Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2014

HOMMAGE A BLONDINE

Salut l’artiste !

Mon complice et ami Ranky, avec qui j’ai créé ce blog Paranormal que nous animons ensemble, vient de perdre son épouse Blondine, avec laquelle il a partagé 43 années de bonheur et d’amour.

Au cours de l’émouvante cérémonie religieuse qui a eu lieu le mercredi 5 mars 2014 en l’église Saint-Martin de Bonneuil-sur-Marne, Ranky a lu le vibrant hommage à sa chère épouse, ci-après.

Jacques Mandorla

Bondine,Ranky,magie,Olympia,Bonneuil

Blondine est native d’Autun en Saône-et-Loire. Son brevet professionnel de coiffeuse esthéticienne acquis, elle « monte » avec peu d’argent en poche à Paris où elle loue une chambre de bonne. Ne trouvant pas immédiatement une place dans la coiffure, elle se lance dans la représentation en maroquinerie, en faisant du porte-à-porte. Peu de temps après, elle décroche une place chez Carita, mais apprécie assez mal ce milieu manquant singulièrement d’humanisme. Elle se met en quête d’une place répondant mieux à ses aspirations et à son mode de vie et trouve un engagement dans un salon à dimension plus humaine à Neuilly-sur-Seine.

Parallèlement, Blondine étudie la mécanographie, puis l’informatique, où ses capacités lui verront offrir des places très enviées mais manquant, une fois de plus, à son goût de contacts humains sincères. Elle se lance toutefois dans la mise en route des machines les plus évoluées  des sociétés Burroughs et IBM, où son goût naturel pour la convivialité et le contact avec la clientèle peut avoir libre cours.

En 1970, elle fait la rencontre du magicien Ranky. Elle abandonne tout pour partir en tournées de récitals de magie, donnés dans les hôtels de cure thermale. Elle apprend les bases du métier d’artiste sur le terrain.

Dotée d’une facilité d’adaptation exceptionnelle, elle assimile les règles de l’illusionnisme. Elle est rapidement en mesure de présenter un numéro de télépathie et un autre de calculatrice prodige, intitulé : « La femme qui bat les machines à calculer ».

Monsieur Bernard Ywanne, alors maire de Bonneuil-sur-Marne, les unit par les liens du mariage le 25 octobre 1975.

Blondine devient la partenaire idéale qui contribuera, pour une large part, à propulser le couple sur les scènes des théâtres les plus prestigieux, des plus  belles discothèques et, consécration méritée due au talent et au travail, jusqu’au Festival Mondial de la Magie présenté annuellement à l’Olympia Bruno Coquatrix.

Blondine était d’une droiture, d’une honnêteté irréprochable. Elle ne supportait pas le mensonge et la méchanceté. Lorsqu’elle donnait son amitié, c’était à vie. Et quand on lui faisait des « misères », comme elle disait gentiment, même si elle ne pouvait pas oublier, elle était toujours prête à pardonner. Elle disait aussi : « L’argent, il en faut pour vivre mais quand cet argent devient un but unique dans la vie, il peut tout gâcher ».

Très belle, très intelligente, d’une grande sensibilité, elle aurait pu prétendre à des situations très élevées, mais de cela elle ne voulait pas, ne cessant de penser que les milieux faux-bourgeois ou parvenus ne correspondaient pas à ses aspirations.

Blondine ne souhaitait qu’une seule chose dans la vie : aimer et être aimée. Et cela, elle l’a réussi.

Cher Monsieur,
Je viens d'avoir Yann-Eric Pailleret au téléphone qui m'a appris le décès de votre épouse.
Je tiens à vous faire part de ma peine la plus profonde car j'ai toujours entendu dire que vous étiez très attachés l'un à l'autre et je forme le vœu que vous trouviez, au-delà de ces vicissitudes, la sérénité à laquelle vous avez le droit.
En espérant vous rencontrer prochainement, je vous présente mes plus amicales pensées.
Jean-Michel Grandsire

Cher François,
Après t'avoir eu au téléphone et que tu m'aies annoncé le départ de Blondine, j'ai laissé passer quelques jours. je sais combien dans ces moments là on a besoin de tenter de se retrouver. N'ayant pas de nouvelles, je me suis inquiétée et j'ai pensé que tu préférais faire silence.
Jean Claude Carton m'a prévenu via facebook et je lui ai répondu que je savais, t'ayant eu la veille.
De tout coeur avec toi
Dominique Vallée

