Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2016

AU-DELA

L’au-delà n’est pas un lieu de tout repos (1ère partie)

Par Thierry Namur

Aujourd’hui, même les athées partagent l’idée que quelque chose de l’homme survit après la mort. Plus besoin, comme au siècle dernier, de croire au Dieu des Chrétiens pour aller au paradis. Le coup de tonnerre du livre du docteur Raymond Moody en 1975, « La vie après la vie », y est pour beaucoup.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

L'effroi causé par les NDE est exprimé ici

par le cri poussé par le sujet d’Edvard Munch.

Les différentes étapes des états du mourant (les NDE, Near Death Experience) étaient décrites et banalisées. Que l’on soit croyants ou non, riches ou pauvres, petits ou grands, le ciel s’ouvrait à nous selon un schéma identique. La mort devenait presque romantique.

Le plus communément, le corps se libère de l’âme étonnée qui flotte au-dessus de la dépouille inanimée. Puis c’est le passage dans un tunnel et la découverte d’un lieu riant et joyeux où l’on revoit nos chers décédés. Enfin, avant le retour sur terre, un entretien se déroule avec un être de lumière. Généralement les aventuriers de l’au-delà parlent d’une expérience difficile à transmettre par des mots. Ils se sont sentis entourés d’une fantastique aura d’amour qui a transformé leurs vies. Ils n’ont plus peur de la mort.

Des explications rationnelles, sans nier le phénomène, voulaient démontrer que ce qui se passait était dû à un manque d’oxygène du cerveau qui s’illusionnait. Le cerveau pouvait aussi rendre le moment moins angoissant, en déconnectant ses neurones et en offrant au mourant une sorte de feu d’artifice chimique.

N

Le paradis n'est certainement pas tel que le voit Marc Chagall :

un lieu feutré, calme et bucolique.

L’essentiel des témoignages donne une image positive et même paradisiaque de ce phénomène déroutant. Pourtant cet excès d’enthousiasme ne doit pas faire oublier que les gens qui vivent le passage de la vie vers l’état de mort ne sont pas décédés, mais sont dans un état proche de la mort. Et puis, des témoignages effrayants étaient rendus publics. Certaines NDE, peut-être 5% des cas transmis, étaient ressenties et définies comme infernales. Ces NDE, les témoins les gardaient en général pour eux, mais elles existaient bel et bien.

Une intense souffrance

Les NDE négatives présentent le plus souvent le même schéma (sortie du corps, tunnel, rencontres…) que les NDE positives, mais elles sont vécues différemment. La vie qui se retire résiste et ne veut pas quitter la terre.

Cette résistance procure une intense souffrance. En voici un exemple : « Je suis descendu ! Là en bas, tout était noir, il y avait des gens qui hurlaient, il y avait un feu, ils voulaient boire... D’abord, nous sommes descendus, il faisait nuit noire... Ce n’était pas un tunnel, c’était plus qu’un tunnel - une espèce de tunnel énorme. Je descendais en flottant... J’ai vu beaucoup de gens là-bas, ils criaient et hurlaient... Je dirais qu’il y en avait peut-être un million. Ils étaient misérables et remplis de haine. Ils demandaient à boire. Ils n’avaient pas d’eau du tout... Il était là, muni de petites cornes... Je l’ai tout de suite reconnu... Le diable lui-même. J’étais entraîné par un flot sonore une rumeur constante faite de bruits humains… Je sentais que  je m’enfonçais dans le courant, que j’en faisais peu à peu partie et que, lentement, j’étais submergé. Une peur intense m’envahit, car je savais confusément que, si je succombais à cette masse qui ne cessait de s’amplifier, je serais perdu ».

Un autre témoin raconte : « Je regardais au fond d’un grand puits rempli d’un tourbillon de brume grise, et il y avait toutes ces mains et ces bras qui essayaient de s’emparer de moi et de m’attirer vers le bas. On entendait un bruit terrible de lamentations, plein de désespoir… La colère régnait, et je ressentais une peur affreuse. Tout était gris. On entendait des bruits effrayants, semblables à des rugissements de bêtes féroces enragées, grinçant des dents ».

