jour ce qui leur laissait des plaies. L’auteur justifie toujours ces horreurs ainsi :’’ C’est ainsi qu’à la base des grandes œuvres et de tous les ordres religieux se trouvent l’oraison et la pénitence.’’

Lors des chemins de croix, elle était attachée et chaque sœur devait lui donner une gifle. Durant les froids d’hiver (en Lorraine), elle se levait la nuit pour se coucher dans la neige ou se plongeait dans des cuves d’eau glacée. A contrario, elle se brûlait la pointe des pieds sur les braises du foyer ! Cette maltraitance interroge enfin le biographe (il parle d’étranges douleurs qu’elles s’imposaient) et son entourage. Même la Supérieure lui demande de modérer ses tourments. En vain. Ces mortifications sont indéfendables, incompréhensibles. En quoi un Dieu d’amour prendrait -il du plaisir à un dos lacéré et des épingles plantées dans la chair ? Pour souffrir notre corps n’a pas besoin de suppléments, ce que sa nature lui inflige semble largement suffisant.  Alix se défend :’’ L’âme qui a goûté Dieu, se sent un tel courage, que si en ce moment on mettait son corps en lambeaux, pour sa cause, elle en éprouverait la plus vive consolation…Je voudrais endurer toutes sortes de peines, et donner plusieurs fois ma vie afin que les âmes des pêcheurs retournassent en leur première origine.’’ ’L’amour divin s’alimente par la souffrance écrit le biographe.

Elle avale le sang corrompu d’une plaie plusieurs jours durant. ‘’ Ma répugnance était extrême, mais je pensais que Dieu aurait cela pour agréable.’’ ‘’ Cet acte héroïque lui procura beaucoup de consolation intérieure et de la force pour achever ce qui lui restait à accomplir. Heureuse d’avoir pu faire un sacrifice à son maître adorable, elle compta pour rien les désordres d’estomac qui en furent la suite jusqu’à la fin de sa vie.’’ écrit le biographe !  

 ‘’ Un soir je fus transportée dans la maison des Jésuites. Les Pères ne prenaient pas garde à moi.et semblait mépriser ce que je faisais, sauf un et je compris que c’était saint Ignace.’’ Celui-ci l’encourage à poursuivre son œuvre pour les petites âmes. ‘’Alix tient à ce que l‘ordre naissant et ses dépendances naissent et vivent dans l’austérité et la frugalité. Elle charge la Providence de subvenir à leurs véritables besoins. En effet, elles furent toujours secourues à temps’’. En fait les sœurs meurent de faim et d’insomnie.

Alix donne l’exemple étant la première à nettoyer les lieus les plus abjects, récurer les pots, habillée avec ce qu’il y a de pire.

Il est curieux de lire que malgré tous les phénomènes merveilleux qui peuplent sa vie Alix doute. Imaginez que vous voyez Marie qui vous propose de tenir Jésus, que vous soyez l’auteur de phénomènes extraordinaires notés par l’entourage, douteriez-vous du ciel ? Alix oui.  Plusieurs mois durant ‘’ J’eus une furieuse tentation de croire que le soleil était Dieu’’. !  Alix s’angoisse, s’agite et se trouve dans les ténèbres. Elle va être délivrée des démons. Pendant une prière elle se trouve ‘’ ravie hors de moi-même’’ et voit à ses côtés ‘’ un démon tout effrayé.’  Toutes ces défiances sont mises sur le compte des attaques du démon. Alix, ‘’ sent l’homme intérieur flotter en elle et la vertu chanceler. Une nuit, quatre démons la privent par leurs illusions de forces corporelles et de voix. Voyant la résistance d’Alix, les démons la tirent par les membres causants d’atroces douleurs ! La réaction à postériori d’Alix me laisse bouche bée !’’J’étais bien aise qu’ils traitassent ainsi mal mon corps pour me venger de lui.’’ Elle prend la souffrance pour une expiation pour ‘’ laver mon âme’’. ‘’Durant ce temps, mon esprit était tellement confus et humilié, que je n’osais lever les yeux de ma considération vers Dieu.’’ Ces moments terribles s’accompagnent ‘’ d’exhalaisons de fortes odeurs infernales et de soufre‘’ senties par tout l’entourage. Ces odeurs pestilentielles qui l’accompagnent lui procurent un extrême dégoût. Notons qu’après sa mort, de son tombeau et de sa chambre, ce sont des odeurs d’exquis parfums qui s’exhalent. Ces persécutions durent des années.