Monsieur Ranky,
Je suis profondément affecté par cette nouvelle,  d'autant plus que j'avais beaucoup d'estime pour votre épouse.
Je vous présente mes  plus sincères condoléances et vous souhaite de vous relever de cette terrible épreuve le mieux possible.
Amicalement
Paul Chalom Zaoui

Cher ami,
Je viens juste d'apprendre la mauvaise nouvelle et de tout mon cœur reçois mes condoléances sincères car je t'ai connu bien sûr avec Blondine.
Courage
Bernard Darber

Cher Monsieur Ranky,
Je viens d’apprendre le décès de votre épouse par le biais de la newsletter du site Paranormal et en suis bien attristée pour vous et votre famille. Je vous présente mes plus sincères condoléances et suis avec vous de tout cœur dans ce moment de grande peine.
Amitiés de Marie Vergès


Très cher ami Ranky.
Je viens de terminer la lecture du texte que vous avez écrit pour Blondine. C'est un très beau texte très digne. Votre pudeur m'impressionne, toute cette vie ensemble et tant d'événements partagés avec votre épouse sont un ciment si solide que rien ne pourra jamais l'altérer. Je vous souhaite très sincèrement une puissante résilience pour continuer en compagnie de l'invisible présence. Merci d'accepter ma très amicale accolade.
Jean-Claude Secondé

Très cher Ranky
Je ne vous connais pas personnellement mais je suis de tout coeur avec vous dans ce terrible moment.
Denis

Très cher Ranky,
J'ai fait connaissance avec vous et Blondine en lisant votre magnifique livre " ENCYCLOPÉDIE DU MYSTÈRE" et ensuite par notre correspondance, car nous sommes sur les mêmes longueurs d'ondes de respect, de droiture et d'honnêteté envers les autre et le monde.
Ranky, en apprenant cette triste nouvelle, je veux vous dire que mes pensées vont vers vous pour soulager un peu votre peine, car le départ de Blondine me touche au fond de moi même, et je sais combien doit être douloureuse pour vous son absence.

Geneviève Rémy de Baker

Bonsoir
 J'étais moi aussi présent le mercredi 5 mars en l'église Saint Martin de Bonneuil et au cimetière
 pour un dernier adieu à Blondine, charmante femme à l'écoute de tous.
Je reste en contact avec notre ami Ranky
Cordialement
Alain GASTON
 

Commentaires

Bonsoir
j'étais moi aussi présent le mercredi 5 mars en l'église Saint Martin de Bonneuil et au cimetière
pour un dernier adieu à Blondine, charmante femme à l'écoute de tous les dialogues

Je reste en contact avec notre ami Ranky

Cordialement
Alain GASTON

Écrit par : GASTON | 10/03/2014

Très cher Ranky,
J'ai fait connaissance avec vous et Blondine en lisant votre magnifique livre " ENCYCLOPÉDIE DU MYSTÈRE" et ensuite par notre correspondance, car nous sommes sur les mêmes longueurs d'ondes de respect, de droiture et d'honnêteté envers les autre et le monde.
Ranky, en apprenant cette triste nouvelle, je veux vous dire que mes pensées vont vers vous pour soulager un peu votre peine, car le départ de Blondine me touche au fond de moi même, et je sais combien doit être douloureuse pour vous son absence.
Elle est entourée d'êtres de Lumière en nous regardant du haut des cieux, et vous saurez qu'elle n'est pas loin de nous, car son amour pour vous Ranky, perdure dans l'éternité.
Je vous embrasse avec toute mon affection,
Geneviève Rémy de Backer
Ranky, vous avez mon livre et mes coordonnées, inutile de les ajouter ici, puisque vous m'avez intégrée dans vote blog.

Écrit par : Rémy de Backer geneviève | 10/03/2014

Très cher Ranky
Je ne vous connais pas personnellement mais je suis de tout coeur avec vous dans ce terrible moment.

Écrit par : denis | 10/03/2014

Un très bel hommage. Aimer et être aimée.

Écrit par : Tueuzz | 11/03/2014

Sincères condoléances.

Écrit par : Michel Moutet | 11/03/2014

Je vous souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.
Mes sincères condoléances.

Écrit par : Samira | 13/03/2014

Très cher ami Ranky.
Je viens de terminer la lecture du texte que vous avez écrit pour Blondine. C'est un très beau texte très digne. Votre pudeur m'impressionne, toute cette vie ensemble et tant d'événements partagés avec votre épouse sont un ciment si solide que rien ne pourra jamais l'altérer. Je vous souhaite très sincèrement une puissante résilience pour continuer en compagnie de l'invisible présence. Merci d'accepter ma très amicale accolade.

Écrit par : Secondé | 25/03/2014

Les commentaires sont fermés.