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

La vision fantastique de l'enfer, selon Jérôme Bosch.

Âmes en peine et OVNIS

En résumé, les rescapés de la mort victimes de ces expériences terribles, rencontrent des âmes en peine qu’ils nous décrivent comme des êtres « piégés… hébétés… tristes… déprimés… traînant la savate… des forçats à la chaîne… des êtres absolument écrasés… sans espoir… ne sachant ni se diriger, ni qui ils étaient, ni rien… ».

Des témoins de NDE cauchemardesques rapportent qu’ils ont été accueillis par des moqueries et des sarcasmes. Leur ressenti ressemble à un état dépressif poussé.

On dit au décédé que rien n’a de sens, sa vie ne vaut rien, on nie sa valeur, ses réalisations.

Evelyn Elsaesser-Valarino écrit à ce propos : « Tout est absurde et cruellement insignifiant… ».

Ces expériences sont remplies d’aliénation métaphysique, de solitude et de désespérance, comme en témoigne une femme : « Ta vie n’a jamais existé. Ta famille n’a jamais existé. On t’a simplement permis de l’imaginer... mais rien de tout cela n’a jamais existé. C’est une plaisanterie... ce n’était qu’une plaisanterie... ».

Le message est émis par des cercles noirs et blancs changeant de couleurs. Cela rappelle des rencontres de témoins d’apparitions d’OVNIS.

D’ailleurs, allons plus loin. Les deux phénomènes pourraient bien être liés. Une grande théorie unifiant les phénomènes paranormaux qui ne cessent de se croiser, de se chevaucher, reste à écrire. Ainsi « V. », cette femme témoin d’observations classées OVNI, qui décrit des entités : « Leur corps était bleu-gris d’une texture étrange qu’on qualifierait aujourd’hui de pixélisée. » À l’époque des faits, « V. » disait « une texture étrange à petits points ». Cela fait penser à un écran télé ne recevant aucun signal.

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Elle dit : « Je suis enfant, sur ma droite, à 6 mètres environ, il y a un grand trou d’environ 3 mètres qui flotte au-dessus du sol. Elle voit alors un trou qu’elle compare à une corne d’abondance. Il sort de ce trou beaucoup de rires et de joie et presque un soupçon d’impertinence, de coquineries… Beaucoup de rires et de couleur jaune, lumineuse, mais qui n’éblouit pas. Cette lumière est finalement composée de plusieurs êtres de petite taille, très lumineux… »  

À la question « Quel est le sens de la vie », elle poursuit : « On se trompe sur le sens de la vie. Ce n’est pas ce que nous croyons. Le sens de la vie n’a rien à voir avec le sens temporel que nous connaissons : nous croyons aller vers le futur, alors que telle n’est pas la vérité de la vie. On se plante, on se plante… C’est en arrière qu’il faut regarder, pas en avant… Le temps que nous connaissons n’a rien à voir avec le sens de la vie. » Je rappelle que ce témoignage est classé OVNI.

Que se passe-t-il après, quand l’être est mort, si au-delà il y a ?

Personne n’est jamais revenu pour le dire. Aucune réponse définitive ne peut être donnée. Y a-t-il un moyen de pousser la porte et de voir enfin cet autre monde gorgé d’espoirs ? Peut-être.

L’aventure étonnante, arrivée à la famille Mackay dans l’Indiana (USA), racontée en 1979 par l’écrivain René-Victor Pilhes dans « L’incroyable vérité » est inexplicable. Ils voyaient le visage d’un proche décédé sur l’écran de leur télé. Ceci durant 5 jours. Le poste a été démonté pièce par pièce, puis remonté : le phénomène a continué. La police a mené une enquête qui n’a rien résolu. Inexplicable !