Fantômes noir et blanc

Marie et Jésus et les démons ne sont pas les seuls à visiter Alix. ‘’Je fus alors tirée en esprit hors de moi et je vis sainte Anne près de moi qui m’embrassa.’’ Autre visiteur fréquent : le fantôme noir. Il a toutes les apparences d’un homme. Elle le chasse ‘’ au nom de Jésus-Christ’’. Un jour de doute, le fantôme qu’elle voit est blanc ; celui-ci est chassé par un signe de croix. Quel peut-être le rôle de ce fantôme ? ‘’Dieu pour détacher les âmes permet quelquefois qu’elles ne trouvent aucune lumière, aucun appui dans ceux qu’elle a donné pour guides. Cet ennemi ne peut se manifester que quand la liberté lui en est accordée.’’ Ces fantômes ont des voix qu’elle entend. A une visiteuse elle dit ‘’ Bienheureux ceux qui ont le cœur pur car ils verront Dieu’’. Une voix furieuse se fait alors entendre aux deux femmes :’’ Bienheureux ceux qui sont en péché, ils verront le diable’’. Ces assauts diaboliques sont d’un extrême mystère. Tous les grands mystiques, Padre Pio, le curé d’Ars, Marthe Robin disent avoir dû les combattre physiquement. Lucifer agit par d’odieuses vexations et des souffrances physiques. Dieu écrit le biographe, permet à l’ange de Satan d’attaquer par d’odieuses vexations le vestibule de son âme et de la faire souffrir également dans son corps.

Pour les Saints le diable, les démons existent. Lucifer depuis sa chute à déclarer à l’homme une lutte à mort. Pourquoi Dieu laisse-t-il Satan agir ? Peut-il limiter ses influences mauvaises que nous subissons ? La réponse d’Alix, par ses biographes est celle-ci : ‘’ Dieu le peut, mais s’il laisse faire, c’est pour notre bien à tous.’’

Alix passait la plupart de ses nuits en oraison. On l’entend durant ses extases s’écrier :’’O mon Dieu, c’est trop pour moi qui ne suis qu’un néant…Je me contente ! Oui, je suis trop satisfaite…C’est assez !...

Les mémoires qui la concernent disent que la Supérieure lui témoignait peu d’égards. Alix répond ceci à une amie qui s’en soucie :’’ Ma sœur, Dieu gouverne nos supérieures’’, le biographe ajoute : ‘’ les Saints ressentent toute l’amertume ; mais cette amertume, ils l’aiment, ils la savourent avec délices.’’ La vie d’Alix est peuplée de paranormal, de miracles. Une année où la récolte a été bonne, le grenier est plein de blé. Mais le charançon détruit les grains. Alix ordonne ‘’ d’aplanir le blé en couches et d’écrire Jésus, Marie et Ignace. ‘’ Les bêtes disparaissent. Alix est aussi doué de voyance. En songe, elle voit la ville de Chalons où elle doit se rendre. Elle annonce la date de sa mort précisément et voit la levée du siège de Verdun (pas celui de 1916). Miracles encore ce tonneau que l’on a oublié de reboucher mais qui ne perdra pas une goutte.   Elle s’assoit aussi à côté des novices ou des sœurs et comme le curé d’Ars, leur expose toute leur affaire avant que celles-ci n’aient ouvert la bouche ! Alix est discrète sur l’aspect extraordinaire de sa vie et nombre de faits, selon son vœu, ont été tus.  Cependant le livre raconte aussi les guérisons dont elle serait la cause.

Le livre raconte aussi un curieux miracle dû à la prière d’Élisabeth, son amie prodigieuse, dont le mari meurt sans avoir reçu de sacrements religieux. Il est important pour Élisabeth, l’âme sœur, qu’il en reçoive et à force de prières, le défunt revint à la vie, pour mourir dans les règles de l’église huit jours plus tard. Puis la veuve (par l’intermédiaire d’un adepte de Satan est-il précisé) est possédée du démon et doit subir un exorcisme. Après un songe, Alix constate que son ordre accueille des filles bienfaites et vertueuses. Alors qu’il faudrait plutôt accueillir les autres, celles dont le nom un est objet de mépris et d’horreur. Elle ne fut pas comprise, mais cette amie, Élisabeth, fondera un ordre pour ces filles.

Au cours d’un voyage, Alix est livrée ’’ à la puissance et à la rage des démons. Dieu leur avait permis de faire tout ce qu’ils pourraient pour la tourmenter et de l’éprouver par la tentation’’. Elle raconte qu’à nouveau :’’ les démons par leur charme m’ôtèrent la parole et le mouvement. Mais le trouble qu’ils causèrent à mon imagination m’était sans comparaison plus fâcheux.’’ Elle était environnée parfois d’une lumière brillante comme le soleil. Souvent, au sortir de l’oraison, son visage embrasé répandait un éclat qu’elle ne pouvait cacher, et, toute confuse elle baissait les yeux.

Avant sa mort, Alix a cette réflexion alors qu’on la compare à C. de Sienne :’’ Ah ! La différence est grande ! Cette sainte était exercée par amour et pour glorifier Dieu et moi je le suis par justice et en punition de mes fautes.’’ Qu’a-t-elle donc fait ?

Que conclure de cette vie étonnante ?

Alix était-elle une folle masochiste ? Inventait-elle ses visions ? Ses biographes rapporteurs sont-ils des menteurs ?

Je réponds non à toutes ces questions.

Il faut admettre, avec humilité, que cette Alix nous interroge et que l’on ne comprend pas le message d’une telle vie.

Commentaires

Bonjour,
je ne connaissais pas cette grande sainte,merci de me l'avoir fait découvrir

Écrit par : triponney | 02/07/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire