Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2017

NORMAL ? PARANORMAL ?

Le comportement de certains utilisateurs de téléphone portable est-il normal ou paranormal ? (1ère partie)

Par Jacques Mandorla, auteur du livre « Les ondes nocives » (éditions Grancher) - Ouvrage disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr ou en librairie

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Cette question peut paraître saugrenue quand on parle de l’objet connecté le plus important aujourd’hui sur notre planète. Pourtant, s’il permet aux individus de communiquer à distance avec n’importe quel correspondant du globe, le téléphone portable a changé les comportements de ses utilisateurs, au point que certains d’entre eux (probablement ceux ayant l’addiction la plus forte) se sont retrouvés dans la rubrique « Faits divers » de la plupart des médias du monde entier !

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Téléphoner au portable ou marcher dans la rue : il faut choisir !

On se doute que les Français font un peu n’importe quoi quand ils sont au portable, mais le sondage OpinionWay pour GMF (Garantie Mutuelle des Fonctionnaires), réalisé en avril 2016, révèle des comportements qui dépassent l’entendement ! L’étude, intitulée « Les piétons et le téléphone en ville », a été effectuée auprès d’un échantillon représentatif de 1 088 personnes de plus de 18 ans.

Voici ce que font les personnes utilisant leur mobile, tout en marchant (les chiffres cumulent les réponses « souvent » et parfois ») :

  • - 77% téléphonent
  • - 56% envoient ou lisent des SMS ou des emails
  • - 49% prennent des photos
  • - 30% écoutent de la musique
  • - 28% utilisent des applications (GPS, jeux, réseaux sociaux…)
  • - 24% consultent des sites d’information en ligne

Le total dépasse 100% car les interviewés ont donné plusieurs réponses.

Et lorsqu’on demande à ces piétons s’il leur est arrivé un incident dans la rue, on reste sidéré des résultats :

  • - 23% ont heurté un autre piéton
  • - 17% ont failli heurter un cycliste, une personne en roller, skate ou trottinette
  • - 16% ont heurté un poteau
  • - 14% ont frôlé l’accident avec un véhicule
  • - 8% se sont fait renverser par un véhicule

Avec ce type de comportements, il est donc probable qu’une partie des 468 décès de piétons, enregistrés en 2016, sont le fait de personnes utilisant leur mobile, tout en marchant !

 

Téléphones portables et conduite dangereuse

En 2015, une enquête française a montré que 10% des accidents de la route étaient dus à l’utilisation de mobiles ! Les comportements les plus coupables sont ceux des jeunes conducteurs de 18 à 24 ans, puisque 78% d’entre eux avouent utiliser régulièrement leur portable tout en conduisant et 51% considèrent que cela ne leur pose aucun problème de répondre à un appel ! Ces chiffres ont été confirmés par une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé, réalisée la même année, qui démontre que téléphoner au volant avec un portable multiplie par 4,9 les risques d’accident et par 3,8 en cas d’utilisation d’un kit mains libres !

ondes,nocives,électromagnétiques,téléphone portableda,ger,géobiologie

Ces statistiques de risques très élevés ont pour origine plusieurs facteurs : l’augmentation du temps de réaction si un incident surgit, la difficulté à conserver une bonne trajectoire (on constate, en effet, dans la plupart des cas, un franchissement de la ligne de séparation des voies), l’utilisation moins fréquente des rétroviseurs et enfin le manque de vigilance lors du croisement avec des passages protégés pour piétons (selon ces études, les trois-quarts des conducteurs ne s’arrêtent pas pour les laisser traverser !). Les autorités de nombreux pays s’inquiètent aussi de la récente apparition de tablettes dans certains modèles de voitures. En effet, plusieurs constructeurs proposent des véhicules avec des tablettes à l’intérieur. Si celles fixées derrière les sièges avant ne sont pas critiquables, c’est la présence d’une grande tablette dans le tableau de bord qui pose un sérieux problème de sécurité : elle risque, en effet, de détourner l’attention du conducteur et de provoquer des accidents.

 

Les portables, responsables de plus en plus d’accidents de la route !

Voici quelques exemples dramatiques, sur les milliers qui se sont déroulés ces dernières années, relevés dans la rubrique des faits divers internationaux.

Juin 2003, près de Villefranche-sur-Saône : un texto passé à 180 km/h !

Sur l’autoroute A40, une conductrice suisse de 34 ans percute, à la vitesse hallucinante de 180 km/h, la fourgonnette qui fermait le cortège d’un convoi de CRS se rendant dans le nord de la France. Elle conduit à une vitesse totalement excessive (bien au-dessus de la limite de 130 km/h autorisée), alors qu’elle est enceinte de 5 mois et que ses deux enfants, en bas âge, sont assis à l’arrière de la voiture : de l’inconscience totale ! Le choc est effroyable et le bilan dramatique : deux CRS tués sur le coup et deux blessés graves, alors que la femme s’en tire avec seulement les deux poignets fracturés et ses deux enfants s’en sortent indemnes ! Un vrai miracle. Aux policiers appelés sur le lieu de l’accident, la conductrice déclare n’avoir absolument pas vu la fourgonnette car… elle était en train de taper un texto sur son portable ! On apprendra plus tard, lors du procès en première instance, qu’elle souffre de troubles psychologiques sérieux (son âge mental correspond à celui d’un adolescent de 12 ans) et qu’elle est placée sous tutelle depuis plusieurs années. En 2005, elle a été condamnée par la Cour d’appel de Lyon à 30 mois de prison ferme (elle a accouché en prison) et à 5 ans de suppression de permis de conduire. La sanction peut paraître faible, mais la Cour a estimé que les CRS avaient une part de responsabilité car ils n’avaient pas bouclé leur ceinture de sécurité.

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Juin 2013, à Ivry-sur-Seine : un conducteur de bus RATP irresponsable !

Kevin, 30 ans, conducteur de bus de la RATP, percute une voiture et tue le passager : il ne regardait plus la route car il était absorbé par la conversation qu’il était en train de tenir avec sa femme, en plein service, alors que de nombreux passagers étaient dans le bus ! L’enquête policière montrera, un peu plus tard, que ce conducteur était un vrai danger public au volant, ayant déjà été responsable de 20 accidents de la circulation au cours des 5 années précédentes ! Les personnes chargées du recrutement à la RATP n’avaient manifestement pas enquêté sur lui avant de l’engager !

Mai 2014, dans la Marne : un chauffeur routier distrait par 48 SMS au volant, juste avant son accident !

Sur l’autoroute A4, un chauffeur routier roule trop vite. Résultat : quand, devant lui, se produit un ralentissement, il ne peut freiner efficacement. Son poids lourd percute alors quatre voitures et un camion, tuant deux personnes. Les policiers constateront, en étudiant la messagerie de son portable trouvé dans la cabine, qu’au cours de l’heure précédant l’accident, il avait reçu 19 SMS et en avait envoyé 29 ! Autant dire que le conducteur n’était pas vraiment concentré sur la conduite de son poids lourd, c’est le moins qu’on puisse dire !

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Janvier 2016, à Detroit (USA) : mort pour avoir conduit en visionnant un film porno !

La police de la ville de Détroit (État du Michigan), appelée par un anonyme qui avait composé le 911, se rend sur le lieu d’un accident de voiture. Elle découvre alors un véhicule qui s’est désintégré après plusieurs tonneaux. Après désincarcération du cadavre du conducteur, un certain Clifford Ray Jones âgé de 58 ans, affreusement broyé dans l’habitacle, les policiers ont la surprise de constater que son téléphone portable est non seulement intact, mais toujours en fonctionnement : sur l’écran, en effet, est en train de défiler un film porno qui a manifestement trop captivé le conducteur, ce qui lui a coûté la vie !

Danger : des téléphones portables dans les salles d’opération !

Malgré une loi votée en 1995 interdisant, en France, l’utilisation des téléphones portables dans les salles d’opération, on constate que de plus en plus de chirurgiens et de personnel soignant envoient leurs textos du bloc opératoire lui-même ! Dans notre pays, on ne signale, pour l’instant, aucun décès qui serait survenu parce qu’un chirurgien aurait donné la priorité à son portable plutôt qu’à son patient. Mais, il y a quelques années, au Texas (USA), un anesthésiste trop concentré sur le texto qu’il était en train de taper, a complètement « oublié » sa patiente de 61 ans. Résultat : quand, au bout de 5 minutes, son texto est parti, sa patiente était décédée ! En plus de ce type d’inattention qui, dans une salle d’opération, peut coûter la vie à un patient, il importe de mentionner un autre danger, beaucoup plus fréquent celui-là : celui du manque d’hygiène ! En effet, selon une étude réalisée en 2010 par l’université anglaise de Manchester, un téléphone portable contiendrait 500 fois plus de microbes et de bactéries qu’un… siège de toilettes ! L’horreur ! Les bestioles invisibles, transmises par la peau humaine au mobile, sont de la pire espèce : salmonelles, staphylocoques dorés, streptocoques, Escherichia coli (nom scientifique du colibacille)… De quoi accroître les risques d’infections nosocomiales dans les blocs opératoires… risques qui sont déjà très élevés ! Rappelons que les maladies nosocomiales tuent, en France, 9 000 patients environ par an, dont 4 200 personnes dont le pronostic vital, en entrant à l’hôpital, n’était pas engagé à court terme ! Prions donc pour que tous les intervenants des blocs opératoires pensent désormais à nettoyer leurs mains, mais aussi leur téléphone portable, à l’aide d’un produit biocide efficace, avant de pénétrer dans le bloc opératoire !