Les désincarnés n’utilisent pas que les télés pour évoquer leur monde. Chacun est juge de donner du crédit à ces fragments de réponses donnés par le oui-ja, les tables, l’écriture automatique ou les médiums. Pour le docteur Melvin Morse, l’auteur de « La divine connexion », nous pouvons, grâce à notre lobe temporal droit, communiquer avec les esprits, c’est-à-dire avec l’âme des morts, et même avec Dieu. Mais nous sommes avertis qu’il y a grand danger à vouloir absolument converser avec les esprits. Pour nous et peut-être pour eux.  

Le prêtre catholique allemand Johannès Greber, qui sera aussi évoqué plus loin, écrit ce qu’il a entendu d’un esprit, via un médium : « Car avant toute chose, vous devez examiner les esprits qui vous parlent pour savoir s'ils viennent de Dieu,, pour ne pas devenir les victimes des esprits du mal qui vous ruinent le corps et vous mentent spirituellement, précipitant votre vie dans un gouffre. Vous, les humains, semblez croire que seul votre monde matériel est régi par des lois. Erreur. Car Dieu est un Dieu de lois et de systèmes qui s'appliquent aussi bien à la création terrestre que spirituelle. Lui-même respecte Ses propres lois et n'en annule aucune. Par conséquent, nous les esprits devons également respecter les lois naturelles imposées par Dieu, à chaque fois que nous voulons communiquer avec votre monde matériel. Et cela concerne aussi bien les bons esprits que les mauvais. Et il en va de même pour tous les domaines. Pas de miracle non plus dans la communication entre les esprits et les hommes. Te parler à travers ce garçon obéit à des lois fixes que je dois observer, tout comme les mauvais esprits. »

Roland de Jouvenel et Pierre Monnier ont décrit leur au-delà. Et ce n’est pas le monde des bisounours. Les lecteurs de textes « sacrés » ont lu l’avertissement du Christ : « Il y aura des pleurs et des grincements de dents ».

Dans son livre "Vivre et mourir dans la matrice artificielle", Roch Saüquere propose une hypothèse dérangeante et originale. 

Namur,au-delà,paradis,purgatoire,enfer,entités,OVNI,Brune

Roch Saüquere remarque que la prière chrétienne, le Notre Père, contient la phrase : « Que Ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel », bien sibylline. Elle signifie que l’au-delà est aussi un lieu où la volonté divine n’irait pas de soi. Il rappelle la phrase de la table d'émeraude : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », et en conclut que « Le monde astral n’est pas le paradis que nous annoncent les religions. Le corps astral se trouve enfermé dans un monde plus hiérarchisé que le nôtre. Les défunts sont tout autant que nous assujettis à des contraintes, des restrictions et des lois inflexibles, et que leur libre arbitre est exercé dans le cadre une situation biaisée… bien loin de toute vérité ». Il titre son chapitre 7 par « L’au-delà, un autre monde carcéral ». Il voit dans le tribunal, évoqué par les humains ayant vécu des NDE, une mascarade qui ne vise qu’à les culpabiliser pour leur faire accepter une descente dans l’astral. Roch Saüquere poursuit : « Ce tribunal n’a aucune légitimité. Comment peut-on se juger soi-même avec équité si l’on a toujours tout ignoré la vérité ? ».

Les entités les plus pures n’auraient-elles pas tendance à se juger plus sévèrement que les plus infâmes qui ne manifestent aucun regret ni remord ? Celles-là franchiront, dans ces conditions, le jugement sans condamnation.

Qu’est ce qui pourrait constituer ce bas-fond infernal, perçu par les NDE infernales ?

On peut imaginer l’enfer d’un alcoolique, d’un drogué du jeu, tous atrocement frustrés par le manque.

Le père François Brune répond : « Les esprits des trépassés, dont la vie a été gravement contraire à la loi universelle de l’amour. Les égrégores, produits par leurs mauvaises pensées et leurs mauvaises idées. Sûrement des entités venant d’autres mondes et d’autres planètes. Enfin ceux qui n’ont jamais été incarnés ni dans ce monde, ni dans un autre et qui sont traditionnellement appelés les Anges… tombés fascinés par leur propre beauté et sont restés prisonniers d’eux-mêmes, dans la haine de Dieu et des autres. »

À SUIVRE

Bibliographie

Les exemples de NDE négatives sont issus des sites <Spirit2mirabeau> et signés par Evelyn Elsaesser-Valarino, sur <paranormal-info.com>.

François Brune, « Les morts nous parlent ».

Roch Saüquere, « Vivre et mourir dans la matrice artificielle ».

Jean Prieur, « Les témoins de l’invisible ».

Patrick Van Eersel, « La source blanche ».

« OVNIS et conscience », ouvrage issu d’un collectif, sous la direction de Fabrice Bonvin.

10:36 Publié dans AU-DELA | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

J'ai trouvé votre page super
merci
Elyna

Écrit par : ELYNA | 21/06/2016

La façon dont est décrit le bas astral de ces âmes errantes est fascinant. Oui, je pense également que tout être ayant commis des crimes monstrueux et jugé par la justice n'est rien en rapport à la loi du Divin. Ce n'est bien sûr que mon humble avis.

Merci de tout coeur à François et Jacques.

Ghislaine

Écrit par : de carli | 24/06/2016

Merci Thierry pour cette étude passionnante. Il est rare d'entendre parler des NDE négatives et vos développements sont bienvenus.
Vous nous découvrez des perspectives peu connues et originales, vertigineuses, abyssales...

Vous avez aussi grandement raison de prévenir des dangers de chercher des contacts avec des morts. J'ai rencontré des personnes qui se sont retrouvées détraquées sous camisole à l'hôpital.

En tant que spécialiste des rêves et de leur interprétation, je dois souligner l'importance des rêves de décès dans les rêves :
- avant de mourir les mourants viennent annoncer leur décès ;
- peu après leur décès les morts viennent annoncer qu'ils sont vivants. Le rêveur apprend ainsi dans quel état se trouve le défunt de l'autre côté.

J'ai mis sur mon blog deux exemples frappants à ce sujet : le rêve d'une de mes élèves de sixième et le rêve que j'ai reçu moi-même, quand j'avais 17 ans, quelques mois après la mort de ma mère.

http://christiane-riedel.blogspirit.com/archive/2007/08/04/annonce-de-la-mort-d-un-proche.html

Dans le rêve, le contact avec le défunt est protégé, c'est une grâce accordée par Dieu.

J'apprécie beaucoup la largeur de votre culture et j'attends votre prochaine étude avec impatience.
Amicalement
Christiane

Écrit par : Christiane Riedel | 26/06/2016

Merci à vous pour une piste inattendue qui consiste à chercher dans les rêves le monde de l'au-delà et un contact défunt-vivant et vivant défunt à travers le monde onirique.

Écrit par : thierry namur | 28/06/2016

Je trouve qu'il y a un point commun dans les deux sensations ressenties dans les exemples d' expériences de NDE quelles soient positives ou négatives c'est la sensation d'infini, et l'infini est certainement plus redouté que le néant.
Les plus grands alchimistes avaient pour but ultime l'immortalité , la sensation et le pouvoir d'infini dans le monde d'ici bas par la découverte de la pierre philosophale , peut être que certains sont devenus extrêmement riche grâce à la La transmutation de la matière mais la seul certitude c'est que tous sont morts.
Il y a pour moi un terme fixé dans ce bas monde qui est la mort mais je crois aussi à une autre vie après la mort sans terme échu.
Il apparait aussi souvent dans les témoignages une lumière au bout du tunnel comme si cette lumière accompagnait, guidait la personne vers la vérité et lui apportait la vision de ce qui l'attends; Sans lumière dans la vie d'ici bas il nous serait difficile de nous repérer de nous guider ...ou tout simplement d'étudier. alors de manière peut être imager comment une personne privé de lumière pourrait elle être guidée vers la vérité ?
Alors merci Thierry pour cette lumière apporter sur cette éventuelle vie après la mort .

Écrit par : patricia | 18/07/2016

Les commentaires sont fermés.