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Des accidents graves causés par les téléphones portables !

On relève, dans la presse internationale, de nombreux incidents, dont certains mortels, survenus à des utilisateurs de mobiles. Il faut noter que la plupart des compagnies d’assurances ne couvrent plus les dommages éventuels causés par les mobiles ! Aux Etats-Unis, en 2015, le bilan est catastrophique : 3 328 personnes se sont tuées sur la route à cause de leur portable, contre 400 en France ! Voici le florilège des cas les plus étonnants.

2004, en Inde : il meurt électrocuté par son portable !

Un certain K. Viswajithest a été foudroyé par une décharge électrique pendant qu’il répondait à un appel qu’il venait de recevoir sur son portable. Comme son appareil était de la marque finlandaise Nokia, cette entreprise a décidé de mener une enquête sur le téléphone coupable de meurtre. Le résultat a été édifiant : la décharge mortelle provenait de la batterie du téléphone de monsieur Viswajithest. Mais, surprise, cette batterie n’était pas du tout d’origine : il s’agissait d’une contrefaçon ! Inquiets, les dirigeants de Nokia ont alors procédé à l’étude de plusieurs milliers de téléphones portables, sortis de leurs usines et commercialisés dans différentes parties du monde. Ils sont tombés des nues : des centaines de milliers de batteries contrefaites circulaient un peu partout dans le monde : la plupart en Asie (Chine, Inde, Thaïlande, Vietnam…), mais aussi au Royaume Uni, aux Pays-Bas… ! Ces fausses batteries Nokia ne possédaient pas, à l’intérieur, de système de sécurité pour éviter les courts-circuits : voilà pourquoi elles finissaient parfois par déclencher un phénomène de réaction en chaîne « surchauffe/incendie/explosion » ! Vues de l’extérieur, elles avaient toutes l’apparence des batteries Nokia… à quelques petites différences près (afin d’éviter d’éventuels procès en utilisant la marque Nokia) : elles s’appelaient « Nok », « NK » ou portaient un message du type « Batterie de remplacement » !

Août 2006, aux États-Unis : son portable met le feu à sa voiture !

Un homme se gare devant une pompe à essence dans une station-service. La caméra de sécurité filme toute la scène (images disponibles sur YouTube). On voit le conducteur enlever le bouchon du réservoir et commencer à faire couler l’essence, lorsqu’il reçoit un appel sur son portable : une étincelle jaillit et, en quelques secondes, l’essence prend feu ! Par chance, le conducteur n’est pas sérieusement brûlé, mais il l’a échappé belle. L’explication, donnée ensuite par un expert des incendies, incriminera la batterie du portable.

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Septembre 2009, aux États-Unis : deux motards amputés à cause d’un texto !

La journée avait pourtant bien commencé pour David et Linda Kubert, habitant à Mine Hill (New Jersey) : ils avaient décidé, en effet, d’aller faire un tour sur leur moto Harley-Davidson. Une heure plus tard, la balade tourne au drame et leur vie va basculer dans l’horreur. À la sortie d’un virage, ils se retrouvent nez à nez avec une camionnette… sans conducteur ! Le choc est effroyable : les deux motards sont violemment éjectés sur le bas-côté et ne parviennent plus à se relever. Leurs blessures sont si graves qu’il faudra les amputer, chacun, de leur tibia gauche. De la camionnette, qui s’est immédiatement arrêtée après l’accident, sort un jeune de 18 ans, Kyle Best : les motards ne l’ont pas vu au volant car… il avait baissé sa tête afin de taper un texto sur son téléphone portable ! Quatre ans plus tard, en appel, le juge condamne la compagnie d’assurances de Kyle Best à verser 500 000 dollars d’indemnités à David et Linda Kubert. L’avocat de ces derniers a aussi attaqué Colonna, la petite amie de Best, estimant que celle-ci est co-responsable de l’accident : en effet, alors qu’elle sait que son copain est au volant, elle lui envoie un texto la première, pour indiquer le lieu de rendez-vous où elle l’attendra, texto auquel s’est empressé de répondre Kyle Best alors qu’il conduit sa camionnette. En refusant d’incriminer la jeune femme, le juge n’a pas donné suite à la requête de l’avocat.

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Janvier 2014, aux États-Unis : son mobile s’enflamme dans sa poche !

À Kennebunk, une petite ville à 130 km au nord de Boston, sur la côte est des Etats-Unis, une collégienne enfouit son téléphone portable dans l’une des poches arrière de son jean, avant d’entrer en classe. Quelques minutes après, elle pousse un cri de douleur : son pantalon prend soudainement feu ! Elle s’en sortira avec une brûlure au troisième degré à la cuisse et en bas du dos. Après enquête, un expert déclare que le responsable du drame est la batterie du téléphone.

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

 Août 2014, en Grande-Bretagne : elle a le sein brûlé par son portable !

Dionne Baxter, une jeune Anglaise de 24 ans, s’est endormie sur son téléphone portable après l’avoir branché, afin de le recharger pendant la nuit. Quelques heures plus tard, Dionne est réveillée par une atroce douleur à la poitrine : le mobile s’est mis en surchauffe et l’augmentation de température a fini par lui brûler le sein gauche, plaie nécessitant plusieurs jours d’hospitalisation !

Juin 2015, dans le Nord de la France : la foudre fait exploser son téléphone !

À Escaudain, près de Valenciennes (Nord), au cours d’un très fort orage, une boule de feu (ce que certains chercheurs appellent la « foudre en boule ») pénètre dans une maison et va frapper le portable du jeune ado de la famille, au moment même où il tapait un texto. Gravement brûlé à une main, il est emmené à l’hôpital et n’a plus aucune sensibilité dans ses doigts : deux seulement peuvent bouger et les trois autres sont paralysés !

o

Quand les téléphones portables perturbent les acteurs !

Malgré les avertissements systématiques, adressés aux spectateurs par les directeurs de salles (théâtres, cinéma, opéra,…), de nombreux spectacles continuent d’être perturbés. Pourtant, l’humour est souvent utilisé pour faire passer le message : « Chers spectateurs, merci de penser à rallumer votre portable à la fin du spectacle ! ». Rien n’y fait : il y a toujours des « accros » au mobile qui ne peuvent pas se passer de leur téléphone, même au cours de représentations où le silence et la politesse doivent régner.

Parmi les incivilités les plus criantes, on peut relever celles qui perturbent les acteurs sur scène. Comme ce qui est arrivé un samedi de juillet 2015 à l’actrice américaine Patti Lupone, sur la scène du Lincoln Center à Broadway (New York) : dérangée en matinée par trois sonneries intempestives auxquelles elle n’a pas réagi mais qui l’ont terriblement contrariée, elle n’a pas supporté, en soirée, qu’un spectateur du premier rang tape un texto sous ses yeux ! C’était trop ! Se précipitant sur le spectateur indélicat, elle lui a arraché son portable et l’a jeté au fond de la salle, puis est remontée sur la scène pour poursuivre son texte… sous les applaudissements du public !

Mais, dans ce domaine, la palme revient, sans aucun doute, à un jeune new-yorkais de 19 ans, Nick Silvestri. Quelques jours seulement après l’affaire de Patti Lupone, ce spectateur est l’auteur d’un incident qui a lieu, toujours à Broadway mais au Booth Theatre, cette fois-ci. La pièce « La main de Dieu » va commencer : les lumières s’éteignent dans la salle et le régisseur vient de lancer la musique du spectacle. Soudain, le jeune homme, confortablement assis à sa place, baissant les yeux sur son écran de portable, se rend compte que la batterie de son portable est à 0% ! Paniqué à l’idée qu’il ne puisse pas être joint pendant le spectacle, il se précipite sur scène où il a aperçu… une prise électrique ! Pas de chance : il s’agit d’une prise factice, faisant partie du décor.

ondes,nocives,électromagnétiques,électrosensibles,tellurique,sonore,solaire,santé

Broadway (USA) : Nick Silvestri essaye de recharger son mobile sur une prise factice du décor (photo prise, avec son portable, par l’un des spectateurs) !

Des techniciens, accourus des coulisses, se ruent sur lui et le font sortir de force de la salle : un agent de police, alerté par le directeur, fait immédiatement passer au perturbateur un test de dépistage de drogue (négatif) et un test d’alcoolémie (positif !). Nick Silvestri reconnaît alors avoir bu quelques verres avant d’aller au théâtre et surtout être… un accroc incorrigible à son téléphone portable ! Il sera obligé, le lendemain, de faire ses excuses publiques devant les médias, réunis à l’entrée du théâtre.

 Dans le prochain article : " Normal ou paranormal : la folie des selfies "

 

Commentaires

Les portables,
On croit les posséder mais ce sont eux qui nous tiennent, ce sont nos nouveaux tyrans.
Le plus détestable étant les selfies nouvelle étape du narcissisme. Il va falloir apprendre à s'en servir car les voilà indispensables pour prendre l'avion, réserver des spectacles etc...
En étant raisonnable et discipliné, ils nous rendent services.

Écrit par : thierry | 10/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire